poesie

  • Poésie à lire et à ouïr – L’INTRUS

    Imprimer

    JNC©IMG_0577 copie.jpg

    Entre le thé empoisonné à la mode Poutine, les violences policières à l’américaine, les déchaînements de rue flambés au PSG, toutes ces tambouilles nous emportent la gueule… Malgré tout, prendre le temps de se rappeler que nous sommes des intrus qui errent dans les forêts du monde. En espérant que nous ne les détruirons pas toutes. Vingtième série des Tankas Covidiens. 

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Poésie L'Or du temps 1 commentaire
  • Poésie à lire et à ouïr – SAVOIR-NAÎTRE

    Imprimer

    IMG_0009.jpeg

    Vers l’étang ridé / Les vieux visages se penchent / Pour se revoir jeunes (...) ©JNC

    A peine est-il éteint, voilà que hurlent les statistiques : depuis 1959, il fut des tous les juillets, le plus sec. Réchauffement qui perdure, covid-19 qui persiste, dirigeants qui errent… Les repaires succèdent aux repères. Il est temps de prendre la mort par le bon bout et d’apprendre le savoir-naître de la vie.

    A l’écrit et/ou en podcast, la 19e série des Tankas Covidiens.

     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Poésie L'Or du temps 0 commentaire
  • Poésie à lire et à ouïr- REGARDS

    Imprimer

    poésie,haïku,tanka,covid-19

    Sa Majesté Covid XIX remue toujours le monde de son sceptre. L’incertitude fait vice sans fin pour nous autres, les agités du bocal mondial. Première vague qui dure ou deuxième vague qui menace ? Pour le moment, ce sont les vagues de faillites qui déferlent. La sérénité est un luxe que l’on peut s’offrir en changeant de regard. C’est gratuit. Comme la 18esérie des Tankas Covidiens.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Poésie L'Or du temps 1 commentaire
  • Poésie à lire et à ouïr-AIGRE-DOUX

    Imprimer

    IMG_0004.jpeg

    Pierre levée/Gardée par les épineux/Les ancêtres veillent// Leur priapique prière/Féconde encor la forêt ©JNC

    L’été 2020 a un goût d’aigre-doux. Entre confinement hésitant et reconfinement redouté. A des années-lumière de celui de 1960, tout entier tourné (et retourné) par la Nouvelle Vague. Nous, quidams du double 20, surfons sur la Seconde Vague de Sa Majesté Covid XIX en tentant d’y prendre notre plaisir, malgré tout, malgré elle. Aigre-doux, c’est donc la tonalité de la 17e série des Tankas Covidiens.

    Lire la suite

  • Poésie à lire et à ouïr – RUES ET CHAMPS

    Imprimer

    04EF8C3B-B419-461F-90B8-A60CA91B7A8E.JPG

    L’impasse est un monde/ Sur son mur cris colorés/ Fourmillement d’interstices

    Ses invisibles tribus/ Tracent leurs signes secrets

    Entre champs et rues, l’humain chemine vers l’horizon qui se perd dans les brumes ; le pigeon a les crocs ; les peaux, toutes les peaux, sont mises à nu ; la nature et la ville tendent leurs pièges. Entre champs et rues, l’humain titube, ivre de sa peur. A lire et à ouïr la 16e série des Tankas Covidiens.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Poésie L'Or du temps 0 commentaire
  • Poésie à lire et à ouïr déconfiné – HORIZON

    Imprimer

    IMG_1151.jpg

    Déconfinement décontracté en France, en Suisse et ailleurs en Europe. Et même très décontracté dans ce lieu qui n’est déjà plus la France mais pas encore la Suisse, soit Genève. Si nos corps se déconfinent, notre tête ne reste-t-elle pas confinée dans l’incertitude devenue affection chronique ? Nous n'avons pas fini de sonder l'insondable, Sa Majesté Covid XIX.

    Les vrais souverains ne se laissent pas circonvenir, ni déchiffrer. La reine n'est pas encore nue. En attendant qu'elle se dé-robe, sonnez à la porte de la poésie, elle vous ouvrira, peut-être : 15e suite des Tankas[1] covidiens.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Poésie L'Or du temps 0 commentaire
  • Poésie à lire et à ouïr- DECONFITEOR !

    Imprimer

    1136_gettyimages-470633485.jpg

    Qui sera pris dans la toile ? / L’homme a un destin de mouche (Gettyimages)
    Retour à l’anormal. L’Europe déconfine à plein tube. La Chine reconfine à plein régime. L’Inde fait les deux en même temps. Entonnons tous ensemble en se frappant la poitrine, le Deconfiteor, version déconfinée et déconfite du Confiteor, prière où le fidèle reconnaît ses fautes. Sauf Macron, heureux d’être lui et fier de son action. Retour à l’animal aussi avec la 12e suite des Tankas covidiens.

    Lire la suite

  • Poésie à lire, à ouïr, à voir – MUGUET DÉCONFINÉ

    Imprimer

    IMG_7517_V2F_2020-05-01_13-48-11_733.jpg

    Vous avez aimé le confinement général ? Vous allez a-do-rer le déconfinement confiné, une sorte de liberté à la fois conditionnelle et provisoire pour 67 millions de mis en examen sanitaire. Autant lire et ouïr la 7ème série des tankas, située aujourd’hui aux déconfins déconfis. Et recevoir ce brin de muguet cueilli dans la forêt des gestes par la Plouquette Christine Zwingmann.

    Lire la suite

  • Covid_19 Poesie à lire et à ouïr:LE TANKA CONFINÉ

    Imprimer

    galaxy-3607885_960_720-38cm61kvdi6rhntryguolc.jpg

    Se préparer au déconfinement, certes. Mais comment procéder, lorsque les uns brandissent la menace d’une seconde vague coronavirulente et les autres la perspective prochaine d’une catastrophe économique ? Les sachants ne sachant plus, autant vivre en poésie, seul langage qui dit l’indicible. Sixième série de tankas (trois vers de 5-7-5 pieds immédiatement suivi de deux autres de 7-7 pieds).

     

    Lire la suite

  •  Covid19 : poésie à lire et à ouïr – LE TEMPS CONFINÉ (5)

    Imprimer

    poesie,covid19,coronavirus

    ©Burlingue (Xavier Bureau) a créé ce dessin avant l'arrivée de Covid19. Plutôt prémonitoire!

    L’un des effets surprenants du confinement ne serait-il pas le regain d’intérêt pour la poésie que l’on constate ici ou là, voire ici et là ? C’est le signe des grands bouleversements. Après les deux Guerre Mondiales, la poésie avait repris toute sa vigueur. Mais la Guerre Froide l’avait plutôt gelée. Alors saisissons ce moment, si rare. Le Plouc continue sa série de tankas sur LE TEMPS CONFINÉ. Nouveau: à la suite, un sonnet de l'ami Marc Delouze.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Poésie L'Or du temps 7 commentaires
  • Poème à lire et à ouïr - PÂQUES AU BALCON

    Imprimer

    jncPaques20.jpeg

    ©JNC

    Que vous ayez ou non la Foi, vous passerez Pâques au balcon cette année. Au balcon pour remercier toutes celles et tous ceux qui risquent leur santé pour que nous conservions la nôtre. Au balcon, pour mettre le nez au printemps. Au balcon, parce l’air sans bagnole est devenu plus respirable. Au balcon ou dans votre chambre, pour vous, cette suite de tankas pascaux (LE TEMPS CONFINÉ-4).

    Lire la suite

  • Poème à lire et à ouïr  ­– LE TEMPS CONFINÉ (1)

    Imprimer

    Image (8).jpeg

    Légende: " Et toujours il y aura / Quelque chose quelque part". ©Burlingue (Xavier Bureau)

    Tant qu’à être confiné, redécouvrons la poésie. Vous l’aviez délaissée peut-être comme un vieux jouet déglingué par la nonchalante négligence du temps qui passe. Mais elle ne vous avait pas oublié. La voilà qui frappe à votre fenêtre. Laissez là entrer, elle ne porte pas d’autres virus que ses mots vibrionnants.

    Lire la suite

  • Poésie : Le Plouc reçoit le Prix Renée-Vivien

    Imprimer

    Korinna.jpg

    Juste avant l’an nouveau, Le Plouc, alias Jean-Noël Cuénod, a appris qu’il a reçu le Prix Renée-Vivien 2019, décerné par l’Académie qui porte le nom de cette grande poétesse de la Belle Epoque (son portrait ci-dessus). Marguerite Yourcenar, Jean-François Dussotier, Claire Hercelin, Vital Heurtebize figurent parmi les lauréats.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Poésie L'Or du temps 3 commentaires
  • Poésie : Le Plouc reçoit le Prix Renée-Vivien

    Imprimer

    Korinna.jpg

    Juste avant l’an nouveau, Le Plouc, alias Jean-Noël Cuénod, a appris qu’il a reçu le Prix Renée-Vivien 2019, décerné par l’Académie qui porte le nom de cette grande poétesse de la Belle Epoque (son portrait ci-dessus). Marguerite Yourcenar, Jean-François Dussotier, Claire Hercelin, Vital Heurtebize figurent parmi les lauréats.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Poésie L'Or du temps 3 commentaires
  • TANKAS D’HIVER – Poésie à lire et à ouïr

    Imprimer

    depositphotos_40455231-stock-photo-footprints-in-the-snow.jpg

    © Lexmomot

    Entre-deux. Entre Noël et Nouvel-An. Entre l’an qui s’achève et l’autre qui commence. Entre la pluie et la neige. Entre ciel et terre. Nous vivons entre parenthèses. Quelques tankas d’hiver. Rappelons-le, il s’agit d’une forme poétique d’origine japonaise formée de trois vers de 5 – 7 – 5 pieds suivis de deux vers de 7 pieds. Avec ça, si vous ne devenez pas mille-pattes…

     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Poésie L'Or du temps 3 commentaires
  • Poésie à lire et à ouïr : VENDANGES

    Imprimer

    valais.png

    Souvenirs des jours vendangeurs, à porter brantes et cacolets sur les pentes valaisannes, rudes et raides, sous le soleil, implacable comme un procureur ou durant les « tardives », par un gel inquisiteur comme un juge. Mais il n’y a pas que le raisin que l’on vendange…

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Poésie L'Or du temps 1 commentaire
  • Poésie à lire et à ouïr : LE CHANT DU VRAI FEU

    Imprimer

    feu sacré.jpg

    En cette canicul’ère, vous croyez avoir chaud ? C’est que vous n’avez pas entendu le chant du vrai Feu ! Celui qui brûle sans cendre. A lire. A ouïr. Si vous le voulez bien.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Poésie L'Or du temps 2 commentaires
  • Poésie à lire et à ouïr – RIRE FOU

    Imprimer

    poésie, poème

    Récente ponte du Plouc. Poème à lire et à ouïr dans l’espace libre de l’été. Que le torrent emporte vos songes pour en faire un océan. 

     Le fou rire des torrents

    Rend la montagne démente

    Tant de morts accumulés

    Dans sa carcasse d’ascète

    Tant de vies buissonnantes

    Sur ses flancs de reine-mère

                      *

    Les plus anciens délires

    Jaillissent comme des sources

    Fraîches et préhistoriques

    Sous la poigne des orages

    Sa peau transpercée d’éclairs

    Met la folie au zénith

                      *

     Délaissée par le ciel

    Abandonnée par la plaine

    Elle n’attend plus rien

    Du monde et des éléments

    De l’esprit et des nuées

    Plus rien que l’union

    Du ciel et de la plaine

    De tous les âges en elle

    Dans l’éclat d’un rire fou

                                                                           Jean-Noël Cuénod

    AUDIO 

    C'est ici!


    podcast

    Lien permanent Catégories : Poésie L'Or du temps 1 commentaire
  • Poésie à lire et à hurler: PANIQUE

    Imprimer

     

    PaniqueTrump.jpg

    Les flons-flons de la fête du ballon rond s’estompent comme les sons d’une fanfare qui s’en va loin de la Grand’place du village. Reste la panique. Panique devant le délirant cynisme des irresponsables de ce monde qui nous mènent droit sur le mur. Contents, heureux, fiers sont-ils de nous y conduire toutes sirènes hurlantes.

     Roule roule vers le mur vide

     

    La plaine glisse sous tes pieds

    Ta bouche ouverte gobe les mouches

    Ta peau luisante frémit dans l’air

    Ta carcasse fend la poussière

    Tu cours plus vite que les mirages

    Fantômes qui font trembler les routes

     

    Un parfum de mort embaume l’été

    Odeur de chèvrefeuille étranglé

    Etranglé par le soleil couchant

    Qui veut nous entraîner dans sa chute

    Le monde hurle sauve-qui-peut

     

    Roule roule vers le mur vide

    Jean-Noël Cuénod

     

     

    Lien permanent Catégories : Poésie L'Or du temps 2 commentaires
  • Poésie à lire et à écouter: MAIN

    Imprimer

    Pech_Merle_main.jpg

    Escale sur les terres de la poésie. Poème tout frais pondu. Si vous le voulez. A lire ou à ouïr. Ou les deux. Le son est à la fin du texte. Cliquer sur l'icône.


    Tendre la main trop tendre, la main

    S’agite dans les cendres glacées

    Fouaille fouille farfouille frotte

    Et s’écorche s’accroche s’arrache

    Se détache de l’ombre du corps

    Elle va vient vie sa vie la main

    Mue par le vertige elle palpite

    Comme un cœur dépourvu de sang

    Comme un oiseau sans plume sans cri

    Qui vole, sans mémoire du nid

     

    Tendre la main, trop tendre la main

    Tout ce qu’elle triture est glacé

    Le vieux soleil n’y peut rien

    Sans feu sans lieu sans loi sans foi

    Les hommes ont éteint leurs yeux

    Faibles lampes jetées au rebut

    La main hors corps les cherche toujours

    Incapable de faire autrement

    Et se heurte aux fenêtres froides

    A l’immense silence des steppes

     

    Tendre la main trop tendre, la main

    Saisissez-la comme une hypothèse

    Sa fragilité vous sauvera

    La force a tellement d’apparences

    Parmi ses mirages un miracle

    Un miracle à prendre sur le champ

    Sinon il se refera mirage

    Un miracle à prendre sur le chant

    Pour que la main devienne oiseau

    Et que son cri se fasse étincelle

    Jean-Noël Cuénod


    podcast
     

    Lien permanent Catégories : Poésie L'Or du temps 17 commentaires