Lithium: l’Alsace fouille ses entrailles

Imprimer

lithium-or-blanc-30.jpg

La chasse au lithium est ouverte! (©Pierre Thomas)

La France n’a pas de pétrole. Mais elle a l’Alsace dont les eaux souterraines se révèlent riches en lithium. Actuellement, une entreprise entreprend des recherches géologiques pour déterminer le meilleur site d’extraction de ce métal, indispensable pour faire rouler les voitures électriques. Reste à rassurer les populations. La tâche s’annonce rude.

Depuis la mi-septembre jusqu’à la fin de ce mois, cette entreprise, Lithium de France, est en train de réaliser une sorte d’échographie du sous-sol sur 170 kilomètres carrés au nord de l’Alsace, vers Betschdorf et Surbourg (à lire cet excellent dossier de France3 Grand Est).

La France se rêve donc productrice de lithium, ce métal qui sera bientôt aussi recherché que le pétrole actuellement. En effet, pas de lithium, point de batterie. Et sans batterie, la voiture électrique ne quitte pas son garage.

L’éco-bonus Macron

 A l’occasion du Salon de l’Auto parisien qui se déroule maintenant, le président Macron a annoncé une série de mesures pour pousser à l’utilisation de la voiture électrique: un « bonus écologique » de 6.000 à 7.000 euros sur l’achat d’un véhicule de ce type (vendu moins de 47 000 euros), bonus réservé à la moitié la moins favorisée des ménages; location de voiture électrique à 100 euros par mois pour les familles les plus modestes.

Le président français espère qu’à la fin du présent quinquennat les véhicules électriques représenteront 30% des ventes de voitures (contre 13% actuellement).

Comme tous les pays industrialisés sont en train de développer ce secteur, le prix du lithium a pris l’ascenseur et n’est pas prêt de descendre. D’autant plus que la demande en lithium va se multiplier par quarante-deux d’ici à 2040, à en croire l’Agence internationale de l’énergie. De plus, selon ce site les réserves mondiales exploitables s’élèvent à 80 millions de tonnes; au rythme de la consommation actuelle, elles ne s’épuiseraient que dans 900 ans!

 Une chance à saisir ou une calamité à éviter?

 Pour limiter sa dépendance vis-à-vis des gros producteurs, dont l’Australie et la Chine, la France lorgne avec un intérêt croissant sur les saumures géothermales qui baignent entre 1.000 et 4.000 mètres de profondeur sous le massif des Vosges en Alsace. Saumures fort riches en lithium et qui pourraient, si tout va bien, représenter 10% de l’approvisionnement de la France en lithium selon l’association française des professionnels de la géothermie.

Toutefois, le gouvernement français et les entreprises concernées marchent sur des oeufs car l’extraction du lithium n’est pas sans conséquence sur l’environnement. Une chance à saisir ou une calamité à éviter? Telle est la question.

Ceux qui veulent saisir cette chance plaident que, grâce à la voiture électrique et, donc au lithium, l’empreinte carbone va baisser; de plus, l’extraction des saumures géothermales permettra à la fois de capter le lithium et de servir au chauffage de bâtiments dans un rayon d’une quinzaine de kilomètres autour du puits d’extraction.

Tremblements de terre à Vendenheim

 Quant à l’utilisation intensive de l’eau, le directeur de Lithium France a fourbi sa réponse à France 3 Grand Est: un premier puits remontera l’eau afin d’en extraire le lithium et les calories pour le chauffage. Ensuite, cette eau sera injectée dans un second puits afin d’y être puisée à nouveau. Le système agit donc un circuit fermé sans toucher les nappes phréatiques et l’eau potable.

Mais un épisode fâcheux qui remonte à la fin de l’automne 2020 reste collé à la mémoire des Alsaciens. Les forages de géothermie profonde entrepris par Fonroche dans la commune de Vendenheim, sise à 12 kilomètres de Strasbourg, ont provoqué une série de secousses sismiques – dont l’une plus sensible que deux autres (magnitude 3,6 le 4 décembre 2020)  – causant des dégâts matériels (sans victime physique) dans le quartier strasbourgeois de La Robertsau.

Les camions vibrateurs font vibrer la contestation

Les autorités locales et l’entreprise Lithium de France ne ménagent pas leurs efforts pour expliquer l’exploration en cours au nord de l’Alsace lors de réunions publiques qui permettent aux habitants concernés de faire part de leurs craintes, voire de leur colère. 

Les camions vibrateurs figurent en première ligne des inquiétudes. Ils disposent d’un vibrateur sismique qui injecte dans le sol des vibrations à basse fréquence. Cette technique permet de récolter les données indispensables pour savoir si un site est ou non exploitable. Pour nombre de riverains, ces vibrations risquent de fissurer leur maison, voire de provoquer des tremblements de terre comme à Vendenheim. 

Les élus locaux se montrent plutôt rassurés. Ainsi, France 3 Grand Est rapporte les propos du maire de Soultz-sous-Forêts, Christophe Schimpf, qui donne en exemple une étude réalisée « au centre de Genève » concluant à l’absence de retour négatif.

Mais nombre de leurs administrés ne sont pas convaincus pour autant. Certaines réunions publiques d’explication ont parfois été houleuses.

Les pollutions dues à l’exploitation

Si les autorités françaises et les entreprises d’extraction déclarent tout faire pour ne pas réitérer les erreurs commises lors des sondages à Vendenheim et pour éviter de léser l’environnement, il n’en demeure pas moins que d’autres voix se montrent discordantes. 

Ainsi, le site Green Hired rappelle qu’à l’instar de toute activité humaine, l’extraction du lithium pollue et dresse ci-dessous la liste des atteintes à l’environnement qu’elle suscite.

La saumure: on la pompe et on la traite avec des additifs chimiques (…)

L’eau douce: on la pollue à cause des fuites chimiques provenant de la mine.

La soude est ensuite ajoutée pour produire du carbonate de lithium afin d’avoir un sel filtré, lavé, et séché pour (obtenir) une pureté supérieure ou égale à 99%.

Le terrassement des bassins de décantation utilise des films en plastique (PVC).

Le pompage des solutions salines utilise des pompes fonctionnant avec des moteurs diesel (également bruyants). 

La passion de la voiture primera-t-elle?

En outre, voir un coin de pays transformé en vaste terrain minier n’est pas la plus réjouissante des perspectives. Ainsi, le gouvernement serbe a-t-il dû renoncer à ouvrir cette année une mine de lithium dans la région de Jadar, en raison de la mobilisation des habitants contre ce projet.

La France connaîtra-t-elle à son tour une telle opposition? D’une part, la traditionnelle propension de nos voisins à la mauvaise humeur sociale pousserait à répondre par l’affirmative. Mais d’autre part, leur tout aussi traditionnelle dépendance à la voiture individuelle inclinerait à choisir la réponse négative. 

Dès lors, la situation suivante risque de survenir: des contestations locales parfois explosives diluées dans le consensus favorable à la bagnole.

Jean-Noël Cuénod

Cet article est paru vendredi 21 octobre 2022 dans le magazine numérique BON POUR LE TÊTE-Média indocile https://bonpourlatete.com/ 

Lien permanent Catégories : Climat, Nature 3 commentaires

Commentaires

  • ""Dès 1830, le premier prototype de véhicule électrique connu est conçu par Robert Anderson à partir d'une calèche. En 1834, l'Américain Thomas Davenport conçoit le tout premier modèle de véhicule électrique, qui est plutôt une locomotive. C'est en 1852 qu'un premier modèle de voiture électrique est commercialisé.""

    Il y a une vingtaine d'année, je lisais des articles scientifique sur la voiture hydrogène. En 2006 une voiture électrique (Toyota MIRAI 2000 000 de km)

    On attend quoi?

  • ""INFO BFM BUSINESS - En clôture du Mondial de l'Automobile, le constructeur français de véhicules haut de gamme à hydrogène vient d'annoncer un partenariat avec CA Consumer Finance, la filiale spécialisée en crédit à la consommation du Crédit Agricole, avec une commande à hauteur de 1,2 milliard d'euros.""

    Une bonne nouvelle. Beaucoup d'annalistes pensent que le véhicule électrique posera plus de problèmes qu'il n'en résoudra. Mais bon nos petits hommes gris savent anticiper tout le monde le sait.

  • ""Dans une interview accordée aux Echos, Emmanuel Macron a indiqué concernant la recharge en France : « Aujourd’hui les prix restent raisonnables, nous allons nous assurer qu’ils le resteront ». À 145 euros le plein d’électrons pour effectuer 400 kilomètres, nous ne sommes pas dans le raisonnable justement.""

    https://www.automobile-propre.com/mobive-150-euros-la-recharge-lequivalent-dun-plein-a-5-euros-le-litre-de-gazole/

Les commentaires sont fermés.