FEUX– CAPTURES D’INSTANTS D’INSTINCT

Imprimer

©JNC-Beaurecueil-Forge de la PoésieIMG_5205.jpg

Se mettre dans la peau de l’instant pour saisir ses mouvements intérieurs. Ne pas le subir, ni le contempler, ni l’ignorer. Le vivre sans séparation aucune entre soi et les mondes, comme si le temps et l’espace n’étaient qu’illusions que le souffle divin disperse. Voilà quelques instants capturés et intégrés corps et âme.

Ces instants peuvent être lus séparément ou à la suite, voire en en changeant l’ordre. Vous faites comme chez vous. D’ailleurs, vous y êtes, chez vous. Ils sont présentés en respectant la métrique et la composition de la forme poétique japonaise des Tankas (un tercet de 5-7-5 pieds et un couplet de 7 pieds chacun). 

A LIRE

Les feux se déversent

Sur les plaines à l’agonie

Torrents crématoires

Cendre mort fertile

L’herbe songe à repousser

 

Sous le poids du jour

La rose baisse la tête

Ternit ses couleurs

Mais n’abdique pas son parfum

Et laisse passer l’orage

 

Le ciel rumine

Couché sur les prés jaunis

Qui ploient sous son poids

Pas un frisson sur les herbes

Seule attente l’étincelle

 

Une goutte d’eau

Avec tous ses univers

Tombe sur ma main

Et je deviens fumée

Ecartelée par les vents

 

Traces d’avion

Au flanc du ciel griffures

Le vent cicatrise

L’azur referme ses plaies

Jusqu’à la prochaine attaque

 

Dans l’ombre d’un cri

Le chat glisse vers le crime

Drapé de silence

Drame au sein de la forêt

Une vie s’est envolée

 

Une odeur d’étable

Vient apaiser la marche

Des hommes errants

Au bord du talus s’asseoir

Tirer du sac lard et pain

 

Au matin brumeux

Dans le vide je me lance

Les jambes en coton

Monde à l’état de nuées

Mais un jour l’atterrissage

 

Entre terre et mer

L’empreinte de ton pied

Jamais ne s’efface

Point fixe dans le ciel

Dormir à ta belle étoile

 

Jean-Noël Cuénod

 

A OUÏR


podcast

Lien permanent Catégories : Poésie L'Or du temps 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.