Jean Castex n’est pas la fils aîné de la laïcité !

Imprimer

616d90c4280000b344a738b2.jpg

Lors de sa visite au Vatican, le premier ministre français a offert au pape argentin le maillot de Lionel Messi, idôle argentine du Paris-Saint-Germain (©Reuters via Huffington Post)

Présence envoûtante du pape François ? Vapeurs d’encens qui vous montent à la tête ? Ambiance céleste d’un pays hors-sol ? Dans son discours à l’ambassade de France au Vatican, lundi dernier, le premier ministre français Jean Castex n’a pas fait montre de cette réserve laïque à laquelle il est tenu par sa charge. Et la Vigie de la Laïcité lui a vite infligé un tacle appuyé.    

Cette vigilante Vigie stigmatise dans un communiqué sur Twitter (cliquer ici) la partie initiale du discours gouvernemental dont voici la teneur :

Le destin si particulier de la France, celui d’une nation consciente d’elle-même et de ses devoirs à l’égard du reste du monde depuis plus de quinze siècles, ne saurait se concevoir sans l’évocation de son lien millénaire, au point d’être qualifié de filial, avec l’Église catholique. (vidéo de son discours ci-dessous)

Dans son touitte, la Vigie de la Laïcité rétorque :

Le fait d’affirmer un lien « filial » entre la France et l’Église catholique n’est pas sans rappeler une marque d’adhésion à la « France, fille aînée de l’Église » opposée (notamment sur l’aspiration à la laïcité) durant tout le 19e siècle à la France « fille des Lumières et de la Déclaration des droits de l’Homme ». Et de dénoncer une récupération à des fins électorales.

Tempête dans un bénitier ? Pas tant que ça !

Tempête dans un bénitier ? La récente enquête sur l’ampleur de la pédocriminalité au sein du clergé français et les échanges à ce propos entre François et Castex tempèrent l’ampleur de cette polémique sur la laïcité. D’ailleurs, à ce propos, la Vigie de la Laïcité aurait pu relever ce fort judicieux rappel du premier ministre au pape à propos du secret de la confession : « La séparation de l'Église et de l'État ne signifie en aucun cas la séparation de l'Église et de la loi ». 

Sans doute aussi la Vigie de la Laïcité ne porte-t-elle pas Jean Castex dans son cœur. Le chef du gouvernement français a supprimé en juin dernier l’Observatoire de la laïcité que présidait l’ancien ministre socialiste Jean-Louis Bianco. Or, celui-ci est membre du conseil d’administration de la Vigie (on peut atterrir ici sur son site).

Un mot lourd de significations

Cela dit, l’adjectif « filial » reste très lourd de significations. Il évoque le plus puissant des liens : celui qui unit un enfant à ses parents, en l’occurrence la France à une institution ecclésiastique. Un lien charnel. Même si le cordon ombilical a été tranché il y a tout de même 116 ans[1] !

En outre, Castex aurait pu évoquer la filiation avec le christianisme, ce qui aurait été un peu moins faux mais tout aussi inapproprié, la France et l’Europe devant autant au judaïsme, aux civilisations celte et gréco-romaine, voire à l’islam andalou. Or, le premier ministre a choisi d’user de cette « filiation » en s’adressant au chef d’une institution ecclésiastique particulière qui ne représente qu’une partie des chrétiens.

En usant de ce terme, Jean Castex fait donc des Français non-catholiques romains des êtres à part qui ne participent pas à cette filiation privilégiée, des Français pas tout à fait pur sucre, un rien bâtards même.

« Catholique et Français toujours »

 Certes, la chef du gouvernement n’a certainement pas voulu dire cela en termes aussi crus. Toutefois, il exprime ce qu’au fond de nombreux Français catholiques pensent : « Catholique et Français toujours », proclame un cantique célèbre écrit vers 1870. Les juifs, les protestants, les musulmans, les athées sont Français de statut, certes, mais ils ne partagent pas ce subconscient culturel catholique fait de mille petites choses le plus souvent oubliées et qui peuvent ressurgir comme ça, sans que l’on y prenne vraiment garde.

L’Arménie, vraie « fille aînée de l’Eglise » !

La filiation entre la France et l’institution ecclésiastique romaine renvoie à une billevesée mille fois rabâchée : « La France, fille aînée de l’Eglise ».

En fait, seule l’Arménie pourrait prétendre à ce titre puisqu’elle fut le premier royaume chrétien, érigé tel en 301. Bien avant le baptême en 496 de Clovis 1er, rois des Francs, considéré comme le premier de la longue liste des monarques en France.

Cette « fille aînée » s’est montrée particulièrement rebelle à l’ordre romain. Au XIIIe siècle dans le Midi (qui sera plus tard français), avec l’« hérésie albigeoise », appelée aujourd’hui « catharisme ». Au XVIe siècle, avec la Réforme, dont le Picard Jean Calvin fut une figure majeure. Au XVIIIe siècle, avec la première séparation entre l’Eglise et l’Etat de 1795 qui a abouti en 1802 au Concordat qui mettait les communautés religieuses sous étroit contrôle consulaire puis impérial. Et enfin, la séparation de 1905, conséquence d’une opposition, longue et farouche, entre l’Eglise catholique fidèle au Trône royal et la République défenderesse de la laïcité.

C’est de tout cela dont le représentant du pouvoir est porteur en France. Le catholicisme romain représente une part essentielle de cette nation. Mais elle cohabite avec d’autres, tout aussi légitime historiquement, qui se sont souvent opposées à elle.

La France n’est fille que de son Histoire, paradoxale et tourmentée.

Jean-Noël Cuénod

[1] Loi sur la séparation de l’Eglise et de l’Etat du 9 décembre 1905.

Commentaires

  • La France est réellement issue de la romanité chrétienne. Les Francs ont réellement pensé d'emblée leur royaume comme émanant de l'Eglise catholique. On ne peut pas récrire l'histoire juste pour faire plaisir aux philosophes et au Grand Orient.

  • "Les Francs ont réellement pensé d'emblée leur royaume comme émanant de l'Eglise catholique." On ne saurait mieux dire. Les Francs ont maintenu les Gaulois en plus ou moins grande servitude et la Révolution française n'a jamais été qu'une opération de nettoyage ethnique, l'aristocratie étant franque et le peuple gaulois... (Siéyès).
    Ce qu'il y a d'amusant, c'est que les bourgeois ont renversé l'aristocratie mais gardé leur religion. Le protestantisme, c'est la religion des bourgeois, le catholicisme, la religion de l'ancien régime...
    C'est peut-être ce qui fait que la France est boîteuse...

  • Les bourgeois veulent la France franque et le droit de coloniser le reste du monde. Pour cela il fallait se débarrasser des limites imposées par le catholicisme. Si le souci avait été la liberté on l'aurait simplement imposée à l'Eglise catholique sans remettre en cause la tradition ordinaire. Mais cela n'aurait rien rapporté, la colonisation du reste du monde serait restée difficile.

  • A la révolution française, ils ont voulu changer le calendrier, le nombre de jours en semaines, mais ils ont gardé comme nom du pays, celui de leur oppresseurs (la noblesse = franc). Ils sont fous ces gaulois!

    Quant aux débats sur la laïcité, je trouve qu'il faut s'arrêter à l'essentiel : La coexistence. Castex, par son petit mot ne la pas remis en cause. Par contre, chez la majorité des jeunes musulmans, il y a un grand soucis. Toutes actions qui s'opposes à la visibilité de la religion y est vu comme une attaque, et la loi religieuse est vu comme une loi qui prime sur les lois de la république. C'est là qu'il y a du travail. Castex, ce n'est qu'un petit maux sans importance même venant d'un premier ministre.

  • "Les bourgeois veulent la France franque et le droit de coloniser le reste du monde." C'est la gauche qui a voulu la colonisation. Pour amener la civilisation...

  • Et puis la culture républicaine a bien échoué à porter les âmes. Elle est trop prosaïque. Marianne est abstraite et évanescente. La Vierge Marie reine des anges avait plus de vigueur. Inutile maintenant de se plaindre, les républicains ont eu cent ans pour créer une culture digne de ce nom et ils ont échoué, ils sont débordés de tous côtés. Même De Gaulle jurait par la madone des églises, et non par Marianne, et il est celui qui a redonné le plus de dynamisme à la communauté gauloise. Procéder par interdiction et censure de ceux qui parlent différemment alors qu'on n'est pas soi-même capable de créer un discours porteur est trop facile.

  • ""

    Le 6 septembre 2020, Mediapart dévoile des photographies révélant que des agents de la commune de Prades et de la communauté de communes Conflent Canigó, alors dirigées par Jean Castex, ont travaillé en mars 2020 dans une casse visée par une enquête pour des soupçons d’infractions au code de l’environnement et au code du travail. Ces photographies ont été versées au printemps 2020 à une enquête judiciaire conduite par le parquet de Perpignan. Le 6 juillet suivant, soit trois jours après la nomination de Jean Castex comme Premier ministre, le procureur de la République de Perpignan cesse toutes les investigations dans ce dossier""

    Il est allé voir le -seul- représentant au monde du dieu hibou pour se faire pardonner?

    ""La Vierge Marie reine des anges avait plus de vigueur.""

    Je n'en peut plus de rire merci Rémi Mogenet.

    ""Mais elle cohabite avec d’autres, tout aussi légitime historiquement, qui se sont souvent opposées à elle.""

    Oui, avec les islams, vive Zemmour.

  • On pourrait raconter un pugilat entre la sainte Vierge Marie et l'allégorie Marianne de la République. Qui gagnerait ? La couronne d'étoiles est-elle plus forte que le bonnet phrygien ? Difficile de dire à l'avance, il faudrait mettre les personnages à l'épreuve d'une action. Il y a aussi Isis, peut-être, il y aurait un tournoi à trois. Ce dont je suis sûr, c'est que s'en prendre au récit historique qui fait remonter la France au baptême de Clovis est complètement absurde, car si jamais les "républicains", les "laïques" et autres adeptes du rationalisme triomphant ont d'autres logiques à proposer, le mieux est qu'ils le fassent, et laissent simplement la concurrence libre et non faussée faire prévaloir telle ou telle version. Le baptême de Valmy, peut-être ? La grâce du ciel intellectuel et mariannique sur les héros de Valmy ? Pour l'instant j'ai l'impression que la littérature sur le sujet reste assez pauvre, en comparaison de la littérature médiévale sur la Vierge Marie. Je ne connais, comme grands textes sur des entités féminines tutelles spirituelles de la France, que les pages d'André Breton sur Mélusine et de Charles Duits sur Isis. Imposer par des récriminations des symboles artistiquement pauvres reste humainement problématique. Le Coran même propose sur la Vierge Marie de bonnes pages.

  • ""le mieux est qu'ils le fassent, et laissent simplement la concurrence libre et non faussée faire prévaloir telle ou telle version.""

    Oui il y a de la conccurence dans les dessins animés et inanimés, également dans les croyances et les manipulations.

    Les bâtisseurs de l'ancien monde contredisent vos fables et l'existence de votre dieu. Avouez que ce transfert des dieux Pharaons à un dieu unique dans le cerveau est une manipulation honteuse pour toutes les religions sauf l'islam que je ne considère pas comme une religion, mais un concept déguisé se cachant derrière vos fables qu'ils ont mal copié et mal collé. Suffit de le constater dans les écrits, les comportements et autres. Les fillettes les femmes et même les musulmans en pâtissent.

    L'opium des peuples a permis de grandes réalisations, quelques modèles d'organisations sociales mais à quel prix? Les Pharaons n'ont rien inventé pas plus que les bâtisseurs de cathédrales puisque tout vient d'une ou plusieurs civilisations disparues qui ont laissé des techniques, des mathématiques bref, des savoirs dont ont hérité les prêtres, traîtres des pharaons, les romains et les autres.

    Tout est dans la tête avouez-le, cette manip a permis avec l'aide de vos anges gabriel et autres de garder mainmise sur les peuples. Mais toutv a une fin comme le communisme et les civilisations.

  • Les civilisations disparues avaient aussi des religions et votre mépris pour les gens réels et leurs préoccupations réelles n'est certainement pas propice à l'évolution positive de l'humanité, qui ne va pas se faire juste avec une poignée d'athées persuadés d'avoir raison contre tout le monde. Ce n'est pas non leurs certitudes plus ou moins maniaques qui leur permettront d'avoir une mainmise sur les peuples, de cela on peut être certain, on peut même dire que leur influence restera nulle. Car pour stimuler l'évolution il faut aimer son prochain, et pour aimer son prochain il faut concevoir que l'amour traverse l'univers, et non qu'il est dominé par le principe qu'il doit finir.

Les commentaires sont fermés.