Le Bobo, ce détestable flou à lier !

Imprimer

IMG_4540.jpeg

Bobo! Insulte suprême coupant court au dialogue. On ne discute pas avec un Bobo, on lui crache dessus. En attendant mieux. Violences policières contre les réfugiés? Fruit d’un complot Bobo! Mesures anti-covid19? Elles ne frappent pas les Bobos qui ont des protections « là-haut ». Terrorisme des islamistes? Les Bobos leur ont préparé le terrain. Bobo, cible parfaite pour l’exaspération collective.

Partout dans le monde surgissent des formes différentes d’exaspération sociale, compte tenu de la situation covidienne. Toutefois, la France apparaît comme un précipité de toutes les colères qui apparaissent ici ou là, comme un concentré des fureurs.

Plus que d’autres pays, l’Hexagone doit faire face à une avalanche d’évènements qui ne sont pas tous liés au Covid-19 :

– terrorisme islamiste ;

– décapitation d’un professeur ;

– haine antifrançaise orchestrée dans le monde musulman par l’Insultant Erdogan,

– violences des policiers ;

– violences sur des policiers ;

– états dépressifs qui ont doublé entre fin septembre et début novembre selon Santé Publique France ;

– défiance systématique vis-à-vis de toute autorité mais en même temps féroce besoin d’ordre ;

– peur de voir libertés individuelles être mises à mal par le gouvernement mais en même temps acceptation de mesures liberticides.

La gabegie autoritaire

L’impossibilité de se projeter vers un « après » de plus en plus insaisissable frappe l’écrasante majorité des humains sur la planète. Mais les Français semblent en souffrir plus que d’autres. En cause, sans doute cette avalanche de mauvaises nouvelles mais aussi la gestion particulièrement anxyogène des mesures sanitaires.  

Elle a jeté une lumière crue sur le grand vice de la gouvernance française : la gabegie autoritaire. Elle se traduit par une succession de paperasse à remplir, d’usines à gaz administratives et d’injonctions contradictoires.

Pour tenter de donner à ces colères en fusion un exécutoire, la tronche de premier de cordée du président Macron est idéale. Mais à taper sur un seul individu, on se lasse. Il faut trouver un autre bouc-émissaire plus inquiétant qu’un type dont va peut-être se débarrasser dans moins de deux ans. Un bouc-émissaire, digne de ce nom indigne, ne doit pas présenter un seul visage, sinon lorsqu’il disparaît, vers qui retourner les colères ?

Il rend chèvres les bourrins !

C’est alors que surgit opportunément la figure honnie du Bobo, ce bourgeois-bohème qui rend chèvres tous les bourrins. Un sale type, ce Bobo, un profiteur confit dans son snobisme. Ah, ce que l’on aime le détester !

Mais à quoi ça ressemble, un Bobo ? Sa présence semble tellement évidente qu’elle crève les yeux. Mais justement comment voir un Bobo avec des yeux crevés ? L’auteur de ce blogue – « Un Plouc chez les Bobos » — s’est penché sur le phénomène depuis de longues années. En vain. Il reste insaisissable, ce beau Bobo.

D’ordinaire, on le localise à Paris, bien friqué, pataugeant dans les métiers proches du showbizz et des médias. Mais à ce compte-là, Eric Zemmour est un Bobo. Et même un super-Bobo. Pourtant, personne n’aurait l’idée de le ranger dans cette catégorie. Car le Bobo est de gauche.

 Mais qui demeure à gauche actuellement ? Il n’y a pas foule. Mélenchon ? Si vous l’assimilez à un Bobo, vous risquez la grande baffe. Et puis, il n’est pas assez mondain. Vous imaginez Méluche en train de boire une flûte de Moët et Chandon le petit doigt levé ?

Mais non le Bobo est écolo, voyons ! Il est vrai qu’Eric Jadot semble le mieux placé pour l’incarner. Pourtant, il y a quelque chose en lui qui empêche d’en faire le Bobo-type, peut-être des chaussures à trop grosses semelles ou une façon d’être au monde trop provinciale.

Les télécrates ? Les acteurs ? Les metteurs en scène ? Voilà le summum de la boboïtude ! Mais sur le petit écran, ils débitent d’une même voix leur petit compliment et se ressemblent tellement qu’ils en deviennent transparents. Pour l’incarnation, on repassera !

La force du flou

En fait, le Bobo tire sa force de représentation sur ces nuances de flou. Il s’adapte à toutes les exaspérations. Le danger est que, loin d’être un exutoire, la haine croissante contre lui permette un jour le passage à l’acte. Les contours du Bobo restant imprécis, il peut revêtir toutes les figures de l’autre chargé de tous nos ressentiments.

Et alors, du jour au lendemain, la digue craquera. Il sera trop tard pour crier « Allo Maman, Bobo » !

Jean-Noël Cuénod

Commentaires

  • "Bobo! Insulte suprême coupant court au dialogue. On ne discute pas avec un Bobo, on lui crache dessus."

    Que de mauvaise foi de votre part. Vous manipulez à merveille l'inversion accusatoire, car partout dans les médias on crache sur ceux qui osent encore exercer leur liberté de pensée en les traitant de "populistes" et de "fachos" justement pour éviter tout dialogue.

  • Il y a aussi le bobo7baba que l'on voit en vélo électrique, avec remorques avant ou arrière, pour les bébés avec un iphone à la main bien sûr! Les bobo/germanopratins forment une caste intérieur redoutable, Claire Bretécher en avait fait sa cible préférée!

  • Au dernières élections le bobo a voté Macron, aujourd'hui il est déçu.

    Le bobo aimait les migrants, aujourd'hui, ils les fait refouler surtout lorsque ceux-ci sont au pied de sa porte.

    Le bobo, se promenant en forêt avec sa progéniture fait peur aux animaux à cause du bruit qu'il génère.

    Le bobo va dans les grandes surfaces pour faire ses courses.

    Le bobo est hypocrite ++ il cache sa richesse. En général il est avare.

    Le bobo croit en dieu mais fait croire le contraire.

    Le bobo ne sait pas faire l'amour avec son épouse, il devient bonobo avec les autres femmes.

    Le bobo a un jardin de mètre carré ou il plante des échalotes à l'envers.

    Le bobo a des chaussettes vertes et une veste rouge avec un pantalon jaune.

    Bon, je m'arrête là sinon j'y passe la journée que je vous souhaite bonne.

  • Simple curiosité, vous qui semblez aimer étiqueter, quelle serait votre étiquette ?

  • Allo maman bobo???

  • "Simple curiosité, vous qui semblez aimer étiqueter, quelle serait votre étiquette ?"
    Je vais l'aider à trouver la vôtre !

  • Les extreme-droites me débecquetent, mais la lecture des pamphlets des nouveaux pétainistes, poujadistes et autres néo-nazis est instructive quant aux maux dont souffre la société francaise, meme s`ils sont a dessein tres exagérés. Il y a bien-sur le sentiment d`une trop grande inégalité des revenus, mais il y a également la perception d`un laxisme judiciaire envers la délinquance de rue. Viennent ensuite l`immigration clandestine, en particulier musulmane, qui ne déclenche plus seulement le vieux réflexe "ils viennent manger le pain de Francais" mais aussi la peur du terroriste. Rien de vraiment nouveau finalement (a part la peur du terroriste), mais il ya le fait que ces maux sont percus comme s`aggravant d`un cycle présidentiel a l`autre depuis pres d`un quart de siecle. La pandémie risque de ne pas arranger les choses car il y a d`un coté les salariés compensés qui auront pu accroitre leurs économies (faute de pouvoir tout dépenser) et tous les petits entrepreneurs mais surtout le petit peuple des jobs sous-payés qui forment le gros des troupes des gilets jaunes. Alors, printemps francais torride en 2021 ?

  • Voici les définitions de bobo que donne Wikipédia:

    Selon le sociologue Camille Peugny :

    « une personne qui a des revenus sans qu’ils soient faramineux, plutôt diplômée, qui profite des opportunités culturelles et vote à gauche».

    et selon le professeur de sociologie Michel Clouscard:

    "économiquement à droite et idéologiquement à gauche ; le plus souvent, le bobo se prétend du peuple tout en possédant un gros patrimoine et d'importants revenus ; il n'a par conséquent pas la mentalité d'un homme du peuple, qu'il soit prolétaire, artisan ou marginal."

    On peut donc mieux beaucoup cerner le bobo:

    -Le bobo fait partie d'une classe privilégiée et n'est donc pas dans le besoin.

    -Le bobo vote à gauche par idéologie (gauche sociale etc.)

    -mais il est économiquement à droite par intérêt.

    Et je pense que la majorité des journalistes et des enseignants se retrouvent dans la catégorie des bobos. Je ne dis pas ça ironiqement mais seulement parce qu'il est vrai que la majorité d'entre eux sont économiquement à droite mais idéologiquement à gauche.

    Le bobo n'est donc pas si difficle à cerner que ça!

  • Cerner le bobo suite: (toujours de Wikipedia)

    Selon le livre Bobos in Paradise: The New Upper Class and How They Got There de l'Américain David Brooks, publié en 20003, définit le bobo comme:

    -une personne aisée.

    À partir de cette définition générale, différents attributs peuvent être ajoutés à l'archétype du bobo :

    -urbain
    -écologiste
    -idéaliste
    -arrogant, etc.

    Dans les pays anglo-saxons, le terme « bobo » est peu utilisé. Il existe de nombreuses variantes relativement proches :

    -champagne socialist

    -Neiman marxist (probablement un jeu de mot sur le nom du magasin chic Neiman Marcus)

    -limousine liberal

    -dink

    Entre d'autres termes les bobos c'est la gauche caviar moralisatrice, bienpensante, donneuse de leçon! Faites ce que je dis pas ce que je fais!

  • >>> "Insulte suprême coupant court au dialogue. On ne discute pas avec un Bobo".
    Remplacez "bobo" par "populiste", "complotiste", "trumpiste", "négationniste", "coronasceptique", "fachosphère", "xénophobe", "islamophobe", "homophobe" et vous aurez une image un peu plus réaliste de qui est incapable de discuter.

  • @ Ex Machina: Entièrement d'accord avec vous. D'ailleurs, il n'y qu'à écouter la RTS ou lire les journaux pour s'en rendre compte!

  • On a bien compris que bobo était synonyme de gauche-caviar et qu`on y range un peu n`importe qui pourvu que ses idées soient humanistes-écologiques et qu`il n`ait pas de probleme de fins de mois. Pour ceux que ca intéresse, en Hongrie et en Pologne ou des sortes un ultra-nationalisme conservatrice jusqu`au sang (genre: les femmes sont faites pour le fourneau et la reproduction) sont au pouvoir en ce moment, le bobo est appelé libéral-communiste, aléas de l`histoire obligent.

  • "en Hongrie et en Pologne ou.... (genre: les femmes sont faites pour le fourneau et la reproduction) "

    Seulement chez ces "mécréants...."? De tels mots servis pour les mahométans et vous les taxerez de racistes, haineux et j'en passe, comme déjà accusés à plusieurs reprises par vos soins.

Les commentaires sont fermés.