Complotisme, une pseudo-religion est née

Imprimer

RembrandtChristDansLaTempetesabella Stewart Gardner Museeum, Boston, USA 2.jpeg

"Christ dans la tempête" tableau de Rembrandt volé en 1990 au Musée Isabella Stewart Gardner de Boston.

L’actuelle succession d’événements majeurs à la fois néfastes et malaisément explicables nous fait perdre la boule. Persistance du Covid-19, retour de l’islamoterrorisme, effondrement moral de la première puissance mondiale, désinformation massive via les réseaux sociaux. Dans ce climat pestilentiel, la superstition a trouvé un nouveau masque : le complotisme.

Certes, ce mal social n’est pas tout neuf lui non plus. Il est même aussi vieux que le pouvoir. Ce qui est nouveau, en revanche, c’est la puissance virale que lui confèrent les réseaux sociaux et son association avec une forme sécularisée de la superstition.

 

 

 Qu’entend-on par complotisme ? Hasardons cette définition puisée à diverses sources dont celle du professeur Peter Knight (Université de Manchester): Il s’agit d’un récit théorique en apparence cohérant qui dénonce un complot imaginaire ou fantasmatique ourdi prétendument par un groupe occulte de décideurs en vue de s’octroyer des avantages illicites ou illégitimes. 

Pour imaginaire ou fantasmatique qu’il soit, ce récit offre peu de prise à la réfutation. Tout d’abord, le simple fait de mettre en question le récit complotiste est interprété par ses auteurs comme un élément même du complot qu’ils dénoncent. Celui qui conteste ce récit, aussi rationnels que soient ses arguments, se voit ainsi enfermé dans une souricière dont il lui sera bien malaisé de sortir.

Le complotisme s’appuie sur une vieille dérive que l’on croyait à tort asséchée par la sécularisation de la société : la superstition. Risquons derechef cette définition : Croyance irrationnelle à l'influence, au pouvoir de certaines choses, de certains faits, à la valeur heureuse ou funeste de certains signes.

Orphelins des croyances

Comme chacun le sait, la croyance en Dieu a été supplantée, dès le XIXe siècle, par une autre, celle dans la toute-puissance de la Science. Avec de nouvelles superstitions, nées de cette certitude, que les guerres allaient être dépassées, la criminalité jugulée, les épidémies vaincues, la faim reléguée aux oubliettes, la pauvreté réduite au statut de témoin d’une époque révolue. Hélas, deux guerres mondiales cataclysmiques, Hiroshima, Tchernobyl, les polémiques nées du dérèglement climatique, les catastrophes environnementales, la persistante misère des uns et l’insolente richesse des autres, ont fait tomber la Science de son divin piédestal.

L’irrationnel et le sentiment superstitieux qui l’exprime sont donc devenus orphelins. Ils ont trouvé dans les théories du complot, jusqu’alors confinées dans un cercle étroit d’allumés, un support à leur taille. Une nouvelle confession est née : le complotisme. Elle a engrangé d’autant plus de fidèles qu’elle est consubstantiellement liée à l’explosion virale des réseaux sociaux qui font du crétin le plus abyssal l’égal intellectuel du génie le plus éprouvé.

Damné succès du succédané

Le damné succès de ce succédané de religion lance aux sociétés humaines du XXIe siècle un défi qui les laisse muettes pour le moment.

C’est donc un nouvel esprit laïque qui devrait naître pour s’opposer à cette nouvelle forme d’obscurantisme qui se répand partout, constituant un danger mortel pour la liberté individuelle, la démocratie et l’Etat de droit, ce ternaire qui rend humaine la vie sociale.

Ce combat est d’autant plus malaisé à conduire que les complots existent bel et bien dans la plus tangible des réalités. Celui monté par les nazis pour déclencher la Seconde Guerre mondiale – à savoir faire croire à une attaque de la Pologne contre le IIIe Reich – en est l’exemple le plus célèbre. A la fin de la guerre d’Algérie, l’extrême-droite française a monté des complots pour attenter à la vie du général de Gaulle. Et les complots mafieux ne sont pas une vue de l’esprit.

Dès lors, même en temps « normaux », il est difficile de distinguer le complot « complotiste » du vrai complot.

Qui plus est, nous vivons aujourd’hui une époque particulière où règne sur toute la planète la contamination au Covid19. Comme les religieux, les médias et les politiciens ont perdu toute crédibilité depuis belle lurette, le grand public s’est tourné vers les scientifiques – même si la science a perdu sa majestueuse majuscule – pour répondre à son questionnement angoissé.

Il est tombé de haut, ce grand public, en découvrant que la science est avant tout tâtonnements, questionnements, recherches, doutes, remises en cause, bref toutes démarches qui ne sauraient délivrer de la certitude sur ordonnance.

Poussés sans doute par l’angoisse collective, les «sachants» se sont lancés dans les polémiques médiatiques, ce qui n’est pas du tout leur terrain, l’un disant le contraire de l’autre, à l’instar du psychodrame de la chloroquine.

Ajoutons à cela, les mesures confuses (un jour pas de masque, un autre, masque obligatoire) ou incompréhensibles (cavistes ouverts, librairies fermées) prises par le pouvoir politique en France mais aussi dans de très nombreux pays, avec d’autres décisions mais une semblable incohérence.

Bref, le virus complotiste ne pouvait trouver meilleur terrain pour infecter les esprits. Grossières infox ou habiles documenteurs, toutes ces cérémonies complotistes ont trouvé dans le « stupéfiant Image » (cf. Régis Debray) la plus entêtante des liturgies.

Domestiquer la Bête en nous

Les contre-enquêtes menées, souvent remarquablement, par d’authentiques journalistes, se révèlent essentielles pour remettre les pendules déréglées à l’heure de l’intelligence. Essentielles, car elles dégonflent des baudruches. Mais non suffisantes car si elles satisfont les attentes de la raison, ces contre-enquêtes, situées uniquement sur le plan rationnel, deviennent inopérantes pour désamorcer la dimension irrationnelle qui est nourrie par les liturgies complotistes.

Les rationalistes prôneront aussitôt d’éradiquer par l’enseignement et l’éducation, les tumeurs irrationnelles. Vaine tentative. Pendant des siècles, enseignants, penseurs, savants nourris par les « Lumières » s’y sont efforcés. Mais chassé par la porte, l’irrationnel est revenu par la cheminée. Inutile de boucher toutes les issues, il s’insinue par les plus infimes interstices.

Pour domestiquer la Bête en nous, les Anciens avaient mis au point des rituels qui permettaient à l’irrationnel d’avoir communication avec les connaissances de la raison. Entre eux, le dialogue était permanent et permettait à l’irrationnel de diffuser à l’humain sa force venue du fond des âges.

Mais par ce phénomène d’entropie qui semble guider nos vies, ces rituels codifiés ont été monopolisés dans les mains de quelques-uns qui ont cédé à la tentation de dominer les autres humains. Toutes les grandes institutions religieuses ont vécu cette évolution, de lien qui libère au lien qui entrave.

Pour surmonter cette période délirante que nous subissons actuellement. Il faut certes remettre la raison au centre de l’action collective. Mais on ne saurait faire l’économie d’une domestication de l’irrationnel.

 C’est une nouvelle relation avec ce qui nous dépasse, avec le cosmos, l’infiniment grand, l’infiniment petit qu’il conviendrait d’entreprendre et un nouveau récit sur la vie-mort qu’il faudrait proposer aux humains. Une nouvelle religion ? Peut-être. Mais en prenant garde de pratiquer dans ses murs tout neuf, une sortie de secours !

Jean-Noël Cuénod

Commentaires

  • Une définition wiki approprié sur un trouble:

    "La psychose est un terme générique en psychiatrie désignant un trouble ou une condition anormale de l'esprit, évoquant le plus souvent une ou des obsessions avec pour résultat une « perte de contact avec la réalité ». Les individus souffrant de psychose sont nommés des « psychotiques »."

    La psychiatrie ne peut pas faire grand chose pour ces personnes puisqu'elles n'ont pas conscience de leur état et croient que leur psy invente leur état.

    En fait, la question que je me pose, c'est au sujet de l'origine de des troubles chez les complotistes.
    On sait que la surpopulation favorise le stress, l'agressivité, mais le cerveau ne favorise t'il pas aussi une réalité imaginaire pour se protéger ?
    Poser la question, c'est réfléchir aux développements de nos sociétés et son impact sur l'humain.

  • Le complotisme répond peut-etre a un besoin, celui de trouver le "coupable" d`un malheur, coupable qu`il fera ensuite si bon de hair qu`on s`en trouvera un peu anésthésié dans notre malheur. Et puis, une théorie du complot donne le sentiment de comprendre, ce qui a l`effet de nous rassurer un tant soit peu. Cela dit, comme vous le dites, difficile de lutter contre le complotisme car les complots sont parfois réels.

  • Au delà des "mot/maux" complotisme il y a nos petits indépendants, qui souffre de cette crise sanitaire et surtout économique! Très peu sont aidés, beaucoup n'ont plus d'argent! Qui va leur donner de l'argent simplement pour manger et payer leurs loyers? Ce n'est pas le premier problème de nos politiciens! Beaucoup de petits indépendant vont tout perdre ces 3 prochaines années! Dans quel pays vont ils pouvoir demander l'asile économique?

  • Choisir d`etre un entrepreneur donne l`indépendance mais avec des risques financiers en contrepartie et la pandémie n`a rien changé a cet égard. La collectivité (avec l`argent des impots), en Suisse (ce n`est pas le cas partout), compense en partie les pertes dues au Civid, mais meme la Suisse n`est pas assez riche pour tout compenser.

  • Devenir un petit entrepreneur n'est pas toujours un "choix serein" c'est parfois une nécessité pour ne pas rester au chômage, ou aides sociales! Là on jette à la rue des milliers de petits indépendants qui depuis des années ne comptent pas leurs heures pour parfois gagner moins qu'un manutentionnaire à la Migros! En supprimant la close de besoin pour les bars/restaurants on a laissé ouvrir beaucoup trop de commerces, résultat les faillites vont exploser ces prochains mois! Je pense très fort a eux!

  • Evoquer les complots de l'Allemagne nazie, cela ne mange pas de pain. Tous les comploteurs étant morts. Et si on parlait des complots plus récents? Il y a l'embarras du choix. Pour en rester à la 2me guerre mondiale: Operation Pike et Opération Unthinkable. Puis après la guerre: Opération Northwoods. Ensuite l'assassinat de JFK, de MLK et de RFK. L'incidend du Golfe du Tonkin. Le 911. Puis le père de tous les complots, le plus célèbre qui relègue les complots nazis au rang d'amateurs: les armes de destruction massive de Saddam Hussein avec démonstration devant les représentants des peuples de toute la Terre. Ensuite le PNAC qui annonce la couleur, mais pas les moyens. Ensuite le remodelage du Moyen-Orient révélé par Wesley Clark. Ensuite le coup d'Etat en Ukraine.

    Le complot commence quand les gouvernements relayés par une presse aux ordres ont recours aux mensonges comme dans les affaire Skripal et Navalny avec bien sûr présomption de culpabilité alors qu'il n'y a aucune preuve.

    Exemple de mensonge:

    https://www.les-crises.fr/navalny-l-invention-du-principal-opposant-politique/

    La vérité sur ce type, la voilà:

    https://www.youtube.com/watch?v=2GGFVOY6_r0&list=ULIw8Sb07jJsE&index=170

    https://www.youtube.com/watch?v=2GGFVOY6_r0&list=ULIw8Sb07jJsE&index=170

    Autre mensonge flagrant:

    https://www.youtube.com/watch?v=YYp_zpyUweQ&list=ULIw8Sb07jJsE&index=21

  • "walter hallstain" était l'un d'eux, il est devenu le premier président de cette Europe voulut par hitler en 1942! On trouve un article très intéressant sur "walter hallstein" sur le site de médiapart!

  • C'est vrai que le Faurisson/ 2 lui, y connaît un bout en complotisme... C'est même une seconde peau chez lui!

  • Le complotisme n'est pas une religion qui a été crée par des complotistes. C'est la nouvelle poubelle dans laquelle les "bien pensants" balancent toutes opinions qui ne leur convient pas, et ce sans avoir besoin d'en discuter ou argumenter puisque c'est du complotisme. On va quand même pas discuter avec des gens qui pensent que la terre est plate (quand même 49% des Américains puisqu'ils ont voté pour Trump).

    Et comme les accusations de "populisme", "x-phobisme", "climatosceptique" etc commençaient a s’essouffler, fallait bien renouveler un peu la toolbox du bon petit militant.

  • Ça me fait penser à tous ces consiprationnistes qui prétendent qu'il y avait un complot derrière la mort de Kennedy alors qu tout le monde sait désormais que c'est son garde du corps dans la voiture qui suivait qui lui a tiré dessus par erreur en croyant le protéger!

  • "Cela dit, comme vous le dites, difficile de lutter contre le complotisme car les complots sont parfois réels."

    Au contraire, c'est beaucoup plus facile de traiter tout lanceur d'alertes de complotiste, comme ça ceux qui débusquent les vrais complots passent pour des fous, sont décrédibiliser et les conspirateurs protégés!

  • L'être humain a toujours été dans l'incompris, la peur d'où ses croyances à tout et à rien. En fonction de ses différents environnement, de ses capacités cognitives l'homme a essayé, lorsqu'il a eut des mots et une conscience, de partager des sons et des rituels, des symboles. La transmission de ceux-ci a certainement permis aux peuplades des échanges passant de l'entropie à la néguentropie et ainsi de suite en fonction de ses découvertes.

    Il lui a fallu développer ses cinq sens dans une évolution imparfaite. L'évolution n'a pas fait de lui la plus belle fleur de la planète loin s'en faut.

    La science n'est pas une religion, elle est née lorsque l'humain a pris conscience qu'il pouvait dominer le feu et le silex, gagner le pouvoir sur le faible, mais tout cela est un e autre histoire.

    Le complotisme répond aux croyances et aux désirs des ignorants raisonnant avec leurs sentiments, leurs idéologies et leur très petite culture. Le scientifique avance avec des connaissances, il met la main à la pâte, remet en cause ou améliore des techniques, il invente, créé et fait partager ses découvertes. Ensuite, il y a ce que les gens en font Le complotisme permet à des gens mal intentionnés de prendre le pouvoir ou de mettre à mal le pouvoir en place.

    Les religions ont su parfaitement se saisir de l'ignorance pour passer des dieux pharaons à un dieu conscient et inconscient.. Elles ont inventé les anges du bien et du mal, elles se sont accaparées des inconscients et du conscient de chacun avec des rituels de vie et de mort et des organisations sociales, sociétales. Elles se sont accaparées de notre naissance, de notre vie et de notre mort pour les mettre au service du roi, du plus fort et du plus rusé. Elles ont inventé le paradis, l'enfer et le tribunal des flagrants délires pour le service des puissants, des rois et autres despotes.

    Tout est question d'éducation, de milieux fréquentés, de parcours et de transmission, en résumé de Culture, de pratique des Arts, le cerveau humain en a plus que besoin pour trier les informations, développer ses cinq sens lui permettant une intelligence qui rejailli sur son environnement immédiat.

    Les religions complotent sous le tapis au travers de l'inconscient humain, ça fait plus de 5 000 ans que ça dure. Dieu internet va-t-il changer le monde? Oui, en changeant l'humain pour en faire une citrouille halloween avec deux bras mais sans jambes, d'autres penseront pour lui. Ca risque d'être l'enfer sur terre comme ça a toujours été et ce en fonction du portefeuille et du pouvoir.

  • "Les contre-enquêtes menées, souvent remarquablement, par d’authentiques journalistes, se révèlent essentielles pour remettre les pendules déréglées "
    Il y a pourtant de nombreux exemples où la presse mainstream a complétement participé aux manipulations/complots des États : guerre du Kosovo, guerres du Golfe...
    De plus, le focus de cette presse est aussi une manière de manipulation. Regardez sur qui se porte l'attention, et regardez ce qui est ignoré...
    La guerre en Syrie, en particulier, montre bien qu'il est trop facile de voir des complotistes seulement dans le camp d’en-face. A lire : "La guerre de l'ombre en Syrie" "CIA, pétrodollars et djihad" de Maxime Chaix (2019).

  • Ce qui fait la différence avec une personne saine, c'est le doute. Le complotiste ne doute pas.

    Les complotistes sont dans la croyance et la généralisation (élites, pharma, ...) et ne doutent pas, le monde est pour eux noir/blanc : Ils ne doutent pas de la réalité, ils la nient, et ils n'ont pas de doutes sur leurs "vérités"
    La religion comme le doute est humain, rare est le croyant sans doutes. Même dans une liste de faits qui expliquent tout, le doute peut s'insinuer avec un nouvel élément qui s'ajoute.

    Les complotistes ne doutent pas, comme des fanatiques religieux. L'origine de ce trouble, est-ce vraiment la personnalité, une défaillance du cerveau ?

    Un complotiste malgré lui, est sain, si il a un fond de doute sur sa croyance.
    Le doute sur son appréhension de la réalité, est la réaction d'une personne saine.

  • Finalement, le mécanisme est assez simple. Trouver une histoire a laquelle les foules ne demandent pas mieux que de croire car cela arrange leurs croyances préétablies (par exemple racisme ou antisémitisme ou anti qquelqu`un/quelque chose) et s`arranger pour faire passer l`histoire a ces foules. Succes garanti.

  • Croire en dieu est déjà être un complotiste au service des religions. Croire que mahomet est allé à Jérusalem au travers d'un songe accompagné de l'ange Gabriel, est du domaine de la psychiatrie. Ses fous ont cru cette idiotie et depuis cette misère mentale a généré des millions de morts.

  • Croire en l`inexistence de Dieu est déja etre complotiste au service des ennemis de la religion... On peut aussi se demander lequel a fait plus de morts, l`islam ou le catholicisme (il n`y a pas photo), les religions ou l`athéisme stalinien et hitlérien qui se complétaient si bien.

  • Voilà la nouvelle religion :
    « Evoquer le sort des femmes », écrit Douglas Murray, des gays, des individus d’origines ethniques diverses ou des transgenres est devenu non seulement une façon d’afficher sa compassion, mais aussi de démontrer une forme de moralité. Ainsi se pratique cette nouvelle religion. « Lutter » pour ces questions et plaider leur cause est devenu une façon de montrer qu’on est quelqu'un de bien ».
    http://passiondelire.blog.24heures.ch/archive/2020/10/29/l-ideologie-vertueuse-pousse-les-meutes-a-la-deraison-869974.html

  • Et maintenant on a l`insigne bonheur d`assister en direct a la naissance d`une théorie du complot avec l`affaire Berset... Le fait d`avoir fait détruire certaines photos avec lesquelles une certaine dame voulait le faire chanter est un bel exemple d`amorcage d`une théorie complotiste puisqu`on peut imaginer n`importe quoi.

  • Et si l'on classait le complotisme parmi les techniques de pointe du marketing politique, ça lui ferait une nouvelle virginité et l'on pourrait s'en servir en toute moralité ?

  • "l`athéisme stalinien et hitlérien"
    Staline et Hitler et leurs disciples sont sont soumis à des idéologies tout aussi prétentieuses quant à la vérité que la plupart des religions. Ils en ont fait le même usage délétère celles-là le font, et continuent à le faire, dans des circonstances bien connues, même si c'est à moindre échelle.
    Mais "correlation" n'est pas identique à "cause", comme nous l'enseigne la science, et tous les athées ne sont ni staliniens ni hitlériens, comme tout les croyants ne soutiennent ni la Saint Barthélémy ou la Sainte Inquisition.

  • Une évidence qu'il faut sans cesse rappeler.

Les commentaires sont fermés.