Europe-Suisse : tourner la page blochérienne

Imprimer

UE, Suisse, Europe

Les nationaux-conservateurs de l’UDC ont essuyé ce dimanche, une lourde défaite. Le peuple, à 61,7%, et les cantons (22 contre 4) ont rejeté leur initiative «pour une immigration modérée» qui, en fait, visait la libre circulation entre l’Union européenne et la Suisse. L’idéologie blochérienne, qui a plombé la politique suisse pendant des lustres, vient de prendre un sacré coup de vieux.

La page nationale-conservatrice doit désormais être tournée. Il y a six ans, lorsqu’elle a fait passer d’extrême justesse son initiative pour imposer des quotas à l’immigration des Européens, l’UDC avait entonné son chant du cygne. Il s’est rapidement mué en couac de canard enroué. Car toute idéologie, celle de l’extrême-droite populiste ne fait pas exception, se heurte un jour ou l’autre au mur du réel géopolitique.

Loin d’avoir renforcé la Suisse, pour maigre qu’il fût, le succès de l’UDC l’avait affaiblie face à l’Union européenne qui veut renégocier les accords bilatéraux avec la Suisse. Nous avons donc dû en rabattre en adoptant une application très hypocalorique de l’initiative blochérienne qui la réduisait à fort peu et sauvait l’essentiel de la libre-circulation, sans que l’UDC puisse s’y opposer efficacement.

Pour corriger les effets de ce succès transformé en semi-échec, l’UDC a joué son va-tout en essayant de trouver un nouveau biais pour briser la libre circulation entre l’Union européenne et la Suisse. D’où cette dernière initiative. Celle-ci ayant été largement rejetée, la question du libre-passage est désormais dépassée.

Le plus dur reste à faire

Toutefois, le plus difficile reste à faire, à savoir poursuivre les négociations avec l’Union européenne. Celle-ci veut réunir en un seul accord-cadre les 120 signés par Bruxelles et Berne. Or, l’UE est d’autant moins disposée à faire des faveurs à la Suisse qu’elle vit dans la douleur son psychodrame avec la Grande-Bretagne « brexitaire ».

La voie helvétique se révèle donc fort étroite. Un chemin solitaire à la Blocher – pour une économie suisse immergée dans les marchés européens, pour un secteur de la recherche scientifique, grande richesse helvétique, qui ne vit que d’échanges entre cerveaux, pour des Suisses qui vivent ici mais là aussi – aurait conduit tout droit le pays dans les précipices du passé.

Heidi et les framboises du chalet

 On peut regretter la douce époque d’une Suisse à la fraîche innocence de Heidi cueillant avec sa grand-maman des framboises sur le seuil du chalet familial. C’est sans doute à cette image que les blochériens se sont accrochés. Mais dans leur grande majorité, les Suisses sont dotés d’un solide sens de la réalité et d’une vieille habitude de la démocratie semi-directe. D’où l’échec de l’extrême-droite populiste ce dimanche.

Si l’UDC l’avait emporté, la libre-circulation entre Suisses et Européens – « clause guilliotine » – aurait été abolie, entraînant la mort de tous les accords avec l’Union européenne, une catastrophe majeure pour l’économie suisse, atteinte comme les autres par les effets du Covid19.

Cette hypothèque est désormais levée. Grâce à ce résultat, la position de la Suisse face à L’UE n’est pas affaiblie. Elle n’est pas pour autant rendue confortable. L’Union Européenne aura sans doute la tentation de transformer le futur accord-cadre en un texte qui contraindrait la Suisse à s’aligner sur toutes les réglementations européennes sans pour autant qu’elle ait le droit de les voter.

 Le point qui fâche : la politique des hauts salaires pratiquées par la Suisse, championne d’Europe de la fiche de paie (les statistiques de l’Union syndicale suisse ici). La gauche et les syndicats soutiennent l’accord-cadre avec l’UE mais à la stricte condition qu’il ne tire pas les salaires helvétiques vers le bas. Autre danger : l’accord-cadre ne doit pas entraver l’exercice des droits populaires qui sont nettement plus étendus en Suisse que chez ses voisins.

Les négociateurs suisses ont donc sur la planche un pain qui tient plus du seigle valaisan que de la brioche.

Jean-Noël Cuénod

Survol des autres votations suisses de ce dimanche.

Les Suisses ont accepté :

– à 60% le congé de paternité (deux semaines au lieu de … deux jours) ;

– à 50,1% de réserver 6 milliards de francs (5,5 milliards d’euros) à l’achat d’avions de combat.

Les Suisses ont rejeté :

– à 51% la modification de la Loi fédérale sur la chasse qui aurait autorisé, sous conditions, la suppression préventive de loups ;

– à 63% les déductions fiscales des frais de garde d’enfants par des tiers.

Parmi les votations cantonales et communales…

Les Genevois ont accepté :

– à 58%, le salaire minimum à 23 francs de l’heure (21, 30 euros) ;

– à 58% de supprimer 4000 places de stationnement pour faire place aux transports publics et aux pistes cyclables.

Lien permanent Catégories : Politique suisse 18 commentaires

Commentaires

  • Beau billet, mais tiendrez vous les mêmes propos quand la suisse aura 10 millions d'habitants.

  • Quand ce qui se passe en France, soit les assassinats d’innocents parce que y Juifs et Chrétiens,: couteaux, hache, voiture bélier et j’en passe, vous ne mènerez plus large les gauchistes!

  • Cette défaite ne veut pas dire que le NON était LA BONNE SOLUTION! Prenons le cas de Genève ou plutôt du "Grand-Genève", composé de 3 entités, Genève Ville, Genève Canton, et toute la Région frontalière! Dans ces 3 entités les quelles sont dans les chiffres noirs et les quelles sont dans les chiffres rouges? La réponse va de soit, Genève ville 1 milliard de dette, Genève Canton 13 milliards de dette, et toute la Région frontalière qui jouit d'une belle santé économique! Si la région frontalière jouit de cette situation enviable, c'est au détriment de Genève-Ville-Canton! Si on n'est pas capable de voir ça, c'est désespérant! Ce qui vaut pour Genève vaut pour tout l'arc jurassien, pour Bâle, mais aussi pour Zurich, et bien sûr pour le Tessin! Un petit reportage il y a quelques temps à la télé nous montrait que les italiens qui travaillent au Tessin ont des salaires inférieur de 20% aux salaires des travailleurs domiciliés au Tessin! L'effondrement des rentrées fiscales ces prochaines années partout en Suisse sera dramatique, et l'affaire du covid ne va rien arranger! Celui qui gagne une bataille n'a pas gagné la guerre! Alors pas trop de triomphalisme! Cet effondrement ira de paire avec un effondrement de tout l'économie entre autre des achats dans tous les commerces du pays! Les gens vont faire des économies sur tout, qui peut leur en vouloir???

  • Pour comprendre comment l'Europe de Bruxelles détruit les emploies des travailleurs européens et suisses! Sur youtube "Routiers Low cost" On les qualifie de "nouveaux esclaves"! Mais leur présence partout en Europe de l'Ouest et en Suisse met au chômages des dizaines de milliers de routiers et de livreurs! Ni la gauche ni les syndicats ne s'en émeuvent c'est dramatique!

  • C`est toujours curieux de voir comme les supporters de l`UDC sont fanatiquement opposés a l`immigration alors que du fait de la tranche d`age a laquelle ils appartiennent en général c`est eux qui ont le plus intéret a ce que la proportion entre actifs et retraités s`améliore en faveur des actifs afin que les retraites puissent continuer a etre financées. Comment croient-ils que leurs retraites sont financées ?

  • Ah bon vous parlez de migrants actifs??? Ils sont où??? Aux terrasses des cafés avec 2 portables pour chacun!

  • "L’idéologie blochérienne, qui a plombé la politique suisse pendant des lustres, vient de prendre un sacré coup de vieux."
    On en reparlera quand on discutera de l'accord -cadre...

  • "la fraîche innocence de Heidi cueillant avec sa grand-maman des framboises sur le seuil du chalet familial"
    J'ignorais que la grand-mère était revenue et qu'on pouvait cueillir des framboises sur le seuil d'un chalet...
    A part Heidi, je partage assez largement votre analyse.

  • Mais cette grand mère et comme ces framboises qui poussent jusqu'à 6000 mètres, elle est trans.................génique

  • Merci cher Monsieur. Faites pousser des framboisiers tout près de la porte de votre chalet. Et Heidi se matérialisera aussitôt! Bonne soirée

  • Merci cher Monsieur. Faites pousser des framboisiers tout près de la porte de votre chalet. Et Heidi se matérialisera aussitôt! Bonne soirée

  • @Degoumois Je ne sais ou vous vivez, mais a Geneve la moitié de la population est migrante ou enfants/petits-enfants de migrants. Sans eux, Geneve ne fonctionnerait tout simplement pas. Quand a la Suisse, sans le travail des migrants dans le secteur privé elle n`aurait certainement pas les moyens de se payer les avions de guerre dont vous avez peut-etre voté l`achat avec enthousiasme.

  • Je vis à Genève et je regarde la rue, les terrasses de cafés et les poussettes! Votre discours est un grand classique de la désinformation! Un exemple le personnel hospitalier qui est à 60% frontalier à Genève! On explique que les suisses ne veulent pas faire ce travail c'est faux! La formation en Suisse est beaucoup plus difficile qu'en France, avec beaucoup de recalés à la fin de la première année! La formation française est beaucoup plus facile et moins complète! Et ça vaut pour d'autres branches! On licencie les suisses et après on dit qu'ils ne veulent pas travailler! En cas de pandémie grave la France à le droit de réquisitionner le personnel hospitalier frontalier! Je vous laisse juge de ce qui peut se passer aux HUG avec 40% 60% de personnel en moins! Pour information la grippe de 2015 a fait 7% de surmortalité en Suisse et près de 14% de surmortalité en France! La France qui a des hôpitaux sous équipés!

  • @Degoumois Les "frontaliers" sont pour une bonne partie constitués de gens qui ont migré en France, donc de ces migrants que vous traitez en sous-hommes. Geneve est aussi pleine de migrants venant d`ailleurs et dont le travail vous permet de vivre et de raconter n`importe quoi sur internet.

  • Cher Monsieur suisse par mon père, je suis français pas ma mère! Quand elle travaillait au Registre foncier ces collègues français vomissaient en parmanance sur les suisses et la Suisse! Le terme "libre circulation" implique un semblant de parité entre les entrées en Suisse et les sorties direction France le matin pour aller travailler! Et que voyez vous le matin???

  • "Si l’UDC l’avait emporté, la libre-circulation entre Suisses et Européens « clause guilliotine » aurait été abolie, entraînant la mort de tous les accords avec l’Union européenne" au delà de votre suffisance béate, votre billet n'est que de la désinformation. Ce ne sont que les 7 accords de départ qui sont liés à la clause guilliotine et ce ne sont pas ceux qui ouvrent réellement le marché UE, accord de libre echange 1972 oblige. Il est regrettable que les Suisses se soit laissés intimider par toutes ces fakenews. Bon ce n'est qu'un votant sur 10 qui a changé d'avis par rapport à 2014. C'est facilement retournable surtout lorsque vos coreligionnaires de gauche trahirons le simple citoyen une fois de plus en dénaturant les mesures d'accompagnement pour satisfaire Bruxelles qui n'en veut plus, laisant alors les travailleurs de ce pays à la merci d'une concurence déloyale.

  • "Si l’UDC l’avait emporté, la libre-circulation entre Suisses et Européens « clause guilliotine » aurait été abolie, entraînant la mort de tous les accords avec l’Union européenne" Ce passage n'est pas correcte, ce ne sont que les 7 accords de départ qui sont liés à la clause guilliotine et ce ne sont pas ceux qui ouvrent réellement le marché UE, accord de libre échange de 1972 oblige. Il est regrettable que les Suisses se soit laissés intimider par toutes ces fakenews. Bon ce n'est qu'un votant sur 10 qui a changé d'avis par rapport à 2014. C'est facilement retournable surtout lorsque vos coreligionnaires de gauche trahirons le simple citoyen une fois de plus en acceptant de dénaturer les mesures d'accompagnement pour satisfaire Bruxelles qui n'en veut plus, laisant alors les travailleurs de ce pays à la merci d'une concurence déloyale.

  • "Make Switzerland great again" hein ?

Les commentaires sont fermés.