Poésie à lire et à ouïr- REGARDS

Imprimer

poésie,haïku,tanka,covid-19

Sa Majesté Covid XIX remue toujours le monde de son sceptre. L’incertitude fait vice sans fin pour nous autres, les agités du bocal mondial. Première vague qui dure ou deuxième vague qui menace ? Pour le moment, ce sont les vagues de faillites qui déferlent. La sérénité est un luxe que l’on peut s’offrir en changeant de regard. C’est gratuit. Comme la 18esérie des Tankas Covidiens.

A LIRE

Le voile dévoile

Quand la robe se dérobe

Regards égarés

                       Mirages au coin des rues

                       Je n’y comprends plus rien

 

Elargir la brèche

Par la force du regard

Et le mur s’évade

                       Bruits des chaînes rompues

                       Cœurs humains au grand galop

 

Angoisse à Paris

Les arbres fers aux pieds

Vont-ils s’échapper ?

                       Défiler en rangs serrés ?

                       S’unir pour faire forêt ?

 

Sucre d’un parfum

Dans la tasse du matin

Ville moins amère

                       Renaissance d’une femme

                       Par grâce de l’odorat

 

Le matin d’orage

A un goût d’orange amère

L’air étend son baume

                       Le jardin ouvre son corps

                       Vers les fruits de l’éclair

 

La mort cuivrée

Se glisse entre les pierres

Peur silencieuse

                       Par le 8 de ses anneaux

                       Elle unit terre et ciel

 

Chute de la pive

Evènement saisissant

Sur les sentiers d’août

                       Les fourmis se mobilisent

                       L’encens des sapins s’élève

 

Le chevreuil surgit

Ange de terre et de sang

Pour nous avertir

                       De quel bonheur ou malheur ?

                       Nous le saurons mais trop tard

 

Au fond de la grotte

Un vertige souterrain

Secoue le chercheur

                       Ciel six pieds sous terre

                       Pourquoi ailleurs le chercher ?

 

Par ta main je vois

Le chemin dans les ténèbres

Cécité lucide

                       Pas de regard sans amour

                       Sans guide pas de soleil

Jean-Noël Cuénod

A OUÏR


podcast

Lien permanent Catégories : Poésie L'Or du temps 1 commentaire

Commentaires

  • Pourquoi ne pas parler des causes du virus et de l'ensemble des pollutions et pauvreté, mauvaises hygiène et alimentation en Chine ce marché concerné avec, m'a-t-on dit, une énorme inondation aux eaux usagées, Ma question s'adresse à la presse en général.

Les commentaires sont fermés.