Emmanuel Macron ou le 14 juillet du futile et de l’utile

Imprimer

Capture d’écran 2020-07-14 à 16.24.56.png

Emmanuel Macron en plein tic mitterrandien.

Avec Macron, c’est toujours le même topo. Avant son intervention publique, les médias moulinent pour monter la mayonnaise : « Vous allez voir ! Un nouveau tournant sera annoncé. Si, si ! Peut pas faire autrement à 600 jours de la fin de son mandat ! Il doit renverser la table ». Mais la table campe sur ses pieds et la mayonnaise ne prend pas.

Il en fut de cette interview du 14 juillet comme des autres prestations télévisuelles fulminées des hauteurs élyséennes. Tenue présidentielle de combat composée d’un costume bleu pétrole, d’une cravate couleur marine nationale, avec juste une micro-touche de couleur offerte par la framboise de la Légion d’honneur sur son canapé de Chantilly.  Regard d’azur en plongée dans les yeux des Françaises-Français. Gestuelle sobre et précise avec l’étonnante reprise du tic de François Mitterrand, les doigts d’une main grattant le dos de l’autre. Discours dont la forme déterminée est destinée à camoufler le flou du fond (pas facile à prononcer d’une traite, essayez donc pour voir !)

La liste habituelle

Après cette interview présentée comme une « première » de ce quinquennat, nous ne sommes guère avancés, le président ayant redéployé la liste de ses projets mille fois énoncée : pas de hausse d’impôts malgré les aides massives pour soutenir l’emploi mis à mal par le confinement, la dette aussi étalée que « la mer toujours recommencée » (Paul Valéry), plus d’apprentissages et moins de stages (on fait comment ?), masques obligatoires dans les lieux confinés (on croyait que c’était déjà chose faite mais non-appliquée), caméra-piéton pour les flics en intervention, réforme de la Constitution qui ne mange pas de pain afin d’y inclure la lutte contre le réchauffement climatique et la préservation de la biodiversité.

Le président français a voulu placer le défilé du 14-Juillet sur les Champs-Elysées sous signe de la gratitude envers les soignants et tous ceux qui sont placés en première ligne de la « guerre » contre la Covid-19. Lors de son interview télévisée, il a furtivement abordé les inégalités que le confinement et la contamination ont rendues plus visibles. Mais sans se prononcer sur la plus criante d’entre elles : celles qui séparent les Chevaliers de l’Utile aux Champions du Futile.

Chevaliers de l’Utile et Champions du Futile

Les professions essentielles au fonctionnement quotidien de la société – infirmières, infirmiers, aides-soignantes, personnel des maisons de retraites, éboueurs, caissières de supermarché, livreurs – figurent au nombre des plus chichement rémunérées et des plus mal considérées socialement (« Si tu ne travailles pas à l’école, tu finiras comme la dame à la caisse !»[1]).

 Comme par hasard, ces professions sont particulièrement exposées lors des périodes de contamination. Comme par hasard, les femmes y sont souvent majoritaires. Les Chevaliers, ou plutôt les Chevalières de l’Utile sont transparentes au regard de la société. Mais sans eux, sans elles, le pays ne fonctionne plus.

A contrario, les Champions du Futile gagnent gros et leurs risques d’attraper la Covid-19 restent mesurés. Comparer, par exemple, le salaire d’un footeux à celui d’un éboueur a de quoi donner le vertige. « Comparaison n’est pas raison » me rétorquerez-vous. « Cela n’a pas de sens de mettre en parallèle la situation d’une vedette du PSG avec celle d’un agent de la voirie parisienne ». C’est vrai. Cela n’a de sens… Dans la mesure où l’on peut fort bien se passer du footballeur mais en aucun cas de l’éboueur. Un mois sans match au Stade de France et un mois avec des poubelles qui débordent sur les trottoirs et les rues de Paris, cela ne saurait se comparer, en effet !

De même, les indécents avantages que s’octroient les hauts dirigeants des groupes financiers ou industriel deviennent de plus en plus insupportables au regard des Chevalières et des Chevaliers de l’Utile. « Oui, mais contrairement aux footeux, ils sont utiles, eux. Il est normal que l’on paye grassement les meilleurs », poursuivrez-vous.

 Certes, mais à la condition qu’ils fassent bien leur boulot. Or, les exemples ne manquent pas de grands patrons dont les erreurs et les incompétences ont été récompensées par des parachutes dorés. Qu’une caissière commette des erreurs, et vous verrez la couleur de son parachute !

A cette injustice fondamentale et à toutes les autres qui en découlent plus ou moins directement, Emmanuel Macron n’a rien à répondre. Ce qui est d’ailleurs compréhensible. Pour inverser la situation des Chevaliers de l’Utile avec celle des Champions du Futile, il faudrait un changement radical de société. Et ce n’est pas pour ça que ce président a été élu.

Jean-Noël Cuénod

[1] A lire « Les Tribulations d’une caissière » d’Anna Sam paru chez Stock en 2008)

Lien permanent Catégories : Politique française 6 commentaires

Commentaires

  • Le gouvernement francais a-t-il le pouvoir de réduire les tres hauts salaires du privé et ceux des footballeurs stars ? La réponse est évidemment non et c`est pareil pour ce qui est d`augmenter les bas salaires que seuls les syndicats peuvent faire bouger en faisant pression sur les entreprises. Macron pourrait a la rigueur faire augmenter le salaire minimum mais, en fin de compte, c`est l`état de l`économie qui a le dernier mot. Si Macron augmentait sensiblement le salaire minimum, des flopées d`entreprises devraient licencier pour rester a flot.

  • En vérité, il est tres difficile de gouverner un pays démocratique d`économie libérale comme la France. Multitude d`intérets économiques divergeants, partis d`opposition uniquement préoccupés a multiplier (ou ne pas perdre) leurs électeurs en faisant feu de tout bois, toxicité économique non seulement des produits a bas prix chinois mais aussi des pays d`Europe Centrale qui attirent les entreprises ouest-européennes en les exemptant d`impots et de contraintes environnementales ainsi qu`en leur offrant une main d`oeuvre bon marché corvéable a merci, criminalité de rue croissante proportionnellement avec la précarisation et, en génarl, l`insatisfaction sociale, gilets jaunes et tutti quanti. Face a ca des pays d`Europe Centrale membres de l`UE qui n`ont guere besoin d`etre gouvernés car leurs chomeurs sont exportés en Allemagne, Autriche et Italie et dont les populations politiquement incultes sont facilement manipulables avec la peur du migrant ainsi que de Bruxelles et de George Soros utilisés a tout bout de champ comme bousc émissaires.

  • Excellent article-chapeau, M. Jean Noël Cuénod,

    Le problème de M. Macron est qu il ne fait pas mystère de ses déclarations dites "Futiles".

    Quand à l "Utilité" de ce qu il dit et ce qu il fait, on verra bien en laissant le temps au temps comme disait Michel Ferhadian :"Il faut laisser le temps au temps, mais chaque jour qui passe, est un jour de perdu. Pensez-y !"

    Bien à Vous M. Jean-Noël Cuénod,
    Charles 05

  • Oui la France pourrait réduire les plus hauts salaires pour des raisons très simples mais aussi complexes comme les milliardaires qui proposeraient, peut être, de faire ses dons .

    --Tout d abord, ça l air de se faire et de marcher aux USA avec une "bonne image et un bel écho publiques" semble t il.

    --L opinion publique est favorable à de telles "générosiités" envers lui surtout après la grave crise sanitaire et économique du Corona.

    --Mais, en contre partie il y aurait un retour d ascenseur afin que les milliardaires et les too big lobbys soient moins taxés et qu ils aient les mains libres afin de mieux gérer leurs entreprises, investissements et leurs fortunes (délocalisations, fermeture d usines, licenciements, travailler plus pour ne pas gagner plus ....). De même, ils auraient le loisir de ne pas avoir l obligation de mettre carte sur table les noms de leurs autres investissements off shore, occultes ou tout simplement non connues....

    Résultats des courses, on perd un peu d une main mais on gagne autant voire même plus de l autre et bingo ...C est très subtil et très facile comme un bonjour. Et ce n est pas le régime de Macron qui est issu d où on sait qui va faire le contraire de ce qu il d après son curriculum vitae. Rappelons-nous qu à l arrivée de M. Macron au pouvoir, M. Pierre Gattaz, l ancien Patron des patrons avait rassuré des grands patrons qui s inquiétaient de leur avenir et sur ce que va faire le nouveau Président Jupiter en leur disant:"Calmez vous les gars, nous au CNPF (Le Conseil national du patronat français), nous avons d ores et déjà remis le MENU à MANU (diminutif de Manuel Macron et non pas Manu Valls :) ), pas de soucis, vous dormirez mieux encore sur vos deux oreilles!"

    Bien à Vous.
    Charles 05

  • Bonsoir M. Jean- Noël Cuénod,

    Je vous prie de me pardonner , il y a eu une erreur de ma part dans mon dernier commentaire. Navré.

    J ai parlé que M. Pierre Gattaz, Ex-Patron des Patrons en France en 2018 avait dit; "Nous avons transmis le "Menu" à suivre par M. Macron, alors que M. Pierre Gattaz avait dit urbi et orbi: "Nous avons remis à M- Macron LE Manuel (et non pas le Menu) à suivre par M. Manuel Macron....dont acte et mea culpa...

    Bien à Vous M. J.N. Cuénod et Merci à votre blog.

    Charles 05

  • Macron est un haut fonctionnaire, identique à son premier ministre énarque. Ils ont bien parlé, ils ont la cravate et les caméras. La réindrexation des retraites n'est pas à l'ordre du jour. L'islam et ses soldats vont continuer à pommader pour mieux avancer. Les délinquants vont continuer leur travail. Bref, c'est le même topo qu'avec Hollandouille, Sarkozy et autres asservis à l'Europe islamisée.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel