Covid_19 Poesie à lire et à ouïr:LE TANKA CONFINÉ

Imprimer

galaxy-3607885_960_720-38cm61kvdi6rhntryguolc.jpg

Se préparer au déconfinement, certes. Mais comment procéder, lorsque les uns brandissent la menace d’une seconde vague coronavirulente et les autres la perspective prochaine d’une catastrophe économique ? Les sachants ne sachant plus, autant vivre en poésie, seul langage qui dit l’indicible. Sixième série de tankas (trois vers de 5-7-5 pieds immédiatement suivi de deux autres de 7-7 pieds).

 

A LIRE

A travers la vitre

Solfège des hirondelles

Sur les fils urbains

                       Ouvrir vite la fenêtre

                       Et les voilà qui s’envolent

 

Je sens sous ta peau

Les étoiles palpiter

Cœur effervescent

                       Dans mon lit l’univers tourne

                       Mes draps une voie lactée

 

Entrouvrir la porte

Les mystères du lit défait

Ne réclament aucune enquête

                       La passion est passée

                       Il est temps de tout ranger

 

La ville s’étire

Chant cinglant des martinets

Et la rue sursaute

                       Toutes ses ombres chassées

                       Un seul chant d’oiseau tout change

 

Tous tes sens émus

Prends le vide à bras-le-corps

Le plein surgira

                       Tu es un être surpris

                       Sable mouvant émouvant

 

Au-dessus des toits

La couleuvre déploie

Ses anneaux d’étoiles

                       Et file vers son big bang

                       Afin que tout recommence

 

Chéris cette mort

Qui donne aujourd’hui ses couleurs

Au soleil levant

                       Nous ne faisons que renaître

                       Dans un grand spasme éternel

Jean-Noël Cuénod

PS : mille mercis à tous les correspondantes et correspondants qui ont posté des commentaires amicaux et émouvants à la suite de l’hommage consacré à Ella, femme à la bonté simple et souveraine.

A OUÏR


podcast

 

Commentaires

  • C`est le dernier qui me plait le plus, bien que je ne sois pas adepte du cyle des re-naissances dans ce monde somme toute bien terne.

    Milliards de soleils
    S`allument et s`éteignent
    Le temps qu`une ame

    Dans son voyage au long cours
    Lie l`Alpha et l`Oméga.

  • Tranche de vie de ce matin, sur le trottoir devant le supermarché:

    Le vieux vagabond
    Qui n`est pas si vieux peut-etre
    Marche lentement

    En promenant son regard
    Sur ces visages masqués.

  • Coronaiku:

    Masques de tissu
    Masquant les masques de chair
    Les yeux sont sinceres.

Les commentaires sont fermés.