Les veilleurs du Covid19-Certitude de l'incertitude

Imprimer

coronavirus, covid19, incertitude, ennui, confinement

Après l’hygiène civique – résistance aux infox, au prurit délateur et la fascination autoritaire –, passons à l’hygiène mentale pour circonvenir les effets de Covid19. Après avoir écouté les diverses et contradictoires annonces du président Macron, de ses ministres et même celles des scientifiques, il est vrai que le vertige peut s’emparer des têtes les plus solides.

A la bourse des confiances, la parole politique sombrait dans les tréfonds vaseux bien avant que ne surgisse le coronavirus. Mais avec la contamination et le confinement qui l’a suivi, l’effondrement s’est révélé encore pire que celui des actions Boeing à Wall Street. Tout le monde a en mémoire la transformation du masque, de colifichet inutile qu’il était, en instrument décisif pour accompagner le déconfinement, entre autres exemples aussi navrants.

La dernière intervention télévisée d’Emmanuel Macron n’a sans doute pas contribué à redonner confiance. Son annonce de déconfiner les écoles en premier lieu a soulevé l’opposition de l’Ordre des Médecins : «Déconfiner le milieu scolaire reviendrait à remettre le virus en circulation»,  accuse le docteur Patrick Brouet, président de l’Ordre. Ce qui prouve qu’en matière de communication politique, le pire reste possible, voire probable.

A la décharge des politiciens, il faut dire que les scientifiques ont émis, eux aussi, des avis contradictoires. Au début de la contamination, mon médecin se faisait rassurant : « Ce n’est qu’une grippette, c’est tout ». On a vu la gueule de la grippette !

Les « sachants » ne sachant plus « sacher »…

Coronavirus a donc pris tout le monde de court. Les « sachants » ne sachant plus « sacher », n’en ont pas moins causé dans tous les azimuts. Certes, des scientifiques ont fait preuve d’humilité en avouant qu’au stade de leurs investigations, ils ne pouvaient émettre aucun avis fondé. Mais voilà, ce genre de discours n’intéresse pas les médias, surtout dans leur format « déformation continue ». La pondération est devenue obscénité.

Si cette frénésie à expliquer ce que l’on ne peut pas encore expliquer a pris une telle intensité, c’est qu’elle correspond à un besoin profond : se projeter.

Depuis la nuit des temps, en dessinant au fond de sa caverne le gibier qu’il allait chasser, l’humain se projette. C’est une façon d’être essentielle à la survie de l’espèce. Comment sortir de la maladie, si l’on ne se voit pas en train de recouvrer la santé ? Comment se sortir des pires tourments, si l’on n’imagine pas un « après » ? Comment supporter sa condition de prisonnier, si l’on ne caresse pas l’espoir de s’évader un jour ou l’autre ?

Toutefois, pour se projeter, il est indispensable de disposer de quelques certitudes, même vagues, quant à l’avenir. Or, Covid19 nous signale que la seule certitude réside dans l’incertitude.

Il n’y plus de plans et les comètes sont éteintes

Bien sûr, il est raisonnable de penser que l’industrie pharmaceutique qui turbine à plein régime trouvera un traitement et un vaccin pour terrasser ce coronavirus. Mais quand ? Dans trois mois ? Dans six mois ? Dans un an, voire plus ? Nous voilà replongés dans l’incertitude et rendus incapables de nous projeter. Nous restons coupés de cet élément essentiel de notre vie. L’humain est ainsi fait qu’il dresse ses plans sur toutes les comètes qui passent. Aujourd’hui, les comètes sont éteintes. Impossible de ne pas en ressentir l’angoisse.

Cette impossibilité de se projeter est accompagnée d’un trouble parallèle dans nos repères vitaux : le bouleversement du rapport espace-temps. En période normale, nous évoluons avec une relative harmonie entre l’espace et le temps ; nous intériorisons leur rapport au sein de notre quotidien, si bien que l’on n’y pense plus. En période covidienne, ce rapport qui faisait partie de notre intime vole en éclats. L’espace est réduit au lieu du confinement et le temps a complètement changé de rythmes.

Si l’on consulte les réactions de notre entourage et les divers échanges sur les rézosociaux, la plupart des confinés se plaignent qu’ils ont encore moins de temps qu’avant. La chose est évidente pour les parents qui doivent jongler entre télétravail et surveillance de la marmaille qui préfère la console de jeux à la table de multiplication.

Espace confiné, temps rétréci et l’ennui ennemi

coronavirus, covid19, incertitude, ennui, confinement

 Cela dit, même celles et ceux qui vivent la retraite semblent ressentir ce rétrécissement du temps qui, logiquement, ne devrait pas suivre celui de l’espace, la journée étant composée de 24 heures, que l’on soit dans un studio ou un palais.  Ce sentiment de temps compressé est sans doute causé par la crainte de l’ennui qui incite à bourrer son agenda de cours de yoga, de Qi Qong sur Zoom, d’initiations à la permaculture sur les sites dédiés ou de palabres interminables sur Skype.

Crainte de l’ennui… Voilà le nœud du problème. L’impossibilité de se projeter et ce trouble dans le rapport intime de l’espace-temps nous fait vivre entre parenthèses, c’est-à-dire au présent. Qu'est-ce au juste que le présent ?, interrogeait le philosophe Henri Bergson dans son livre La Pensée et le Mouvant (PUF) pour mieux répondre : S'il s'agit de l'instant actuel, – je veux dire d'un instant mathématique qui serait au temps ce que le point mathématique est à la ligne, – il est clair qu'un pareil instant est une pure abstraction, une vue de l'esprit ; il ne saurait avoir d'existence réelle.

Nous voilà plongé dans la vacuité de ce présent-abstraction avec son inséparable compagnon, l’ennui… Plus rien à quoi se raccrocher… « La chair est triste, hélas, et j’ai lu tous les livres »[1]. Or, dans la société médiamercantile qui est encore la nôtre, l’ennui n’est pas seulement l’ennemi. Il représente son contre-modèle absolu. Il est associé à cette mort que cette société a pour obsession de nier.

Découvrir l’île de l’éternel présent

Tout nous conduit à ne pas faire apprentissage de l’ennui. Certes, les plus vieux se souviendront de ces dimanches de leur enfance que l’ennui rendait féconds en rêves et en songes. Mais depuis déjà quelques lurettes, nos petits sont privés de ce luxe. A 4 ans, ils disposent déjà d’un agenda de ministre. Chaque minute, chaque seconde doit trouver un emploi. Plus un seul interstice où la rêverie pourrait se glisser. Dès lors, le confinement actuel est douloureusement vécu comme une cure de sevrage aussi brutale que sévère.

Pour réapprendre l’ennui et retrouver ce présent qui était enfoui sous les objets du passé et les commandes de l’avenir, chacun doit trouver sa méthode. Elle commence par le courage de fermer ses écoutilles afin de voguer vers le silence. La tâche est rude, inconfortable. Mais elle contient sa récompense lorsque surgit une île dans l’océan de votre journée : celle de l’éternel présent dans sa pleine lumière.

Jean-Noël Cuénod

PS: Les deux tableaux en illustration sont l'oeuvre d'Edward Hopper qui a peint l'ennui américain comme personne!

 

[1] Premier vers du poème de Mallarmé, Brise marine.

Commentaires

  • macron n'a strictement rien dit d'important pour le peuple français l'autre soir! Rien sur les traitements et sur les résultats alors qu'il a rencontré Didier Raoult, la semaine dernière! ! Et pour cause en écoutant Didier Raoult hier soir, on apprenait que son traitement est le seul qui fonctionne!!!! Que sur les 1065 malades traités, le taux de mortalité est de 0.5%! Je me mets à la place des malades qui ont été traités à Paris, avec les autres médicaments ou pire avec des placebos! Ce sont les nouveau "Morts pour la France", mais leurs noms ne vont pas figurer sur les monuments aux morts, même si pour macron la France est en guerre! Ce type de virus est saisonnier, d'après Didier Raoult et il sait de que quoi il parle! Ce n'est pas le premier virus corona, il a donc de l'expérience avec les précédents! En tout cas mieux que macron, attali ou cohn bendit! C'est fou comme les mauvaises nouvelles ont meilleurs presse que les bonnes! Les gens adorent avoir peur, en tout cas ceux qui se gavent des séries catastrophe, ce qui n'est pas mon cas! Je profite de cette occasion pour regarder mon portable que tous les 2 jours! j'en profite pour faire un petit jeûne, Je vais en balade 4/6 heures tous les jours et j'aère mon appartement! Regardez ce que Michel Foucault disait de la "biopolitique", il y a près de 40 ans! A l'époque où cohn bendit n'était pas du coté des capitalistes!

  • Alors là, bravo ! Et pour une fois je réagis: voici une analyse magnifique de justesse, précision et concision.
    Avec tous mes remerciements et mes encouragements fraternels
    Micklax

  • "Il possédait le seul antidote contre le venin de la vieillesse, il savait lire." - extrait de "Le Vieux qui lisait des romans d'amour" de Luis Sepúlveda qui a traversé aujourd`hui le Styx a bord de la barque du coronavirus.

  • Merci pour vos excellentes réflexions.

    Pour prolonger le questionnement de Bergson sur la notion de présent, Bachelard pensait que « le temps est une suite d'instants. C'est la volonté qui institue une cohésion entre les instants, et nous fait penser à une durée continue, qui n'est pas la définition réelle du temps ». (Wikipedia).

    Par ailleurs, Bachelard a justement théorisé et promu l’importance de la rêverie, des songes, sources de poésie. Tout un programme à notre époque d’introspection forcée !

  • Nous sommes en situation de contrainte. C'est dans cette situation que l'on découvre les différentes typologies humaines et animales. A chacun sa contrainte et ses solutions pour éviter l'ennui. Ecouter les merdias oui, mais avec des pincettes afin de ne pas devenir idiot.

    Il y a mille choses à faire non pour tuer le temps, en profiter pour s'instruire, en tous domaines. Contempler le ciel sans avions et imaginer un autre monde avant l'ère du pétrole, un monde ou l'ennui était justifié, un monde ou la nature avait encore ses droits.

    Il n'y a pas de temps pour l'ennui. L'ennui, c'est comme le tableau blanc ou l'artiste doit faire appel à son imagination, ses rêves. En prenant le pinceau, en choisissant ses couleurs, la main et le cerveau se mettent en accord, le manuel et l'intellectuel sont ainsi en harmonie . le tableau blanc devient une oeuvre personnelle , un moyen de traduire le temps en image, en plaisir d'avoir réalisé un bout de chemin dans ce temps immense et dans un espace diminué. Les gamins gribouillent en se faisant plaisir.

    L'environnement n'est pas pauvre, mais pauvrement regardé. Tout est en fonction de sa Culture et sa typologie mais aussi de son environnement immédiat. la volonté, une énergie disponible qui n'a pas de masse pouvant jaillir dans tous les sens.

    E=mc 2

  • EXCLUSIF - Pour le Professeur Montagnier, découvreur du virus du SIDA et prix Nobel de médecine, le SARS-CoV-2 serait un virus manipulé par les Chinois avec de l'ADN de VIH ! (podcast) voir l'interview qui suit l'article:

    https://www.pourquoidocteur.fr/Articles/Question-d-actu/32184-EXCLUSIF-Pour-Pr-Montagnier-SARS-CoV-2-serait-virus-manipule-Chinois-l-ADN-de-VIH-podcast

  • Arthur, cessez de prendre pour argent comptant tout ce que vous lisez sur le net et voyez sur youtube. Cette "théorie" fumeuse, avait montré le bout de son nez en février déjà. L'Institut pasteur (pour lequel Montagnier a travaillé) a totalement démenti ses propos. Le laboratoire de virologie et génétique de l’EPFL va dans le même sens et qualifie les propos du Prix Nobel de "délirants".
    Je me demande si le Prix Nobel n'influe pas sur le melon.

  • Montagnet raconte n'importe quoi, sa fake news est malheureusement reprise par des ignorants.

  • Montagnet aime les fakes news, reprises bien sûr par les ignorants...

  • L'humour, mieux que tous les parcours spirituels: https://www.facebook.com/watch/?ref=search&v=3162771733947389&external_log_id=4e29d659f5b749943b23c1607fbd9963&q=catherine+et+liliane

  • Pour ma part j'ai écouté attentivement le professeur Montagnier et j'ai plus confiance en ce qu'il dit que dans les propos de macron et compagnie! Mais avez vous seulement écouté ce qu'il dit précisément? NON sans doute! Il y a 2 ans l'ambassade des USA en Chine dénonçant le manque de sécurité du laboratoire de Wuhan! La France est partie prenante dans ce laboratoire, vous pensez que si effectivement il y a eu une fuite dans ce labo la France va s'en vanter?

  • Pour ma part, j`ai tendance a plus prendre au sérieux l`avis d`un prix Nobel spécialiste des virus que celui d`anonymes biologistes de l`Institut Pasteur. Cette fois j`approuve l`attitude américaine qui consiste a appeler un chat un chat et pointer le manque de transparence chinois. On peut seulement regretter que les USA n`ont jamais été transparents non-plus sur leurs expérimentations.

Les commentaires sont fermés.