Eric Zemmour et son doigt d’horreur (03/12/2021)

B9729146942Z.1_20211127182424_000+G5LJDTTLH.2-0.jpg

Eric Zemmour a donc officialisé ce qui n’était plus une nouvelle, tant elle fut pré-annoncée : sa candidature à la présidence de la République française. Juste après une séquence marseillaise qui s’est révélée catastrophique, de l’aveu même de ses soutiens. Séquence ponctuée par ce doigt d’honneur, du fâché professionnel à une Marseillaise zemmourophobe, qui fait le tour des rézosociaux.

Doigt d’honneur ou doigt d’horreur ? Car ce genre de provocation machiste, sorte de sinistre symbole du viol, est devenue insupportable à l’époque où les violences contre les femmes sont enfin dénoncées. Monsieur Zemmour ne maîtrise pas ses nerfs. Lui donner l’accès au code nucléaire ne serait peut-être pas le meilleur choix électoral.

Les trois « i » de la droitisation

Le turlupin du Figaro sait surfer sur les trois symptômes en « i » de la droitisation de la société française : immigration, islam, insécurité.  Cela dit, être d’accord sur un constat ne signifie pas qu’on le soit sur les solutions pour remédier à cette situation. Une enquête de l’IFOP (Institut français de l’opinion publique) menée pour le compte de la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (LICRA) tend à le démontrer (lire ici l’étude complète).

Sur de nombreux thèmes le provocateur médiacrate n’est pas raccord avec la société française d’aujourd’hui, notamment sur l’homophobie et le féminisme qu’il abhorre. Or, le vote féminin pèsera lourd lors du premier tour de la présidentielle française, dimanche 10 avril prochain.

Une théorie tricotée de laine brune

Néanmoins, s’il est un thème zemmourien qui caresse l’électeur dans le sens du poil, c’est bien celui du « Grand Remplacement ». Tricoté de laine brune par Renaud Camus, repris par Alain Soral, il permet à Eric Zemmour de battre sa campagne.

Or donc, comme l’écrivait le regretté Jack Rollan, cette théorie qui reprend du sévice – pardon ! ­– du service, soutient l’existence d’un vaste complot ourdi par les élites « remplacistes » pour remplacer les Européens de vieille extrace par des populations immigrées d’origine africaine et de religion musulmane.

Qui sont les « remplacistes » ? Les dirigeants de l’économie « mondialiste », les progressistes partisans de l’universalisme, les journalistes hérauts de la « bien-pensance » et les politiciens corrompus. Entre autres, car la liste varie en fonction des besoins rhétoriques.

Cette opinion est aujourd’hui largement partagée, notamment en France où électeur sur deux l’approuve selon le sondage effectué par l’IFOP pour la LICRA. Ce sondage relève aussi que 68% des personnes interrogées estiment que « l’islam est une menace pour l’identité de la France ».

Le « Grand Remplacement » est donc une réelle source d’inquiétude qu’on ne saurait glisser sous le tapis en la traitant de calembredaines pour réacs attardés.

La taraudante certitude de notre finitude

Ce sentiment se révèle d’autant plus fort qu’il est constitutif de notre état de mortel. Sa puissance naît de la certitude taraudante de notre finitude. Tout nous parle de cette mort point si lointaine : le quartier de notre jeunesse dont on ne reconnaît plus les bistrots ; les forêts abattues ; les glaciers qui fondent ; les rues qui bruissent de langues étrangères et d’accents bizarres ; même le pain n’a plus le goût d’ « avant ».

Eh oui, nous serons tous « grand-remplacés » par d’ « étranges étrangers » (allusion au poème de Jacques Prévert que l’on peut lire ici) comme le furent nos parents, nos ancêtres !

Et chaque fois, c’est une douleur qui s’exprime. Dans notre pays, la peur d’être remplacés par des Italiens et des Espagnols a suscité les initiatives Schwarzenbach des années 1970. Aujourd’hui, ce sont des Suisses d’origines transalpines et hispaniques qui éprouvent la même crainte à l’égard des descendants de l’immigration ex-yougoslave.

Fouillons encore plus dans les souvenirs de l’Histoire. Au XVIe siècle, les huguenots qui fuyaient les persécutions françaises n’ont pas toujours été reçus à bras ouverts par leurs coreligionnaires genevois et suisses (lire à ce propos ce site).

 Eux aussi ne supportaient pas d’un cœur léger d’être « grands-remplacés » par ces « Français de l’intérieur » qui amenaient des mœurs, des dialectes, des accents, des façons de vivre tellement différentes.

Le boulet du passé colonial

La France, la Belgique et la Grande-Bretagne héritent, en plus, d’un lourd passé colonial qui fait converger vers elles les populations qu’elles avaient jadis sous leur domination. Ce qui fait une sensible différence avec un pays comme le nôtre.

 Les immigrés des anciennes possessions portent un passé de frustrations et de colères dont les feux ne sont pas encore éteints. De leur côté, les Français, Belges ou Britanniques dits « de souche » voient dans cette immigration, non seulement la présence d’humains perçus comme des « envahisseurs », mais aussi la marque de leur gloire aujourd’hui déchue, d’où un certain sentiment d’humiliation plus ou moins diffus.

Et les Chinois ?

Toutefois, qui nous dit que nous ne serons « grands-remplacés » que par les descendants de l’immigration issue de pays musulmans ? Nous pourrions l’être par les Chinois, dont la puissance s’affirme chaque jour un peu plus sur tous les plans. A cet égard, les nations de l’islam paraissent nettement moins dangereuses pour la défense de nos principes démocratiques que l’empire rouge de Xi.

Pourtant, c’est toujours la peur du « Grand Remplacement » par des musulmans qui l’emporte dans le cœur angoissé d’un grand nombre d’Européens. Il faut donc en tenir compte.

Nature spécifique de l’islam ?

L’un des arguments utilisés le plus souvent pour soutenir que le « Grand-Remplacement » d’aujourd’hui n’a que peu de points communs avec les précédents tient à la nature spécifique de l’islam, religion conquérante qui, dans cette optique, voudrait soumettre les populations occidentales.

Tout d’abord, cet argument minimise la violence des autres « Grands-Remplacements ». Un retour à l’Histoire s’impose pour rafraîchir une mémoire collective à la fois ténue et sélective.

Ensuite, si l’islam est perçu comme une menace c’est avant tout en raison des actes terroristes fomentés par les salafistes et autres djihadistes sur sol européen. L’écrasante majorité des musulmans qui y vivent tiennent à conduire leur existence de façon pacifique.

Mais il vrai que la tradition islamique (Coran et hadiths qui consignent les dits, faits et gestes du prophète Mohammed) contient des chapitres qui interdisent l’apostasie (le fait de changer de religion) ainsi que des appels à la violence contre juifs et chrétiens ; ils ont servi de prétextes aux terroristes et sont de nature à rendre malaisée l’insertion des musulmans dans les sociétés européennes.

Le legs occidental

Or, pour l’instant, les docteurs de la loi musulmane ne tiennent toujours pas un discours clair sur les principes démocratiques qui forment le legs le plus précieux de la civilisation occidentale.

Il est vrai qu’adopter un « discours clair » n’a rien d’aisé dans un contexte religieux aussi plurivoque que l’islam. D’autant plus que les communautés musulmanes en Europe dépendent souvent d’Etats régressifs comme les pétromonarchies et la Turquie qui ne défendent que les intérêts de leurs castes au pouvoir.

« Grand-remplacé » certes mais pas n’importe comment

A l’évidence, les obstacles à surmonter encombrent la route vers un islam d’Europe respectueux de la liberté absolue de conscience. Cela ne signifie pas pour autant que cette situation restera à ce point mort. « Tout est impermanence en ce monde » disent les bouddhistes. Pour que les musulmans vivent leur foi tout en étant pleinement Européens, il faut que ce but soit atteint.

Et pour qu’il le soit, les démocrates du continent ne doivent en aucun cas transiger sur les principes de l’Etat de droit et le respect inconditionnel de la foi – ou de l’absence de foi – de l’autre. Que l’on appelle ce corpus de libertés, « laïcité » ou autres termes, ce qui importe c’est que ce legs soit transmis à celles et ceux qui vont nous succéder sur le sol natal.

Ce n’est certes pas en crachant des jets de fiel à la Zemmour que l’on y parviendra. Au contraire, en semant la haine et la discorde, l’extrême-droite joue, une fois de plus, le jeu des islamoterroristes qui cherchent avant tout la division par la déstabilisation. Eric Zemmour, le clan Le Pen et consorts en sont les « idiots utiles ».

Ne pas oublier que la théorie du « Grand-Remplacement » n’est pas que fumée rhétorique. Elle a tué. Le terroriste d’extrême-droite Brenton Tarrant avait diffusé un manifeste de 78 pages intitulé « The Great Replacement » avant d’assassiner 51 personnes dans deux mosquées de Christchurch en Australie, le 15 mars 2019.

Nous serons forcément « grands-remplacés » par de nouvelles vagues humaines d’origines aussi diverses que furent les nôtres. Mais, de grâce, pas n’importe comment !

Jean-Noël Cuénod

Cet article est paru vendredi 3 décembre 2021 sur le site du journal numérique BON POUR LA TÊTE –Le Média Indocile.https://bonpourlatete.com

13:40 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |