VIEUX-GUERRIER – Tankas à lire, à ouïr, à voir (15/09/2021)

IMG_0106.jpeg

Architextures de Philippe RILLON et bois polychromes de Hans JORGENSEN. Ces oeuvres figuraient dans une des expos de la remarquable Galerie "Art-Aujourd'hui" à Paris. Il est à espérer qu'elle reprenne un jour du service. Elle nous manque. ©JNC

Aussitôt l’amour fait, le combat commence. Lutte à la cravache des spermatozoïdes pour décrocher le Grand Prix de la Naissance. Chute dans la vie hors utérus comme en tombant d’un pur-sang. Premier cri sorti de la douleur. Combat jusqu’au dernier souffle. Et si l’Eternel, c’était tout, sauf la paix ? Suite de tankas en trois dimensions : à lire ci-dessous, à ouïr en podcast, à voir en vidéo.

A LIRE

Vieux guerrier

Sous la mitraille du temps

Corps debout quand même

             Se frayer un sentier

             Parmi ses propres cadavres

 

Marcher est un rêve

Qui va au bout de sa flèche

Au cœur du chaos

            Suis-je vivant suis-je mort?

            La question n’est plus là

 

Le ciel safran

S’étire au-dessus des toits

La paix de retour

            Dans l’air saturé de poudre

           Un parfum solaire frémit

 

Sur le sol ton sabre

Traîne et creuse des sillons

Stériles semailles

            Rendre les armes et son âme ?

            Trois fois non plutôt mourir !

 

Sensible sans cible

Le vieux guerrier chante

A gorge déchirée

            Nulle oreille ne se dresse

            Dans la routine des jours

 

Courir sur le sable

Tomber d’épuisement

Le corps gourd sourd lourd

            La grâce d’un coquillage

            A remis tous tes péchés

 

Sacré sang solaire

Le soir a un goût sucré

Au creux du jardin

            Rester toujours ponctuel

            Au rendez-vous de l’instant

 

La branche de saule

Caresse la rivière

Le héron s’avance

            Enervement des truites

            Branle-bas chez les grenouilles

 

Dans l’ombre de l’aigle

La musaraigne trottine

Vers l’éternité

            Douce danse des orties

            Serein sommeil des vipères

 

Au pied du mur

Le rosier est en fleurs

Le corbeau attend

            Cueillir la fraîcheur du jour

            Demain il sera trop tard

Jean-Noël Cuénod

A OUÏR


podcast

A VOIR


17:16 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |