Manifs : ne défilez pas comme un pied ! (28/08/2021)

arton19642.jpg

Le charme convivial des manifs à la française ©Rebellyon.info

C’est entendu, les Françaises et Français – du moins une part substantielle d’entre elles et eux – aiment à manifester. En soi, l’exercice demeure salutaire. Dans un pays à la démocratie réelle mais de faible intensité, il est bon que le citoyen secoue la chape de l’autocratie présidentielle en votant avec ses pieds… Oui, mais pas comme un pied !

Aujourd’hui, de nouveaux cortèges contre le passe-sanitaire vont dérouler leurs banderoles. Pourtant, il est difficile de trouver sujet plus ridicule pour manifester. La vaccination contre le Covid-19 et les tests pour celles et ceux qui s’y refusent nous éviteront un confinement qui, lui, sera attentatoire à notre liberté de mouvement.

En buvant une bière à la terrasse d’un bistrot de Brantôme, après avoir présenté mon certificat de vaccination au serveur, je n’ai nullement éprouvé la claustrale impression que ce charmant village périgordin s’était transformé en annexe d’un camp de concentration nord-coréen.

Après tout, peu auparavant, en prenant l’avion à Bordeaux pour Genève et retour, j’avais dû à deux reprises, présenter ma carte d’identité, enlever ma ceinture, accepter que mes effets personnels fussent farfouillés au rayon X et, le pire du pire, me faire palper par des mains assermentées, et hélas, masculines, parce que le portique m’avait dénoncé en émettant une série de « bipbips » délateurs. Je n’en avais pas pour autant fait une maladie, covidienne ou non.

Et puis manifester en acceptant que des pancartes antisémites, antimaçonniques ou racistes soient brandies dans mon cortège, voilà qui est des plus dégradants.

Donc, manifestants français, continuez à protester ! Mais pour de bonnes et vraies causes et non en servant de vecteurs aux complotistes de l’Extrême Connerie.

Tenez, en bon camarade, Le Plouc vous offre trois motifs d’indignation de meilleur aloi.

Vous détestez le président Macron ? Alors, plutôt que de vilipender le passe-sanitaire, protestez contre son double langage en matière de transition climatique. Comme la sauce pimentée fait passer le merlan avarié, le discours présidentiel file la métaphore verte pour cacher l’inaction en matière d’environnement et les reculades devant les lobbies de la toxicité industrielle. Greenpeace a dressé la liste des renoncements chafouins de Macron en face de ses paroles verbales, comme l’écrirait Le Canard Enchaîné. Vous pouvez la consulter ici. Il y a de quoi rougir et rugir !

L’accablante situation financière et sociale des établissements hospitaliers, des maisons de retraite et de leurs personnels vous horripile ?  Alors descendez-dans la rue pour forcer le pouvoir politique à réorganiser ces secteurs afin qu’ils ne soient plus contraints à faire des économies de bout de chandelle sur le dos des soignants et des soignés. Brandissez vos pancartes pour que ces professions mal payées soient enfin revalorisées.

Le sort fait aux femmes vous émeut ? Alors, défilez en masse et partout pour manifester votre soutien aux Afghanes qui subissent ou vont subir l’infect joug des talibans. Et exigez aussi que les pays d’Europe accueillent toutes celles et tous ceux qui risquent la mort en restant dans ce pays désormais livré à la barbarie islamistes.

Vous pouvez même pousser un coup de gueule contre Trump – qui s’est fait rouler dans la farine par les talibans à l’issue des accords de Doha – et contre Biden qui a lamentablement cafouillé lors du retrait des troupes états-uniennes.

Il y a aussi le gaz dont le prix va bondir en France de 8,7% dès le 1er septembre, ce qui grèvera le budget des familles pauvres. Et le Liban qui n’en finit pas de crever sous les yeux indifférents du monde.

Folklore ?

Bref, les causes abondent pour battre le pavé lors des manifs à la française – faites de sorties entre copains pour un motif rassembleur, de convivialité dans la protestation, de camaraderie face au danger (un projectile policier est si vite arrivé), d’odeur de merguez grillées et de petits rituels sympas – qui relèvent désormais du folklore, au sens non-péjoratif d’expression populaire. Bientôt inscrites au patrimoine de l’humanité par l’UNESCO ?

 Et pour paraphraser Henri Rochefort : La France contient 65 millions de sujets, sans compter les sujets de mécontentement.

Jean-Noël Cuénod

16:22 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | |