DEUIL ET DANSE SANS TEMPS MORT (26/08/2021)

IMG_9865_V2F_2021-08-25_12-08-25_467.jpg

A Gérard ©JNC

Tankas[1] en mémoire d’un ami qui a lâché l’ombre pour la lumière. Le deuil est un chemin ponctué de multiples étapes. Certaines mènent au sous-sol, d’autres remontent la pente. A consulter en trois dimensions : écriture, son et vidéo avec une chorégraphie de Christine Z (Zwingmann).

Pour la lecture, vous pouvez suivre la suite des tankas dans l’ordre que j’ai établi. Mais vous pouvez fort bien bouleverser cet ordre, mettre les premiers tankas à la fin et les derniers au début ou commencer par ceux du milieu. Ce sera alors votre ordre, rien qu’à vous !

A LIRE

L’absence déchire

Comme un couteau invisible

Plongé dans le ventre

            Eblouissement de l’ombre

            Le monde a basculé

 

Cri silencieux

A en perdre l’oraison

Parole nouée

            Trouver des mots d’outre-mots

            Pour colorer l’invisible

 

Chute dans le gouffre

L’âme tatouée de plaies

S’accroche aux rochers

            Naissance des cicatrices

            Reliures pour ta vie

 

Les morts laissent au cœur

Des béances jamais fermées

Et c’est là qu’ils nichent

            Nos oiseaux ailes ouvertes

            Qui emportent notre enfance

 

Le clan des ancêtres

Allume le feu du deuil

Pour te recevoir

            La chaîne d’union s’ouvre

            Elle n’attend plus que toi

 

La lune s’efface

La nuit affronte seule

Le jour prédateur

            A quel soleil se vouer ?

            Le blanc, le noir ou les deux ?

 

Un soleil se couche

Sur l’ardoise des montagnes

Et la soie du lac

            Un autre à ton horizon

            Renaîtra de tes cendres

 

Au bout du chemin

Il est temps de musarder

Dans les buissons

            La mort peut encore surseoir

            L’air sur la peau est si tendre

 

Un éclat de joie

Rend plus léger le ciel

Les oiseaux ont faim

            Les matins ne meurent jamais

            Ils passent point ne trépassent

Jean-Noël Cuénod

[1] Forme inspirée par la poésie classique japonaise composée d’un tercet de 5, 7 et 5 pieds et d’un couplet de 7 pieds pour chacun des deux vers.

A OUÏR


podcast

A VOIR

Christine Z danse sur un dolmen érigé en des temps immémoriaux sur le Domaine de Beaurecueil, Saint-Sulpice-de-Mareuil et Rudeau-Ladosse (Périgord Vert).

D’autres vidéo de danse-poésie sur notre chaîne YouTube Beaurecueil-FORGE DE LA POÉSIE.

 

12:22 | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : deuil, danse | |  Facebook | | |