MIMOS 2021. Attention aux dérives vers la salive ! (11/07/2021)

Dimanche1© Virginie Meigne.JPG

Scène très renversante de « Dimanche » présenté par les Compagnies Focus et Chaliwaté (écriture et mise en scène : Julie Tenret, Sicaire Durieux et Sandrine Heyraud) ©Virginie Meigne

Plaisir retrouvé avec une pointe d’inquiétude. Impressions premières du Plouc avec le retour de MIMOS, festival international de l’art du geste, qui s’est tenu du 7 au 10 juillet à Périgueux. Il n’avait pu se dérouler l’an passé sur décret de Sa Malgracieuse Majesté Covid XIX. Sa trente-huitième édition était aussi la première de la nouvelle directrice Nathalie Elain.

 

A l’instar des autres manifestations collectives, MIMOS n’a pas effectué cette année un retour tout à fait « à la normale ». La pandémie rôde toujours, prête à déployer l’éventail de ses variants variés. Aussi, la partie « off » s’est-elle trouvée fort réduite en nombre de compagnies, de spectacles et de lieux.

La rue nous manque !

Point de scènes installées à la va-comme-je-te-pousse dans les rues, contrairement aux années pré-covidiennes, qui transformaient la ville de Périgueux en vaste théâtre à ciel ouvert, vibrionnant et joyeux. Manque cruel, bien sûr provoqué par la pandémie. Il reste à espérer que lorsque le monde aura surmonté cette épreuve, la rue reprendra ses droits à MIMOS. A ce propos, une interview de la nouvelle directrice Nathalie Elain sur le site L’Œil de l’Olivier inquiète un brin Le Plouc :

Mon expérience m’amène à une lecture de ce qui se passe en salle, plus que dans l’espace public et cela va se traduire sur Mimos (…) Je revendique peut-être d’être sur une lecture un peu moins animatoire du festival Mimos, comme il a pu le devenir ces dernières années, même si j’ai conscience que c’est important. L’extérieur, cela met la ville en fête !(N’hésitez pas à lire l’interview en entier ici).

Non seulement en fête mais en art. MIMOS sans SA rue, c’est un ragout sans sel.

Paroles et marionnettes

Autres motifs d’inquiétude : la parole qui s’est installée dans plusieurs spectacles, ce qui est un comble pour l’art du mime et la présence en nombre des marionnettes[1]. Il faut dire qu’avant d’être nommée à la tête de MIMOS, Nathalie Elain dirigeait les études de l’Ecole nationale supérieure des Arts de la Marionnette (ESNAM) à Charleville-Mézières.

Le mime est un art plus exigeant que d’autres car s’exprimer en public sans parole est une contrainte radicale. Il se place au carrefour de la danse et du théâtre pour tracer un chemin qui lui est propre, sans s’engager trop avant vers l’une ou vers l’autre.

 C’est avant tout la rencontre entre le propre corps du mime, la conscience qu’il veut exprimer et le public. Qui doit faire preuve d’encore plus de talents que dans d’autres disciplines de la scène puisqu’il doit donner ses mots aux gestes qu’il décrypte.

Comment dire quand on ne doit pas dire ?

Dimanche2 © Alice Piemme.jpg

Le dérèglement climatique, thème majeur de cette 38e édition ( en l’occurrence par les compagnies Focus et Chaliwaté.) ©Alice Piemme

On comprend aisément que cette « contrainte radicale » provoque de gros problèmes de programmations pour un festival. Comment dire autrement quand on ne doit pas dire du tout ? Comment un mime peut-il faire preuve d’originalité par rapport à ses camarades et à la tradition ? C’est l’éternel dilemme du mime.

Et c’est aussi sa force. Car lorsqu’il a réussi à surmonter l’écueil, le mime atteint au sublime et porte le regardeur à éprouver en son for intérieur la poésie majeure du Silence et à ressentir la vibration universelle qui nous relie à la plus microscopique cellule et à la plus vaste galaxie.

Entrer en tentation, avec mesure

Dès lors, la salive est tentée de combler les trous de silence et l’objet extérieur, de prolonger le geste. D’ailleurs, à ces tentations, il est bon parfois d’y succomber car l’intégrisme en tout est détestable, même en matière de mime. Si la parole – rare en tous les cas – ou l’objet extérieur (la marionnette par exemple) se mettent au service de la gestuelle, alors le mime reste dans le génie de son art. Mais si la salive submerge la gestuelle et la marionnette la dissimule, le mime rate la cible.

Ces bémols ne doivent cependant pas troubler la belle symphonie de cette 38e édition qui nous a réservé de superbes moments (lire à ce propos le précédent blogue du Plouc). Et faisons confiance à la nouvelle directrice pour la 39e. Que demeure l’amour du beau geste !

Jean-Noël Cuénod

[1] Le Plouc a vu les spectacles suivants : Désobérire (Compagnie Les Attentifs), Soli de l’ESNAM (Ecole nationale supérieure des Arts de la Marionnette), White Out (Piergiorgio Milano), Poli Dégaine (Compagnie La Pendue), Dimanche, (Compagnies Focus et Chaliwaté)

16:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |