18/09/2018

Moustache Academy, un spectacle au poil

Moustache Academy_4 @ Stella K.jpg

Le Plouc voue une tendresse particulière à Moustache Academy, ces trois zigotos qui rendent intelligentes les bêtises. Aussi, il leur passera le titre effroyablement franglais de leur spectacle « Back to School » que le trio présente au Théâtre des Deux Ânes (ce qui en fait donc cinq, diront les méchantes langues) mercredi 26 septembre à 15h. (Photo @StellaK).

Mathurin Meslay, Astien Bosche, Ed Wood et leur metteure en scène Julie Chaize participe à cette occasion à la première édition du Festival Désobéissant. Il y a tellement de Festivals obéissants – ne serait-ce qu’aux mécènes, aux notables ou à l’air du temps – qu’il en manquait un pour tirer la langue à cet esprit de sérieux qui rend la toile des réseaux sociaux tellement poisseuse.

On connaît la trame de ce spectacle mais on se fait un plaisir de la redessiner. Les trois « Moustaches » retombent en enfance et réaniment la vie des préaux faite de joies étincelantes, de peines éphémères, de désespoirs profonds, d’amitiés passionnées. Car on en fait porter des choses, aux petits… Entre les agendas de ministres à neuf ans (à 16 h. la danse, à 17h. l’escrime, à 18h. la chorale…), les divorces qui font mal, la pression des notes scolaires, l’interro du lendemain et les condisciples, enfer et paradis en même temps ! C’est tout cet univers que Moustache Academy évoque. C’est gai, joyeux, ça bouge, ça danse, ça chante, ça déménage. Mais pas que…

A voir et à revoir donc.

Jean-Noël Cuénod

Prochains spectacles pour la fin 2018 :

  • mercredi 26 septembre, 15h. au Théâtre des Deux Ânes, 100 boulevard de Clichy – 75018 Paris (Billetterie : 00 33 1 46 06 10 26 – 2anesresa@gmail.com);
  • mercredi 31 octobre, Salle Jean-Gabin à Royan ;
  • mardi 20 novembre, à Villiers-Lès-Nancy ;
  • Jeudi 29 et vendredi 30 novembre, au Théâtre de La Celle-Saint-Cloud ;

VIDEO A MOUSTACHES

17:27 Publié dans Théâtre | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : spectacle, enfant, ecole | |  Facebook | | |

29/07/2018

Mimos 2018 : une Montreusienne à l'honneur

Allegro.Compagnie-Cor-de-theatre-1500x1125.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le registre du mime recèle des variétés insoupçonnées, contrairement à ce que pense un vain peuple bavard. Le Festival Mimos à Périgueux l’a pleinement démontré, lors de sa 36ème édition, conclue ce dimanche. En effet, quoi de plus différent que ces deux spectacles figurant parmi 23 autres: Allegro de la troupe catalane Cor de Teatre (photo dessus et vidéo ci-dessous) et Le récital des postures de la Montreusienne Yasmine Hugonnet?

Du mime chanté? Vous voulez rire! Oui, nous voulons rire. Et nous rions d’ailleurs. A gorge déployée. Car c’est bien du chant ET du mime que mélangent joyeusement les quatorze choristes de Cor de Teatre avec leur allègre Allegro. Sans orchestre, sans le moindre artifice électronique et remplaçant les instruments par les scatsdu chœur répondant auxsoli, ils interprètent airs d’opéra, cantates et adaptations d’œuvres orchestrales comme Le Vol du bourdon de Rimsky-Korsakov, Clair de lune de Claude Debussy et Les Quatre saisons de Vivaldi.

Il ne s’agit pas d’une parodie du chant classique, ni sa énième version jazzifiée. Cor de Teatre invente une autre façon d’approcher la Grande Musique, sans la faire descendre de son piédestal mais en l’instillant dans la vie de tous les jours. Ainsi, ce n’est pas l’opéra qui est désacralisé mais le quotidien qui s’agrandit d’une dimension sacrée.

La troupe joue une série de scénettes qui partent du réveil se poursuivent à la salle de gym, au travail, à la boîte de nuit, au stade de foot, à la plage (rendue folle par la grâce dingue d’un Vol du bourdon hilarant), aux rencontres amoureuses, aux disputes qui ne le sont pas moins, aux tentations jusqu’au plus improbable des mariages.

Par une maîtrise parfaite autant des gestes que de la voix, une précision millimétrique de la mise en scène, ces prodigieux mimes-chanteurs ont fait exploser de joie les spectateurs qui ont rempli samedi soir l’Odyssée Théatre de Périgueux.

La nudité comme alphabet

recital.jpg

Dépouillé, Le récital des postures de la Montreusienne Yasmine Hugonnet (photo ci-dessus), l’est d’autant plus que l’artiste est nue, du moins dans la seconde partie de son spectacle. Au début, rien ne se passe. Revêtue d’une paire de leggings gris et d’un maillot noir, Yasmine Hugonnet reste ventre au sol, exécute quelques postures qui rappellent parfois d’étranges animaux. Le spectateur retient son souffle mais son agacement monte à mesure que passent les minutes. Puis, l’artiste se dévêt et jette d’un geste bref et décidé ses artifices textiles devenus inutiles. Tout son talent consiste à désérotiser la nudité afin d’en faire un instrument aussi neutre qu’un alphabet. La plus petite particule d’érotisme flanquerait tout par terre car le spectacle se verrait ainsi réduit à une seule dimension. Or, le langage est pluridimensionnel. Et c’est bien un langage que Yasmine Hugonnet veut créer par ces postures qui sont autant de phrases d’une histoire que chacun inventera à sa guise.

L’artiste n’a d’autre moyen que son corps et ses cheveux pour faire vivre cette langue des postures. Même les sons qu’elle émet façon ventriloque en fin de spectacle sortent du plus profond de ses entrailles. Corps et âme liés au-delà des mots.

Jean-Noël Cuénod

Prochains spectacles des artistes

Pour Cor de Teatre :

 voir le site de la troupe : https://www.cordeteatre.com/

Pour Yasmine Hugonnet :

– 22 janvier 2019 ; Théâtre de Saint-Quentin à Saint-Quentin-en-Yvelines ;

– 13-14 février 2019 ; Théâtre de Nîmes :

– 22 et 23 main 2019 au Temple allemand/Théâtre populaire romand à La Chaux-de-Fonds.

Son site :https://yasminehugonnet.com/

ESPACE VIDEO : Allegro !

 

Allegro 40s from Cor de Teatre on Vimeo.

15:16 Publié dans Théâtre | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : mimos, mime, théâtre | |  Facebook | | |

15/06/2018

Spectacle: la Dame en Verte vous fera rougir

AVa1 © Pierre-Étienne Vilbert.jpg

Clown érotique? Voilà une formule qui frise l’oxymore. Le clown doit être asexué pour ne pas faire peur aux petits nenfants. Et surtout à leurs parents. Avec le spectacle que donne la Dame en Verte au Cirque Electrique, Ava, sa vie, son œuvre, la clownerie enlève lascivement ses masques prudes et prudents. La Dame en Verte vous fera rougir. Et rugir de rire. De plaisir? Ça, c’est votre vie privée. (Photos © Pierre-Étienne Vilbert)

Certes, les codes de la clownerie ne sont pas dépourvus d’érotisme, loin de là ; ils agitèrent l’inconscient des pervers polymorphes que nous fûmes jadis ou naguère. Mais justement, ils recèlent un tel potentiel explosif qu’il faut les cacher d’urgence sous d’épaisses couches de maquillage. C’est dire si la performance de la Dame en Verte, alias Oriane Bernard, contient une belle charge révolutionnaire. Car l’érotisme, la sexualité, la séduction traversent son spectacle où tout l’art circassien est mobilisé : trapèze, équilibrisme, prestidigitation, gags en cascades. Sans filet ? Sans filet car la Dame en Verte ne tombe jamais. Et surtout pas dans la vulgarité.

Tour à tour vamp, fakir, stars au zénith puis sombrant au nadir, Oriane Bernard incarne le rêve d’une femme qui se voit en croqueuse d’hommes, éblouissant le monde de son aura sexy. Avant de revenir à la réalité des mecs qui échappent à son filet comme de mornes et récalcitrants papillons. A la fin, envoyons valser le glamour. C’est encore ce qu’il fait de mieux, valser. Car pour le reste… Bonsoir!

Outre la prestation époustouflante d’Oriane Bernard, il faut saluer la mise en scène d’Alexandre Pavlata, la régie (pas facile à assurer sous un chapiteau) de Christian Peuckert et les costumes de Monika Schwarzl.

Il en va de cette Ava comme de certains vins que l’on dit long en bouche. Sur le moment, le rire éclate. Et puis, il se mue en autre chose, plus sombre, avec quelques gouttes d’amertume : l’éternel âpre désir de faire un avec l’autre.

Jean-Noël Cuénod

PRATIQUO-PRATIQUE

Vous avez jusqu’à dimanche 17 juin pour rendre visite à Ava au Cirque Electrique de Paris, place du Maquis du Vercors, dans le XXe arrondissement ; billetterie en ligne : www.cirque-electrique.fr (Tel. : 09 54 54 47 24).

Ce spectacle sera présenté le 10 octobre prochain au Festival Les larmes du rire à Epinal.

AVA2 © Pierre-Étienne Vilbert.jpg

17:24 Publié dans Théâtre | Lien permanent | Commentaires (18) | |  Facebook | | |

11/05/2018

Théâtre – Solitude en quête de personnages

LA LOI DES PRODIGES_4 © Victor Tonelli.jpg

Seul en scène. Pourtant, François de Brauer fait vivre une vingtaine de personnages avec pour décors trois chaises ; s’y ajoutent deux costumes conçus par un tailleur calviniste et une bande-son minimale. Aucun artifice. Rien que la parole et le geste. Et surgissent les témoins d’une vie, la place de l’art, les relations père-fils, l’amour, l’ambition, la folie du pouvoir. (Photo © Victor Tonelli).

Avec sa « Loi des Prodiges (ou la Réforme Goutard) », dont il est l’auteur et l’interprète en solo, François de Brauer va au-delà de la performance. Ce mime parlé est plus qu’un impressionnant étalage de technique théâtrale. A la façon d’un grand poète, il rend visible l’invisible. Comment illustrer sur scène sa propre naissance, par exemple ? Troublant, dérangeant, fascinant. Comment décrire sans effets spéciaux ou pas spéciaux le cauchemar qui vous met en face de votre père depuis longtemps décédé ?

Le personnage central se nomme Rémi Goutard. On assiste à sa naissance, aux tourments de son père, « écrivain raté mais schizophrène de génie » comme le présente un psy verbeux et Argentin interprété, évidemment, par de Brauer. Ne décrivons pas – surprise de la découverte – la scène qui va mettre le feu à la conscience du petit Rémi et changer son destin. Puis, François de Brauer devient tour à tour Rémi étudiant en Histoire, sa mère fumeuse impénitente, sa petite amie historienne en art, un clown-mendiant, sorte de symbole du destin.

L’insuccès de son père et la scène traumatique de sa petite enfance lui ont rendu l’art insupportable. Il lui voue même une haine implacable qui le conduira à se lancer en politique. Elu député, Rémi Goutard propose sa réforme : éradiquer l’art sous toutes ses formes et recycler les artistes dans la vie courante afin de les ôter de cette marge où ils coincent la bulle. Un débat télévisé oppose le jeune député au peintre vieillissant Régis Duflou ; c’est l’occasion pour François de Brauer de jouer, non seulement les deux personnages, mais aussi une foule de manifestants, un reporter, des interviewés-trottoir, un animateur télécrate et même un jongleur de testicules afin de faire remonter l’audimat. N’espérez rien de ce côté : les Joyaux de la Couronne ne sont que suggérés. 

L’auteur-comédien a pris l’excellent parti de camper Régis Duflou en un personnage aussi antipathique que son adversaire Rémi Goutard. Le verbiage ridicule et pontifiant d’un rentier de l’art contestataire contre la nov’langue bureaucratique d’un petit bourgeois avide de pouvoir.

On suppose que la réforme a tourné court car Rémi Goutard abandonne la politique pour retrouver ses bouquins d’histoire. François de Brauer se glisse alors dans le cauchemar de Rémi qui se rêve en dictateur : les principaux personnages reviennent le visiter mais sous l’aspect déformé du songe. Il impose sa loi sur ces figures fantasmatiques aussi illusoires que le pouvoir. Et son père revient vers lui en mort qui explique la vie. Cette vie qu’on ne saurait dissocier de l’art. De l’art authentique, qui fait la vie. Et non l’art comme jet de paillettes sur le néant.

Jean-Noël Cuénod

PRATIQUO-PRATIQUE

François de Brauer joue « La Loi des Prodiges (ou la Réforme Goutard) au Théâtre de la Tempête à la Cartoucherie de Vincennes jusqu’au 13 mai.  Il tournera ensuite dans les lieux suivants :

  • 26 mai : Saint-Christol-lès-Alès (30)
  • 2 juin : Festival l’Ile au Théâtre, Montesquieu-Volvestre (31)
  • 29 juin : Festival Gueules de Voix, Saint-Jeannet (06)ESPACE VIDEO

18:48 Publié dans Théâtre | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | |

18/09/2017

Théâtre : le Tartuffe de Fau prêche le vrai (+vidéo)

Par son génie Molière parvient à déceler ce qui traverse les siècles dans les rapports sociaux en permanente mutation. Le Malade Imaginaire se porte toujours comme un charme. Quant à Tartuffe, la mise en scène de Michel Fau (qui joue aussi le rôle-titre) au Théâtre de La Porte Saint-Martin démontre à quel point, il reste un personnage-clé au XXIe siècle.

Bien sûr, tout le monde a les yeux braqués sur Michel Bouquet – il aura 92 ans le 6 novembre – qui campe un Orgon plus borné que jamais. Mais pour impressionnante qu’elle soit, cette performance ne devrait pas masquer ce qui fait la justesse du parti-pris de Michel Fau. Les décors baroquissimes d’Emmanuel Charles (assisté par Emilie Roy) font allusion au XVIIe siècle mais leur grandiloquence peut caractériser toutes les époques. Il en va de même pour les costumes de Christian Lacroix (assisté par Jean-Philippe Pons) qui évoquent l’Ancien Régime sans pour autant s’y appesantir. Costumes, décors et mise en scène n’occultent pas le contexte historique de l’œuvre, tout en lui ménageant les ouvertures nécessaires pour que le spectateur se dise : « Mais enfin, Tartuffe, c’est le portrait craché de mon voisin ! » 

Réussite de Michel Fau en tant que metteur en scène, donc. Et même constat pour son travail d’acteur. Le rôle-titre est d’autant plus malaisé à incarner que Molière lui a réservé de longues plages d’absence. L’acteur doit faire en sorte de donner une telle épaisseur à son personnage que sa présence reste palpable lorsqu’il n’est plus sur scène. Fau a relevé ce défi. Impossible d’oublier la figure chafouine de ce Tartuffe, une figure qui, si l’on ose dire, appelle les coups de pieds aux fesses.  Michel Fau prêche le vrai en réunissant en lui la masse des bigots gouroutiques, d’ici et d’ailleurs, d’aujourd’hui, de naguère et de jadis. En se drapant dans sa toge de soie rouge cardinalice, il les enrobe tous.

Les autres acteurs – Juliette Carré (la mère d’Orgon), Nicole Calfan (sa femme, Elmire), Bruno Blairet (Cléante), Georges Bécot (l’huissier), Alexandre Ruby (le fils d’Orgon, Damis), Dimitri Viau (L’Exempt) ­– sonnent au diapason. Un bémol majeur pour Christine Murillo, pétulante et maternante Dorine. Les deux plus jeunes acteurs – Justine Bachelet (Marianne, la fille d’Orgon) et Aurélien Gabrielli (Valère, le prétendant d’icelle) – ont moins convaincu Le Plouc. Comme il arrive souvent aux acteurs de leur âge, la diction est imparfaite et la voix, mal posée. Le contraste avec les comédiens plus chevronnés est saisissant.

Théâtre politique au sens le plus élevé

Le Tartuffe est une pièce politique au sens le plus élevé – et même aérien – du terme. Elle est même révolutionnaire sous bien des aspects en ce qu’elle renverse les rôles sociaux, alors même que son auteur était le protégé de Louis XIV qui fit de l’Etiquette la clé de voûte de son pouvoir. Comme souvent chez Molière, les domestiques tiennent une place inversement proportionnelle à celle qu’ils occupent dans cette société plus fixée que figée. C’est Dorine qui est la gardienne du bon sens et s’évertue à défendre les intérêts de la famille. Elle n’hésite pas à houspiller, à bousculer, à railler son maître. D’ailleurs, les femmes ont le beau rôle, à l’instar d’Elmire qui déploie toute l’étendue de sa finesse pour déciller les yeux d’Orgon, son mari, et confondre Tartuffe.

Alors que les hommes apparaissent englués dans leur crétinisme (Orgon), leur cynisme (Tartuffe) et leur impuissance verbeuse (Cléante), Dorine et Elmire agissent, manipulent les marionnettes mâles et triomphent.

La scène finale est particulièrement parlante. Orgon se désole d’avoir fait donation de sa maison au Gourou lubrique qui a pris pour complice, la justice personnifiée par le mal (ou trop bien) nommé Monsieur Loyal, huissier de son état. C’est alors que le représentant du Roi transcende l’acte judiciaire pour chasser l’injustice et embastiller Tartuffe.

Bien entendu, Molière se devait de caresser son Louis XIV dans le sens du poil de perruque et donner ainsi à celui qui le protégeait les gages nécessaires pour demeurer en Cour. Mais cela va beaucoup plus loin. Dans toute cette pièce où il n’est question que de Lui, Dieu n’intervient jamais. Nulle statue du Commandeur mise en mouvement par l’Eternel pour rétablir la justice, comme dans Don Juan. Certes, le Roi est de droit divin mais il reste un humain. Et c’est lui, royal mortel, qui se substitue à Dieu pour faire justice. A l’époque, une telle idée est explosive. Louis XIV, bien qu’il appréciât fort la pièce, l’avait interdite de représentation publique pendant cinq ans et Molière dut en rédiger une nouvelle version.

Il est aussi remarquable qu’aucun homme d’Eglise ne vienne porter contradiction à l’imposteur. Celui qui tient le rôle du bon chrétien sage et aristotélicien n’est pas un prêtre mais un laïc, Cléante, le beau-frère d’Orgon. Ce sont donc les humains qui tiennent tout en main dans leur sphère d’activité. En cela, Molière met en scène les paroles de l’Evangile, « rendez à Dieu ce qui est à Dieu et à César ce qui est à César ». Mais l’Eglise officielle se souciait de l’Evangile comme de sa première chasuble. Elle ne visait qu’à se maintenir au pouvoir. L’institution ecclésiastique aurait pu se satisfaire de la peinture d’un dévot hypocrite. Mais le fait d’être ainsi écartée de l’acte final où justice est faite, avait de quoi la bouleverser. Cent-vingt ans après la création finale de la pièce (1669), c’est la France puis l’Europe qui seront mises cul par-dessus tête.

 Jean-Noël Cuénod

ESPACE VIDEO 

Le Tartuffe – Théâtre de la Porte Saint-Martin – Paris – Renseignement : https://www.portestmartin.com

17:51 Publié dans Théâtre | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : théâtre, molière, michel bouquet, tartuffe | |  Facebook | | |