19/12/2013

Les Jeudis du Plouc : scandale, un ouvrier candidat PS aux élections européennes

 

7764827306_edouard-martin-lors-d-une-manifestation-devant-le-siege-de-campagne-du-candidat-sarkozy-en-mars-2012.jpg

 

C’est le scandale de la semaine en France. Le métallurgiste Edouard Martin (50 ans) a été désigné tête de liste du Parti socialiste pour la région Grand Est lors des élections européennes de fin mai 2014. Un ouvrier, vous vous rendez compte ? Et, tenez-vous bien, un ouvrier SYNDICALISTE ! Incroyable ! Hallucinant ! Bouleversifiant ! Indécent, pour tout dire…

 

Dans n’importe quel autre démocratie, la nouvelle n’aurait même pas été relevée. Un parti social-démocrate qui choisit pour le représenter un ouvrier issu des rangs du syndicalisme, quoi de plus banal. Après tout, l’un de nos meilleurs présidents de la Confédération, le socialiste Willy Ritschard, était monteur en chauffage de profession et secrétaire syndical.

 

Mais en France, la chose fait événement. Le pauvre Martin, qui appartient à la CFDT (Confédération française démocratique du travail), se trouve attaqué de toutes parts. Son syndicat devrait se féliciter qu’un des siens brigue un siège au Parlement européen. Pas du tout ! Conformément il est vrai aux règles de ce syndicat, Edouard Martin a dû se défaire de ses mandats syndicaux et n’a reçu qu’un bref satisfecit pour son action. Il fut pourtant la figure charismatique de la lutte des métallos pour sauver le site sidérurgique de Florange en Lorraine. 

 

Ses anciens camarades des autres syndicats – FO et CGT – n’hésitent pas à lui coller l’étiquette de « traître », tel l’indigeste Broccoli (FO) qui l’accuse d’avoir utilisé la bataille de Florange « pour servir son ambition personnelle ». Au Front national, qui se revendique comme le seul défenseur des ouvriers français, la rage est à son comble. Son vice-président Florian Philippot crache : « Il est allé à la soupe, comme les autres ! » Parce que Philippot, il n’y va pas à la soupe ? Il se présente, comme Martin, aux élections européennes dans le Grand Est !

 

La réaction la plus arrogante, la plus méprisante vient de Raffarin : « Il y en aura au moins un de recasé à Florange. C’est assez spectaculaire ! » L’ancien premier ministre UMP - élevé dans la ouate protectrice de la bonne bourgeoisie terrienne du Poitou, fils de secrétaire d’Etat, homme d’affaires avant de faire de la politique sa profession fort joliment rémunérée - n’a jamais eu besoin d’être recasé. Il fut bien casé dès sa naissance.

 

On reproche même à Edouard Martin, son indemnité parlementaire (12.000 à 15.000 euros par mois), avant qu’il ne soit élu. On peut la juger importante, mais pourquoi souligne-t-on cet aspect lorsque c’est un ouvrier qui se porte candidat ? Son montant est donc scandaleux dans le cas d’un métallo et normal s’il s’agit d’un politicien professionnel, un comptable ou un médecin ?

 

Certes, le Parti socialiste utilise son charisme pour sa propagande. Mais comme les autres partis, qui n’hésitent pas à mettre en avant leur « pipole » ou leur vedette du sport. Certes, Edouard Martin trahira peut-être les siens, qui peut le savoir ? Mais qu’on le laisse siéger avant de lui faire un procès d’intention qui relève du racisme antiouvrier. Un sentiment qui, d’ailleurs,  persiste en France, ce pays qui reste marqué culturellement par la paysannerie.

 

Lors de sa fondation il y a plus d’un siècle, le Parti socialiste a été créé pour défendre la classe ouvrière. Il s’en est depuis bien éloigné, c'est le moins que l'on puisse écrire. Alors qu’un métallo syndicaliste soit placé au premier plan, au lieu du sempiternel énarque de service, c’est une très bonne nouvelle.

 

Jean-Noël Cuénod

 

ESPACE VIDEO

 

Edouard Martin réplique à ses adversaires et à la Reine de la Gaffe Morano.


BFM Story: Européennes 2014: la contre-attaque... par BFMTV

15:06 | Lien permanent | Commentaires (15) | Tags : elections, france, politique, vidéo, syndicat | |  Facebook | | |

19/10/2010

Manifs parisiennes contre la réforme des retraites : notre palmarès des pancartes

mardi19oct10NuitduFouquets.jpg

Le Plouc vous offre son palmarès de pancartes, à peine extirpé des deux cortèges parisiens contre la réforme des retraites, ce mardi après-midi.


La plus rabelaisienne :


En haut, couilles en or
En bas, nouilles encore

La plus bucolique :

Les jeunes au turbin
Les vieux au jardin

La plus hygiénique :

Retrait de la réforme
Retraite en pleine forme

La plus fumante :

Sarko nuit gravement à notre santé

La plus sarkofestive :

Elle est bientôt finie, cette nuit de Fouquet’s ?

La plus agacée :

Une vraie retraite pour les vieux, un vrai travail pour les jeunes, retraite à 55 ans pour les présidents de la République pénibles.

La plus statistique :

La retraite à 62 ans selon la police, 60 ans selon les manifestants.


La plus genevoise :

« On a tout avec de l’argent, hormis des mœurs et des citoyens. » Jean-Jacques Rousseau.

La plus lausannoise :

« Que l’autorité se borne à être juste. Nous nous chargeons d’être heureux ». Benjamin Constant.

 

Jean-Noël Cuénod

Et voici quelques photos prises au vol à Paris entre la Place d'Italie et les Invalides par Le Plouc.

Cette grande marionnette est actionnée par les comédiens du Théâtre du Soleil d'Ariane Mnouchkine. Sans doute, représente-t-elle la République en marche.

mardi19oct10LaMarionetteRépublique.jpg

Et voilà un Jacobin qui veut limiter son nombre de balais même si l'envie de balayer le gouvernement lui monte au bonnet phrygien.

mardi19oct1060Balais.jpg

16:33 | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : manifs, crotège, syndicat, réforme, retraite, sarkozy | |  Facebook | | |