01/06/2011

Servette: la nostalgie redevient ce qu'elle était

En ouvrant son ordinateur, Le Plouc tombe sur le site de la Tribune de Genève. Servette retrouve la... la quoi déjà? Ah oui, la Super League. Jadis, on appelait ça Ligue nationale A. C'était plus clair mais moins anglolâtre. Or, nous vivons des temps aussi anglos que saxons. Tout doit s'y plier.

 Voilà Le Plouc, surpris par l'émotion. Pourtant, son désamour avec le foot et Servette était aussi profond que fut intense son amour pour l'un et l'autre. La succession de présidents calamiteux, la destruction du stade des Charmilles, l'incapacité de Genève à sauver les "Grenat" de la faillite, l'arrêt Bosman et la valse du fric qu'il a composée, tout ce gloubiboulga fangeux avait transmué la passion en indifférence.

 Mais cette brume grise dans la poitrine se dissipe ce matin. Servette retrouve l'Elite. La nostalgie redevient ce qu'elle était. Tous ces magnifiques souvenirs servettiens bombardent le coeur du Plouc. La série incroyable championnnat-coupe de Suisse-coupe de la Ligue-coupe des Alpes. Les corners de Didi Andrey. La victoire à l'arraché contre Young Boys à Berne. Les arrêts de Barlie. Les dribbles de Sinval-le-Malin, Le fabuleux match de Jacky Fatton contre Dukla Prague en Coupe d'Europe des clubs champions qui, avec ses trois buts, transforme le 0-3 en victoire 4 à 3. Et la figure sympathique de l'idôle du Plouc, l'arrière droit Raymond Maffiolo.

Pourquoi lui? Le Plouc jouait à ce même poste dans l'équipe junior de l'US Campagne (évidemment, pour un Plouc!) devenu US Meinier. Dès lors, chaque geste de Maffiolo sur le terrain était analysé, disséqué. Et mal imité. Lorsque Raymond Maffiolo fut - enfin! - sélectionné pour la première fois en équipe Suisse A (était-ce contre la France à Paris, 2-2?), le petit Plouc en fut aussi heureux que le joueur lui-même.

Dès lors, la faillite apparaissait comme une trahison à l'endroit de tous ces joueurs qui, à l'époque, devaient se partager entre le travail et les séances d'entraînement. Même à l'étranger, elle a laissé des traces. Deux amis parisiens ont récemment demandé au Plouc ce qu'était devenu le "Servette de Genève". Aujourd'hui, il peut leur apporter une réponse digne du passé grenat.

Raymond Maffiolo et les autres sont vengés.

 

Jean-Noël Cuénod

 

11:43 | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : servette fc, football | |  Facebook | | |