30/10/2011

La chasse aux pauvres est ouverte!

mangepoubelle.jpg

Comme à chaque automne, la chasse est ouverte, les gibiers à poils et à plumes n’ont qu’à bien se tenir. Les pauvres aussi. Car l’ouverture les concerne au premier chef. Surtout à Nogent-sur-Marne près de Paris. Le maire de cette ville a récemment signé un arrêté frappant d’une amende de 38 euros les miséreux qui fouillent dans les poubelles. «C’est une mesure d’hygiène publique», explique ce maire qui évoque les déchets que laissent sur le trottoir les poubellophages.

 Le scandale, ce sont les ordures sur la rue mais non pas la faim qui a poussé ces miséreux à trouver dans les ordures la nourriture que la société leur refuse. Monsieur le maire a ses priorités.

Les fouilleurs récidivistes seront emmenés au commissariat. En garde à vue, pour se goinfrer d’épluchures! Remarquez qu’en cellule, ils recevront au moins un sandwich. Et les policiers de la banlieue parisienne, c’est bien connu, n’ont pas d’autres gibiers de potence à poursuivre.

Les fouilleurs de poubelles sont légion à Paris. A la Butte-aux-Cailles, où crèche Le Plouc, un ferrailleur plonge méthodiquement dans toutes les poubelles du quartier. Lui, ce n’est pas la bouffe qui l’intéresse mais tout ce qui contient du métal. Et si cet ombrageux moustachu tombe sur du cuivre, au prix où il se négocie, c’est Noël qui arrive en octobre. Il fait bien attention de ne rien laisser traîner et de ne pas ajouter de déchets aux étrons canins qui parsèment le trottoir. Des crottes déposées par les roquets que promènent d’acariâtres bougresses et de ronchons sexadégénères. Qui ne manquent pas d’insulter notre ferrailleur, tout en détournant la tête lorsque Rex dépose une saucisse fumante devant la porte de la boulangerie.

Avenue d’Italie, d’autres fouilleurs de poubelles lorgnent sur les déchets laissés par les usines à bouffe amère-loque et les reliefs de pizzas à emporter. Boulevard Magenta, Le Plouc a même aperçu une file d’attente devant des poubelles d’un marché couvert. Le maire de Nogent n’a pas fini d’encaisser ses amendes. Jadis, la misère n’avait d’autre avantage que sa gratuité. Aujourd’hui, il faut payer, même pour être pauvre.


Jean-Noël Cuénod

11:22 | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : fouiller, poubelles, pauvreté, misère | |  Facebook | | |