04/11/2015

Il y a 20 ans, Yitzhak Rabin…

y_wa.jpg

 

Ancien premier ministre, Yitzhak Rabin a prononcé un vibrant discours pour la paix, place des Rois-d’Israël à Tel-Aviv, en cette soirée du 4 novembre 1995. Avec l’assistance, il vient de chanter l’hymne du Mouvement pour la paix israélien Shir LaShalom afin de clore le rassemblement. Homme d’arme, il dirigeait l’Etat-Major lors de la Guerre des Six-Jours. Homme de Paix, il a signé les Accords d’Oslo avec son adversaire de toujours Yasser Arafat. Yitzhak Rabin s’apprête à regagner sa voiture lorsqu’il est assassiné  à coups de pistolet semi-automatique par le fanatique religieux Yigal Amir. Quarante minutes plus tard, l’une des plus grandes figures d’Israël s’éteint sur la table d’opération, atteint au poumon et vidé de son sang (Photo de Rabin en train de chanter Shir LaShalom, juste avant d'être assassiné).

Si c’est l’intégriste Amir qui a tenu le Beretta, d’autres l’ont moralement armé. Pendant les mois précédant l’attentat, une campagne de haine inouïe contre Rabin avait été fomentée par l’extrême-droite et le Likoud de Benjamin Netanyahou. Lors de leurs meetings les va-t-en-guerre brandissaient des pancartes présentant Yitzhak Rabin en uniforme SS ou portant le keffieh palestinien. Ou en cible visée par un snipper.

Force est de reconnaître qu’Amir a réussi son coup. Il voulait tuer la paix. Vingt ans après, elle semble plus que jamais inaccessible. Certes, on ne saurait réduire l’actuelle situation à la seule disparition de Yitzhak Rabin. Mais elle y a joué un rôle essentiel. Brillant général de l’armée israélienne ­­– qui s’était notamment illustré durant la Guerre d’Indépendance en 1948 -1949 à la tête de la brigade Harel du Palmach, l’unité de choc des Juifs de la Palestine mandataire – Rabin était mieux placé que quiconque pour promouvoir la paix. Un peu comme un autre général, Charles de Gaulle, dont le passé militaire avait convaincu l’armée française de ne pas s’opposer à la fin des combats en Algérie.

Aujourd’hui, Israéliens et Palestiniens se sont installés dans cette guerre qui dure depuis 67 ans. Plus personne dans cette région ne semble souhaiter la paix. Des économies, des liens sociaux se sont tissés dans cet état de conflit récurent. Les pacifistes de tous bords sont donc considérés au mieux comme des empêcheurs de survivre en rond, au pire comme des traîtres à leur camp.

La solution dite « des deux Etats », l’un Palestinien et l’autre Israélien, est rejetée par l’actuel gouvernement et par une grande partie des Israéliens qui voient dans un Etat Palestinien, une machine de guerre contre Israël. Mais la solution d’un Etat israélien régnant sur les terres palestiniennes semble encore plus périlleuse pour Israël, en raison de l’accroissement démographique de la population musulmane et des sources permanentes de conflit que cela entraîne. Bref, tout le monde paraît se contenter de cette existence menée « à l’aveugle » et au jour le jour, tout en sachant qu’elle ne saurait se prolonger indéfiniment.

Pour l’instant, le gouvernement israélien peut faire fi de l’avis des autres pays en développant ses colonisations en Palestine, puisqu’il s’appuie sur la puissance américaine. Mais rien n’est éternel en ce bas monde, pas même le soutien de Washington.

Le danger pour Israël – seule démocratie du Moyen-Orient, faut-il le rappeler ? ­– réside dans la lassitude qui s’installe progressivement dans les opinions publiques un peu partout dans le monde. Déjà, le président Obama se montre plus préoccupé par la Chine et l’Extrême-Orient que par Israël et la Palestine. Et de la lassitude à l’indifférence, il n’y a qu’un pas. Sur qui, alors, Israël pourra-t-il compter ?

Au moment où il a été tué, Yitzhak Rabin portait dans son portefeuille, une feuille sur laquelle étaient rédigées les paroles de Shir LaShalom (voir la vidéo). La paix, dit ce chant, la paix parce qu’ «on ne nous ressuscitera pas / Du fond de la fosse obscure».

 Jean-Noël Cuénod

 

11:40 | Lien permanent | Commentaires (30) | Tags : vidéo, israël, palestine, moyen-orient, paix | |  Facebook | | |

02/06/2010

Qui veut la paix au Proche-Orient?

L’assaut sanglant par l’armée israélienne du navire turc Mavi Marmara s’est donc transformé en piège pour le gouvernement Netanyahou, sans doute le ministère le plus calamiteux depuis la création de l’Etat hébreu. Il paraît évident que cette flottille menée par IHH, une association humanitaire à vocation islamiste radicale, visait moins de nourrir la population de Gaza que de pousser Israël à la faute. Sur ce plan, l’opération est réussie. Sautant sur l'occasion offerte, voire programmée, la Turquie bascule dans le camp des adversaires de Tel-Aviv qui se trouve encore plus isolé qu’auparavant. La presse israélienne se montre d’ailleurs d’une extrême sévérité lorsqu’elle détaille les multiples erreurs des décideurs militaires et la cécité des décideurs politiques.

 


Notons en passant, l’incomparable liberté de presse et d’expression qui règne en Israël et que l’on serait bien en peine de trouver dans d’autres pays de la région.

 


L’affaire du Mavi Marmara n’est qu’un épisode noir de plus dans cette guerre de soixante ans. Force est de reconnaître que toutes les stratégies ont échoué pour faire régner la paix. Alors, qui veut qu’elle s’installe au Proche-Orient ? Les peuples israélien et palestinien la souhaitent-ils ? La souhaitent-ils vraiment?


 En Israël, le corps électoral a réservé un triomphe au nationaliste arabophobe Avigdor Liberman et à son parti, à côté desquels Blocher et son UDC font figure de modérés. A Gaza, les urnes ont plébiscité le Hamas et sa charte directement inspirée par le fascisme et le nazisme (lire cette traduction assurée par Jean-François Legrain, chercheur au CNRS - Centre national de la recherche scientifique).
Certes, tant en Israël que dans la Bande de Gaza, ce succès des extrémistes s’explique par des « facteurs internes ». Mais justement, cette tendance démontre que la paix n’est pas ou plus la préoccupation première au sein de la majorité des peuples concernés. Ils se sont installés dans la guerre.

 


 Les dictatures proche-orientales sont heureuses d’avoir Israël pour manipuler leurs peuples. Les Etats-Unis se satisfont de cet abcès de fixation qui, pour l’instant, ne trouble pas les échanges économiques. La Chine n’a qu’une obsession, trouver du pétrole. Les autres pays émergents se contentent… d’émerger et l’Europe ne pèse pas plus que la Suisse.

 


Dans un remarquable et courageux ouvrage, l’ancien ambassadeur d’Israël en France Eli Barnavi -Aujourd'hui, ou peut-être jamais. Pour une paix américaine au Proche-Orient (André Versaille Editeur) souhaite que le président Obama impose cette paix introuvable. Mais en Terre Sainte, le Messie tarde à venir.

Jean-Noël Cuénod

13:40 | Lien permanent | Commentaires (17) | Tags : iraël, palestine, gaza, guerre, mavi marmara, turquie | |  Facebook | | |

31/05/2010

L’assaut israélien au large de Gaza: on ne sait rien mais on condamne

 

Elles ne sont pas encore connues, les circonstances qui ont présidé à l’assaut par l’armée israélienne de la flottille humanitaire au large de Gaza. Mais cela n’empêche ni les médias, ni les dirigeants politiques de prendre position, de dire le droit, de distinguer entre les tenants du Bien et du Mal, de condamner les uns et d’absoudre les autres.

 


 Voilà qui est bien dans l’air du temps. Michel Onfray pond-il un bouquin sur Freud, qu’il est descendu en flamme avant de sortir des presses. Le cinéaste Rachid Bouchareb réalise-t-il un film sur le massacre de Sétif, que des nationalistes énervés défilent contre cette œuvre qu’ils n’ont pas pu voir.

 


Attendre que les événements se décantent, se renseigner sur ce qui s’est vraiment passé, prendre du recul, cela relève désormais de la haute trahison. Vous êtes sommé de choisir votre camp, alors que la fumée des événements empêche de voir où vous mettez les pieds. La réflexion n’est plus une vertu, elle s’est muée en vice dans la société médiamercantile.

 


Le temps est aboli, remplacé par une sorte de présent compulsif qui change d’indignation à chaque soubresaut et de disque à chaque hoquet.
Aujourd’hui, Israël est condamné. Peut-être à raison. Peut-être à tort. Personne n’en sait rien. Et demain qu’apprendra-t-on ? On s’en fout. Ne gâchons pas par l’effort de comprendre, le plaisir de vilipender.

Jean-Noël Cuénod               

19:50 | Lien permanent | Commentaires (64) | Tags : gaza, palestine, israël, flottille, assaut | |  Facebook | | |