01/07/2014

Nicolas Sarkozy et François Hollande, le duo des Calamiteux VERSION ACTUALISEE

hollande-sarkozy-8-mai-6655_w1000.jpg

Version actualisée en fin de texte, caractères gras

Avec un Espace Vidéo.

Nicolas Sarkozy aime être le premier. En tout. La Police judiciaire vient de le satisfaire. Depuis tôt ce matin, il est le premier ex-président de la République à être placé en garde à vue. Même Jacques Chirac ­– pourtant condamné en 2011 à deux ans de prison avec sursis dans l’affaire des emplois fictifs de la Ville de Paris – n’avait pas dû subir cette humiliation de partager ses 24 heures (voire plus, si affinités avec les poulagas) entre une cellule et la salle d’interrogatoire. Les policiers, sur demande de deux juges d’instruction, sont en train de le cuisiner afin de tenter d’en savoir plus sur le vaste réseau d’information que l’entourage de Sarkozy aurait tissé au sein des plus hautes instances de la police et de la justice françaises. L’information pénale porte sur les chefs d’accusation suivants, «trafic d’influence» et «violation du secret de l’instruction». Deux hauts magistrats de la Cour de cassation, Gilbert Azibert et Patrick Sassoust, ainsi que l’avocat de Sarkozy, Me Thierry Herzog, sont également interrogés en garde à vue.

En résumé, le magistrat Azibert est soupçonné d’avoir donné des informations couvertes par le secret de l’instruction aux proches de Nicolas Sarkozy pour le tenir informé des développements de l’affaire Bettencourt, lui permettant ainsi de bien préparer sa défense. Pour ce service, le juge de cassation aurait reçu la promesse d’obtenir un poste plaqué or à Monaco. Cette affaire avait été découverte à la suite d’un autre dossier concernant Sarkozy, celui de l’éventuel financement de sa campagne présidentielle  par Kadhafi. Sarkozy se doutant qu’il était placé sur écoute par la police, avait acquis un autre téléphone portable pour s’abonner sous le nom de Paul Bismuth. Mais les policiers avaient aussi découvert cette «ligne Bismuth» et l’avait également branchée sur leurs longues oreilles, ce qui leur a permis d’engranger de précieux indices. 

Qu’il soit ou non innocent, Nicolas Sarkozy trimballe une batterie de cuisine complète à faire rêver les marmitons les mieux dotés. Dès lors, sa volonté de se représenter à l’élection présidentielle de 2017 prend un autre visage, celui d’un Berlusconi se faisant élire pour bénéficier de l’immunité présidentielle. Peut-être que ses nombreuses accusations tomberont dans le néant. Il n’empêche que le soupçon polluera sa campagne. C’est pourquoi la plupart des dirigeants de son parti l’UMP veulent à tout prix empêcher son retour. Ils savent qu’ils payeront très cher une berlusconisation de leur formation.

Nicolas Sarkozy pourrit la droite. A gauche, c’est l’actuel président François Hollande qui sert d’agent de décomposition. Certes, les affaires judiciaires ne plombent pas son quinquennat. L’affaire Cahuzac, pour aussi grave qu’elle soit, n’est pas le symptôme d’un système mais la faillite abyssale d’un homme. En revanche, l’incompétence du président dans l’exercice de ses fonctions saute aux yeux (et au porte-monnaie des Français) après plus de deux ans passés à l’Elysée. De reculades en reniements, la politique de François Hollande n’a ni cap ni contours, ni queue ni tête. En quatre mois et demi de pouvoir, le président du Conseil italien Matteo Renzo a accompli plus de réformes que Hollande en vingt-six mois. L’Italie est d’ailleurs en passe de remplacer la France comme interlocuteur privilégié de l’Allemagne en Europe. Le président français est contesté par ses propres troupes qu’il a menées aux désastres électoraux ; son impopularité l’empêche d’agir ; son crédit politique – et, partant, celui de la France – est au plus bas sur la scène internationale.

Dès lors, même si, par miracle, la courbe de l’emploi se redresse dans un sens favorable, François Hollande n’est même pas certain d’en recueillir les fruits qui risquent plutôt d’être chapardés par son premier ministre Manuel Valls.

Faisons un cauchemar. Nicolas Sarkozy se présente sous la bannière de la droite et François Hollande brigue un second mandat. Marine Le Pen aura en face d’elle un Sarkozy englué dans les affaires et un Hollande empêtré dans son bilan. Elle n’aura même pas besoin de faire campagne pour prendre possession de l’Elysée.

Il devient donc urgent pour les deux partis de gouvernement de se débarrasser de leurs faiseurs de défaites qui ont largement dépassé la date de péremption.

Ce blogue a été cité mercredi matin à la Revue de presse de France-Inter.

Jean-Noël Cuénod

Mercredi vers 2 heures du matin,  les juges d'instruction ont mis en examen Nicolas Sarkozy pour corruption active, trafic d'influence actif et recel de violation du secret professionnel. Il est ressorti du Pôle financier libre et sans contrôle judiciaire. D'ores et déjà, ses lieutenants s'activent pour protester contre cet "acharnement judiciaire". Le premier ministre Manuel Valls rétorque: "Les faits sont graves". Pour l'UMP, la grosse affaire concerne Bygmalion et les impressionnants frais de la campagne Sarkozy pour l'élection présidentielle de 2012.

ESPACE VIDEO


Garde à vue de Nicolas Sarkozy : quels sont les... par lemondefr


22/05/2014

Sarko-le-Bref n’aime pas les petits (Les Jeudis du Plouc)

 Sarko-le-Bref a un problème avec les petits. Un problème de taille : il ne les aime pas. Dans sa longuissime 2014.jpgtribune libre qu’il a adressée au Point, ce mépris surgit à maintes reprises comme un démon mal refoulé.

Photo prise au Carnaval de Düsseldorf

Sa grande idée est la création d’une Europe à deux vitesses. Plus d’intégration pour les dix-huit pays de la zone euros et moins d’intégration pour les autres. Ce projet n’a rien de nouveau ; il est partagé par un grand nombre d’acteurs politiques. Il repose sur un évident constat: l’Union européenne ne peut pas poursuivre selon son actuelle configuration. Le fait de partager une monnaie contraint à l’intégration.

Certes, mais quelle intégration ? La famille politique de Nicolas Sarkozy s’est toujours opposée à une Europe fédérale et l’ancien président de la République ne déroge pas à cette règle. L’intégration qu’il propose ménage un espace placé sous la domination conjointe de la France et de l’Allemagne. Citons-le :

 

Je plaide clairement pour la création d’une grande zone économique franco-allemande cohérente et stable au cœur de la zone euro qui nous permettra d’abord de mieux défendre nos intérêts face à la concurrence allemande en gommant nos handicaps fiscaux et sociaux et qui nous permettra ensuite de prendre le leadership des dix-huit pays qui composent notre union monétaire.

 

Voilà qui a au moins le mérite de la franchise, assortie d’une certaine dose de candeur. En effet, si cette zone aurait pour effet ­– comme le soutient Sarkozy – de mieux défendre les intérêts français vis-à-vis de l’Allemagne, il serait étonnant que cette dernière accepte d’entrer dans une zone économique dont l’un des buts serait de réduire ses avantages!

De même, l’ex-président français ne manque pas d’air (il faut dire que cet élément ne lui a jamais fait défaut) lorsqu’il propose aux seize autres pays de la zone d’accepter la domination franco-allemande. Croit-il sérieusement que ce leadership – pour reprendre son sabir – passera comme une lettre à la poste aux Pays-Bas, en Belgique, Italie, Espagne, Danemark, Pologne et auprès de tous les autres Etats de la zone euro ? Il risque fort de se faire rétorquer qu’avant de dominer l’Europe, Paris ferait bien de balayer devant sa porte et de construire des trains aux dimensions de ses gares!

Ce culot ainsi exprimé révèle la persistance au XXIe siècle du vieux fonds impérialiste de la droite bonapartiste. L’héritage culturel, historique et politique que porte Sarkozy veut faire de la France la nation qui dirige les autres. Mais ce rêve s’est écroulé à la fin des guerres napoléoniennes et il s’est définitivement évaporé en juin 1940. Pour cette partie de la droite française, ce rêve pourrait reprendre forme s’il se fixe sur la puissance économique allemande. Berlin aux fourneaux et Paris aux commandes. Et les autres, qu’ils suivent et se taisent. Ils n’existent que pour faire de la figuration. D’ailleurs, Nicolas Sarkozy le leur signifie sans ambiguïté:

 

Ce n’est faire injure ni à Chypre, ni à Malte, ni au Luxembourg que d’affirmer que leurs responsabilités ne sont pas les mêmes (…) Je le dis aux dirigeants français comme allemands, le leadership n’est pas un droit, c’est un devoir. C’est à l’Allemagne et à la France d’assumer la plus grande part de la responsabilité dans la conduite du gouvernement économique de la zone euro.

 

Nicolas Sarkozy montre ainsi à quel point lui et sa famille politique sont incapables de comprendre les principes qui régissent le fédéralisme. Celui-ci puise sa force, non pas dans la domination d’une partie sur les autres, mais dans la concertation entre les parties. Les petites entités peuvent participer à la direction de  l’ensemble grâce à des mécanismes que chaque Etat fédéral a mis au point pour compenser la puissance des entités plus importantes.

 

Basée sur la domination de deux Etats sur les seize autres, l’Europe centralisatrice de Sarkozy se situe donc aux antipodes d’une Europe fédérale, seule à même, si elle voit le jour, d’assurer l’harmonie entre toutes ses composantes.

De plus, le tandem dominateur proclamé par le ci-devant président fait un peu alliance de l’aveugle et du paralytique. Dans ces conditions, on voit mal comment l’Europe sarkozienne pourrait avancer. Surtout, si c’est le paralytique qui porte l’aveugle.

 

 

Jean-Noël Cuénod

 

ESPACE VIDEO

Débat sur I-Télé à propos de la tribune de Nicolas Sarkozy dans Le Point 

 

 

17:33 | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : nicolas sarkozy, france, allemagne, europe | |  Facebook | | |

06/05/2013

Un an de France hollandaise : la Ve République est hors d’usage

SARKOLLANDE.jpg

L’uniforme du général de Gaulle n’est plus adapté aux modestes mesures de ses successeurs les plus récents (dessin: Acé) . En cinq ans, Nicolas Sarkozy n’était pas parvenu à entrer dans ce costume taillé pour un homme hors du commun à l’occasion d’une situation historique exceptionnelle, la guerre d’Algérie et la décolonisation.

 

Aujourd’hui, c’est François Hollande qui se noie dans les oripeaux de la Ve République, après un an d’exercice présidentiel.

 

Dans aucune autre démocratie, le chef de l’Etat ne détient autant de pouvoirs qu’en France. Même le président de la superpuissance américaine doit composer avec son Congrès qui se montre souvent rétif, voire hostile. François Hollande, lui, est maître de son parlement et de son gouvernement. Une partie essentielle de la justice - les Parquets - est hiérarchiquement soumise à son ministre de la Justice, autant dire à lui-même. Paradoxe apparent, cette hypertrophie aboutit à la paralysie. Dès qu’un phénomène est poussé à l’exagération, il dégénère en son contraire. Trop de pouvoirs entraînent l’impotence.

 

Le président français étant responsable de tous et comptable de tout, il devient l’unique cible vers laquelle convergent toutes les flèches. Et son propre camp n’est pas le moins prompt à décocher ses traits. Le peuple n’a donc nul besoin de se sentir responsable de son destin puisqu’il dispose d’une tête de Turc à trancher tous les cinq ans. Il peut même actionner chaque jour ou presque sa guillotine virtuelle, les sondages se chargeant d’en aiguiser la lame.Dès lors, n’osant plus entreprendre de réformes fondamentales, le président se réfugie derrière les écrans de fumée de la politique communicante.

 

La Ve République est devenue un fardeau pour la France, un fardeau qui l’empêche de se montrer réactive dans la tourmente de la mondialisation. Certes, changer de République est un processus qui réclame du temps et de la concertation. Mais autant ne pas trop tarder à l’amorcer.

 

Jean-Noël Cuénod

09:43 | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : françois hollande, elysée, nicolas sarkozy, de gaulle | |  Facebook | | |

17/06/2012

François Hollande über alles!

Francoioshollande.jpg

Le président François Hollande ne pouvait rêver meilleur résultat aux élections législatives françaises. Son Parti socialiste détient à lui seul la majorité absolue de la nouvelle Assemblée nationale. Il n'aura donc pas besoin des quelque vingt députés «verts» pour faire passer ses réformes. Quant au Front de Gauche de Jean-Luc Mélenchon, il est bien diminué. Avec une petite dizaine de députés, il ne comptera guère et ne pourra même pas former un groupe. Mélenchon était le caillou dans la chaussure de Hollande, le voilà rejeté à son destin de gravier.

Les socialistes détiennent désormais tous les leviers de commande. Majoritaires au Sénat, majoritaires absolus à l'Assemblée nationale, majoritaires dans les départements (6 sur 10 sont dirigés par des élus du PS), majoritaires écrasants dans les régions (21 sur 22). L'ennui, avec une telle domination, est que le parti présidentiel ne peut que perdre une si flatteuse position aux prochaines élections, notamment aux municipales en 2014.

François Hollande dispose ainsi d'une stature qui lui permet de parler haut, hors de France. Il va sans doute devenir le leader de l'Europe du Sud face à Angela Merkel, championne de l'Europe du Nord. Pour l'Hexagone, c'est une situation périlleuse certes, mais tout de même plus porteuse d'espoir que celle de pâle second de l'Allemagne qui était la sienne sous Nicolas Sarkozy.

Le débat européen continuera à opposer la France, tenante de la relance économique, à l'Allemagne, gardienne de l'orthodoxie budgétaire. François Hollande peut désormais exciper du soutien massif de son peuple pour avancer ses pions face à Angela Merkel. Mais le président français sait bien qu'un compromis est inévitable et il n'est pas homme à jouer les jusquauboutistes. Sa victoire lui donne l'assurance nécessaire, à la fois de pousser son avantage face à la chancelière fédérale et de faire accepter le compromis franco-allemand au parlement.

D'ailleurs, les positions entre Hollande et Merkel ne sont pas si opposées que cela. Mardi dernier, au Conseil économique, social et environnemental, le président français a bien averti que la relance économique ne pouvait pas naître de la dépense publique. La phrase est passée inaperçue dans les médias français, tout émoustillés par l'affaire Tweeterweiler. Mais elle constitue une rupture historique dans le discours, jusqu'alors keynésien, des socialistes.

Des mesures de restriction budgétaire se préparent donc en France. Grâce à sa victoire aux législatives, François Hollande pourra les faire voter par le parlement. Mais il devra alors faire face au mécontentement qui risque de s'exprimer dans les rues ou par le truchement de grèves sauvages. Le dialogue social promis par le nouveau pouvoir deviendra une ardente nécessité.

Jean-Noël Cuénod

 

15/05/2012

Le plouc installe François Hollande à l'Elysée et dit adieu à Sarkozy-Bruni

SarkHollande.jpg

Et voilà. Le Plouc regagne son antre de la Butte-aux-Cailles après avoir fait ses plouqueries dans la cour de l'Elysée pour assister, mardi matin, à l'intronisation du président François Hollande et au départ du nouvel «ex» de la République, Nicolas Sarkozy. Avec son confrère et compatriote Alain Menusier, il s'est dégotté un coin bien placé, juste à côté des escaliers. Histoire de faire le badaud accrédité, en attendant les deux grands moments: l'accueil de l'entrant par le sortant, puis la sortie du sortant saluée à l'entrée par l'entrant. Vous suivez le plouc?

Avant cette transmission symbolique sur tapis rouge, les photographes et cadreurs captent l'arrivée des Invités qui traversent la cour et avalent les marches pour être introduits dans le Saint des Saints de la République égalitaire: pipoles aux lunettes noires incorporées et souriant de toutes leurs fausses dents, corps vachement constitués, trognes galonnées faisant tintinnabuler leurs médailles, ecclésiastiques chamarrés et orientaux, gorilles au veston mal ajusté sur leur flingue, à l'oreillette greffée et à la tronche de casier judiciaire, politiciens arrivés mais dans quel état ‑ il y avait même un Gaudin (maire de Marseille) qui semble avoir dépassé largement la date de péremption -, décideurs très décidés, académiciens très caducs, médiacrates cherchant leur meilleur profil. Bref, la harde habituelle des lèche-escarpins.

Puisque le Festival de Cannes commence demain, le plouc a dressé son petit palmarès des invités. Il vous l'offre - internautes chéris - en exclusivité galactique.

La plus sublime. Valérie Trierweiler foule le tapis rouge avec la grâce féline et conquérante d'une Lauren Bacall. Les photographes deviennent fou, c'est tout juste s'ils ne marchent pas sur leur langue pendante comme le loup de Tex Avery. Ils crépitent de tout leur être. Mais ils feraient bien de se méfier. Les photographes, la journaliste et compagne du nouveau président les connaît bien, pour les engueuler avec la régularité d'un métronome courroucé. Manteau blanc cassé, tailleur à l'ample jupe bleu marine, talons interminables qui met en valeur ses mollets hollywoodiens, abondante chevelure blond vénitien (demain, toutes les Parisiennes se feront teindre les cheveux) qui frémit sous la caresse des Saints de Glace, elle monte à l'assaut des marches. A leur sommet, Carla Bruni-Sarkozy attend. Tailleur pantalon noir, teint pâle, souliers plats, sourire plaqué, celle qui est encore Première Dame pour quelques secondes porte le deuil de son statut. Les deux femmes se font la bise, se tournent vers les caméras. «Valérie, Valérie par ici, par ici » crient les photographes. Pour la première fois, Carla est éclipsée.

Le plus vaniteux. Pierre Bergé fait, bien entendu, partie des invités. Comment pourrait-il en aller autrement? Juste avant de monter les marches, il hésite. Et n'y tient plus. Comme happé par un aimant, il se précipite vers les caméras pour prendre un bain de cabotinage. Ah quel nirvâna d'être filmé, photographié ! Mais les photographes se fatiguent assez vite, sous le regard attristé de Bergé qui voit se tarir sa fontaine de Jouvence.

Le plus flagorneur. Dramaturge et directeur du Théâtre du Rond-Point, Jean-Michel Ribes triture le bras de Lionel Jospin, puis celui de la philosophe Sylviane Agacinski (femme de l'ancien premier ministre) pour tenter de les immobiliser, au moins pendant quelques secondes, devant les caméras. Jospin sourit l'air un peu gêné. Sylviane Agacinski cache son agacement. Mais Ribes est heureux comme le ravi de la crèche.

Les plus discrets. Nicolas Sarkozy attend François Hollande au bas des escaliers et s'efforce de se montrer chaleureux en serrant la main de son vainqueur. Le nouveau président a au moins le bon goût d'être de taille aussi brève que l'ancien. Les deux hommes ne s'attardent pas et filent à l'intérieur. Sarkozy va remettre à Hollande les codes de l'arme nucléaire. A la sortie, le nouveau président et sa compagne saluent l'«ex» et son épouse. Et Nicolas Sarkozy prend la main de Carla pour descendre les escaliers, fait un coucou au personnel de l'Elysée, part sans se retourner et s'engouffre dans sa voiture avec chauffeur. François Hollande est déjà à l'intérieur de son palais. Une page est tournée. Il se met à pleuvoir.

Jean-Noël Cuénod

CarlaVal.jpg

03/05/2012

Duel Sarkozy-Hollande: premier bilan à chaud

Que retirer de ce duel entre les deux prétendants à l'Elysée? Tout d'abord, Sarkozy n'a pas "explosé" Hollande comme il l'avait annoncé. Toutefois, le candidat socialiste n'a pas pour autant terrassé son rival de l'UMP. En filant la métaphore footballistique, disons que ce match s'est déroulé au centre du terrain avec deux défenses avancées, ne laissant pas beaucoup d'espace où le jeu puisse se développer. A un Sarkozy hargneux et grincheux, a répondu un Hollande tellement soucieux de ne pas commettre de faux pas qu'il en paraîssait constipé. De ce point de vue-là, Sarkozy a fait passer plus d'émotion. Mais cela ne l'a pas rendu plus sympathique pour autant.

Ce débat ne va sans doute pas bouleverser la situation, trois jours avant le second tour, dimanche. Ce qui d'ailleurs avantagerait le socialiste qui caracole en tête de tous les sondages.

 Sur le plan économique, François Hollande a non seulement tenu le coup mais il a paru mieux affuté que son adversaire parfois brouillon... Un comble pour un président sortant, c'est son challenger qui semblait plus compétent! Mais dans le domaine de l'immigration, Sarkozy l'a emporté en plongeant Hollande dans ses contradictions. Il faut dire que le président UMP a embobiné son rival en confondant immigration légale et immigration clandestine. Vieille tactique de l'avocat: "Quand ze vois que mon affaire est mal partie, z'embrouille, z'embrouille!" expliquait - avec ce cheveu sur la langue qui manquait cruellement à son crâne dégarni - le grand plaideur Edgar Faure, ministre quasi-inamovible des quatrième et cinquième Républiques.

Sarkozy a donc embrouillé au grand dam de Hollande, du moins sur l'immigration. Le président-candidat a sans doute convaincu quelques frontistes de voter pour lui. Mais sera-ce suffisant pour combler son retard? 

 

Jean-Noël Cuénod

 

ESPACE VIDEO

Les conclusions des deux rivaux à la fin du bras-de-fer.

 

01/01/2012

Sarkozy a présenté ses vœux brouillés

L'an passé, Sarkozy se voulait encore l'hyperomni qui allait bouleverser toutes les barrières placées entre la France et la modernité: «L'année 2011 s'annonce pleine de promesses». En effet, pleine de ses promesses non-tenues. Et dans ce même discours, il se félicitait de ce que la récession fût «plus courte» que dans d'autres pays. Un an plus tard, chacun a pu mesurer la brièveté de cette récession.

Pour 2012, le président et quasi-candidat, revêtu d'un complet gris très foncé, a pris un ton plus austère. La pompe élyséenne s'est voulue funèbre. C'est en ce morose apparat que Nicolas Sarkozy a présenté au peuple de France ses vœux brouillés.

Brouillés par deux informations parasitaires, tombées dans les dernières heures de 2011. La première: le déficit commercial de la France a plongé, passant en un an de 55 à 75 milliards d'euros. «C'est la faute à la crise qui touche toute la planète», a plaidé Sarkozy lors de son discours. Mais alors, par quel miracle la voisine allemande affiche-t-elle un excédent de 154 milliards? Second sarkoparasite: la France compte désormais 2 844 800 chômeurs; elle n'avait plus subi pareil score depuis 1999. La barre symbolique des trois millions sera sans doute franchie dans la première moitié de 2012.

Or, l'élection présidentielle, qui se déroulera dans cinq mois se jouera sur cette question. Nicoléon Sarkonaparte a donc revêtu son uniforme de Maître des batailles pour l'emploi. A cet effet, il organisera le 18 janvier un grand sommet social, avec les syndicats et organisations patronales: «Nous écouterons. Et nous déciderons».

En fait, tout semble déjà décidé comme le laissent entendre les vœux présidentiels. Sans mentionner le nom de la chose, il annonce clairement l'instauration de la TVA sociale, ce qui consiste à faire payer par l'impôt indirect une partie des cotisations sociales. L'idée est de baisser le coût du travail afin de rendre l'économie française plus compétitive et frapper ainsi les exportations. Reste à savoir si cette TVA sociale ne va pas grever encore plus le budget des ménages déjà mis à mal par les restrictions diverses.

Mais si le principal est décidé que restera-t-il à négocier avec les partenaires sociaux? Des clopinettes, comme d'habitude. Car depuis cinq ans, Sarkozy n'a pas dérogé à sa méthode: imposer ses décisions en calmant les ardeurs revendicatives par des «sommets» ou des «Grenelle» qui sont au dialogue social ce que furent les villages Potemkine à l'urbanisme. Cela dit, en multipliant les passages en force, Sarkozy s'affaiblit dans les sondages.

Ces vœux présidentiels qui manquent de fraîcheur seront sans doute restés sur l'estomac des Français. Leur déprime semble d'autant plus profonde que les adversaires de Nicolas Sarkozy n'offrent pas une alternative enthousiasmante. François Hollande patine, Marine Le Pen éructe, François Bayrou vaticine, Eva Joly grince et Jean-Luc Mélenchon clabaude. Bonne année quand même.

 Jean-Noël Cuénod

ET VOICI LES VOEUX PRESIDENTIELS EN VIDEO POUR CEUX QUI LES AURAIENT MANQUES!

19:00 | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : nicolas sarkozy, politique, france, chômage, vidéo | |  Facebook | | |

01/12/2011

Moult obstacles devant la «Françallemagne»

Dubout.jpg«Convergence franco-allemande». C'est la formule préférée du président Sarkozy en cet automne où les mauvaises nouvelles économiques tombent au rythme des feuilles de marronniers. En fait de convergence, il s'agit plutôt d'un alignement de la France sur l'Allemagne. Paris s'efforce de rester dans la roue du maillot jaune de l'Union européenne et ne conteste plus à Berlin son rôle de leader. Sarkozy cherche désormais à l'imiter en espérant créer un condominium sur l'Europe, une sorte de «Françallemagne» à la Charlemagne qui dicterait sa loi au reste des pays de l'Union, rétrogradés au rang de figurants plus ou moins intelligents. Nombre de politiciens et politologues français aiment à illustrer cet espoir en usant du cliché: «le couple franco-allemand, moteur de l'Europe».

 

Drôle de ménage où Madame porte la culotte et Monsieur, la brosse à reluire. Angela Merkel et Nicolas Sarkozy font de plus en plus penser à ces couples dessinés par Dubout qui met en scène d'imposantes matrones traînant derrière elles un petit mari grimaçant et sautillant.

 

Plusieurs obstacles se dressent devant la création de cette «Françallemagne». Tout d'abord, les Français se montrent plus déterminés que les Allemands à pousser plus loin leurs marivaudages. Du haut de son sommet, l'Allemagne tend à considérer la France comme un pays du Sud aussi paresseux et endetté que les autres. Alors que ses voisins du Nord démontrent une belle solidité économique et une admirable constance dans l'effort. Pourquoi Berlin privilégierait-il une entente avec Paris plutôt qu'avec Amsterdam ou Stockholm?

 

Sur le plan diplomatique, les vues allemandes et françaises ont souvent divergé, on l'a vu avec la guerre en Libye où Paris a trouvé à Londres l'appui que Berlin lui a refusé sans prendre de gants.

 

L'organisation économique des deux pays n'a guère de points communs. L'Allemagne est restée une puissance industrielle avec un tissu dense d'entreprises moyennes qui constituent le fer de lance des exportations. Rien de tel en France qui voit mourir son industrie jour après jour et dont les PME n'exportent guère. Par sa «convergence franco-allemande», le président Sarkozy cherche d'ailleurs à puiser dans l'exemple germanique l'impulsion nécessaire au redressement industriel. Mais l'Allemagne l'aidera-t-elle dans cette entreprise au risque de créer de nouveaux concurrents? Une France réduite, comme aujourd'hui, aux services convient bien mieux à Berlin.

Il en va de même dans les rapports sociaux. Multiples syndicats aux maigres troupes en France; peu de centrales mais aux effectifs nombreux en Allemagne. Culture de la rupture d'un côté du Rhin, culture du compromis sur l'autre rive.

 

La «Françallemagne» illustre la nostalgie française de la puissance perdue. Paris a tenté de la réanimer, au moins partiellement, par le truchement d'une Europe forte politiquement. Ce fut l'échec. Elle essaie désormais de s'appuyer sur l'Allemagne pour donner un peu de corps à son rêve devenu inaccessible.

 

 

 

Jean-Noël Cuénod

 

09:55 | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : angela merkel, nicolas sarkozy | |  Facebook | | |

20/10/2011

Tao de la mollesse : Hollande terrasse Martine Aubry et Elizabeth Teissier

LaoTseu.jpg
La France assiste, pleine d’espérance inquiète, à la grande revanche des mous. François Hollande – dénoncé par la dure Francois-hollande.pngde dure Martine Aubry comme le caoutchouteux héros de la gauche guimauve – a triomphé dimanche dernier; plus personne ne l’ignore, sinon la voyante extralucide Elizabeth Teissier qui a vu la patronne du PS emporter la primaire.

Sur la rive droite, dans l’ombre, courte il est vrai, du président Sarkozy, c’est un autre mou qui se lève, l’indécoiffable François Fillon. Ce premier ministre de récessive apparence ne cesse de dire le contraire de son maître élyséen et affiche ses ambitions avec une discrète obstination.

Voilà ce provincial à l’élégance impeccablement funèbre qui se porte candidat dans la capitale à la prochaine élection législative de juin 2012. Et il fait savoir que ce siège, n’est, si l’on ose dire, qu’un tremplin pour sauter en 2014 sur le fauteuil du maire de Paris, Bertrand Delanoë ne se représentant pas. Or, tout le monde le sait depuis Chirac, l’Hôtel de Ville peut vous catapulter encore plus haut. Le mollasson de la droite prouve qu’il ne manque pas de ressort.

Pour les politiciens français qui battent la campagne, la lecture du Tao-Te-King – le livre du Tao écrit par Lao Tseu – s’impose. Ils y apprendront que, huit siècles avant la naissance de François Hollande, ce sage chinois avait prévu sa victoire sur Martine Aubry en calligraphiant cette sentence:

 «Ce qui est mou triomphe de ce qui est dur.»

Il est d’autres maximes taoïstes dont les candidats à la présidence française devraient faire leur miel. Celle-ci, par exemple:

«L’homme qui parle beaucoup est souvent réduit au silence.»

 Nicolas Sarkozy en sait quelque chose. Plus il se répand dans les médias, moins les sondages lui sont favorables.

Le président s’efforce d’ailleurs de se montrer plus discret. Mais à l’impassible, nul n’est tenu, le Vibrionnant moins que tout autre. Et que l’on ne compte pas sur lui pour suivre cet autre conseil de Lao Tseu:

«Lorsqu’on a fait de grandes choses et obtenu la gloire, il faut se retirer à l’écart.»

Tous les prétendants seraient bien avisés de faire leur ce principe du Tao:

 «Le sage vit dans la conscience des difficultés et n’en souffre pas.»

Mais c’est plus facile à dire qu’à faire. Comment ne pas éprouver une vive douleur lorsque les casseroles politico-financières se mettent à déborder à gros bouillons? Cela demanderait au politicien plusieurs réincarnations pour parvenir à surmonter le cruel sentiment d’abandon qui le transperce lorsque les mauvaises nouvelles se succèdent à un rythme effréné.

«Les emmerdes volent toujours en escadrille»,

disait Jacques Chirac qui, lui, a démontré au cours de ses douze ans de règne qu’il pratiquait le Tao avec bonheur, en appliquant ce précepte empreint de sapience:

 «Il n’est rien qui ne s’arrange par la pratique du non-agir.»

Jean-Noël Cuénod

 

09:56 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : nicolas sarkozy, lao-tseu, françois fillon, jacques chirac | |  Facebook | | |

24/11/2010

Sarkozy, la tête à l’envers

nicolas-sarkozy.jpg

Nicolas Sarkozy ne comprend décidément rien au fonctionnement des médias. Lui qui passait pour les maîtriser de façon machiavélique, il s’en est fait d’irréductibles ennemis. Comme les juges, les professeurs et tous ces corps intermédiaires qu’il méprise sans chercher à les comprendre. Des corps intermédiaires qui ne vont cesser de lui balancer des peaux de bananes jusqu’au verdict de l’élection présidentielle en 2012.

Le général de Gaulle, lui aussi, voulait établir un rapport direct entre sa personne et le peuple. Mais comparer cette grande figure à l’actuel roitelet élyséen serait par trop cruel. N’est pas de Gaulle qui veut.  D’ailleurs le Général, s’il n’aimait guère les journalistes,  ne s’abaissait jamais à les insulter. Il respectait  même ceux qui le brocardaient avec talent comme le « Canard Enchaîné » qu’il appelait « le volatile » avec une certaine tendresse.

En traitant de « pédophiles », les journalistes qui avaient osé lui poser des questions sur l’affaire de Karachi – ce qui était la moindre des choses de leur part – Nicolas Sarkozy a surtout démontré à quel point ce dossier l’affole et lui met la tête à l’envers. Et alors, le public de se demander : « S’il réagit comme ça, c’est qu’il a peur de la vérité. » Peut-être que Sarkozy n’a joué aucun rôle dans l’affaire de Karachi. Mais par ce « pétage de plomb », il a lui-même instillé le doute, bien mieux que le plus vachard des brûlots.

Cela dit, s’il a provoqué une certaine émotion dans les médias français, ce feu de bouche élyséen n’a pas non plus soulevé des torrents de fureur. Ce qui n’est pas forcément un indicateur favorable pour le président. Il a lâché une gugusserie de plus. On hausse les épaules en soupirant et on passe à autre chose. Si même ses dérapages deviennent insignifiants, le locataire de l’Elysée peut se faire des soucis quant à la reconduction de son bail.

Et voilà Nicolas Sarkozy dégradé en Berlusconi. A ce propos, ces deux intéressants personnages se sont livrés en spectacle lors du sommet de l’OTAN à Lisbonne. Voici la vidéo des duettistes.

Jean-Noël Cuénod

 

19:40 | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : nicolas sarkozy, silvio berlusconi, vidéo, journalistes | |  Facebook | | |

08/11/2010

Le jour où de Gaulle est vraiment mort

 Le 9 novembre 1970, peu avant 20 h. un chêne s’abat au domaine de la Boisserie à Collombey-les-deux-Eglises. En vingt minutes, le général de Gaulle est terrassé par une crise cardiaque. Chaque Français de plus de quarante ans se rappelle aujourd’hui ce qu’il faisait au moment où la nouvelle de sa mort a frappé ses oreilles. Il en va ainsi de tous les grands moments historiques.

 degaulle.jpgPour Le Plouc, le jour où Charles de Gaulle est vraiment mort remonte au 8 janvier 2008. Nicolas Sarkozy organise alors sa première conférence de presse à l’Elysée. Impressionné, Le Plouc a mis son plus beau costume pour ne pas trop faire tache sous les ors et les lustres de la grande salle de l’Elysée.

 

Il imagine l’imposante silhouette du Général donnant ses célèbres conférences de presse menée de main de maître. C’est là que le fondateur de la Cinquième République, avec un art consommé du théâtre, a expliqué comment il allait sortir la France de son cauchemar algérien, pourquoi lui, l’homme de la France Libre, se dressait contre l’allié américain et comment il entendait faire de la France une puissance nucléaire.

 

Mais voilà Le Plouc tiré de sa rêverie dans les altitudes. Entre deux tics d’épaule, le président Sarkozy lâche cette sentence: « Avec Carla, c’est du sérieux ! »Sarkocarla2.jpg

 

La vraie rupture était consommée. Passant du théâtre classique à la discothèque, la grandeur de la France devenait une vieille lune.

 

Jean-Noël Cuénod

20:49 | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : de gaulle, général, nicolas sarkozy, carla bruni-sarkozy | |  Facebook | | |

13/07/2010

Sarkozy ressort les «officines» du placard

Sarko1.jpg

En français, le mot officine désigne une pharmacie et représente ces locaux lumineux où des mains expertes transforment des toxiques en médicament. En patois élyséen, les « officines » - elles sont toujours plurielles et enguillemetées – figurent ces recoins sombres où des mains habiles transforment des rumeurs en toxiques.

 

 
Cela faisait quelques mois que Nicolas Sarkozy les avait mises au placard. Il les a ressorties lundi à l’occasion de son spectacle télévisé sur France 2 où il tenait le rôle de l’HyperPrésident UltraOutragé et SuperCalomnié. Citons cette réplique tirée de la scène où il affronte le Cyberdémon Médiapart et sa langue numérique mais venimeuse : « Je ne suis pas naïf, je vois bien que derrière tout ça, il y a des officines ».

 


On les imagine bien ces « officines », au sein desquelles se réunissent dans le remugle du tabac froid des individus à l’imper mastic, aux lunettes fumées, au verbe fumeux, au teint froissé et marchant façon crabe avec l’allure de ces Interlopes qui  vous proposaient vers Pigalle des catalogues de filles à poil, à la douce époque où la pudeur rendait encore le porno attrayant.

 


« Les officines », Sarkozy les avait dénoncées à maintes reprises dans l’affaire Clearstream pour stigmatiser Villepin. Personne ne sait exactement ce qu’elles signifient. Agences de renseignement privées ? Bureaux d’espions ? Arrière-salles de journaux ? Tout cela à la fois ? L’imprécision de leurs contours rend ces ectoplasmes méphitiques encore plus terrifiants. Invisibles mais présentes, « les officines » ne poursuivent qu’un but : empêcher le Vibrionnant de réformer. Ce sont elles qui rédigent d’une dextre crochue les articles déplaisants, qui colportent et papotent, qui beuzent et jasent. Ennemi insaisissable qui rend bien des services lorsqu’il s’agit d’amuser la galerie.


Jean-Noël Cuénod

16:06 | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : nicolas sarkozy, médiapart, affaires, france 2 | |  Facebook | | |