23/03/2014

Elections municipales françaises : triomphe du désarroi national

 

 La bataille pour la mairie était la compétition électorale préférée des Français, mise à part la présidentielle. L’imparfait s’impose désormais. Avec près de 40% d’abstention, le premier tour des municipales illustre le désamour des citoyens d’outre-Jura vis-à-vis de la politique.

 

 Les raisons sont multiples : impuissance des gouvernants à proposer une issue au déclin économique ; multiplication des affaires politico-judiciaires qui polluent autant la gauche que la droite de gouvernement ; coupure totale entre la sphère politique et la vie quotidienne ; incapacité de désigner une stratégie pour civiliser une mondialisation de plus en plus sauvage. A ce constat – qui pourrait s’appliquer à d’autres pays – s’ajoute une spécificité bien française : le millefeuille administratif.

 

Naguère encore, le maire était le symbole du pouvoir local ; chacun pouvait remarquer ses réalisations ou déplorer son inertie. Aujourd’hui, les communes sont devenues trop petites dans un monde trop grand et qui tourne trop vite. Mais pour satisfaire l’ego des roitelets de bourgades, l’Etat a préféré conserver les communes dans leur taille originelle.

Toutefois, comme il faut bien résoudre des problèmes qu’elle n'est plus en mesure de gérer, les gouvernements successifs ont ajouté d’autres structures au-dessus de l’entité municipale : syndicats intercommunaux, communautés de communes, communautés de pays, intercommunalités, entre autres «supramachins». Dès lors, petit à petit, même la commune a perdu sa visibilité. Le monde politique a disparu aux yeux des Français dans un épais brouillard, le laissant au bord de l’autoroute mondial où les poids lourds de l’économie globalisée menacent de l’écraser à chaque instant. Ce dimanche a rendu tangible le désarroi national.

 

Dans ce brouillard, perce une voix rendue éraillée par les cigarettes : celle de Marine Le Pen qui dit des choses simples : préférence nationale, retour dans le chaud giron de la France maternelle, loin des croquemitaines bronzés de la mondialisation. Peu importe que son programme soit irréalisable. Ce ne sont pas les paroles de la chanson frontiste que les Français apprécient mais sa musique. Il faut dire que celle des partis de gouvernement sonne tellement faux…

Quels que soient les résultats du second tour, le Front national sort d’ores et déjà vainqueur de ces élections municipales. Ne serait-ce que par la victoire, dès le premier tour, du frontiste Steeve Briois à Hénin-Beaumont.

Marine Le Pen semble avoir pris la mesure de la gestion catastrophique qui fut celle des maires frontistes dans les années 90 et dont les échecs ont tenu un rôle essentiel dans le déclin provisoire du FN.

Toutefois, la gestion au quotidien forcera les élus frontistes aux compromis. Ce qu’ils gagneront en respectabilité, ils le perdront en charisme. Le temps est venu, pour le Front national, de décevoir.

 

 

Jean-Noël Cuénod

 

Marine Le Pen,Front national,maire


23:39 | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : marine le pen, front national, maire | |  Facebook | | |