28/08/2018

La salutaire vacance de Monsieur Hulot

emmanuel-macron-et-nicolas-hulot-a-l-elysee-le-5-septembre-2017.jpg

Devinette macronienne : qu’est-ce qui ressemble le plus à un vieux monde ? Réponse : un nouveau monde. A preuve, la démission de Nicolas Hulot. Comme d’habitude, le président en exercice perd la main après un an de pouvoir. Comme d’habitude, l’écologie gouvernementale en France n’a d’autre utilité que celle d’un dieffenbachia, cette plante d’ornement au feuillage vert pâle.

Un truc joli, l’écologie, mais dont les gouvernants français – et eux tout particulièrement –  se lassent vite comme ces posters représentant de superbes paysages. Au bout d’un moment, on ne peut plus les voir en peinture, les posters. Alors, on les balance à la poubelle. Comme le disait l’alors président Sarkozy, encore essoufflé par ses efforts déployés lors du Grenelle de l’environnement, « l’écologie, ça commence à bien faire ».

Aucun président français n’a mené une politique cohérente dans ce domaine qui, à l’évidence, surplombe tous les autres. Le président Chirac avait fait un très beau discours à ce propos : « La maison brûle et nous regardons ailleurs ». Après cet énergique coup de menton, Jacques Chirac a jugé qu’il en avait fait assez pour la cause environnementale et s’est empressé de regarder à nouveau ailleurs.

Hulot sous le charme du pipeautier virtuose

Quant à Emmanuel Macron, la sauvegarde de la planète lui est tellement indifférente qu’elle est devenue l’Arlésienne de sa campagne présidentielle. Conscient de cette lacune qui pouvait faire mauvaise effet sur le plan médiatique, le nouveau président a réussi à engager dans son équipe, le seul écologiste à être populaire grâce à la télécratie, Nicolas Hulot. La plante d’ornement était posée bien en évidence sur le devant de la scène.

 Après ses déboires sur le plan politicien avec Les Verts, Hulot en avait sagement conclu que son action serait plus efficace en promouvant l’écologie dans l’espace médiatique plutôt que de s’embourber dans les marais électoralistes. Emmanuel Macron a donc dû user de tout son charme de virtuose du pipeau pour le convaincre d’entrer au sein de son gouvernement. Avec à la clé un de ces titres ronflants qui impressionnent le gogo hexagonal :  Ministre d’Etat – roulez tambour !  – Ministre à la transition écologique – sonnez clairons ! – et solidaire – fermez le ban ! Histoire de montrer combien le président Macron juge importante cette transition écologique.

Mais le dieffenbachia de l’espèce hulotia ne manque pas d’épines et une belle ligne sur la carte de visite ne suffit pas. Emmanuel Macron l’a su d’emblée en accordant à son Ministre d’Etat une attention soutenue. Tout en lui imposant deux secrétaires d’Etat garde-fous, – Sébastien Lecornu, qui vient de la droite LR, et Brune Poirson, jeune pousse très En Marche –, qui doivent tout au président, rien à leur ministre même d’Etat et dont l’ambition lupine n’est un secret pour personne.

Ce fut ensuite les arbitrages gouvernementaux souvent perdus par Nicolas Hulot, dont celui concernant le glyphosate. Devant l’impératif des intérêts financiers à court terme, la sauvegarde de la santé des travailleurs agricoles et des consommateurs n’a pas pesé bien lourd. Et l’abandon du projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes, abandon voulu par Hulot, n’a pas suffi à faire oublier cette cuisante défaite. On n’éteint pas la « maison qui brûle » avec des pompiers cheminant à « petits pas écologistes ».

Par conséquent, la présence, hier, de Thierry Coste, lobbyiste en chef de la chasse et des armes, à la conférence entre Macron et les chasseurs n’a été que la goutte de vinaigre qui a fait déborder le vase du dieffenbachia hulotia. En fait, dès son entrée au gouvernement, la question à poser n’était pas « Hulot va-t-il démissionner ? » mais « quand Hulot claquera-t-il la porte ? »

Hulot plus fort que Macron au petit jeu de la com’

Nicolas Hulot aurait pu peser plus lourd politiquement s’il avait pu s’appuyer sur un groupe parlementaire. Il aurait eu l’occasion de le créer mais n’a pas tenté l’expérience, faute d’avoir cette fibre politicienne sans laquelle il est impossible de faire de vieux os dans ce panier de crabes. Dès lors, isolé, asphyxié sous les caresses d’Emmanuel Macron, Nicolas Hulot ne disposait pour se défendre que de son fusil à un coup : la démission. Aujourd’hui, l’ex-ministre d’Etat affirme qu’il a pris sa décision comme ça, au débotté, lors d’une émission en direct sur France-Inter.

En fait, la menace de la démission est d’un usage délicat. En partant trop tôt, vous passez pour un irresponsable ; en partant trop tard, vous perdez votre aura. Hulot est donc parti pile au bon moment. Il peut présenter un bilan honorable tout en prenant les gants de celui qui ne transige pas avec l’essentiel. Tout le monde attendait sa démission mais l’apparente spontanéité de son annonce a pris tout le monde par surprise. Au petit jeu de la communication, Emmanuel Macron aurait-il trouvé son maître ?

En tout cas, cette démission intervient au pire moment pour le président. Affaibli par les affaires Benalla et Kohler, les mauvais chiffres de la croissance, les annonces d’austérité du premier ministre Edouard Philippe, Macron semble avoir perdu la main et subir cette fatalité qui accable nombre de présidents français après un an de pouvoir.

Les bienfaits de la démission

Mais l’essentiel n’est pas là. Cette démission a l’immense mérite de démontrer de façon éclatante l’incapacité foncière de la caste politicienne française, Verts y compris, à envisager sérieusement l’écologie. L’économie, la sécurité sociale, les institutions démocratiques telles que nous les connaissons maintenant ne survivrons pas à la série de cataclysmes qu’annoncent le réchauffement climatique et la destruction croissante de l’environnement. Chacun le sait et le clame. Mais la caste politicienne n’a pas la carrure suffisante pour imposer les conséquences de ce constat sur les puissants groupes de pression du capitalisme financier qui tient dans ses mains l’industrie agro-alimentaire et chimique.

Toutefois, les politiciens ne sont pas les seuls responsables de cette lamentable impotence. Le peuple y a sa part. Elle n’est pas mince. Contrairement aux citoyens des pays de culture protestante, les Français, pour la plupart, n’ont que peu de goût pour l’écologie, comme leur culte de la bagnole le démontre. La sauvegarde de l’environnement ne surgit en tête de leurs préoccupations que lors de catastrophes majeures, telles celles de Tchernobyl et Fukushima. Mais après quelques semaines, l’intérêt se dégonfle. Le quotidien à court terme reprend vite le dessus. Dès lors, le sujet fait bailler les électeurs et les politiciens ne voient aucun intérêt électoral à prendre le risque de déplaire aux financiers de la pollution, pourvoyeurs de fonds et d’emplois.

Tant que cette mentalité générale règnera en France et ailleurs, nous continuerons à foncer contre le mur en montant les décibels de l’autoradio.

Jean-Noël Cuénod

 

17:00 Publié dans Politique française | Lien permanent | Commentaires (29) | Tags : hulot, macron, france, ecologie | |  Facebook | | |

30/07/2018

Pour ne pas en finir avec l’affaire Benalla

Benalla,Macron,Elysée

 La stratégie d’Emmanuel Macron pour conquérir l’Elysée est en train de se retourner contre lui. L’affaire de son chargé de mission en est une illustration. Voilà pourquoi cet épisode risque d’être plus dommageable que ne le laisseraient supposer les faits eux-mêmes.

«Une tempête dans un verre d’eau». Jeudi, le président français Emmanuel Macron a qualifié ainsi l’affaire Benalla. Les faits sont certes graves : un proche du président affublé d’un brassard et d’un casque de policier moleste sans droit deux manifestants du 1er-Mai à Paris. Et les oppositions parlementaires à la majorité macronienne ont trouvé dans ce calamiteux épisode le moyen d’interrompre une série de succès alignée par le président. D’autant plus que le gouvernement et les collaborateurs directs de Macron ont multiplié les explications oiseuses démenties aussitôt et les faux-fuyants.

Néanmoins, ni les faits, ni leur utilisation politique, ni les maladresses ne peuvent expliquer qu’ «une tempête dans un verre d’eau» se soit transformée en tsunami estival. Sans doute, faut-il voir dans ce phénomène la contradiction de plus en plus criante entre la stratégie utilisée par le président français pour conquérir le pouvoir et celle qu’il doit concevoir pour l’exercer.

En lançant sa campagne, le candidat a rejeté d’emblée la structure pyramidale des partis traditionnels : trop lourds, trop verticaux, trop décrédibilisés aux yeux de l’opinion. Il a donc privilégié la structure horizontale en forme de toile d’araignée, Emmanuel Macron en occupant le centre avec un nombre très restreint d’affidés, parmi lesquels Alexandre Benalla qui a réussi à y figurer grâce à son inlassable dévouement dans l’exécution des corvées. Elle se révèle bien pratique, la toile. Au moindre événement, ses réseaux avertissent aussitôt l’Araignée centrale.

Mais une fois parvenu au pouvoir, le nouveau président doit faire face à un type d’architecture éprouvée par les siècles : la Pyramide républicaine. Il en occupe le sommet, certes mais ne saurait impunément en ignorer les étages : parlement, administration, corps intermédiaires (syndicats, organisations patronales). Faire coïncider l’horizontalité de l’Araignée avec la verticalité de la Pyramide est tout sauf aisé.

Benalla coincé entre l’Araignée et la Pyramide

Benalla,Macron,Elysée

D’autant plus, qu’à l’Elysée, Emmanuel Macron a conservé sa position d’Araignée entourée d’une poignée de proches. En octobre 2017 déjà, un compagnon de route du chef de l’Etat soupirait auprès de deux journalistes du Monde : «Sa garde de petits marquis l’isole et verrouille tout». Dès lors, Macron s’est ingénié à démanteler la séculaire Pyramide, en privant de recettes fiscales les collectivités locales, en affaiblissant le parlement avec son projet de réforme constitutionnelle (projet qui a du plomb dans l’aile depuis l’affaire Benalla) et en contournant les corps intermédiaires, même ceux qui lui sont a priori favorables.

Ainsi, le secrétaire général de l’importante centrale syndicale CFDT Laurent Berger – qui était prêt à moudre son grain avec le président –  sonne l’alerte dans les médias: «Le président de la République a conscience qu’il représente une forme de centralité (…). Il considère que lui peut tout et que les corps intermédiaires sont des suppléments d’âme qui ne sont pas forcément nécessaires.» En un an, le président s’est donc mis à dos les collectivités locales, les sénateurs, les syndicats. Ce qui fait beaucoup de monde.

C’est dans ce contexte qu’intervient l’autogoal Benalla. Les Français apprennent qu’un garçon de 26 ans – gendarme réserviste, nanti d’un master de droit (1) et d’une expérience de trois ans dans le service d’ordre du Parti socialiste – donne des ordres à de hauts gradés de la police, participe à l’élaboration de la sécurité présidentielle, est habilité secret-défense, se montre omniprésent auprès du président, proche des proches de l’Araignée centrale, et se substitue à la police pour frapper un manifestant. Il offre ainsi à la Pyramide républicaine l’occasion rêvée pour rappeler à l’ordre le président arachnéen.

Emmanuel Macron éprouve en même temps les limites de sa toile. Jadis, bien installé au sommet de la Pyramide républicaine, François Mitterrand avait pu, pour se tirer d’embarras, sacrifier son ministre Charles Hernu dans l’affaire du Rainbow Warrior[2]. Aujourd’hui, le président ne peut plus compter sur des fusibles et doit assumer seul sa responsabilité.

Pour continuer à présider, Macron devra donc tisser sa toile mais au sein de la Pyramide.

Jean-Noël Cuénod

Cet article est paru le 29 juillet 2018 dans l’hebdomadaire Le Matin Dimanche sauf les dessins qui illustrent ce blogue, dessins dus au talent de l’artiste Bernard Thomas-Roudeix. A consulter son site http://www.thomas-roudeix.com/

(2) Selon le quotidien "La Montagne" Alexandre Benalla a fréquenté en 2013 et 2014 l'Université de Clermont-Ferrand en droit où il a décroché un master 1 en sécurité publique mais n'a pas validé son master 2.

 

[2]Les services français avaient fait couler le 10 juillet 1985 ce navire de Greenpeace provoquant la mort du photographe Fernando Pereira

09:23 Publié dans Politique française | Lien permanent | Commentaires (20) | Tags : benalla, macron, elysée | |  Facebook | | |

24/07/2018

Benalla-Macron ou le syndrome de la maquilleuse

quand-alexandre-benalla-portait-une-arme-sans-permis-lors-deplacement-avec-emmanuel-macron.jpg

Et maintenant, qui va déguster ? (Alexandre Benalla, c’est le barbu avec oreillette).

Si vous approchez d’une vedette média-lancée, vous avez certainement rencontré dans son entourage des personnages touchés par le syndrome de la maquilleuse. L’affaire Alexandre Benalla démontre qu’il n’y pas que les petites mains cosmétiques à en être affectées. Les gros bras présidentiels peuvent aussi subir ce mal des altitudes.

Peu d’êtres sont aussi proches d’une star que sa maquilleuse (ou son maquilleur, plus rare). Elle connaît de son visage le moindre point noir. Pas une parcelle de peau n’échappe à son regard. Impossible de lui cacher ces minuscules défauts physiques qui sont la hantise de la Diva (ou du Divo car les célébrités masculines n’échappent pas à ce phénomène). Il n’y a point de grands hommes pour son valet de chambre, disait-on jadis. Il n’y a pas de beauté parfaite pour sa maquilleuse, ajouterait-on aujourd’hui.

On ne cache pas ses secrets intimes à celle qui connaît le moindre de vos comédons et possède le pouvoir de les occulter. Si la maquilleuse n’ignore rien du corps de la star, elle sait tout, ou presque, de son âme, de ses amours, de ses chagrins, de ses angoisses, de ses espoirs. Elle devient sa confidente. Voilà l’artisane de la houppette nantie d’un statut privilégié qu’elle entend bien faire sentir à celles et ceux qui ont la suspecte intention de prendre langue avec la vedette.

Durant sa longue carrière journalistique, il est arrivé au Plouc d’affronter cette redoutable garde du corps starifié. Certaines sont des anges dans un nuage de poudre de riz. Mais il arrive parfois que la maquilleuse soit plus imbue d’elle-même que la star, voire encore plus capricieuse. D’ailleurs, la star, c’est un peu elle. C’est même beaucoup elle. Allez, c’est elle, carrément !

Alors, Alexandre Benalla relève-t-il du même processus ? Tout porte à le croire. Comment ce juvénile militant de La République en marche, un « helper » parmi d’autres au début de l’aventure macronienne, a-t-il pu se hisser à une place ? Les enquêtes l’expliqueront sans doute un jour ou l’autre.

 Dans son cas, deux choses frappent d’emblée : son jeune âge, 26 ans, et sa proximité avec le président Macron. Alors qu’il n’a pas eu le temps d’amasser des expériences dans un domaine si délicat et si complexe, c’est lui qui a organisé le groupe chargé de sécuriser la sphère privée du président et de la première dame. Son titre anodin « adjoint au chef de cabinet » ne traduit pas l’étendue de ses pouvoirs en matière de sécurité. Il côtoyait régulièrement le couple présidentiel, autant lors d’événements publics que familiaux. Il était le Cerbère numéro 1 d’Emmanuel et Brigitte Macron.

Dans ces conditions, il n’est pas étonnant que Benalla fût atteint par le syndrome de la maquilleuse. D’autant plus que l’aura de la présidence est en France particulièrement éblouissante et éclabousse les proches de son nimbe. Comment, à 26 ans, garder la tête froide dans ces conditions ? Les dérives du garde du corps étaient inscrites dès son engagement. Ceux qui ont permis et facilité son ascension – et qui n’hésiteront pas à en faire un pestiféré – portent donc la plus lourde part de responsabilité.

Pour éviter le syndrome de la maquilleuse, il n’existe aucun vaccin. Seulement du bon sens. Mais dans la geste macronienne, le bon sens, ça fait vieux monde.

Jean-Noël Cuénod

VIDEO : AUDITION INTEGRALE DU PREFET DE POLICE MICHEL DELPUECH

12:14 Publié dans Politique française | Lien permanent | Commentaires (16) | Tags : benalla, macron, france, politique | |  Facebook | | |

28/06/2018

Macron s’encouble sur le tapis de la migration

Qui-sont-ces-Marcheurs-remontes-contre-le-fonctionnement-du-parti-de-Macron.jpg

S’encoubler… Voilà un verbe tiré de l’arpitan[1]qu’Emmanuel Macron ferait bien d’intégrer dans sa nov’langue. Il signifie: se prendre les pieds dans quelque chose qui se trouve par terre. Alors que le président français se rend aujourd’hui à Bruxelles pour le sommet européen sur la migration, il s’est donc encoublé dans sa stratégie du «en même temps». 

Ni à gauche ni à droite, les deux en même temps… Macron est parvenu à l’Elysée grâce à cette démarche chaloupée et oxymorique. Il a donc voulu la reprendre pour tenter de gérer l’ingérable question des migrants. Ingérable, dans la mesure où la réalité est estompée par les fumées âcre et épaisse des fantasmes de tous ordres, voire de tous désordres.

A gauche : j’incrimine l’extrême droite au pouvoir en Italie en traitant le nouveau gouvernement transalpin d’ «irresponsable» et de «cynique» après son refus d’accueillir les réfugiés embarqués dans le bateau Aquarius. A droite : je jette l’opprobre sur l’ONG allemande Lifelineen l’accusant «de faire le jeu des passeurs» et en concluant ainsi ma diatribe : «C’est d’un cynisme absolu!»

Permettez cet aparté: Macron utilise le même qualificatif insultant – «cynique»! – pour fustiger le gouvernement italien et l’ONG allemande. Le président français maîtrise trop son verbe pour que cet emploi soit dû au hasard ou à la pauvreté lexicale. Emmanuel Macron n’est pas Nicolas Sarkozy. Il s’agit donc bien de renvoyer dos-à-dos l’extrême droite italienne qui rejette les réfugiés et l’organisation humanitaire qui vient à leur secours. L’objectif : se placer au centre, comme figure morale (salut la gauche) et rationnelle (bonjour la droite). Cela dit, on peut se demander si cette démarche n’est pas, elle aussi, cynique !

Mais en faisant l’habile, le président jupitérien s’est encoublé dans ses foudres. Le démagogiste Matteo Salvini, ministre ligard de l’Intérieur, n’a eu aucune peine pour lui répliquer que l’Italie avait accueilli bien plus de migrants que la France. Paris est d’autant plus mal placé pour faire la leçon que l’extrême droite transalpine a été portée au pouvoir, en grande partie à cause du manque de solidarité des pays européens (exceptée l’Allemagne) dans la prise en charge des migrants échoués sur les rives italiennes.

De l’autre côté, la réplique de l’ONG aux accusations d’Emmanuel Macron est tout aussi cinglante : «Aurions-nous dû laisser se noyer les migrants?» A cynique, cynique et demi.

Emmanuel Macron veut défendre le droit d’asile tout en verrouillant énergiquement ses frontières. Un choix aussi ambigu n’aurait été soutenable que s’il était accompagné d’explications détaillées et sereines. Le président aurait alors pu se hisser à la position de patron de l’Europe qu’il convoite depuis l’effacement d’Angela Merkel. Au lieu de cela, par ses fulminations intempestives et ses coups de menton à contretemps, il s’est mis à dos à la fois la partie humaniste des peuples européens et les tenants de la fermeture des frontières nationales. Un beau chenit comme l’on dit aussi en arpitan !

Jean-Noël Cuénod

[1]Langue originelle de type francoprovençal, propre à la Suisse romande, à la Savoie et au Val d’Aoste

14:38 Publié dans Politique française, Politique internationale | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : migration, migrants, macron, france, italie, europe | |  Facebook | | |

13/06/2018

La leçon de Kim Jong-un à Emmanuel Macron

Fusin-Trump-Kim-1.jpg

Qui aurait dit qu’un jour le dictateur le plus méprisé de la planète – pourtant, la concurrence est vive – serait considéré par le président de la première puissance mondiale comme un interlocuteur à caresser dans le sens de la brosse chevelue ? Comme un chef d’Etat si important que le dit président doit se déplacer à ses portes pour parler avec lui, d’homme à homme ?

A Singapour, Kim Jong-un apparaît comme le grand vainqueur du bras de fer que le tyran nord-coréen avait initié contre Donald Trump dès l’élection de ce dernier. Promenade en duo, secouage de raquettes présidentielles, pose en commun devant la postérité, c’est tout juste si Trump et Kim ne se sont pas précipités dans un french kiss fougueux, tels jadis les camarades Brejnev-Honecker. Kim Jong-un a donc réalisé l’inaccessible rêve de son grand-père et de son père : que la bolcho-dynastie soit reconnue comme partenaire à part entière par Washington.

Et pour obtenir ce résultat, la Brosse Infernale n’a pas eu besoin de signer un acte de contrition. La déclaration d’intention paraphée par Trump et Kim n’engage à rien et relève, même écrite, de la parole verbale. La voici :

  • Les Etats-Unis et la République populaire démocratique de Corée s’engagent à établir de nouvelles relations E.-U. – RPDC, conformément à la volonté de paix et de prospérité des peuples des deux pays.
  • Les Etats-Unis et la RPDC associeront leurs efforts pour bâtir un régime de paix durable et stable dans la péninsule coréenne.
  • Réaffirmant la déclaration de Panmunjom du 27 avril 2018, la RPDC s’engage à travailler à une complète dénucléarisation de la péninsule coréenne.
  • Les Etats-Unis et la RPDC s’engagent à restituer les restes des prisonniers de guerre et des portés disparus au combat, avec un rapatriement immédiat de ceux déjà identifiés.

Aucun calendrier, aucune contrainte. Trump adopte vis-à-vis du nucléaire Coréen l’attitude inverse que celle qu’il a opposée à l’endroit du nucléaire iranien. Et voilà le pire des régimes, celui des Kim, blanchi gratuitement par la Maison de même couleur.

Quel contraste avec le sort réservé par Donald aux chefs d’Etat du G7 : Emmanuel Macron, Justin Trudeau, Angela Merkel traités comme des valets de ranch, tout juste bons à recevoir des volées de coups de pieds aux fesses entre deux bordées d’injures !

 A cet égard, le président français ferait bien de prendre leçon sur le sanguinaire hérisson replet qui règne sur Pyongyang. Lorsque Trump a poussé sa trogne sur le devant de la scène internationale, Emmanuel Macron a cru bon lui réserver un accueil triomphal. Puis, en avril dernier, juste avant que les Etats-Unis se retirent de l’accord nucléaire avec l’Iran, Jupiter avait désamorcé sa foudre pour se faire tout miel et oindre de flatteries, de protestations d’amitiés et autres onguents onctueux l’ours à la tignasse jaune.

Dans l’esprit de Macron – si tant est que l’on puisse s’y glisser – ces jolies manières devaient inciter Trump à ne pas oublier qu’il avait ses fidèles alliés en Europe et qu’il serait du meilleur goût de les ménager ; qu’il se retire progressivement de l’accord iranien mais sans que cela nuise à l’Europe.

 Ces sucreries diplomatiques ont donc fait sur le président américain l’effet inverse. Il les a considérées comme autant de marques de faiblesse, provoquant chez lui une réaction de mépris vis-à-vis de ce frenchie aux manières chantournées de petit marquis parfumé. Rien de tel que les rudes bourrades entre vrais mecs dans les vapeurs du fumier.

Lorsqu’un porteur de bottes texanes rencontre un chausseur d’escarpins, on sait vite lequel des deux va boiter.

Kim Jong-un a pris le parti opposé. Provocation sur provocation. Et que je te menace d’envoyer des missiles nucléaires sur l’ile américaine de Guam. Et que je te traite Trump de « gâteux mentalement dérangé » (à Pyongyang, on ne craint pas le pléonasme), de « vieux fou », de « gangster », de « fripouille ». Tout heureux de trouver enfin un gus à sa mesure, Trump s’est mis en duo avec la Brosse Infernale : « Rocket man », « petit gros affameur de son peuple », « attend voir que je te balance ma big bombe pour t’éclater ». La température ayant grimpé juste là où il fallait, les duettistes ont pu changer d’octave : « Maintenant qu’on s’est bien engueulés, causons ».

Trump et Kim ne connaissent qu’une chose, le rapport de force dans toute sa brutalité. Ils sont donc faits pour s’entendre. La Brosse Infernale a bien jaugé son adversaire-partenaire. Il n’aime pas les petits Mickey tout faibles, Donald. Il apprécie qu’on lui résiste, ça le met en valeur, bien plus que de faire des ronds de jambes devant les costumes Smuggler ou, pis, les tailleurs Chanel. Et même, ça le rassure ; il se trouve en terrain plus adapté à sa démesure. Après tout, le monde impitoyable des dealers immobiliers est-il si différent de celui des propriétaires de la Corée du Nord, mis à part les exécutions de ministre au tir de missile ?

Emmanuel Macron est un tueur aux yeux bleus, mais à l’échelle de la politique française seulement. Pour s’imposer dans les rapports de force mondiaux, la ruse et les coups de billard à trois bandes ne suffisent pas. Il faut encore faire l’apprentissage de la brutalité. Monsieur Macron, il faudra chausser vos bottes texanes. Point besoin de les cirer.

Jean-Noël Cuénod

08:40 Publié dans Politique française, Politique internationale | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags : trump, macron, kim | |  Facebook | | |

23/03/2018

Macron est-il soluble dans le mouvement social ?

IMG_2641.jpg

Hasard du calendrier, la première confrontation entre les syndicats et le président Emmanuel Macron s’est déroulée, jour pour jour, 50 ans après la création du Mouvement du 22 Mars lancé en 1968 par Daniel Cohn-Bendit à Nanterre et qui allait bouter le feu à la France deux mois plus tard. Mais la comparaison s’arrête là; entre la France d’alors et celle d’aujourd’hui, il n’y a guère de points communs.

L’actuel mouvement aurait plutôt comme modèle les grandes grèves de décembre 1995 qui avaient contraint le gouvernement Juppé à retirer ses réformes concernant les retraites, les statuts de la fonction publique et la remise en cause des régimes spéciaux dont, déjà, celui des cheminots. Autant de motifs de protestation qui ressemblent un peu à ceux d’aujourd’hui, à savoir l’arrêt des réformes que veut faire adopter le président Macron à marche forcée.

Toutefois, même avec les grèves de 1995, la comparaison atteint très vite ses limites. A l’époque, le mouvement était soutenu par la majorité de l’opinion publique française qui avait, en quelque sorte, délégué aux cheminots l’expression de la protestation générale. Or aujourd’hui, 58% des Français jugent injustifiable la grève du rail, selon Opinion Way. Certes, rien n’est plus volatil qu’un sondage. Toutefois, Emmanuel Macron a fort habilement agité le chiffon rouge de la fin du statut spécial des cheminots, pour mieux le désamorcer en conservant ce statut pour les actuels salariés, tout en faisant oublier l’essentiel, à savoir la transformation de la SNCF en société anonyme. Pour l’instant, la future SA restera en mains de l’Etat. Mais ce nouveau statut juridique rend possible la privatisation du rail dont on sait les effets néfastes qu’elle a eu en Grande-Bretagne.

Le rêve de Macron

Mais l’offensive Macron ne s’attaque pas seulement au transport ferroviaire, loin de là.

Le but de l’Elysée est clairement fixé:  insérer la France dans le capitalisme financier globalisé qui domine la planète. Après avoir réformé par ordonnance le Code du Travail, l’automne dernier, sans que les syndicats soient parvenus à l’en empêcher, Emmanuel Macron passe donc à la vitesse supérieure en demeurant fidèle à sa tactique : on écoute les uns et les autres, on leur concède quelques modifications à la marge, on ne cède rien sur l’essentiel et on lance la réforme par ordonnance afin d’accélérer le processus législatif.

Aujourd’hui, les réformes de Macron vont plus loin que celle du Code du Travail. Outre le rail, la fonction publique en général est visée: rénovation du statut de fonctionnaire, recours accrus aux employés sur contrat et rémunération au mérite.

 Macron joue maintenant son avenir. S’il parvient à passer le cap de l’opposition syndicale, un boulevard s’ouvrira devant lui et il pourra se vanter d’avoir réussi à imposer des réformes de fond alors que pendant des décennies ses prédécesseurs s’en sont montrés incapables. Il aura transformé la France selon ses vœux et conformément à ses promesses de campagne. En revanche, si la mobilisation sociale prend de l’ampleur, cet élan sera brisé et le quinquennat risque alors de sombrer, comme les précédents, dans l’impotence.

IMG_2648.jpg

Que Macron gagne ou perde, ce ne sera pas la joie…

Dans les deux cas, le résultat risque d’avoir un goût amer pour la plupart des Français. Si Macron gagne, ce pays sera livré – avec des capacités d’autodéfense fortement amoindries – au capitalisme financier globalisé avec son cortège de gestion inhumaine des ressources humaines, sa course au profit, la lutte de tous contre tous et l’individualisme aliénant.

Si Macron perd, tout son système s’effondre et il n’y a aucune force à gauche ou au centre crédible pour reprendre la main. Face au désordre généralisé qui risque de s’instaurer, la droite la plus réactionnaire, la plus nationaliste, la plus xénophobe pourrait alors s’imposer en instaurant un régime autoritaire qui, soit finirait par se plier aux exigences du capitalisme financier globalisé tout en maintenant la rigidité des mœurs et le racisme anti-immigré, soit imposerait des solutions de replis nationaliste et protectionniste qui rendrait la situation encore plus insupportable socialement et économiquement.

Dès lors, l’émergence d’une nouvelle force démocratique, qui n’est pas encore apparue, ne relève plus de l’espoir mais de l’urgence.

Jean-Noël Cuénod

16:26 Publié dans social | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : macron, grèves, manif, syndicats, sncf | |  Facebook | | |

15/02/2018

A la langue corse, Macron préfère le franglais

ee4992716fee1fa3e69c38986ffde.jpg

Alors que le président français refuse de donner un statut de co-officialité à la langue corse, même dans l’île où elle est parlée, sa présidence est marquée, à la fois par l’usage intense du franglais et la résurgence de mots français tombés en désuétude. Le pouvoir passe par un jeu de langues (Photo: Emmanuel Macron pendant son discours en Corse).

Pour expliquer son refus, Emmanuel Macron a fulminé cet argument jupitérien et bien dans sa ligne jacobine : « Dans la République française, il y a une seule langue officielle, le français ». Circulez, il n’y a rien à entendre ! Pourtant, la publication des actes officiels à la fois en français et en corse, dans la seule Ile de Beauté, n’empêcherait nullement notre langue de rester celle de la République. A cela, Macronpiter répliquerait sans doute qu’en octroyant cette modeste concession aux Corses, il devrait aussi satisfaire les revendications similaires des Bretons, des Alsaciens, des Occitans, des Savoyards. Et alors ? La langue du grand Molière disparaîtrait-elle si les textes officiels étaient publiés en français et en breton à Rennes, en français et en occitan à Toulouse, en français et en alsacien à Strasbourg, en français et en arpitan à Annecy ? De toute évidence, non. La Suisse connaît quatre langues officielles. Ni le français, ni l’allemand, ni l’italien pâtissent de cette situation, au contraire. Quant au romanche, son statut de co-officialité l’a peut-être sauvé de sa disparition, ce qui aurait été malheureux pour la richesse culturelle de la Suisse.         

« La langue a été le premier sédiment de la France, il est indispensable que nous gardions ce qui nous a fait » a proclamé Emmanuel Macron en Corse. Le français serait-il un sédiment si fragile qu’il serait pulvérisé en cas de co-officialité régionale ? C’est faire peu de cas de son capital culturel, incomparable par rapport aux langues régionales de la République. Notre langue resterait de toute façon prépondérante ; la France serait même perçue comme plus proche des populations qui forment ses marches.

Elsass-Corsica.jpg

Macron l’oxymore

 Mais justement, cette proximité, le président semble la fuir. C’est sans doute l’un des ressorts qui motive sa décision concernant la Corse. A défaut qu’elle soit rare comme il en avait fait la promesse hâtive, la parole de Macronpiter reste distante. Le président déteste les collectivités territoriales qui s’interposent entre lui et « son » peuple, comme le démontre le triste sort fiscal qu’il leur a réservé et la condescendance dont il ne manque pas de faire preuve à l’égard de ces élus de la bouse. En cela, ce faux moderne reprend les vieilles habitudes de la Ve République. Paris doit garder la main sur les gueux, sinon, voyez-vous, c’est la chienlit comme le dirait de Gaulle. Autoriser la publication en Corse des textes officiels dans les deux langues, c’est céder un peu de pouvoir symbolique. Et ce peu-là est encore de trop.

Ce président, qui manie l’oxymore comme Poutine sa crosse de hockey, n’en est pas à une contradiction près. Vétilleux pour conserver la primauté absolue du français en Corse, il laisse grande ouverte la porte de la France à l’anglais et au franglais. Les correspondants étrangers – y compris les francophones – reçoivent des communications ministérielles en anglais ; les grands groupes français en font de même ; les ondes nous gavent les oreilles de chansons américaines et britanniques et même nombre de chanteurs de rock français éructent leurs borborygmes en émettant des sons anglomaniaques. Si la langue française est menacée, ce n’est certes pas par le corse !

Quant au franglais, c’est la novlangue du macronisme. Au soir du premier tour de l’élection présidentielle, Le Plouc avait assisté, Porte de Versailles, à la soirée organisée par les Macron’s. D’emblée, il fut pris en charge par des « helpers » qui en référaient à leur « boss », voire à leur CEO pour répondre à ses questions, alors que d’autres peaufinaient le « show » avec la « team ambiance ». Heureusement, pour mettre en liens les « process », « helpers » et « boss » recouraient à des « call conf ». Une vraie « strartup ». D’ailleurs, c’est la formule-clé de Macron : « Faire de la France une startup. »

Le franglais est aussi une arme de pouvoir pour Macron. En l’imposant à son mouvement, il cherche à le répandre à l’ensemble de la France afin d’accélérer l’insertion du pays dans l’économie globale de l’hypercapitalisme. D’où ce parler globish, devenu le patois de la République En Marche.

Mais le « boss », pardon, le président ne doit pas parler comme le vulgaire pékin qui milite pour lui. Emmanuel Macron – dont la culture est authentique et non haute en toc – sait tisser ses discours sur la trame de l’élégance française. Le président doit montrer qu’il est plus éduqué, plus intelligent que ses troupes et que ses interlocuteurs, heureux mortels qui reçoivent le don de sa Parole. Il utilise même des mots tombés en désuétude – perlimpinpin, galimatias etc. ; dans sa bouche, ils prennent une nouvelle vigueur. Macron s’est mis à l’école du général de Gaulle qui mobilisait d’anciennes formules, lesquelles, par leur sonorité et leur étrangeté, marquaient durablement les esprits. Cinquante-sept après, « le quarteron de généraux en retraite » qualifie toujours les auteurs du putsch d’Alger. Le « volapük » ou « la hargne, la grogne et la rogne » sont autant d’expressions qui flottent encore dans la mémoire des plus vieux.

Le corse banni de l’officialité, la grande ouverture anglomaniaque et le français châtié font partie intégrante de la stratégie macronienne. Au début, était le Verbe. Après Jupiter, Jéhovah. Carrément !

Jean-Noël Cuénod

16:09 Publié dans Politique française | Lien permanent | Commentaires (22) | Tags : macron, corse, langue | |  Facebook | | |

27/09/2017

Pourquoi tant d’amour en politique ? (+Vidéo)

main.jpg

 Embrassade entre Brejnev et le patron de l'Allemagne de l'Est Honecker. La guerre n'était pas froide pour tout le monde.

C’est devenu un tic et même un média-tic. Chaque fois que le sujet de l’Europe est abordé, les médias hexagonaux glorifient le « couple franco-allemand ». A l’issue du discours d’Emmanuel Macron à la Sorbonne, les débordements conjugaux gaulo-teutons n’ont pas manqué d’envahir gazettes, numériques ou non, boites à babil et étranges lucarnes[1]. Mais pourquoi tant d’amour en politique ?

Cette passion française pour le voisin germanique n’est d’ailleurs guère partagée. A l’image du couple, les médias d’outre-Rhin préfèrent celle du « moteur franco-allemand ». Mercédès plutôt que Pénélope.

La Françallemagne n’est pas le seul domaine qui voit fleurir les métaphores amoureuses. Dès qu’un président français entretient de bonnes relations avec un autre chef d’Etat, la sphère politico-médiatique évoque aussitôt un « flirt » (moult télés et radios ont même parlé d’un « flirt entre Macron et Trump », c’est dire si la métaphore est filée dans ses derniers retranchements !) ; une « idylle, si le « flirt » devient plus poussé ; voire des « fiançailles » si l’« idylle » est en voie de d’être consommée. Et si elle est consumée ? Eh bien, les gazettes déploreront le « désamour » qui commence à s’installer entre les deux pays et craindront une « rupture » et même un « divorce » ! Sortez vos mouchoirs… Mais rassurons-nous d’emblée car, les mœurs évoluant, les « ménages à trois » deviennent plus fréquents, à l’instar de ce titre du Monde : « La Chine et la France dans un ménage à trois avec l’Afrique ». La polygamie et la polyandrie ne sont pas loin.

Il fut un temps où ce genre de clichés cucul-la-praline était l’objet d’une traque impitoyable de la part des correcteurs. Aujourd’hui, ces derniers sont de moins en moins nombreux, quand ils n’ont pas disparu. Hélas ! Mais ce phénomène n’explique pas à lui seul cette fâcheuse tendance à ramener les débats politiques sur le terrain de l’affectivité et des relations conjugales ou extraconjugales. Comme si la politique devait rester claquemurée dans les alcôves et chambres à coucher.

Je vois d’ici les machos piétiner sur leurs gros sabots et mettre ce sentimentalisme journalistique sur le compte de la féminisation de la profession. Rien n’est plus faux ; les hommes se montrent tout aussi prompts que leurs consœurs à nous servir du sirop de mièvrerie. Ce n’est pas une affaire de genres mais plutôt de formation et, surtout, de climat idéologique.

L’amour sorcier du pouvoir

macragenoux.jpg

Jadis, les journalistes venaient des horizons les plus divers. Certains sortaient des facs de lettres, de droit, d’économie, ou même de théologie, voire de professions aussi variées que la comptabilité, les assurances etc. D’autres provenaient de la filière des typos. Chacun arrivait donc avec son bagage particulier pour accomplir son stage et disposait des résistances naturelles pour éviter le formatage. Aujourd’hui, une grande partie des journalistes, voire la majorité, s’est coulée directement dans le moule des écoles professionnelles, sans avoir disposé de ce temps d’expériences d’adulte hors de la sphère des médias. D’où risques accrus de formatage qui induit les uns et les autres à se copier.

Cela dit, des causes plus profondes expliquent sans doute cette omniprésence de la métaphore sentimentale. Elle permet de distraire les citoyens en posant un voile de mariée sur la réalité des rapports de force politiques. Chaque époque à ses contradictions. La nôtre consiste à mettre en scène la violence et à prôner l’euphémisme consensuel dès que le pouvoir est en jeu. La violence développe un aspect hypnotique qui est utilisé par la publicité pour faire tourner la machine commerciale. Mais dès qu’il s’agit d’interventions sur le terrain politique, la violence doit retourner à la niche, de peur qu’elle embrase toute la société. D’où la tentation de dédramatiser les jeux de pouvoirs en les érotisant. Dans cet exercice, la France semble mieux armée, de par sa longue culture courtoise, que d’autres sociétés plus rugueuses. La métaphore sentimentale en politique permet donc de contenir la violence sous-jacente dès qu’il s’agit de rapports de force.

 Mais elle peut aussi aller à fin opposée. La sphère médiatique, en réduisant tout à la sentimentalité, risque d’attirer le contraire de celle-ci, la haine. Le tout est donc de faire preuve de mesure en disant les choses telles qu’elles sont, sans chichi. Evidemment, ce n’est pas très sexy.

Jean-Noël Cuénod

VIDEO

Et un petit coup de « Foule sentimentale » pour la route !

 

[1] Hommage à l’inventeur des deux dernières formules, l’ancien directeur du Canard Enchaîné, feu Roger Fressoz, alias André Ribaud, inoubliable rédacteur de la chronique des années gaulliennes, « La Cour ».

17:51 Publié dans Politique française | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : europe, france, allemagne, merkel, macron, amour | |  Facebook | | |

22/09/2017

Ni gauche ni droite, la fumisterie fait long feu

Rediabolisation-FN.jpg

Associer le flamboyant président Emmanuel Macron au malencontreux démissionnaire du FN Florian Philippot semble pour le moins audacieux. Ils présentent pourtant un point commun : chacun dans son camp et à sa manière a promu la notion de « ni gauche ni droite ». La fumisterie aujourd’hui fait long feu (dessin d'Acé).

Macron a associé à son « ni gauche ni droite », un concept publicitaire qui lui a permis de marcher sur les deux trottoirs en même temps, le fameux « et de gauche et de droite ». Premier temps : en bolidant sur l’autoroute vers le pouvoir, je refuse d’être borné par le classique clivage de la politique (ni gauche ni droite). Second temps : pour ma com’, je pioche ici à gauche, là à droite pour réaliser la synergie dans les urnes (et de gauche et à droite). Une soustraction accolée à une addition. Le macronisme est un oxymore idéologico-arithmétique. Ce mythe a pulsé à plein régime durant les élections présidentielle et législative. Mais, rançon de cette gloire éphémère, Président Toutneuf, risque de cumuler les mécontentements chez ses électeurs des deux camps. D’où l’actuel effondrement de sa cote de popularité. Mais souvent sondage varie, bien fol qui s’y fie. Ce n’est point cet aspect qui a fait tomber les masques macroniens.

Maintenant que ses réformes se précisent et commencent à entrer dans la viande sociale, le président apparaît pour ce qu’il est, à savoir un chef d’Etat représentant la droite libérale. Ce n’est pas lui faire injure, c’est tout simplement dresser un constat qui tombe sous le coup de l’évidence.

Les premières mesures d’Emmanuel Macron dessinent ce qui figurait bien dans son programme mais que ses électeurs de gauche n’ont pas voulu percevoir. Il s’agit d’accepter et de faire accepter le capitalisme financier-globalisé comme une fatalité aussi incontournable qu’indépassable et de préparer les Français à s’y adapter. Pour Macron, s’opposer à cette réalité est vain ; ne nous ferait que perdre du temps et de l’énergie. Il n’y a pas d’alternative, air connu depuis Margaret Thatcher et sa « Tina ». L’important est de donner toute facilité aux entreprises pour qu’elles se coulent dans le moule du capitalisme financier-globalisé. Le sort des salariés est secondaire. Il s’agit pour eux d’admettre que la précarité de l’emploi et les baisses de salaires seront le prix à payer pour une reprise économique qui annoncerait la fin du chômage de masse. Il y aurait moins de chômeurs et davantage de salariés sous-payés, un peu comme en Allemagne. La droite française en rêvait, Macron est en train de le réaliser. Dès lors, l’Hexagone retrouve le bon vieux clivage gauche-droite bien tranché, avec Jean-Luc Mélenchon comme seul opposant digne de ce nom. Un clivage qui n’avait jamais disparu mais qui fut occulté par les fumées macroniennes.

Clivage politique fondamental

Dans-Des-paroles-et-des-actes-Florian-Philippot-sort-une-boite-de-tranquillisants-pour-Manuel-Valls.jpg

Emmanuel Macron ne devait sans doute pas croire à son « ni-gauche-ni-droite-et-de-droite-et-de-gauche ». En revanche, il est vraisemblable que Florian Philippot, lui, comptait bien imposer son « ni gauche ni droite » au Front national. Après tout, ce n’est pas Philippot qui a inventé ce slogan; il figurait sur les affiches frontistes dès les années 1990 (c’était d’ailleurs durant les années 1930, le slogan du Parti populaire français-PPF, le parti fasciste de l’ex-communiste Jacques Doriot-voir la photo d’une affiche du PPF pour célébrer le 1er Mai).ppf.gif

Venant de la gauche souverainiste de Jean-Pierre Chevènement,  Philippot n’a pas manqué de l’exhumer. Il a convaincu Marine Le Pen du bien-fondé de cette renaissance. La frontiste était d’autant plus convaincue des opportunités offertes par cette ligne politique qu’elle voulait conforter et développer ses positions électorales au sein des ouvriers. De plus, son implantation dans le Nord de la France, terre jusqu’alors fortement ancrée à gauche, ne pouvait que la conduire à prendre cette posture. Que d’aucuns qualifieront d’imposture !

Ce Front national « ni gauche ni droite » devait présenter à l’électorat populaire une offre qui, grosso modo, copiait le programme économique et social de la France Insoumise mais en y ajoutant la touche frontiste, à savoir la lutte contre l’immigration, et en faisant la promotion de la souveraineté monétaire, dada de Florian Philippot. La tactique aurait pu se révéler payante ; avec 10,6 millions de voix captées au second tour de la présidentielle par Marine Le Pen, elle a d’ailleurs failli réussir. L’élan n’a été brisé que par l’effarante prestation de la cheffe frontiste lors de son débat avec Emmanuel Macron. Nous revenons de loin. Ne l’oublions pas.

Ce calamiteux (pour le FN, bien sûr !) débat a eu pour conséquence de donner aux frontistes opposés à Phillipot et à sa ligne politique le prétexte pour l’éliminer puisqu’il était chargé de préparer Marine Le Pen à l’affrontement télévisuel. Dès lors, sous l’impulsion de l’aile nationale-libérale-conservatrice du FN, le parti du clan Le Pen vient d’éjecter Florian Philippot et avec lui sa ligne « ni gauche ni droite », son souverainisme monétaire qui a fait tant peur aux épargnants et aux retraités.

Le Front national va donc en revenir à la défense du libéralisme économique tout en s’opposant au libéralisme des mœurs et en accentuant la propagande xénophobe. Bref, le FN va retrouver ce bassin d’extrême-droite – où barbote, notamment, l’UDC suisse – sans chercher à faire le grand écart avec l’autre extrême.

Ces dernières semaines auront eu le mérite de nous rappeler que le clivage gauche-droite n’est pas qu’une vague idée parmi d’autres. Il est le fondement même de la politique.

 Jean-Noël Cuénod

17:24 Publié dans Politique française | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : politique, france, macron, philippot, gauche, droite, fn | |  Facebook | | |

02/09/2017

Un statut pour le Premier Chien de France !

french-president-emmanuel-macron-s-dog-a-labrador-crossed-griffon-named-nemo-is-seen-at-the-elysee-palace-in-paris-france_5935130.jpg

Nemo, Labrador d'Etat.

Nul en France n’ignore le nom du chien adopté par Emmanuel Macron, Nemo, ni son destin tourmenté de labrador croisé griffon abandonné à Tulle. A Tulle, ville du prédécesseur ! Tout un programme ! Nemo s’inscrit donc dans la longue liste des chiens présidentiels. Mais voilà qu’une lacune béante s’ouvre sous ses pattes : le Premier Chien de France n’a pas de statut.

Vous allez m’accuser de sombrer dans le mauvais goût le plus indigne en faisant ainsi allusion au statut de Première Dame de France qui a retenu l’attention des médias bien plus que les ordonnances sur la loi Travail. Certes. Mais êtes-vous conscients du rôle éminent tenu par la gente canine dans l’Histoire ?

 Les « chiens blancs du Roy » étaient bichonnés par Henri II – qui s’occupait personnellement de leur nourriture – François 1er, Henri IV et Louis XIV. Charles IX allait même jusqu’à partager ses repas, son bain et sa couche avec sa chienne Courte (on ne sait ce que la Reine Elisabeth d’Autriche en pensait). L’auteur des Animaux Célèbres (Editions Arléa), Michel Pastoureau, nous apprend que Courte était revêtue « d’un vêtement de velours vert qu’un valet lui enfilait au moment du coucher. »

La monarchie présidentielle ne pouvait faire moins. Passons sur Bébé, le canard que Jules Grévy chérissait en lui donnant chaque jour à manger dans les jardins de l’Elysée. Les canards, surtout enchaînés, portent la guigne aux présidents. Charles de Gaulle, malgré son affection pour Rasemotte – le gorgi offert ­par l’inévitable Reine d’Angleterre – et pour son matou Grigri, n’avait pas gardé à l’Elysée ces deux dignes représentants du règne animal; ils devaient rester dans la propriété privée, à La Boisserie, Colombey-les-deux-Eglises. Il faut ajouter aussitôt que de Gaulle et tante Yvonne préféraient nettement le charme barrésien de leur propriété chaumontaise aux ombres pécheresses du Palais de la Pompadour.

A partir de Georges Pompidou, l’Elysée a connu le règne du labrador obligatoire. Etonnante prescience du deuxième président de la Ve République, le spécimen initial de la dynastie labradorienne a été baptisé Jupiter, ce qui doit sonner comme du Mozart aux oreilles macroniennes. L’Histoire retiendra que Jupiter était un mâle couleur chocolat.

Son successeur Valéry Giscard d’Estaing aimait à se faire photographier aux côtés de Jugurtha et Samba. François Hollande n’avait d’yeux que pour Philae.

Mais c’est Baltique, chantée par Renaud, qui restera gravée dans les mémoires. Chienne inséparable de François Mitterrand. Inséparable jusque dans le deuil. Les caméras avaient diffusé le regard désespéré de Baltique suivant le cercueil de son maître. Grand bouffeur de curés (entre autres), l’ancien ministre du Budget Michel Charasse, s’était porté volontaire pour consoler la chienne devant le porche de l’Eglise de Jarnac pendant que se déroulait la messe de sépulture (photo).   

8f2f14efd0d482b893de942b158fe.jpg

Figure sympathique, de caractère affable, tout en gardant un certain mordant pour les méchantes gens, le labrador est aussi connu pour son flair incomparable, qualité indispensable si l’on veut réussir en politique. Pour susciter l’attention attendrie des lecteurs de Paris-Match, il n’y a pas mieux que le labrador. Et Macron, qui n’en manque pas, de flair, ne saurait y déroger. Avec juste un brin de symbolique pour le différencier. Nemo n’est pas un labrador de pure race ; il est croisé avec un griffon. C’est la touche roturière et républicaine. Et il n’a pas été offert par un roi ou un chef d’Etat mais recueilli dans un refuge de la SPA. Ça, c’est de la story, comme l’on dit en macranglais !

Cela dit, en Macronie, la roture atteint très vite ses limites. Il faut entourer l’entourage de statuts (et de statues). Comme à Versailles. Dès lors, chacun s’étonne qu’un collège de juristes n’ait pas encore rédigé pour Nemo, le statut de Premier Chien de France. Voilà qui ferait enfin transparence sur un domaine privilégié de la fonction présidentielle. Sur quel budget sont prélevées les fournitures de croquettes, de boulettes, d’os à mâcher, de jouets, de gamelles et de coussins ? Quelle chambre de l’Elysée est-elle attribuée au Premier Chien ? Qui a été nommé préposé au ramassage de ses crottes ? Qui lave ses gamelles ? Bénéficie-t-il de gardes du corps sous forme de bergers allemands ? Nous voulons tout savoir !

Nemo nous appartient tous un peu. C’est un Labrador d’Etat. Présence rassurante et fraiche qui déambule dans cette sphère politique où l’on se regarde en chiens, certes, mais de faïence. Présence humaine dans un monde de chiens.

Jean-Noël Cuénod

VIDÉO


14:51 Publié dans Politique française | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags : vidéo, chien, macron, elysée, nemo | |  Facebook | | |

03/08/2017

Régions: la Kolossale Finesse d’Emmanuel Macron

ob_bef372_la-loi-macron-met-l-ump-mal-a-l-aise.jpg

Un politicien sollicite-t-il votre suffrage en promettant qu’il va « complètement changer la façon de faire de la politique » ? Vous pouvez tenir pour certain qu’il sautera les deux pieds joints dans la plus vieille politique qui soit. Et qu’il s’y vautrera sans la moindre parcelle de vergogne.

Emmanuel Macron vient d’en administrer la plus décourageante des démonstrations. Avec lui, désormais, plus de vieilles ficelles, plus de promesses fallacieuses, plus de coups de billard à multiples bandes. Que du propos véridique, franc du collier, sans double langage. Du pur, du net, de l’authentique. Du discours estampillé bio, 100% matière grise et 0% matière grasse.

Trois mois après, PrésidentToutNeuf nous fait une de ces Kolossales Finesses qui nous ramène à l’époque des présidents portant haut-de-forme huit-reflets, redingote noire et ventre de bouvreuil.

Le 17 juillet, il convoquait à Paris les élus locaux pour les oindre de belles paroles. Le philosophe Levinas était même sollicité pour éblouir les manants. Ça en jette, du Levinas. D’autant plus qu’il porte le même prénom que le Chef de l’Etat. «La logique budgétaire, c’est de couper les dotations en 2018, nous ne le ferons pas» avait-il clamé en regardant la France profonde aux fonds des yeux.

Le 20 juillet, un décret signé en tapinois supprime 300 millions de crédits que l’Etat aurait dû accorder aux régions. Attention, Macron n’a pas trahi sa promesse ! Il avait parlé des dotations de 2018. Mais l’amputation de 300 millions, c’est pour cette année. Voilà qui change tout.

Dans un précédent papier du Plouc (Macron Centralisator met au pas les manants élus) nous avions déjà évoqué la politique hypercentralisatrice de Macron-L’Araignée qui tarit les ressources fiscales des collectivités locales, les plaçant sous la coupe de Bercy. Avec cette coupe supplémentaire, il parachève le travail. Macron se prétendait girondin. Le voilà jacobin[1] .

C’est d’ailleurs une caractéristique du personnage désormais bien ancrée dans l’opinion. Il devient systématiquement l’opposé de son image première. Le banquier se mue socialiste et le socialiste se transforme libéral.

PrésidentToutNeuf adopte la tactique du lapin de garenne. Le chasseur le vise à gauche, hop, Macron est à droite. Le canon se braque sur la droite, hop, Macron saute au centre. Le but est de lasser le chasseur pour qu’il devienne végétarien.

Cela dit, le truc du lapin des garenne atteint ses limites en l’occurrence. La Finesse est trop Kolossale pour ne pas provoquer la colère des élus locaux qui ont un moyen tout trouvé pour se venger : les élections sénatoriales du 24 septembre prochain.

170 des 348 sièges du Sénat seront renouvelés ce jour-là par un collège de grands électeurs composés, rappelons-le, d’élus locaux. De plus, La République En Marche (LREM), le parti du président Macron, de fondation très récente, ne dispose pas encore de grands électeurs; il est donc obligé de séduire les élus venant d’autres partis pour récolter des suffrages. Qui ne vont pas oublier de sitôt le coup (ni le coût) des 300 millions.

Dès lors, la Kolossale Finesse risque fort de se retourner contre le président Macron. Avec un Sénat massivement acquis à l’opposition, il ne pourra guère obtenir les 3/5 des voix du Congrès (réunion des deux chambres du parlement) nécessaires pour réformer la constitution sans recourir aux aléas du référendum.

Jean-Noël Cuénod

 

[1] Même si le duel girondins-jacobins n’a guère de réalité historique, à lire cet excellent blogue du professeur Jean-Clément Martin dans le Club Médiapart

18:56 Publié dans Politique française | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : france, macron, régions, départements, communes | |  Facebook | | |

20/07/2017

Macron Centralisator met au pas les manants élus

Macron,politique,france,décentralisation

Après l’avoir vilipendée dans son brillant pamphlet « Le coup d’Etat permanent », François Mitterrand avait endossé les habits de la Ve République sans y faire un pli. Emmanuel Macron, lui, ne se contente pas de s’en revêtir. Il taille la présidence à sa mesure. Voire à sa démesure (dessin original de l'artiste Bernard THOMAS-ROUDEIX).

Au fil de ses premières décisions, il apparaît que loin de changer les institutions actuelles, PrésidentToutNeuf va en renforcer le caractère autocratique, autoritaire et centralisateur. L’apparent coup de jeune qu’Emmanuel Macron a donné à la France est aussi vieux que la Sicile du « Guépard » de Giuseppe Tomasi di Lampedusa, lorsque Tancredi (interprété par Alain Delon dans le film de Visconti) lance à son oncle, le prince Salina (Burt Lancaster) : « Si nous voulons que tout reste tel que c'est, il faut que tout change. » Installation de nouveaux rideaux, dépoussiérage des meubles, bouleversement au sein de la domesticité, mais renforcement des fondations du château-fort.

Les élus des collectivités territoriales ont été vite mis au pas par Macron-l’Araignée (lire aussi le précédent papier) et son attrape-mouches barbu Edouard Philippe. Pour participer à la première « Conférence nationale des territoires », lesdits élus ont dû « monter » à Paris. Compte tenu de la nature de ce raout, on aurait pu imaginer que, pour une fois, cette conférence se tiendrait dans une métropole régionale, histoire de faire une com’ sympa. Mais voilà, la com’ horizontale, c’était bon pour la campagne électorale. Maintenant, c’est à la verticale du pouvoir de s’exprimer. Finie la com’ sympa. Place à la com’ du Chef. Et un Chef, un vrai, pas un faux mage de Hollande, ça marque son territoire. Donc, c’est en sa Capitale que les manants sont convoqués pour y recevoir les directives de Jupiter Centralisator. Seule petite concession, cette conférence nationale s’est déroulée au Sénat, palais des notables provinciaux. Mais l’élu territorial de base a su d’emblée que son rôle se limitait à enregistrer les volontés présidentielles, la tête basse et en roulant son béret entre ses grosses mains calleuses.

Dans son allocution dite de « bienvenue », la Barbe-attrape-mouches a aussitôt refroidi ses interlocuteurs en leur signifiant que la France devait désormais se montrer économe et à ce titre, « les collectivités territoriales doivent prendre leur part à cet effort et cet effort sera globalement important ». Le gouvernement a d’ores et déjà fixé à 13 milliards d’euros d’ici à 2022, le montant dudit effort à fournir par les collectivités territoriales. Voilà, c’est ainsi. Pas le choix. Passez à la caisse.

Macron-l’Araignée, bien installé au centre de sa toile, a pris le relai en rappelant aux manants convoqués que 80% des personnes assujetties à la taxe d’habitation en seront exonérées dans trois ans. « Elle est injuste ! » clame l’Araignée. L’ennui, c’est que la générosité de l’Etat central envers les contribuables locaux se fera au détriment des collectivités territoriales dont la taxe d’habitation constitue l’une des principales ressources financières. Selon le quotidien Sud-Ouest (19 juillet), « exonérer, comme l’a annoncé le gouvernement, 80% des ménages revient à amputer de 8,5 milliards les revenus des villes ».

Imaginerait-on, en Suisse, le Conseil fédéral imposer une telle purge aux cantons et aux communes sans véritables concertations ? Le sort de Berne serait très vite réglé !

Macron, Centralisator mais bon Prince

#Macron, #Régions,#France

Bon prince, Jupiter Centralisator promet de consentir auxdites collectivités un « pacte girondin [1]» leur accordant des libertés nouvelles en guise d’onguent pour adoucir leurs plaies financières (photo). Elles pourraient se regrouper plus ou moins librement, tenter des expériences dérogeant à la loi. Selon Les Echos (17 juillet) le président « s'est dit aussi ouvert aux demandes des présidents de régions de leur transférer de nouvelles compétences étatiques, voire un droit réglementaire. » Mais tout cela reste bien flou et relève de la « parole verbale » chère au Canard Enchaîné. Surtout, comment utiliser sa liberté avec des ressources en décroissance constante ? Le seul critère qui vaille pour déterminer si une entité est autonome ou non réside dans son pouvoir de lever des impôts à l’intérieur de sa sphère de gouvernance. Ce qui relève du fédéralisme. En France, cela n’est pas du tout à l’ordre du jour. Et encore moins sous Macron

Les manants élus sont donc repartis vers leurs provinces le cœur lourd et la besace allégée. Les promesses qu’ils ont reçues n’ont rassuré que les ravis de la crèche, comme celle-ci : « les collectivités seront indemnisées de leurs efforts à l’euro près ». Mais alors pourquoi leur prendre des sous de la main gauche, si c’est pour les leur rendre de la main droite ? Voilà un argument aussi crédible que la pub d’un opérateur de téléphonie mobile. Ces braves élus seront consultés, écoutés, consolés. Il y aura même des négociations. Si, si ! Mais sur quoi négocier si les grandes décisions sont déjà prises ?

Comme il l’a fait vis-à-vis des militaires en poussant à la démission le général de Villiers, –­ chef de l’Etat-Major des Armées coupable de crime de lèse-Araignée ­– Emmanuel Macron a rappelé aux collectivités territoriales la centralité de son pouvoir.

« En même temps », pour user de la Macronlangue, l’Etat central tarit les ressources fiscales des collectivités territoriales (communes, départements, régions, métropoles) – avec la suppression, sous Nicolas Sarkozy, de la taxe professionnelle et la réduction massive de la taxe d’habitation – et il baisse fortement ses dotations et subventions à ces mêmes collectivités.

Certes, la gestion des deniers publics par certaines d’entre elles relève trop souvent du copinage et du clientélisme. Mais alors que l’Etat central fasse son travail de supervision, au lieu de les mettre toutes au pain sec et à l’eau.

La commune, le département, la région, c’est l’essentiel du service public que Macron cherche à remplacer le plus possible par l’ubérisation de l’économie. Etrangler ces collectivités, c’est agrandir les déserts ruraux, c’est creuser encore plus les ornières dans lesquelles s’enfoncent les banlieues.

L’ère Macron ne changera donc rien au système centraliste qui alourdit la France encore plus que son Code du Travail. La décentralisation restera toujours ce qu’elle a toujours été : une vaste blague.

Jean-Noël Cuénod

 

[1] Référence aux Girondins, groupe parlementaire de la Révolution française dont de nombreux membres venaient du département de la Gironde. Ils étaient favorables à un régime décentralisé, en opposition aux Jacobins. Pour en savoir plus sur ce « pacte girondin » lire cet article des Echos. Cliquez ici.

12:27 Publié dans Politique française | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : macron, régions, décentralisation, france | |  Facebook | | |

04/07/2017

Président Macron et le sourire de l’Araignée

macron,politique,france

Emmanuel Macron n’est pas seulement le « Maître des Horloges », comme le serinent les médias. Il est aussi le Grand Architecte ­– pas encore de l’Univers, mais cela ne saurait tarder – de l’Espace, Seigneur de l’horizontale et de la verticale.

Savoir combiner ces deux dimensions ­est la clef du succès politique dans la France d’aujourd’hui : s’activer sur les réseaux sociaux, tout en restant lié au principe monarchique. Et dans ce domaine, PrésidentToutNeuf a démontré un talent épatant.

Au départ, point de parti structuré verticalement, à l’ancienne, avec un secrétaire général ou un président, un comité central ou directeur, des permanents. Bref, un appareil. Là, nulle structure rigide mais une nébuleuse, une toile d’araignée qui organise la transmission des messages et leur coordination entre les différents acteurs, séduits comme autant de mouches captées par les ondes chaleureuses de l’araignée.

Car il y a bien une araignée au centre de la toile. Une Araignée. Pas deux. Tout vient d’elle, tout se rapporte à elle. A ce stade, on reste encore dans l’horizontalité des échanges. Les mouches énamourées éprouvent le doux sentiment de ne plus appartenir tout à fait à l’ordre des diptères mais de constituer une partie ­– petite certes, mais quand même… ­– de l’Araignée. Cette mise en réseaux crée l’impression d’avoir un accès direct à l’Araignée, sans filtre… Mais avec beaucoup d’écrans ! En quelques clics, les mouches vrombissent dans l’orbite arachnéenne de l’Araignée qui ne leur veut que du bien. Les mouches ainsi captées relaient les ondes bienfaisantes, attirant d’autres insectes. En retour, les mouches font remonter leurs informations – voire leurs fonds, pour les très grosses mouches – vers le centre qui peut ainsi orienter sa toile en fonction de la météo de l’opinion. 

Du militant discipliné au consommateur de politique

Il fallait des années pour construire un appareil politique, avec toutes ses strates, ses structures, ses superstructures. On a vu avec quelle rapidité Macron a tissé sa toile. Il a compris que le type d’organisation des vieux partis ne pouvait pas s’adapter aux technologies numériques et aux réseaux sociaux qu’elles ont fait naître. Le militant discipliné n’existe plus. Place au consommateur de politique. En un clic, je m’inscris. Et deux clics, je participe aux financement de la structure. En trois clics et plus, j’échange, je donne mon avis directement sur la Toile. Plus de réunion de section ou de cellule dans des arrière-salles de bistrot où le secrétaire faisait semblant de prendre en note votre avis qui finissait dans quelque poubelle aux étages supérieurs.

Le parti est désormais remplacé par le mouvement. L’important, c’est de bouger. On verra pour le reste.

Certes, dans le système Macron il existe encore des réunions qui se tiennent au niveau local, dans la dimension non-numérique de la vie. Le militantisme numérique ne suffit pas. Il faut encore recourir aux échanges directs, « en viande », pour galvaniser les bonnes volontés et créer une dynamique de groupe. Mais ces réunions servent plus à élaborer la stratégie et les tactiques à employer sur la Toile que se répartir les lieux de tractage.

Président ? PDG plutôt

Dans le système Macron, il n’y a plus de militants mais des « helpers ». L’usage du globish est la marque de ce système. Militants, ça faisait militaire. Pas très engageant pour les djeunes, filles ou garçons. « Helpers », ça fait « start up ». Bien plus attractif. De même, Macron-l’Araignée dispose, non pas d’un comité central ou directeur, mais d’un « conseil d’administration »,[1] histoire de montrer que, désormais, c’est l’organisation de type « entreprise » qui domine.  Macron n’a fait qu’acter ce qui était une réalité depuis de vilaines lurettes : l’économique a définitivement supplanté la politique.

Parvenu à cette étape, Macron-l’Araignée ne peut plus se contenter de l’horizontalité et doit commencer à maîtriser la verticalité. C’est d’ailleurs l’un des thèmes de ses discours qui prennent souvent un tour franchement monarchique. L’Araignée s’est bien nourrie sur la Toile. Elle a puisé suffisamment de forces pour grimper au sommet. A cet égard, les institutions politiques françaises offrent un terrain idéal. L’essentiel du pouvoir se blottit dans les mains du présimonarque, on l’a assez dit et répété. Surtout avec une Assemblée nationale composée pour l’essentiel de mouches macroniennes et d’oppositions aussi diverses que menues.

Tout est désormais en place pour la construction de la « start-up » France avec son PDG, son directeur exécutif et un minimum de cadres priés de faire dans l’enthousiasme. Tout cela semble neuf, dynamique, stimulant. C’est oublier que la verticalité prime alors sur l’horizontalité, ce qui est vieux comme le pouvoir.

L’horizontalité sert à drainer les énergies, uniquement en vue d’assurer l’ascension de l’Araignée. Lorsque le but est atteint, c’est la verticalité qui doit lui succéder car elle seule fait descendre les décisions de l’Araignée vers la piétaille qui se meut tout en bas. Le pouvoir vertical ne se partage jamais.  Il ne le peut pas, sinon il s’horizontalise et l’Araignée perd sa domination.

Les mouches se demanderont peut-être un jour si les vieilles structures n’avaient pas du bon, au fin fond du fond. Elles étaient pesantes et bureaucratique certes, mais au moins étaient-elles animées par une vision du monde. Dans le système Macron, tout est dévolu à un seul homme. Les visions du monde comptent peu. PrésidentToutNeuf offre à la vue un visage ô combien plus avenant que la trogne chafouine de Louis XI. Mais il mérite, comme son lointain prédécesseur, le surnom d’« Universelle Aragne ». L’Araignée est l’alpha et l’omega de la structure. Peu de truchements entre elle et les mouches. Or, malgré tout leurs défauts, les strates intermédiaires des anciens partis permettaient d’organiser, autant que faire se peut, une action collective qui n’avait pas pour unique but de mettre au pouvoir un seul homme.

Certes, à la fin des années 1950 et au début des années 1960, le parti gaulliste avait pour programme numéro 1 de placer le Général à la direction de la France. Mais cela ne représentait pas l’unique objectif. Il s’agissait alors de sortir le pays de la guerre d’Algérie et de tirer un trait sur la colonisation. Or, seul de Gaulle était en mesure de relever ces défis historiques.

Avec Macron, on est loin d’une telle situation, même si le chômage de masse persistant reste une plaie ouverte. Les Français – enfin une minorité de votants – ont élu un homme, sans programme clair, sans idées fortes, pour le récit qu’il a donné de lui-même.

L’Araignée est au sommet. Dans cette chaîne alimentaire, les mouches ont fait leur boulot.

Jean-Noël Cuénod

 

[1] Composé d’un maximum de dix personnes selon les statuts.

17:03 Publié dans Politique française | Lien permanent | Commentaires (24) | Tags : macron, politique, france | |  Facebook | | |

21/06/2017

Petit manifeste pour une gauche post-Macron (II)

cupidité.jpg

Emmanuel Macron et sa République En Marche ont ramassé le pouvoir pour mettre en pratique le social-libéralisme qui consiste à créer une sorte de capitalisme financier à visage humain. Une fatalité? (Suite du précédent texte).

Si l’on prend comme principe de base de sa réflexion que l’hypercapitalisme financier est devenu une calamité insurmontable, alors l’option sociale-libérale de Macron présente la solution la plus adaptée à cette situation. Elle offre au moins une issue d’apparence réaliste à la situation économique de la France marquée par le chômage de masse et le déclin industriel. L’actuelle vague d’optimisme qui rafraîchit agréablement la France ainsi que les succès électoraux impressionnants d’Emmanuel Macron et de son parti ­– tempérés par une abstention record – indiquent bien qu’une large partie des Français y adhère.

Les deux anciens pôles politiques – la vieille droite libérale-conservatrice et la social-démocratie défunte – ont été fort logiquement balayés. Les formations protestataires sont également dans l’impasse. Le Front national avance des solutions d’avant-hier (fermeture des frontières) aux défis de la globalisation et la médiocrité de son personnel politique est apparue dans toute sa lamentable ampleur lors des récentes campagnes électorales.

Bien qu’infiniment plus convaincante sur le plan intellectuel, La France Insoumise de Jean-Luc Mélenchon reste elle aussi enfoncée dans un passé à jamais révolu. Son programme vise, par exemple, à surtaxer les revenus supérieurs à 33 000 euros par mois et par personne et à taxer les transactions financières. Et pour appliquer ces fort justes mesures ? Eh bien, on contrôle les capitaux et les marchandises aux frontières nationales! Ce qui ferait rire les hypercapitalistes qui changent de pays en un vol de jet d’affaire et déplacent leurs capitaux en quelques clics de souris.

La majorité des électeurs de gauche s’est rendue compte que cette offre protestataire, pour séduisante qu’elle apparaisse, était inadaptée à la situation présente. Une partie d’entre eux a donc choisi de voter Macron ou LREM, par défaut.

L’option sociale-libérale offre une solution d’apparence réaliste à la situation de la France, disions-nous.

Apparence, en effet, car les médicaments contre la douleur prescrits par le docteur Macron ne combattent aucunement le mal en lui-même, à savoir l’hypercapitalisme. Or, l’«énergie cupide» qui lui sert de moteur est mortifère à plusieurs titres.

La mentalité ambiante induite par l’hypercapitalisme provoque de façon habile la soif d’acquisitions toujours renouvelées. Que les ressources de la planète ne soient pas infinies, tout le monde le sait. Sauf Trump, l’idiot du village planétaire. Mais regardez avec quelle peine, les dirigeants de la planète, tentent de prendre des mesures pour, bien modestement, modérer l’allure de cette «énergie cupide»!

Malgré les discours repeints en vert, la volonté politique n’est pas suffisamment forte pour dompter la puissance de cette machine hypercapitaliste, formée par une myriade d’intérêts commerciaux transfrontières. A l’évidence, les Etats-Nations n’ont pas la dimension nécessaire pour s’y opposer, surtout sur notre continent. Nommer Nicolas Hulot ministre d’Etat à la transition écologique est un très joli coup de marketing politique. Toutefois, au mieux, l’écologiste français numéro 1 pourra initier dans son pays d’utiles expériences. Mais cela n’aurait pas d’effets décisifs à la seule échelle qui vaille en matière d’environnement: la planète. Dès lors, il faudrait trouver d’autres lieux pour que la volonté politique s’exerce. Et en Europe, on ne voit que l’Union qui dispose de la taille critique nécessaire pour prendre cette mission en main. Si du moins, elle le voulait…

Vers un Parti social-écologiste européen?

Dès lors, la nouvelle social-démocratie sera écologiste et européenne ou ne sera pas. Certes, les partis de gauche, du moins ce qu’il en reste, ont mis de grosses louches vertes dans leur programme. Mais cela ne suffit pas. C’est toute une doctrine social-écologiste qu’il est nécessaire de développer. Et surtout, cette social-écologie doit situer son combat en priorité sur le plan européen, pour qu’une réelle volonté politique efficiente apparaisse. Dès lors, l’organisation traditionnelle des partis de gauche claquemurés dans les limites de leurs Etats-Nations est devenue irrémédiablement obsolète. C’est un vaste Parti social-écologiste européen qu’il convient de créer et non un conglomérat de formations nationales incapables d’avoir une action commune en profondeur.

Emmanuel Macron a prouvé qu’il était un stratège politicien particulièrement efficace. Mais ses indéniables qualités intellectuelles ne sauraient dissoudre les chaînes qui le lient à cet hypercapitalisme auquel il doit tout, à commencer par son trésor de guerre. Son social-libéralisme tentera d’insérer, en les formant, le maximum de jeunes dans le flux du travail, grâce à l’ubérisation, sous diverses formes, de l’économie. C’est le rêve de l’hypercapitalisme : transformer le producteur en microentrepreneur pour qu’il accepte, au prix d’une liberté illusoire, de travailler à vil prix. Macron s’évertuera à réduire les rigueurs de cette ubérisation tout en la développant. Mais au bout de ce processus, la précarité sera le lot de la majorité de travailleurs. Moins de chômeurs, peut-être, si tout va bien; plus de pauvres, assurément.

S’attaquer à ce phénomène dans un seul pays est aussi illusoire que de lutter pour préserver l’environnement dans un seul territoire. La réponse à l’hypercapitalisme, là aussi, ne peut provenir que de l’échelon européen.

Ce parti social-écologiste devrait se construire à la base, de façon horizontale pour utiliser au maximum les possibilités offertes par les réseaux sociaux et les nouvelles technologies. C’est en fédérant ces associations locales qui fourmillent en Europe dans tous les domaines, environnementaux, sociaux, culturels que ce parti pourrait se former à l’échelon du continent. La gauche nouvelle jettera aux orties le tout-productif qui fut, si l’on ose dire, sa marque de fabrique. Elle sera à la fois conservatrice – en préservant la nature des appétits voraces de «l’énergie cupide» – et progressiste en s’attaquant à l’hypercapitalisme qui veut faire des femmes et des hommes, des consommateurs ubérisés.

 La tâche est tellement rude qu’elle paraît insurmontable. Mais celui qui ne lutte pas atteint la rive des morts avant son cadavre.

FIN

Jean-Noël Cuénod

17:43 | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags : macron, écologue, finance, captalisme, europe | |  Facebook | | |

19/06/2017

Petit manifeste pour une gauche post-Macron (1)

Pilule-LREM1.jpg

Majorité absolue, mais sans excès. PS pulvérisé. Droite LR affaiblie et divisée. Front national privé de groupe parlementaire. France insoumise présente au parlement mais réduite. Emmanuel Macron tient désormais toutes les cartes en main. Et la gauche? A reconstruire? Mais quelle gauche?

«Le pouvoir n’était pas à prendre, il était à ramasser», disait de Gaulle pour expliquer son retour au commandement de la France, le 13 mai 1958. Ce n’est donc pas le Général qui a provoqué la ruine de la IVe République. De même, ce n’est pas Lénine qui a causé la chute du tsarisme. Et Macron, n’est pas à l’origine de l’effondrement de la social-démocratie française. Les régimes implosent sous l’effet de leurs contradictions internes.

Le plus grand génie politique reste impuissant si les circonstances historiques ne se prêtent pas aux changements radicaux. Il faut donc que le pouvoir tombe en ruine pour que l’homme dit «providentiel» soit en mesure de ramasser les morceaux et de restaurer les fondations.

L’essentiel est de distinguer le moment juste qui précède l’effondrement afin d’être prêt à intervenir avant les rivaux. C’est ce coup d’œil aiguisé qui a permis à Emmanuel Macron de quitter le gouvernement et de mettre «en marche» son mouvement à l’instant idoine. L’alors premier ministre et principal concurrent Manuel Valls avait diagnostiqué l’effondrement de la social-démocratie française bien avant Macron. Mais, contrairement à ce dernier, Valls n’a pas su se dégager à temps de la gangue gouvernementale. Quand il l’a fait, c’était trop tard. Le ci-devant chef du gouvernement, empêtré par son bilan collé aux semelles, n’était plus capable de rattraper son fringant ex-ministre. De plus, Valls est apparu comme le traître qui a poignardé François Hollande dans le dos. Certes, Macron avait déjà planté sa dague dans l’échine hollandaise. Mais l’opinion ne s’est souvenue que de la surinade de Manuel Valls. L’ancien président a fort bien décrit la chose: «Macron m’avait trahi avec méthode». Valls l’a aussi trahi mais sans méthode. Ça ne pardonne pas. Le savoir-trahir est le premier savoir-faire de l’homme d’Etat.

Certificat de décès de la vieille gauche

Macron a donc ramassé le pouvoir que les mains malhabiles du Parti socialiste et de la vieille droite française ont laissé tomber. Son début de parcours triomphal a signifié la fin d’un modèle social-démocrate français original géré alternativement par la droite et la gauche modérées, depuis l’application dès 1946 du programme «Les Jours Heureux» du Conseil national de la Résistance, programme qui a permis aux Français de bénéficier d’une couverture sociale de premier ordre.

Mais la social-démocratie a partout subi une crise majeure dès la mort de l’Empire soviétique. Tant que le communisme menaçait les structures du capitalisme, les représentants politiques de l’économie dominante ont fait des concessions aux partis socialistes démocratiques et accepté des réformes sociales souvent importantes qui ont permis de calmer les colères ouvrières et d’introduire les travailleurs, devenus aussi consommateurs, dans les circuits de l’économie de marché.

Lorsque l’ «Ogre rouge» a disparu, les partis sociaux-démocrates ont perdu cet épouvantail et, en plus, ont dû affronter un type de capitalisme fondamentalement nouveau : l’hypercapitalisme financier qui a remplacé le traditionnel capitalisme  industriel[1].

Cet hypercapitalisme est né de la financiarisation toujours accrue de l’économie et change complètement la situation: il n’est plus besoin de recourir aux gros bataillons du prolétariat, du moins dans les pays de modèle occidental; les nouvelles technologies créent de nouveaux emplois avec des formes tout aussi nouvelles de rapport au sein de l’entreprise, l’idéal étant de transformer le salarié en un microentrepreneur taillable et corvéable à merci.

Naguère encore, le patron (tiré du mot «père») était une figure bien établie en tant que telle, avec un visage connu et une implantation locale. Aujourd’hui tout se dissout dans le brouillard financier. Qui est le vrai «patron» des salariés française d’Altice ? le PDG Patrick Drahi ou bien les banques qui ont prêté à son groupe quelque 50 milliards d’euros ? Et où est implanté le «patron» de cette petite entreprise? A Cologny[2] ? A Champel[3], A Zermatt[4] , au Luxembourg[5] ? A Amsterdam[6] ? La réglementation d’un pays X déplaît-elle au groupe ? Qu’à cela ne tienne, le pays Z est prêt à l’accueillir. La chanson est bien connue, même si moult oreilles ne veulent pas l’entendre. Jadis, le savoir-faire ouvrier limitait (sans l’empêcher tout à fait) la mobilité de l’entreprise. Aujourd’hui, c’est de moins en moins le cas.

Dès lors, comment, dans un tel contexte, faire pression sur le patronat (si l’on peut encore parler de «patronat») pour exiger des réformes sociales? A cette énigme, la social-démocratie n’a pas apporté de réponse, ce qui a provoqué son effondrement en France, en Italie et dans d’autres pays. Certes, elle s’est encore maintenue ailleurs (Allemagne, Suède, Suisse, etc.), là où elle s’était plus solidement implantée au sein de la classe ouvrière sans avoir été concurrencée par les Partis communistes. Mais partout, la social-démocratie est en crise pour n’avoir pas (encore ?) pu relever le défi de l’hypercapitalisme financier.

Le social-libéralisme façon Macron

Emmanuel Macron, semble-t-il, a bien saisi la situation en proposant d’instaurer une forme française de ce social-libéralisme inauguré, avec plus ou moins de succès, par Tony Blair et son «New Labour» (qui a tout de même pris un sacré coup de vieux, avec le quasi septuagénaire Jeremy Corbyn à sa tête). Il s’agit donc pour ce nouveau parti social-libéral qu’est La République en Marche (LREM) d’accepter la donne imposée par l’hypercapitalisme financier en réduisant le plus possible les services publics pour donner de l’espace aux entreprises ou aux microentreprises privés, ces dernières étant gérées par des artisans dépourvus des droits sociaux attribués aux salariés.

Dans cette optique, les sociaux-libéraux macroniens vont miser sur la nouvelle économie développée par la transition écologiste. D’où le choix de l’écologiste numéro 1 en France, Nicolas Hulot (cela dit pour les Martiens qui viendraient d’atterrir), comme ministre d’Etat. La majorité présidentielle espère ainsi y trouver des gisements d’emplois à défaut de pétrole. Pour son volet social, le nouveau président veut former les individus à cette mobilité professionnelle qui est devenue la réalité quotidienne de chacun. Le propos macronien n’est donc pas de s’opposer à l’hypercapitalisme financier mais de tenter d’en corriger les effets les plus pervers, les plus dommageables pour l’ensemble de la population. Surtout, son propos est de préparer le mieux possible les classes populaires à s’insérer dans la nouvelle économie, basée, notamment, sur les modèles de type Uber. Alors, social-libéralisme ou social-ubéralisme ?

Au fond, le social-libéralisme façon Macron réédite avec l’hypercapitalisme financier ce qu’avait fait la social-démocratie avec le capitalisme industriel. Non pas abattre le monstre mais soigner ses victimes. Il ramasse donc la gauche et la droite modérées afin de créer une force centrale.

Jean-Noël Cuénod

(A suivre)

[1]Le développement du capitalisme dans sa phase industrielle reposait sur l’expansion de la production. Le capital (l’argent qui est réinvesti) devait être alloué en partie à des investissements productifs, c’est-à-dire qui permettent d’augmenter la capacité de production (par exemple, l’achat de machines plus performantes ou la construction de nouvelles usines). La logique financière est tout autre. Le capital n’a plus à passer par le détour de la production pour fructifier ; sa simple circulation engendre une création de capital neuf. L’investissement à court terme devient la norme et c’est la spéculation qui fait augmenter la valeur d’un actif. («Qu’est-ce que la financiarisation de l’économie?» par Julia Posca, IRIS, Institut de recherche et d’informations socioéconomiques au Québec. http://iris-recherche.qc.ca/

 [2] A l’intention des non-suisses: commune du canton de Genève, sorte de Neuilly-sur-Seine en plus cossu.

[3] Idem: quartier de Genève-Ville, sorte de XVIe arrondissement en plus riche.

[4] Idem: station de montagne dans le canton du Valais (partie germanophone), sorte de Courchevel en beaucoup plus chic.

[5] Altice est une société de droit luxembourgeois.

[6] Altice est cotée à la Bourse d’Amsterdam.

11/06/2017

Poignée de bémols pour un Macron en fanfare

Code-du-travail-Macron.jpg

L’affaire est entendue. Elle est même pliée. Le président Macron continue sa marche sur les eaux d’une France transformée en lac de Tibériade. Avec près de 33% des voix au premier tour des élections législatives, son parti La République En Marche aura de 400 à 440 députés sur les 577 composant l’Assemblée nationale. C’est quasiment une majorité de type Soviet Suprême. La droite LR est laminée avec 21% des suffrages et le Parti socialiste est définitivement mort avec seulement 9%. Le Front national essuie une défaite (13,5% des voix) et paie l’incompétence crasse de sa patronne Marine Le Pen, révélée lors du désormais fameux duel télévisé contre Emmanuel Macron. Jean-Luc Mélenchon et sa France Insoumise (11% des voix) ne confirment pas leurs bons résultats de la présidentielle. Mais pour Mélenchon, l’essentiel a été atteint: le PS de Mitterrand va disparaître. Voilà pour la partition jouée avec un bel entrain par le Macron’s Brass Band. Toutefois, les bémols n’y manquent pas.

Par effet de levier dû au scrutin majoritaire, le pourcentage obtenu par LREM va se traduire en raz-de-Macron alors que s’il est important, ce résultat n’est pas aussi triomphal que pourrait le laisser croire la future avalanche de députés macroniens.

L’abstention-record, plus de 50%, n’annonce pas une adhésion enthousiaste aux projets défendus avec plus ou moins de clarté, par le président Macron. Si l’on ajoute à ce taux celui obtenu par les deux formations les plus farouchement anti-macronienne – Front National et France Insoumise – on parvient à un pourcentage de 77,7% de citoyens qui restent insensibles aux sirènes En Marche.

Ce n’est pas tout. Une intéressante étude de Harris Interactive indique que si 49% des électeurs de Macron ont fait un vote d’adhésion, 42% se sont contentés de voter «utile». Dans les autres formations, le vote d’adhésion est beaucoup plus net. 

Un autre élément gênant pour La République En Marche apparaît dans cette analyse. 27% des «sondés» souhaitent que le parti macronien dispose à lui seul de la majorité absolue. 35% espèrent qu’il détiendra une majorité relative et 38% ne veulent pas qu’il obtienne la majorité et espèrent une cohabitation. Or, c’est l’inverse qui, sans doute, se produira à l’issue du second tour: le président Macron et son parti posséderont la majorité absolue alors que seule une minorité le désire.

Tous ces bémols réunis peuvent provoquer une sacrée cacophonie. Les colères futures ne pourront donc pas s’exprimer au Parlement, dominé par un parti massivement majoritaire. Elles risquent de débouler dans les rues. Ou, peut-être, apparaîtront certaines formes d’opposition nouvelles développées par les réseaux sociaux.

Veillée funèbre du PS à Solférino

 

legislative2017,macron

Le Plouc, dimanche soir, s’est rendu au siège du PS. Voici son petit reportage pour la Tribune de Genève et 24 Heures. 

Rue de Solférino à Paris, l’ambiance est à la veillée funèbre, dimanche soir. Il faut dire que le nom «Solférino» sonne bien pour évoquer le désastre sur un champ de bataille. Mais aujourd’hui, aucun Henri Dunant ne viendra réchauffer les cœurs meurtris. Heureusement, les cadavres ne sont que symboliques, sous forme de parlementaires «dégagés». Toutefois, la perte est colossale. De 273 députés à l’Assemblée nationale, le PS va passer à 20 ou 35 élus, selon les projections pour le second tour. Son premier secrétaire Jean-Christophe Cambadélis a la tête des très mauvais jours, le front emperlé de sueur et le regard noir. Il y a de quoi puisqu’il est éliminé dès le premier tour dans sa circonscription du XIXe arrondissement de Paris.

S’il admet la défaite du PS – comment faire autrement ? – Cambadélis pointe l’abstention «qui atteint un niveau historique» et lance une pierre dans le jardin en pleine floraison d’Emmanuel Macron: «Il n’est ni sain ni souhaitable qu’un président n’ayant reçu que 24% au premier tour de la présidentielle et élu au second tour grâce au rejet de l’extrême droite obtienne la majorité absolue».

Mais ces paroles lasses ne convainquent personne. A Solférino, aucun «éléphant» n’a daigné barrir devant les micros, mis à part  Jean-Christophe Cambadélis. Mais certaines figures connues semblent déjà avoir tourné la page de ce PS fondé par Mitterrand en 1971 sur les ruines de la SFIO. Par exemple Gérard Filoche (photo JNC), héraut de l’aile gauche:  «J’ai œuvré de toutes mes forces pour que Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon concluent un accord avant le premier tour de la présidentielle. Cela ne s’est pas fait et voyez le résultat! Il n’empêche que Benoît Hamon avait récolté 2,4 millions de suffrages. Ce n’est pas rien et cela constitue une base pour se reconstruire. Je lutte pour créer un grand parti de gauche plurielle incluant toutes les composantes de la gauche, y compris les partisans de Mélenchon, bien entendu. Mais soyons clairs, dans ce parti, il n’y aura aucun macronien. On ne saurait être socialiste et favorable à Macron.»

L’une des rares élues socialistes présentes au siège, la sénatrice et ancienne ministre Marie-Noëlle Lienemann, quitte Solférino en rasant les murs à toute vitesse pour éviter les journalistes. Vaine crainte. Aucun micro ne se tend. Personne ne se retourne sur cette petite souris qui se fond au milieu des passants. Bienvenue dans la sphère des anonymes.

Jean-Noël Cuénod

23:45 Publié dans Politique française | Lien permanent | Commentaires (17) | Tags : legislative2017, macron | |  Facebook | | |

01/06/2017

Affaires – les Macron's n’ont rien compris

Ferrand-Sarnez.jpg

Les petites affaires immobilières du ministre Richard Ferrand intéressent désormais les magistrats. Le ministre de la Justice relaie un communiqué de son bras droit qui fait l’objet d’une enquête. Macron et les siens n’ont donc rien compris au changement radical de la mentalité ambiante qui ne supporte plus copinage et népotisme. Indécrottable caste politicienne.

Après avoir affirmé qu’il fallait « circuler » car il n’y avait « rien à voir » dans le dossier Ferrand, la justice a changé de disque : le Parquet a ouvert une information préliminaire pour jeter la lumière sur les opérations immobilières réalisées par le tout nouveau ministre de la Cohésion des territoires lorsqu’il dirigeait les Mutuelles de Bretagne.

Le Canard Enchaîné d’hier a clairement décrit le processus : Les Mutuelles de Bretagne cherchent des locaux à louer. Leur directeur général Ferrand trouve un vendeur avec lequel il signe, en son nom, un compromis aux termes duquel la vente ne sera effective que si Les Mutuelles de Bretagne signent un bail avec la Société civile immobilière (SCI) qui prendra la place de l’acheteur (Richard Ferrand). Le futur ministre propose alors cette location à son conseil d’administration, sans spécifier son rôle dans l’opération. La compagne de Ferrand fonde sa SCI qui reprend à son compte le compromis de vente et se substitue à son compagnon pour devenir propriétaire des locaux. Le bail de location est signé par le Conseil d’administration des Mutuelles de Bretagne. « Tout le monde savait que la propriétaire n’était autre que ma compagne » dit aujourd’hui Richard Ferrand. Mais, ajoute Le Canard, celui qui présidait le conseil à l’époque n’en a gardé aucun souvenir. Résultat : la compagne du futur ministre, nanti du bail des Mutuelles, a obtenu un prêt de 400 000 euros – soit la totalité de l’investissement – couvert par les loyers. Et comme les Mutuelles de Bretagne ont pris à leur charge les travaux de réfection des locaux (184 000 euros), l’heureuse bénéficiaire deviendra propriétaire de locaux restaurés. Gâteau sur la cerise, la compagne de Ferrand est désormais l’une des principales avocates des Mutuelles de Bretagne.

Façon François Fillon – dans une moindre mesure – Richard Ferrand a finassé avec les journalistes, avançant un argument qui, le lendemain, était contredit. Et ainsi de suite. Comme le l’ex-futur président, il a alimenté lui-même la spirale de la polémique. Or, ce genre de mécanisme entraîne ipso facto le gouvernement. Sur ce point, le président Macron a raison : c’est au premier ministre de prendre les décisions. Or, force est de reconnaître qu’Edouard Philippe a mal géré l’affaire en laissant la spirale se développer.

Le comportement de Richard Ferrand enfreint-il la loi, notamment celles sur les mutuelles ? A la justice de répondre. Mais sur le plan politique, la question n’est pas là. Destinés à favoriser les proches de hauts dirigeants, ces petits tours de passe-passe ne… passent plus, qu’ils soient ou non légaux.

Bayrou et l’affaire du touïte maudit

Autre clou dans l’escarpin présidentiel : l’enquête préliminaire ouverte pour emplois fictifs d’assistants au Parlement européen contre 19 eurodéputés, dont la ministre Marielle de Sarnez, bras droit au MoDem de François Bayrou. Le dénonciateur n’est autre que le Front national. A l’évidence, le FN veut enfumer la justice et les médias pour faire oublier ses propres turpitudes qui sont d’une toute autre nature : après enquête, le Parlement européen a dénoncé à la justice française un important système d’emplois fictifs ourdi par le Front national pour alimenter ses caisses avec l’argent public des Européens (préjudice allégué : cinq millions d’euros). Rien de tel pour les 19 députés dont la ministre qui a porté plainte en dénonciation calomnieuse contre une représentante du FN.

Sa cause paraît plutôt bonne. C’est sans compter sur son mentor, le Ministre ­– d’Etat !– de la Justice, François Bayrou : il a retouïté un communiqué de Marielle de Sarnez se défendant contre les accusations frontistes. Certes, il a pris soin d’effacer de son compte Touïteur toute référence à sa fonction ministérielle. Mais quand on est ministre de la Justice, on ne l’est pas à temps partiel. La distinction entre expression privée et charge publique n’est pas acceptable. Bayrou engage son ministère, son gouvernement et son pays en tout temps et sous toutes les latitudes.

Cette rediffusion d’un communiqué plaidant la cause d’une personne visée par une enquête judiciaire est d’autant plus inadmissible qu’elle est le fait du ministre de la Justice, garant de l’indépendance des magistrats français. Où est l’indépendance lorsque son garant a pris fait et cause pour un justiciable ?

Affaires et Common Decency

Ces deux affaires démontrent à quel point la caste politique française – pourtant en plein renouvellement – n’a pas encore intégré la « common decency » illustrée par le grand George Orwell. Cette formule difficilement traduisible qui signifie, en gros, « décence ordinaire ou générale ou populaire » et que le philosophe Bruce Bégout définit comme « la faculté instinctive de percevoir le bien et le mal » dans son ouvrage La décence ordinaire (Editions Allia).

La « décence commune » est donc un sentiment d’évidence qui permet de trancher entre ce qui se fait et ce qui ne doit pas se faire. Evidence ? Pas pour tout le monde. Nombre de politiciens ne partagent pas cette « décence commune » et naviguent entre les eaux du « ce qui se fait » et celles, troubles, « de ce qui ne se fait pas ». Souvent mal rémunérés, ils ont pris l’habitude d’agrémenter leur frugal quotidien par quelques margoulinades et autres carabistouilles. Ces petits arrangements avec la « décence commune » étaient tolérés par la grande majorité des citoyens. Mais le vent du Nord avec ses effluves vertueuses a soufflé sur l’Hexagone : ce qui était accepté, ne l’est plus. L’affaire Fillon en est la démonstration la plus éclatante.

Et puis, la jeunesse d’Emmanuel Macron, son audace et sa vivacité, ont profité de ce changement de climat et en ont accentué les rigueurs en promettant une loi sur la moralisation politique et en flanquant un grand coup de balais sur ces partis qui puaient le remugle. Grand ménage de printemps dans la maison France. Mais voilà qu’avec Richard Ferrand et François Bayrou, on ferme les fenêtres, on range les produits d’entretien.

Certes, la France a toujours éprouvé de la peine à mettre le curseur de ses humeurs au bon endroit. Trop laxiste hier, deviendrait-elle trop excessive ? C’est probable. Cela dit, le moins que l’on puisse attendre de ce gouvernement est qu’il mette en pratique les principes moraux dont il s’est fait l’héroïque héraut. Le président Emmanuel Macron est aujourd’hui porté par une vague d’espérance populaire. Gare au reflux.

Jean-Noël Cuénod

17:44 Publié dans Politique française | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : macron, ferrand, bayrou, justice, affaire | |  Facebook | | |

18/05/2017

Gouvernement Macronvélique, entre caviar et knout

 

Societe-civle1.jpg

Contrairement à ce qu’un vain peuple pense, Nicolas Hulot n’est pas le seul ministre de la nouvelle équipe cornaquée par Edouard Philippe. Ils valent aussi le détour, les autres membres du gouvernement concocté par Macronvel, ce Machiavel aux yeux de velours.

Tout d’abord, sur un plan général, outre le respect[1] de la parité entre femmes et hommes – saluée unanimement avec des sincérités variables – Emmanuel Macron n’a pas fait dans le jeunisme à tout crin. La moyenne d’âge reste stable : 54 ans en moyenne, soit un an de plus que le dernier cabinet Valls (53 ans). A titre de comparaison, l’âge moyen du gouvernement suisse est de 57 ans.

Le nouveau président avait promis un gouvernement resserré. Avec 22 membres (3 ministres d’Etat, 15 ministres et 4 secrétaires d’Etat), on a vu plus ristrète, sans être pléthorique pour autant. Le dosage entre gauche, centre, droite et hors-caste[2] étant malaisé à réaliser, il a fallu allonger la sauce pour parvenir à la bonne cuisson : 6 socialistes libéraux, 2 radicaux de gauche, 3 centristes du MoDem, 2 figures de la droite Les Républicains et 9 hors-castes (avec des sensibilités, pour certains, gauche modérée, centriste et droite républicaine).

En compulsant un peu plus cette liste, on constate que le président Macron a cherché à équilibrer enthousiasme et rigueur, caviar et knout.

Côté caviar, passons sur la nomination de Nicolas Hulot, le Plouc en a assez causé. Relevons d’emblée une divine surprise, en la personne de la nouvelle ministre de la Culture Françoise Nyssen, l’une des dernières éditrices dignes de ce nom qui a fait d’Actes Sud une belle lumière de la littérature contemporaine. Macron a donc choisi l’intelligence à la verroterie médiatique. Françoise Nyssen nous changera très agréablement de Fleur Pellerin…

Excellente aussi l’idée de placer Marlène Schiappa au Secrétariat d’Etat à l’égalité femmes-hommes. Elle a lancé un réseau d’une remarquable efficacité sur la base de son blogue «Maman travaille». Voilà au moins un membre du gouvernement qui sait comment jongler entre ordinateur, biberon, couche-culottes, conférences.

Malin également, le choix de Sylvie Goulard aux Armées. Certes, on l’attendait plutôt aux Affaires européennes, mais justement... Le président Macron veut donner un sérieux élan à l’Europe de la Défense qui avance au pas d’une tortue asthmatique. Or, pour atteindre cet objectif, Sylvie Goulard présente un excellent profil. Députée européenne et ancienne conseillère de Romano Prodi lorsqu’il dirigeait la Commission à Bruxelles, elle connaît l’UE de fond en comble. Et puis, il fallait trouver au bras droit de François Bayrou – ce précieux allié devenu ministre d’Etat à la Justice –, un dicastère de choix. Marielle de Sarnez, europhile convaincue et militante, est à sa place aux Affaires européennes.

Judicieux enfin, d’avoir installé Elisabeth Borne, ministre des Transports. Tout d’abord, d’avoir une Borne aux transports, voilà qui va réjouir Le Canard Enchaîné. Ensuite, elle fut directrice de la stratégie aux chemins de fer français (SNCF), préfette de la région Poitou-Charente, directrice de cabinet de la ministre de l’Environnement Ségolène Royal et des tentaculaires transports publics parisiens (RATP), tous postes qui l’ont bien préparé à exercer pleinement ce ministère plus stratégique que médiatique.

B9712055243Z.1_20170518120524_001+G729397EA.2-0.jpg

Voilà pour le caviar. Mais le knout est prêt à cingler le dos des budgétivores. Bercy est désormais dirigée par la droite libérale avec les LR Bruno Le Maire et Gérald Darmanin (photo: leur arrivée pour leur premier Conseil des ministres). Ils ont donc en main, l’économie, le budget, le fisc, la sécurité sociale et la fonction publique qui va être réformée. Du lourd. Du franc. Du massif. Les ministres «caviar» auront bien de la peine à soutirer des fonds pour leurs projets. Car si le nouveau président a placé Le Maire et Darmanin à ces postes essentiels, c’est pour appliquer une politique libérale. Quelle sera la dose de «social» dans ce libéralisme ? Un doigt ? Deux ? Un bras ?

Autre manieur de knout, beaucoup moins connu, Jean-Michel Blanquer qui fut directeur-général de l’Enseignement scolaire entre 2009 et 2012, sous la présidence Sarkozy, ce qui en faisait le numéro 2 de l’alors ministre de l’Education nationale, Luc Chatel. Les langues vipérines sifflent que Blanquer était plutôt le numéro 1, Chatel n’ayant guère d’aisance en milieu scolaire. Sous sa direction, la politique de la droite a été rudement appliquée. Les syndicats affronteront donc forte partie. D’autant plus forte, la partie, qu’elle les connaît bien! 

Jean-Noël Cuénod

Dessin d'Acé

 

[1] La parité macronienne a ses limites : une seule femme a reçu un ministère d’autorité, Sylvie Goulard aux Armées.

[2] Le Plouc se refuse à ranger les ministres qui n’appartiennent pas à un appareil de parti dans la catégorie «société civile», terme vide de sens, et préfère celui de hors-caste. Les politiciens d’appareils formant une catégorie assez proche de la définition que donne Larousse de la caste (Groupe social endogame, ayant le plus souvent une profession héréditaire et qui occupe un rang déterminé dans la hiérarchie d'une société).

 

16:41 Publié dans Politique française | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : gouvernement, philippe, macron | |  Facebook | | |

17/05/2017

Hulot ne partira pas en vacances !

TcZnNgaLoGNqUpx-800x450-noPad.jpg

Chirac, Sarkozy, Hollande en avaient rêvé, Macron l’a réalisé: convaincre Nicolas Hulot de devenir ministre. Et pas n’importe lequel: «Ministre d’Etat, ministre de la transition énergétique et solidaire». Il aura besoin de ce titre-bouclier, car ses collègues du nouveau gouvernement n’ont pas tous la fibre écolo, loin de là.

 En ajoutant «d’Etat» à son titre ministériel, le président Macron a donc élevé l’écologiste français le plus célèbre dans le peloton de tête de la hiérarchie protocolaire. Le numéro 2 du nouveau gouvernement, Gérard Collomb, est lui aussi «Ministre d’Etat» (à l’Intérieur). François Bayrou (à la Justice) est le troisième ministre à être ainsi oint par ce Saint Chrème gouvernemental.

Outre qu’elle permet d’être servi à table avant les autres (mais après le président de la République et le premier ministre, quand même), cette distinction donne un contenu symbolique fort à celui qui en est revêtu. Ce n’est pas forcément un détail négligeable dans un pays comme la France où les médias sont très gourmands en emblèmes et bimbeloteries clinquantes.

 Au fil des ans à la tête de sa Fondation, Hulot a démontré qu’il n’était pas qu’un homme de belles images mais surtout un porte-parole populaire et convaincant de la défense de l’environnement.  Pendant quinze ans, il a refusé systématiquement les portefeuilles que les présidents successifs lui ont proposés afin de profiter de sa grande notoriété télévisuelle. Pourquoi a-t-il changé d’avis maintenant ? S’il ne faut pas négliger l’effet sur Hulot de la Macromania qui balaie la France d’un vif courant d’air, le nouveau président lui a sans doute garanti un espace d’actions qu’aucun de ses prédécesseurs à l’Elysée n’avaient osé lui aménager. Et c’est vraisemblablement cette large marge de manœuvre qui a convaincu Nicolas Hulot d’accepter ce ministère d’Etat.

Son titre n’est d’ailleurs par anodin, «transition écologique et solidaire». Cela signifie que Nicolas Hulot ne se contentera pas de protéger le lys martagon ou le gypaète barbu (rien à voir avec la pilosité du premier ministre Edouard Philippe) mais qu’il aura la main sur un secteur-clé de la nouvelle économie vouée à la transformation des activités énergivores en développement respectueux de l’environnement. L’adjectif «solidaire» suppose que cette transition écologique ne laissera pas dans l’ornière les classes sociales défavorisées.

Comparée à ses pays voisins, la France a pris un grand retard en matière de politique environnementale. Le pari macronien est donc de créer un nouveau type d’activités économiques basé sur l’écologie au sens large du terme et d’en faire «un gisement d’emplois» pour reprendre l’expression chère aux énarques. La France macronifiée ferait donc d’une pierre deux coups : protéger l’environnement et lutter contre le chômage.

En théorie, ce plan paraît idéal. Il reste à le mettre en œuvre. Aussitôt, les ennuis commencent. Opérer une transition de ce type réclamera forcément l’injection de fonds publics, même si le nouveau gouvernement fera tout pour y intéresser le secteur privé. Or, dans cet exercice, Nicolas Hulot sera confronté à deux ministres issus de la droite Bruno Le Maire (Economie) et Gérald Darmanin (Action et Compte publics, autrement dit Budget, Sécurité sociale et Fonction publique), désignés comme chiens de garde pour défendre le coffre-fort de l’Etat contre les appétits budgétivores de leurs collègues.

Certes, toujours aussi malin en matière de «casting», le président Macron a choisi deux hommes de droite au libéralisme plus relatif qu’absolu. Lors de la primaire de la droite, Le Maire et Darmanin avaient vivement critiqué l’ultralibéralisme de François Fillon. Néanmoins, si Macron les a placés à ce poste, c’est bien pour tenir le rôle de pittbulls et non celui de caniches. Ce duo droitier connaissant mieux que lui les rouages de l’administration, Nicolas Hulot ferait bien de surveiller ses mollets.

Système pileux.jpeg

Hulot et son premier ministre nucléocrate

L’autre obstacle sur la route de Nicolas Hulot sera le premier ministre Edouard Philippe lui-même (brossé à rebrousse-poils par Bernard Thomas-Roudeix). Car ce «gentil boxeur», qui semble aussi lisse que son président Macron, fut un nucléocrate de l’ombre. En octobre 2007, Edouard Philippe fut nommé «directeur de la communication et des affaires publiques» de la multinationale nucléaire française Areva. Ce titre ronflant cache, en fait, l’activité de lobby auprès des parlementaires et des médias pour les convaincre d’œuvrer en faveur de la cause nucléaire. Les discussions entre le chef du gouvernement et son ministre d’Etat risquent fort d’être explosives. Attention aux retombées!

Il reste à espérer que Nicolas Hulot aura l’entourage nécessaire pour l’aider à surmonter ou contourner tous ces obstacles. Une de ses armes maîtresses sera la menace de démissionner. Car son départ du gouvernement provoquerait une forte chute de popularité du président Macron. Mais on ne saurait la brandir à tout bout de champ. Rien ne s’use plus vite qu’une sommation qui n’est jamais suivie d’effet.

Jean-Noël Cuénod

20:00 Publié dans Politique française | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : nicolashulot, macron, gouvernement, france | |  Facebook | | |

15/05/2017

Macron joue la droite contre la droite

10522545.jpg

En nommant premier ministre Edouard Philippe, le président Macron a choisi le pire des scénarios pour le parti Les Républicains (LR). Même s’ils avaient eu le temps de se préparer depuis plusieurs heures, les chapeaux à plumes de la droite n’ont pu cacher leur embarras.

Celui de Bernard Accoyer en est tout ébouriffé.

D’un côté, le secrétaire général du parti LR se demande si le nouveau premier ministre va soutenir, aux législatives, les candidats de son parti ou ceux du mouvement présidentiel de la République En Marche (REM). Mais de l’autre, il ne veut surtout pas exclure Edouard Philippe du parti LR.

Avis diamétralement opposé à la déclaration matamoresque de François Baroin, directeur de la campagne du parti LR, qui a promis l’exclusion immédiate – en attendant l’estrapade, le pilori et les mines de sel ­– à tout élu de son parti pris en flagrant délit de flirt avec le mouvement présidentiel REM. Mais si Edouard Philippe, chef du gouvernement nommé par l’ennemi Macron, n’est pas exclu, alors qui le sera ? Le petit candidat de base ? On imagine le barouf.

La droite française est bien enREMerdée.

D’autant plus que si le président est tout jeune, tout beau, tout lisse, la tambouille politicienne, elle, reste ce qu’elle a toujours été, lourde en sauce. Et les fumets qui se dégagent des cuisines de l’Elysée excitent une fois encore les appétits des politiciens; jeunes ou vieux, ils n’ont jamais manqué d’estomac. Ainsi, le sarkoyste impénitent Gérard Darmanin, maire de Tourcoing, l’un des espoirs LR, s’est empressé de saluer l’arrivée à Matignon de son compagnon de parti et de saluer « la décision du président de la République » qui s’est élevé au-delà des « clivages politiques » (traduction simultanée: merci de me faire une petite place au gouvernement). Et François Baroin de manger son chapeau à plumes tout neuf.

edouard-philippe-est-un-fidele-d-alain-juppe.jpg

Pour commencer la démolition de la droite, le choix d’Edouard Philippe par le doux tueur aux yeux d’azur est parfait. Avec Alain Juppé, le nouveau chef du gouvernement ne partage pas que la même coupe d’absence de cheveux. Après deux ans passés au Parti socialiste auprès de l’alors premier ministre Michel Rocard, Edouard Philippe – qui a la souplesse nécessaire pour marcher sur les deux trottoirs à la fois ­– a rejoint la droite et participe en 2002 à la création de l’UMP par Alain Juppé. Depuis, il restera fidèlement attaché au maire de Bordeaux. Qui n’a pas manqué de féliciter son « poulain ». Au fond, avec Edouard Philippe, Macron s’est offert un Juppé avec 30 ans de moins. Un Juppé qui n’a jamais été aussi populaire à droite.

Edouard Philippe est également un homme jeune, 46 ans. Le duo qu’il forme avec Emmanuel Macron donne donc un sacré coup de bambou à la classe politique française, jusqu’alors fripée et chenue. Même François Baroin, 51 ans, n’est pas épargné, lui qui semble toujours traîner une vieille fatigue.

Pour l’instant, cette nomination fait l’effet d’une volée de bâton dans la fourmilière de la droite. Les LR courent dans tous les sens. Mais la droite est forte en France. Elle se reformera. Comment ? Les centristes LR vont rejoindre la majorité présidentielle, d’autant plus que c’est l’un des leurs qui va diriger la campagne des législatives, rôle dévolu au premier ministre. Sous la bannière du mouvement macronien REM ou sous celle d’un nouveau parti ? La question reste ouverte.

Privé de ses éléments centristes, ce qui restera du parti LR sera mécaniquement tiré vers la droite par la tendance culs-bénits de Sens Commun, des partisans de Laurent Wauquiez et des fillonistes. Les relations avec le Front national se poseront donc aussitôt. Malgré le score impressionnant qu’il a réalisé (10,6 millions de voix), le Front national est ressorti affaibli de la campagne présidentielle. La désastreuse prestation de sa patronne Marine Le Pen au débat avec Emmanuel Macron continue à laisser des traces. La dirigeante du FN est désormais ouvertement contestée au sein de son parti, situation mortelle pour un chef d’extrême-droite. Dès lors, la droite LR peut en profiter pour vider de sa substance le Front national en se calant sur le catholicisme identitaire et l’immigration et offrir ainsi aux électeurs frontistes une alternative intellectuellement plus crédible que celle présentée par Marine Le Pen.

Mais alors, la droite LR radicale risque à son tour de ne pas sortir de cet enclos extrémiste que le Front national est parvenu à élargir sans en sortir.

Jean-Noël Cuénod

 

17:40 Publié dans Politique française | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : macron, edouardphilippe, premierministre | |  Facebook | | |