25/10/2017

#BalanceTonPorc, délation ou dénonciation ?

Balance-ton-porc-2.jpg

Dans le sillage gadouilleux de l’affaire Weinstein et de la diffusion des témoignages de femmes contre le harcèlement sexuel, les réactions machistes ont aussitôt barboté. Les Gluants se sont mués à leur tour en victimes. De quoi ? De délation.

Alors, dénonciation ou délation ? La confusion pourrait provenir de leur étymologie latine commune, delatio. Le mot denunciatio renvoie plutôt au français « annonce » ou « déclaration » dans le sens de proclamation publique.

Aujourd’hui, dénonciation et délation ne doivent en aucun cas être fourrées dans le même sac à synonymes. C’est l’intention motrice et le but visé qui sépare radicalement l’une de l’autre.

Le délateur qui fournit des informations accusatoires sur autrui est animé, en premier lieu, par le désir pervers de nuire. S’il peut, en plus, toucher les deniers de sa trahison, c’est Noël chez Juda. La démarche du délateur est fondamentalement vile. L’information qu’il diffuse, soit publiquement, soit à une personne nantie d’un pouvoir de coercition, peut être véridique. Sous l’occupation, les Juifs signalés à la Gestapo comme tels par leur voisin ou leur concierge appartenaient bien au judaïsme. Mais énoncer cette vérité dans un tel contexte conduisait aux camps de la mort. En cette occurrence, c’est le mensonge qui était louable et la vérité, blâmable.

Cela dit, le délateur peut fort bien mentir ou diffuser une fausse rumeur. Comme celle-ci par exemple : Jean Boissel, fondateur et directeur du journal collabo Réveil du Peuple, avait affirmé le 31 janvier 1941 dans son torchon que Charles Trenet était Juif, petit-fils de rabbin et qu’il s’appelait en fait « Netter », anagramme de « Trenet ».

Si le délateur n’est pas forcément un menteur, il peut l’être. Dans tous les cas de figure, il reste un salaud. L’objectif qu’il se fixe demeure abject (assouvissement de la haine, de l’envie …)

Délation : les hyènes et le corbeau

KorboHyene.png

Les délateurs se rangent dans deux grandes catégories qui, elles aussi, peuvent être cumulées. D’une part, les hyènes ; d’autre part, le corbeau.

Les hyènes procèdent de la meute. Elles clabaudent aux trousses de leur victime, sans se cacher. C’est le cas des écrivassiers au service d’un pouvoir totalitaire ou des folliculaires qui déchaînent les haines racistes ou autres.

Le corbeau, agit seul, dans l’ombre. Il forge ses lettres délatrices dans le silence des nuits blanches et sous couvert d’un prudent anonymat. Il distille son poison façon goutte-à-goutte létal. Toutefois, il est possible de faire partie de la horde des hyènes le jour et se muer corbeau la nuit. L’un n’exclut pas l’autre. Animal hybride qui aime haïr sur tous les tableaux.

« Balancer » : une délation ?

Quid de l’indic qui balance un délinquant aux flics ? Doit-il être considéré comme un délateur ? Le Plouc penche vers la réponse négative. L’indic a pour objectif principal, non pas de nuire à autrui, mais de se glisser dans les bons papiers du policier qui, peut-être, fermera les yeux sur un délit mineur.

 « Balancer » n’est certes pas une activité digne d’éloge. Il n’en demeure pas moins que ceux qui, récemment, ont permis l’arrestation de terroristes ont rendu un sacré service à la société. Mais il est vrai qu’entre la « balance » d’aujourd’hui et le délateur sous l’occupation, la distance est celle d’un ruisselet.

La légitime dénonciation

Et le dénonciateur, comment le considérer ? S’il agit dans une intention positive et poursuit un but louable ou noble, celle ou celui qui dénonce ne saurait être assimilé à un délateur. Ainsi, la victime qui accuse publiquement un harceleur sexuel ou un violeur démasque un délinquant ou un criminel. Son annonce publique est de nature à faire cesser la poursuite d’actes qui portent une atteinte grave, voire mortelle aux personnes. Le dénonciateur ou la dénonciatrice fait mal à l’harceleur ou au violeur, mais c’est pour l’empêcher de nuire à la dignité ou à la vie de ses futures victimes. En ce cas, le bien l’emporte, ô combien, sur le mal.

Autre cas plus précis de légitime dénonciateur : le lanceur d’alerte. Il se rapporte surtout au salarié qui, ayant eu connaissance des actes délinquants, criminels ou moralement répréhensibles de son employeur, les aura dénoncés, malgré les menaces directes pesant sur son emploi. On le sait, la loi en France et en Suisse protège peu ou mal le lanceur d’alerte.

Qu’en est-il de la femme ou de l’homme qui dénonce une injustice mais touche une rémunération pour ce faire ?  Le fait de recevoir de l’argent pour poursuivre un objectif louable peut entacher la démarche du dénonciateur qui serait ainsi mu par l’appât du gain autant, voire plus, que pour redresser une situation injuste. Toutefois, il n’est pas pour autant un délateur puisque le but reste noble. L’appât du gain n’est pas vil en soi. Cela dépend du contexte et du but qui est visé.

L’air de la calomnie

Par conséquent, les machistes qui accusent les victimes de harcèlement de se lancer dans la délation ajoutent le non-sens au caractère odieux de leurs propos. Quand la victime désigne son tourmenteur, elle n’agit pas dans un but vil mais, au contraire, fait acte de courage face à celui qui a usé de son pouvoir pour la soumettre.

 Toutefois, dans la masse des dénonciations contre le harcèlement qui ont suivi l’éclatement de l’affaire Weinstein, il est possible de concevoir qu’une poignée d’entre elles pourraient relever de la calomnie (accusation diffusée en sachant qu’elle est fausse), en provoquant la mise au pilori d’un innocent. Or, la calomnie est un peu à la délation ce que la confiture est à la tartine.

Le tout-à-l’égout des réseaux sociaux rend malaisé le tri entre le bon grain de l’ivraie. Cela dit, lorsqu’une femme surmonte tous les traumatismes qu’elle a subis pour désigner en plein jour son tourmenteur, elle prend des risques tels – vis-à-vis de son bourreau, de sa famille, de son entourage professionnel et d’elle-même – que la véracité de ses dires est incontestable, sauf apport de preuves contraires.

La dénonciation est un parcours du combattant, alors que la délation relève de la course du rat.

Jean-Noël Cuénod

12:21 Publié dans social | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : #balancetonporc, harcèlement, dénonciation, délation | |  Facebook | | |