03/10/2012

François Hollande et l’impuissance de la puissance

Serait-ce possible ailleurs qu’en France? Son président intervient un jour à la tribune des Nations Unies à New York pour y débattre de l’avenir de la planète, puis se retrouve le lendemain dans une cage d’escalier de la banlieue grenobloise pour essuyer les reproches d’une habitante excédée par la violence de son quartier. Voilà donc François Hollande bondissant d’un fait divers à l’autre, comme un vulgaire Sarkozy.

 

Il se voulait être chef d’Etat «normal». C’est raté. En France, le président de la République doit être «anormal». Contrairement aux apparences et aux analyses de nombreux médias outre-Jura, ce phénomène n’est pas dû à la frénésie que Nicolas Sarkozy n’a cessé d’alimenter durant son quinquennat. Le ci-devant président n’a fait qu’amplifier un mouvement naturel, créé par les institutions de la Ve République.

 

Celles-ci confèrent au «présimonarque» de l’Elysée des prérogatives qu’aucun autre chef d’Etat d’un pays démocratique ne possède. Barack Obama rêverait de disposer des mêmes pouvoirs que François Hollande et d’une chambre d’enregistrement aussi docile que l’Assemblée nationale.

 

Mais cet excès de puissance virtuelle se transforme en impuissance réelle. Seul au sommet de son autorité, le président français est comptable de tout: des hauts-fourneaux qui ferment à Florange, des marins-
pêcheurs qui veulent pêcher davantage de noix de Saint-Jacques, des loyers qui grimpent, de la violence scolaire, des incivilités sur les trottoirs et même – pourquoi pas? – du dérapage des handballeurs montpelliérains.

 

L’essence de la Constitution française est caractérisée par le recours à la notion d’«homme providentiel», à l’image de son créateur, le général de Gaulle. Et lorsque nos confrères de Paris espèrent l’émergence en France d’un «nouveau Roosevelt», c’est encore à la «providence» qu’ils se réfèrent. Curieuse nation qui se veut berceau de la laïcité tout en demeurant inspirée secrètement par la monarchie de droit divin!

Ce phénomène provoque deux situations négatives.

 

Tout d’abord, les problèmes affluant, en fin de compte, vers un seul homme, le pouvoir subit un embouteillage comparable à celui du «périphérique» parisien un dimanche soir. Tout est différé, dilué, bloqué dans des commissions.

 

Ensuite, cette «présimonarchie» induit une certaine infantilisation des esprits au sein de la population. Le peuple, déléguant tout à son chef, se contente de subir et de râler en évitant surtout de se remettre lui-même en cause.

 

L’actuelle Constitution est devenue obsolète. Pire, elle empêche la France de se défendre dans le monde globalisé. Démocratiser les institutions, de façon que le peuple se sente enfin responsable de lui-même, est devenu en France une ardente nécessité.

 

Jean-Noël Cuénod

 

ESPACE VIDEO. La scène de la cage d'escalier à Echirolles, près de Grenoble, après l'assassinat de deux jeunes.


François Hollande interpellé à Echirolles par BFMTV

16:00 | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags : france, présidencele, faits divers, grenob | |  Facebook | | |