22/05/2013

Tactiques parallèles de Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon

Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon ont en commun la véhémence. Aujourd’hui, c’est ainsi que l’on fait de la politique en France et aussi ailleurs, à ouïr nos «grandes gueules» de l’UDC en Suisse et du MCG à Genève. Il est vrai que vociférer des imprécations est un exercice nettement moins épuisant pour les cervelles politiciennes que de réfléchir à une situation sociale et économique diablement compliquée par la société globalisée.

 

Les deux figures françaises des extrêmes de droite et de gauche partagent une autre similitude: elles déploient la même tactique vis-à-vis de leurs grands voisins idéologiques. Leurs objectifs sont parallèles: Marine Le Pen cherche à démolir l’UMP et Jean-Luc Mélenchon veut en faire de même à l’égard du Parti socialiste. S’ils lancent leurs assauts maintenant, c’est que la calamiteuse situation des deux formations de gouvernement les y engage.

 

L’UMP paraît plus divisée que jamais. La récente réconciliation entre François Fillon et Jean-François Copé n’est que de façade. Leurs dévorantes ambitions sont trop concurrentes pour qu’une véritable entente intervienne. A ce conflit s’ajoute une myriade d’autres qui opposent entre eux les seconds couteaux (habiles à se planter dans le dos du voisin). Mais le mal qui ronge l’UMP ne se résume pas qu’à ces fumantes et fumeuses batailles d’ego boursouflés. L’aile droite de cette «Union», qui ne mérite pas son nom, partage bien plus de convictions avec le Front national qu’avec son aile modérée que rien ne sépare des centristes de l’UDI fondée par Jean-Louis Borloo.

 

Cette configuration permet à Marine Le Pen de jouer sur du velours. Avec son mouvement «Bleu marine», elle a créé un sas pour les membres de l’UMP que l’étiquette Front national gênerait encore.

 

L’autre parti de gouvernement, le PS, ne se porte guère mieux. Les socialistes se montrent eux aussi divisés entre sociaux-libéraux et aile gauche. Les uns veulent assouplir le Code du travail et faire avaler d’amères pilules à leur électorat des classes moyennes. Les autres rêvent d’une participation active et centrale de l’Etat dans la réindustrialisation. Plus le temps passe, plus ces divergences s’exacerbent.

 

Le Parti de Gauche de Jean-Luc Mélenchon attise donc les contradictions internes du PS afin de provoquer une rupture radicale entre les deux grandes tendances qui se déchirent jusqu’au sein du gouvernement. Une partie des troupes du PS serait alors aimantée vers Mélenchon qui se verrait bien en soleil autour duquel graviteraient les communistes, les divers mouvements gauchistes, les socialistes de gauche, sans oublier les Verts.

 

Si les scénarios des deux Fronts se réalisaient, la France aurait pour figures politiques dominantes Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon. Il faudrait alors débaptiser aussitôt la place de la Concorde*.

 

Jean-Noël Cuénod

 

*Voir la vidéo

ESPACE VIDEO

 

 

 

14:30 | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : front national, front de gauche, vidéo | |  Facebook | | |

19/03/2012

Jean-Luc Mélenchon: révélation et retour à la normale

Jean-Luc Mélenchon devient la grande - sinon la seule - révélation de la campagne présidentielle française. Naguère encore, le candidat du Front de Gauche se traînait à 5% des intentions de vote. Aujourd'hui, il dépasse les 10% et a réussi à mobiliser des dizaines de milliers de partisans, hier, place de la Bastille. Surprenant? Non. Croire que la «gauche de la gauche» française s'était écroulée en même temps que le mur de Berlin relève d'une méconnaissance de l'histoire de France. L'idée de l'égalité à tous les niveaux n'est née ni dans l'Allemagne de Marx, ni dans la Russie de Lénine, mais au sein de la France de Gracchus Babeuf, premier penseur du communisme durant la Révolution commencée en 1789. Ce fil rouge a traversé tous les régimes avec plus ou moins de succès, plus ou moins de visibilité. A côté d'une gauche réformiste, il a toujours existé en France une gauche révolutionnaire.

En quittant le PS pour créer son Parti de Gauche, puis en faisant une OPA sur les décombres du Parti communiste, Jean-Luc Mélenchon a voulu s'inscrire dans cette tradition historique qui, pendant longtemps, a été captée - pour ne pas dire usurpée - par les communistes autoritaires. Aujourd'hui, il incarne cette gauche révolutionnaire en toute légitimité. La «révélation Mélenchon» signifie surtout un retour à la normale dans la vie politique française.

De prime abord, cette montée de la «gauche de la gauche» devrait nuire au candidat socialiste à la présidence François Hollande. En effet, si Jean-Luc Mélenchon continue sa progression, il risque fort d'empêcher Hollande de terminer le premier tour en tête. Mais parvenu en deuxième position, le prétendant du PS pourra compter sur le report sans doute massif - compte tenu de leur rejet absolu de Sarkozy - des électeurs de Mélenchon. Ce qui était une mauvaise affaire au premier tour se transformerait alors en aubaine pour le sprint final.

 

Jean-Noël Cuénod

(Editorial paru lundi 19 mars 2012 dans la Tribune de Genève et 24 Heures)

Et voici le grand métingue de Mélenchon en vidéo, comme si vous y étiez! 

11:28 | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : campagne 2012, élection présidentielle, front de gauche, video | |  Facebook | | |