27/10/2013

François Hollande affronte la révolte fiscale

 

Le président français pèche par là où il avait promis, le fisc. Durant sa campagne électorale de l’an passé, François Hollande avait annoncé une grande réforme des impôts et taxes en France, afin de rendre la fiscalité de ce pays plus juste et plus lisible. Ce domaine appartenant à sa spécialité, chacun était en droit d’espérer que, pour une fois, le passage de la parole aux actes ne relevait pas du mirage.

 

Or, aux usines à gaz qui existaient avant son arrivée à l’Elysée, le président socialiste en a bricolé bien d’autres, tout aussi tortueuses, et a renoncé à lancer le grand chantier de cette réforme indispensable. Au désordre précédent, François Hollande s’est contenté d’ajouter sa pagaille en prenant 84 mesures de prélèvements en un an.

 

Au lieu de tracer les grandes lignes de la future imposition des Français et de leur expliquer pédagogiquement les raisons de l’effort fiscal, le président a préféré finasser, manœuvrer, louvoyer, faire de la tactique plutôt que de la stratégie et prendre ses concitoyens pour des enfants auxquels il convient de taire les vérités les plus désagréables.

 

En instaurant une taxe ici, une autre là, une troisième dans ce domaine, une quatrième ailleurs et une cinquième n’importe où, sans que les Français puissent appréhender le tableau général, ce président pointilliste leur a brossé une croûte fumeuse, brumeuse et brouillonne. Impossible d’y reconnaître le paysage de l’Hexagone de ces prochaines années.

 

Ce faisant, Hollande et son gouvernement ont aggravé le sentiment d’angoisse qui se répand en France. A la peur du chômage, à la perte du pouvoir d’achat, à la dégradation des services publics, surtout en banlieue et dans les campagnes, s’est ajoutée l’exaspération fiscale avec cette question que maintes familles françaises se posent: quelle nouvelle taxe nous tombera-t-elle sur la tête?

 

Jean-Noël Cuénod

 

 

ESPACE VIDEO$

 

 

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

 

19:52 | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : fisc, impôts, hollande, france, vidéo | |  Facebook | | |

21/12/2012

Après Depardieu, Deneuve & Co, le patriotisme fiscal devient tendance

 

DeneuveGégé.jpg

 

La polémique fait rage chez les vedettes françaises de la scène et des écrans. Les saltimbanques de droite soutiennent Gérard Depardieu dans son exil fiscal vers la Belgique et ceux de gauche, le vouent aux gémonies. Ce qui pourrait n’être qu’un pia-pia pour dîner parisien devient un sujet hautement politique et culturel. Car le comportement de chaque citoyen, quel que soit son pays d’origine, devant l’impôt entraîne toute une série de remises en cause fondamentales qui touchent aux rapports qu’un individu entretient avec ses proches et ceux qui partagent la même communauté de destin, avec son pays et son histoire. La fiscalité pose la question des liens, essentielle pour tous les êtres humains.

 

Avec la crise économique qui se prolonge, les Etats affrontent une demande pressante d’aides sociales et d’engagements pour combattre le chômage. Or, au même moment, ils doivent réduire la voilure. Diminuer le train de vie de l’Etat est nécessaire mais non pas suffisant. Il faut encore améliorer les recettes. Dès lors, le patriotisme fiscal devient furieusement tendance dans la bouche des dirigeants politiques.

 

Mais l’incitation au civisme a ses limites. Dès lors, la tentation est grande pour les Etats de suivre l’exemple américain en liant l’impôt à la nationalité. Où que vous soyez, vous payez l’impôt de votre pays, après déductions des taxes payées dans l’Etat de résidence.

 

Certes, il est possible d’abandonner sa nationalité d’origine, à la condition toutefois de disposer d’un autre passeport. Outre que la démarche n’est pas toujours aisée sur le plan administratif, le fait de renoncer à sa patrie ne va pas de soi. Est-il si facile de devenir un nomade fiscal hors-sol? Ce faisant, je me coupe non seulement de l’Histoire de mon pays, mais je tire aussi un trait sur tous les miens qui se sont battus pour lui.

 

 

Jean-Noël Cuénod

 

19:44 | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : fisc, stars, depardieu, deneuve, torreton, morel | |  Facebook | | |