06/03/2012

Hypersexualisation des fillettes: de l'enfant roi à l'argent fou

Fillettes aux poses lascives, gamines qui se prennent pour des femmes fatales à peine sorties du berceau, Marilyn Monroe de bac à sable… Aucun barrage moral n’arrête l’industrie de la mode et de l’image. L’hypersexualisation des fillettes dénoncée par la sénatrice française Chantal Jouanno ne saurait être prise à la légère. Les vendeurs de clichés et de chiffons, les parents complices ou passifs volent aux petits ce que l’humain a de plus précieux, son enfance.

Que cette mode soit née aux Etats-Unis où règne la pudibonderie la plus coincée n’est qu’un paradoxe apparent. On se donne bonne conscience en fustigeant certains comportements sexuels des adultes, tout en laissant les enfants devenir le jouet des intérêts mercantiles. Dans le monde de l’hyperpuissance, l’argent purifie tout. Et puisque les politiciens de ce pays citent la Bible à propos de tout et surtout de rien, rappelons ce sage précepte de l’Ecclésiaste: «Il y a un temps pour tout, un temps pour toute chose sous les cieux. » Le temps de l’enfance était sacré; il ne l’est plus.

De même, il n’est pas étonnant que ce phénomène naisse à une époque qui a couronné l’enfant roi. Tout converge vers ce petit placé sur un piédestal inadapté à sa taille. A la moindre fessée, c’est la Cour d’assises qui menace. A la plus anodine réprimande, c’est la police qui est saisie. L’enfance est devenue l’obsession d’une société où la vieillesse abonde et où la jeunesse se fait rare. L’enfant est transformé en prolongement des adultes et de leurs désirs de revanche. Il n’est plus un petit d’homme mais une petite grande personne. De cette monomanie, le mercantilisme a fait son miel.

Notre société qui célèbre l’enfant roi est surtout celle qui sacrifie à l’argent fou. Il appartient au pouvoir politique de lui faire entendre raison, afin de ne pas créer une communauté d’adultes désaxés et frustrés de leur enfance.

Jean-Noël Cuénod

(Editorial paru mardi 6 mars 2012 dans la Tribune de Genève)

VIDEO: Concours de mini-miss en France.


Après Miss France, les mini miss par LeNouvelObservateur

09:01 | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : exploitation, enfance, vidéo | |  Facebook | | |