09/10/2014

Contre l'Etat islamique, quelles sont nos valeurs?

 

 

 Gagner une guerre sur le plan militaire ne sert à rien si on la perd politiquement. Au début des années 1960, l’armée française avait vaincu par les armes les indépendantistes algériens. Pour quel résultat? En 1962, l’indépendance de l’Algérie était proclamée et ses habitants d’origine européenne ont dû quitter leur terre natale dans des conditions particulièrement inconfortables.

La France avait perdu la seule bataille décisive, celle du rapport de force moral, politique et idéologique. Alors que son armée – encore traumatisée par sa déroute face à la Wehrmacht en 1940 et à la perte de l’Indochine – se crispait sur ses acquis en Algérie, de Gaulle avait compris, lui, que cet ascendant militaire n’était que provisoire.

Qu’elles étaient les valeurs défendues par la République? Perpétuer un régime colonial? Qui se battrait pour un tel motif? En France même, l’idée d’une poursuite des hostilités en Algérie a été vigoureusement rejetée par l’immense majorité des citoyens.

 

Certes, la guerre d’Algérie a peu de points communs avec celle qui fait rage contre l’Etat islamique. Toutefois, la leçon principale du conflit franco-algérien demeure: qui abandonne le terrain des valeurs perd la guerre.

Que nous jugions les valeurs de nos ennemis fausses, trompeuses, stupides, obscurantistes ou barbares importe peu; ce qui compte, c’est leur capacité de mobilisation.

Or, force est de reconnaître que l’Etat islamique (EI) mobilise. Les divers services de renseignements occidentaux estiment le nombre de combattants d’EI entre 12 000 et 20 000, voire plus. Parmi eux, figurent 2000 à 3000 terroristes originaires des pays occidentaux dont 700 à 900 Français, quelque 400 Britanniques et 270 Allemands. La plus forte proportion en fonction de la population est atteinte par la Belgique qui compte 250 djihadistes pour 11 millions d’habitants (voir aussi la vidéo).

La Suisse n’est pas épargnée. Le SRC (Service de renseignement de la Confédération) établit à 40 le nombre de djihadistes provenant du sol helvétique. C’est peu, surtout si on compare ce nombre avec les 800 volontaires suisses des Brigades internationales durant la Guerre d’Espagne (170 d’entre eux y laisseront leur vie). Mais le conflit actuel ne fait que commencer.

Selon toute vraisemblance, l’Etat islamique augmentera encore le nombre de jeunes Occidentaux dans ses rangs. Ils y éprouveront l’exaltation des combats, la fraternité des armes, l’apaisement moral des rituels collectifs, le sentiment de se battre pour une cause qui dépasse les étroites limites des hommes et celui de donner sa vie pour un idéal au lieu de la perdre dans un monde dépourvu de sens.

 

Et nous autres Occidentaux, au nom de quelles valeurs nous battons-nous? Pour la cause du pétrole qui va nourrir les bouchons routiers du week-end? Pour la survie du capitalisme financier qui n’a d’autre horizon que sa cupidité destructrice?

Dans le cynisme déprimé et régressif qui est la marque de nos sociétés cacochymes, les idées qui, jadis, mobilisaient les énergies ne provoquent plus que des ricanements et des haussements d’épaules fourbues. En levant les yeux vers le ciel, nous ne voyons plus rien, pas même l’azur. En les baissant sur la terre, nous les détournons bien vite de peur de voir les cadavres d’immigrés clandestins venus d’Afrique pour s’échouer sur nos côtes. Plus rien ne nous touche, sinon nos petites peurs d’Harpagon sénile. Et c’est avec cet état d’esprit que l’Occident part en guerre contre l’Etat islamique? Eh bien il est plutôt mal barré !

 

 

Si l’on ne compte que sur la force des armes, alors, à terme, nous perdrons. A quoi a-t-il servi de vaincre militairement les troupes de Saddam Hussein? A créer des monstres. Il faut donc se réapproprier ces valeurs qui ont permis à ceux qui nous ont précédé de vaincre l’adversité: le goût du pain partagé, le sentiment de faire corps, la main tendue vers le semblable et le dissemblable. Aujourd’hui, ces mots font rire les imbéciles.

Mais on n’est pas forcé de les suivre. Le cynisme ne créée rien d’autres que des crampes d’estomac alors que la fraternité a permis aux hommes de surmonter tous les obstacles. Serons-nous capables de ce sursaut moral?

 

Jean-Noël Cuénod

 

 

ESPACE VIDEO

 

Voici le témoignage d’un jeune chercheur belge qui a rencontré des djihadistes en Syrie.


Un chercheur de la KUL a réalisé une thèse sur les jeunes djihadistes

17:20 | Lien permanent | Commentaires (45) | Tags : terrorisme, etat islamique, occident | |  Facebook | | |