06/04/2013

Jérôme Cahuzac et la malédiction du clan Strauss-Kahn

Chaque jour, l’affaire Cahuzac apporte son lot de nouvelles délirantes. Que l’ex-ministre du Budget veuille retrouver illico son siège de député après la catastrophe qu’il a provoquée démontre à quel point un homme de pouvoir peut perdre tout rapport avec le réel. L’une des causes – il y en a certainement plusieurs – de cette attitude stupéfiante réside dans l’ambiance qui régnait au sein du clan de Dominique Strauss-Kahn, dont Jérôme Cahuzac était l’une des importantes figures.

 

Saisis par la passion du fric, comme Monsieur le Trouhadec le fut par la débauche dans la pièce de Jules Romain, ces élus de gauche à la fibre plus boursière qu’ouvrière ont mené une double vie.

 

Côté public, ils s’ancraient au cœur de leur terroir électoral, DSK à la cité populaire de Sarcelles en banlieue parisienne; Cahuzac en sa mairie de Villeneuve-sur-Lot. Dans ce rôle, ils développaient leurs discours aux couleurs chatoyantes, alliant gestion sérieuse et intentions généreuses.

 

Côté privé, ces socialistes tendance Picsou, évoluaient dans les sphères de la finance hors-sol. Là était leur vraie vie. Celle où tout est permis.

 

Ce sentiment les a détachés du sort commun, convaincus qu’ils étaient d’appartenir à une espèce supérieure que le vulgaire ne saurait atteindre. Certes, on voulait bien lui serrer la main, à ce vulgaire, mais uniquement au cours de la liturgie électorale.

 

Cependant, lorsqu’il est nié, le réel se venge toujours. Ce qui faisait l’apparence de leur force – le sentiment d’impunité – s’est mué en faiblesse. Eblouis par eux- mêmes, ils n’ont pas vu les obstacles et ont abandonné toute prudence, toute décence. Il appartient désormais au Parti socialiste français de méditer sur ce qui est une trahison de ses origines, encore plus qu’une dérive.

 

Jean-Noël Cuénod

ESPACE VIDEO

Petite revue des mensonges

 

 

 

10:51 | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : dsk, cahuzac, finance, ps | |  Facebook | | |

23/08/2011

L'affaire Strauss-Kahn se termine en pantalonnade

Ainsi, le district attorney (procureur) Cyrus Vance junior a-t-il abandonné ses accusations contre Dominique Strauss-Kahn. Tout ce cirque à grand spectacle pour se terminer en pantalonnade! Enfin si l’on ose dire, puisque, justement, c’est l’absence de pantalon qui a servi d’ouverture à cette mauvaise farce américaine. Quant à celle qui affirme avoir été violée, Naffissatou Diallo, elle s’apprête à réclamer à DSK de grosses indemnités. En France, tout se termine par des chansons. Aux Etats-Unis, tout se conclut par des chantages.

Cet épisode montre d’ailleurs à quel point la justice des Etats-Unis peut sombrer dans l’incohérence. DSK risque de payer des indemnités devant la justice civile pour des faits qui ne sont pas poursuivis par la justice pénale. C’est arrivé à l’ex-vedette du football américain O.J. Simpson. Acquitté du meurtre de sa femme et de son amant, Simpson avait été condamné à verser 33,5 millions de dollars en dommages-intérêts au père dudit amant. L’innocent – du moins selon la vérité judiciaire, la seule qui importe dans ce contexte – indemnise donc sa victime que la justice pénale ne reconnaît pas pour telle. On ne fustigera jamais assez l’abus de bourbon lors de la rédaction des lois états-uniennes.

Pour les socialistes, ce rebondissement ne fait pas leur affaire, bien qu’ils manifestent leur hypocrite soulagement devant ce dénouement. Si Strauss-Kahn déclare se présenter à l’élection présidentielle, toute l’organisation des primaires d’octobre volera en éclats. Normalement, les candidatures sont bouclées. Mais comment refuser à DSK – fort de son expérience unique en matière de politique économique – de briguer l’Elysée, s’il le souhaite?

Cela dit, cette hypothèse ne paraît guère plausible. Même si DSK n’est pas poursuivi par la justice new-yorkaise, cette affaire a déchiré son image. C’est moins l’accusation de viol en elle-même – les déclarations de Naffissatou Diallo sont décrédibilisées par ses mensonges – qui accable l’ex-patron du FMI que son train de vie saoudien, le luxe indécent de sa résidence surveillée, les honoraires plantureux de ses avocats et sa propension à tomber dans les pièges dès qu’un jupon frémit à la brise.

Dominique Strauss-Kahn pourrait alors se poser en mentor de Martine Aubry - avec laquelle il avait conclu un pacte de soutien mutuel - lors de la primaire qui désignera le candidat socialiste à l’Elysée. C’est incontestablement un atout pour la patronne du PS. DSK deviendrait le «Deus ex machina» de la France martinisée, si, bien sûr, la fille de Jacques Delors est élue à l’Elysée, ce qui est très loin d’être le cas.

Un attelage Strauss-Kahn-Hollande est peu probable, puisque les deux hommes se situent sur le même terrain de la compétence économique et de la réforme fiscale. «François Hollande, c’est un peu DSK mais avec les ennuis en moins», ironisait – avant l’épisode new-yorkais – la journaliste du «Point» Sylvie Pierre-Brossolette.

Un tandem DSK-Martine Aubry comblera-t-il le retard de la première secrétaire du PS vis-à-vis de François Hollande qui caracole dans les sondages? Ce n’est pas du tout certain. Tout d’abord, Hollande colle au sentiment général des Français en se présentant comme un «président normal». Après le quinquennat de Sarkozy et sa tintinnabulante fricardise, une grande partie des électeurs ne souhaitent guère remettre au pouvoir, fût-ce indirectement, un autre membre – DSK en l’occurrence - de la caste dorée sur Porsche dont les conditions de vie sont tellement éloignées du reste de la population qu’elle est incapable d’en saisir les attentes.

Demeure l’indéniable compétence de Strauss-Kahn en matière de politique économique et financière. Son passage à la direction du Fonds monétaire internationale a été salué comme une réussite. S’il est un politicien français qui connaît les rouages de la finance, c’est bien DSK. Mais justement, à force de les pratiquer, Strauss-Kahn n’en est-il pas trop proche? Ne va-t-il pas abonder dans le sens des puissances financières par cet effet de proximité?

Durant sa présence au ministère des Finances sous Jospin, Strauss-Kahn a appliqué une politique favorable aux banques et aux sociétés financières qui a fait douter de ses convictions de gauche. Ce social-démocrate à l’étiquette pâlie fonctionne selon le logiciel libéral. Mais a-t-on besoin vraiment de ce logiciel-là qui, crise après crise, démontre sa nocivité? DSK risque fort d’avoir une guerre politico-financière de retard. Contrairement aux apparences, même avant son «affaire», Strauss-Kahn n’était pas le meilleur prétendant socialiste à la présidentielle.

Reste à savoir si les autres candidats du PS défendent des idées nouvelles en matière de régulation des puissances financières. Pour l’instant, tel n’est pas le cas. Ce qui n’est  pas étonnant dans la mesure où une telle régulation ne peut s’accomplir qu’à l’échelon international. Cela réduit d’ailleurs l’intérêt réel de l’élection présidentielle française, mais n’empêchera pas la campagne qui commence de produire une mousse médiatique abondante.


Jean-Noël Cuénod

VIDEO Et maintenant, rigolons un bon coup avec l'affaire DSK telle qu'elle est racontée sur Europe 1 par Nicolas Canteloup et Laurent Gerra.

00:30 | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : dsk, naffissatou diallo, vidéo, nicolas canteloup, laurent gerra | |  Facebook | | |

01/07/2011

Dominique Strauss-Kahn et la justice américaine : entre brutalité et loyauté

Dans son blogue, Le Plouc s’était montré dubitatif concernant la justice américaine et la guerre qu’elle suscite entre l’accusation et la défense. Il doit aujourd’hui souligner un autre de ses aspects qui n’enlève d’ailleurs rien à sa brutalité intrinsèque : la loyauté.

Si l’accusation agit, au cours des premiers jours de la procédure, comme un char Patton qui écrase tout sur son passage, elle n’en demeure pas moins contrainte à respecter certains principes.

L’un d’entre eux bénéficiera peut-être à Dominique Strauss-Kahn. Le district attorney (procureur chargé de soutenir l’accusation) Cyrus Vance junior aurait trouvé des indices mettant en doute la fiabilité de la femme de chambre qui accuse DSK de viol. En effet, l’accusation a l’obligation de donner au jury tous les éléments de l’enquête, y compris ceux déchargeant l’accusé. Si le procureur cache un atout dans sa manche, il perdra la partie, le procès étant annulé.

Le rôle du procureur est de convaincre le jury – au-delà du « doute raisonnable » - que les preuves qu’il a récoltées démontrent la culpabilité de l’accusé. Dans l’Etat de New-York en tout cas, si un seul des vingt-trois jurés doute de la culpabilité de l’accusé, celui-ci est alors acquitté. L’accusation doit donc se présenter au tribunal avec un dossier « bétonné » comme l’Empire State Building et éviter les témoins ou plaignants douteux.  Le poste de district attorney étant soumis à élection populaire, ce magistrat ne saurait accumuler les échecs devant le jury. Ils feraient très mauvais genre.
Dans l’affaire DSK, le procureur Vance multiplie les actes d’enquête afin d’éviter d’être « explosé » en audience publique par le talentueux et très cher Benjamin Brafman, défenseur de Strauss-Kahn, ce qui pourrait lui coûter sa réélection. Si la plaignante présente des failles dans sa personnalité ou ses propos, il vaut mieux alors réduire la voilure de l’accusation et transiger avec la défense.

Cette « obligation de loyauté » est-elle toujours respectée ? Il existe des affaires où la police d’un Etat américain n’a pas fourni les preuves qu’elle détenait et qui se sont achevées par un verdict entaché d’erreur judiciaire. Mais dans la plupart des cas de ce genre, la faute en revient à l’avocat de la défense qui a manqué d’énergie, de talent ou de motivation pour accomplir son travail de façon satisfaisante. On retrouve ainsi l’inégalité que secrètent les procédures américaines. Les pauvres qui ne peuvent pas  payer les honoraires d’un bon défenseur risquent plus que les autres de tomber dans le piège de l’erreur judiciaire.

 « Selon que vous serez puissants ou misérables, les jugements de Cour vous rendront blanc ou noir ». Depuis La Fontaine, il n’y a rien de nouveau sous le soleil voilé de la justice.

 

Jean-Noël Cuénod

 

 

15:10 | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : dsk, dominique strauss-kahn, justice, etats-unis | |  Facebook | | |

19/05/2011

Les médias ont-ils protégé Dominique Strauss-Kahn?

Après la sidération, la flagellation. L’arrestation de Dominique Strauss-Kahn traumatise la France au-delà de ce que l’on pouvait imaginer. C’est plus qu’un futur président de la République qui est tombé. C’est aussi une façon de concevoir les rapports politiques et même humains qui s’est déchirée. Au pays de la gauloiserie, les turpitudes galantes des dirigeants provoquaient l’admiration plus que la réprobation. A part de Gaulle — figure marmoréenne du Père de la Nation— tous les maîtres de l’Elysée et de ses boudoirs ont reçu leur lot de murmures égrillards. A la puissance politique, répondait la puissance sexuelle. Vieux souvenir d’une monarchie absolue et dissolue.

Mais le marivaudage est une chose. L’agression en est une autre, fort différente. Après Feydeau, James Ellroy. Dès lors, une polémique a éclaté en France sur le rôle des médias qui n’auraient pas voulu dessiner la frontière entre la drague adultère et la prédation sexuelle. «Tout le monde savait» titre à la «une» France-Soir d’hier, en évoquant l’attitude, disons offensive, de Strauss-Kahn dès que fleurissait un jupon sur son champ de... vision.

 Dans une tribune publiée mardi par Le Monde, le journaliste Christophe Deloire évoque le livre qu’il a écrit en 2006 avec son confrère Christophe Dubois. Son titre est éloquent: Sexus politicus (Albin Michel). Un chapitre était consacré à DSK et à son comportement «hors norme» à l’égard des femmes. «Les scènes racontées ne relevaient pas que de la séduction de salon», souligne Deloire qui accuse ses confrères: «Les médias, quoique disert sur l’ensemble du livre, se sont montrés plus que discrets sur les informations concernant Dominique Strauss-Kahn». Prenant à son tour le fouet confraternel, un autre journaliste, Jean Quatremer, rappelle qu’en 2007 dans son blogue, il avait tenté, en vain d’attirer l’attention sur les risques qu’il y avait à propulser DSK à la tête du FMI.

Le Canard Enchaîné paru hier prend le contre-pied et n’entend pas se faire fouetter: «DSK courait les jupons et les boîtes échangistes. La belle affaire! C’est sa vie privée et elle n’en fait pas un violeur en puissance (...) Pour le «Canard», l’information s’arrête toujours à la porte de la chambre à coucher».

Malheureusement, la chambre à coucher tend aujourd’hui à envahir tout l’espace de notre maison commune. Pédomanie au sein des églises, frasques des gouvernants, la sexualité devient une sorte de passage obligé de l’actualité. Comme si le vernis des idéologies ayant éclaté, surgissait à la surface politique cette force éternelle que la société était parvenue à canaliser dans le combat entre opinions partisanes.

 Les médias devront désormais faire avec cette tendance lourde. Tout en ne perdant jamais de vue la dignité humaine qui en subit un méchant coup. L’équilibre est encore à trouver. Il sera, de toute façon, fragile.


Jean-Noël Cuénod

(Ce texte est paru jeudi 19 mai 2011 en rubrique "Perspective" de la Tribune de Genève et en rubrique "Réflexion" de 24 Heures)


Si vous désirez prolonger ce débat en voici un qui met aux prises des journalistes français dont l'excellent spécialiste des médias Daniel Schneidermann

09:50 | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : dsk, sexualité, politique, vidéo | |  Facebook | | |

17/05/2011

Dominique Strauss-Kahn accusé d'agression sexuelle: à qui profite le scandale? VERSION ACTUALISEE

Dans l'avant-dernier texte de son blogue, Le Plouc évoquait la Porsche grand style qui transportait Dominique Strauss-Kahn. Il avait un peu vite écrit: "Pour DSK, il eût mieux valu qu’il fût surpris le pantalon sur les chevilles – une situation qu’il connaît assez bien et qui, finalement, ne lui a pas porté préjudice". Erreur, une nouvelle affaire de sexe risque fort, cette fois-ci, de le tuer politiquement. Il est accusé par la justice new-yorkaise d'agression sexuelle, ce que le directeur français du Fonds monétaire international (FMI) conteste (voir la vidéo).

Est-il tombé dans un piège? Sera-t-il finalement innocenté? Peu importe. Il doit désormais se défendre et n'aura plus le temps, ni l'énergie pour se présenter à l'élection présidentielle. Son image "bling-bling" en faisait, de toute façon, un candidat fragile. L'amour du luxe insupporte les Français. C'est nouveau, certes. Mais ce sentiment va fortissimo.

Alors, à qui profite le scandale DSK?

Nicolas Sarkozy voit son principal adversaire être éliminé. Mais, pour autant, il ne roule pas sur un boulevard, avec ou sans Porsche. Tout d’abord, c’est lui qui a fait nommer DSK à la tête du FMI. L’actuel président porte donc sa part de responsabilité dans cette humiliation que subit la France sur la scène internationale. Ensuite, nombre d’électeurs vont ranger Sarkozy et ses amis du Fouquet’s dans la même catégorie des politiciens «bling-bling» dont Strauss-Kahn était l’une des plus rutilantes figures.

Martine Aubry avait déclaré que si DSK ne se présentait pas à l’investiture du Parti socialiste pour la présidentielle, elle se porterait candidate. Fera-t-elle le pas? Seule son aversion pour François Hollande pourrait l’y pousser. Car la première secrétaire du PS doit maintenant se mobiliser à fond pour préserver son parti qui, une fois de plus, est secoué de toutes parts. Cette rude mission semble difficilement compatible avec une épuisante campagne électorale.


Prétendant déclaré à la primaire du PS, François Hollande paraît l’un des principaux bénéficiaires. Sa cote dans les sondages ne cesse de grimper. Désormais, il devient la meilleure chance socialiste pour remporter l’élection de 2012. Habilement, Hollande a récemment déclaré: "Il faut que le Parti socialiste présente un candidat normal". Sous-entendu, "ma bonne pomme, avec mon scooter, ma présidence de la Corrèze, mon allure de type sympa et malin, je suis vachement normal". Il sait que la plupart des Français commencent à en avoir ras le béret de tous ces supermen de la politique, ces êtres extra-ordinaires, ces hommes providentiels et providentiellement inefficaces.

 Les premiers sondages enregistrés après l'arrestation de Dominique Strauss-Kahn démontrent que François Hollande est soutenu par 49% des sympathisants socialistes interrogés (sondage Harris International) et dépasse largement Martine Aubry (23%) et Ségolène Royal (10%). 

Mais la haine de Martine Aubry envers François Hollande pourrait profiter à Laurent Fabius qui dispose d'une longue expérience gouvernementale, contrairement au président de la Corrèze qui n'a jamais décroché le moindre ministère.L'ancien premier ministre socialiste avait conclu un "pacte à trois" avec DSK et Martine Aubry aux termes duquel aucun d'entre eux ne se ferait concurrence lors de la primaire du PS. Ce acte lie toujours Martine Aubry et Fabius. Or, ce dernier voue la même animosité envers Hollande que la première secrétaire du PS. Pourquoi cette phobie? Durant les dix ans que François Hollande a passés à la tête du Parti socialiste, il a eu le temps de se créer bien des ennemis dans cette formation où grouillent les egos surdimensionnés. D'autant plus qu'il a roulé plus d'un "éléphant" dans la farine, grâce à son talent de manoeuvrier. Et ça laisse des traces dans les mémoires! Dès lors, Martine Aubry, si elle ne se porte pas elle-même candidate, pourrait bien pousser Fabius sur la route de François Hollande. Fabius qui a publiquement déclaré à propos de son "camarade" Hollande devant les étudiants de Sciences-Po de Bordeaux: "Franchement, vous l'imaginez président de la République? On rêve!"

Le radical Jean-Louis Borloo peut lui aussi tirer les marrons du feu. Une partie des électeurs modérés de DSK se reportera sans doute sur sa candidature à la présidentielle. Si le centriste dispose, lui aussi, d'une jolie surface financière et d'un plantureux carnet d'adresses, il sait la jouer modeste en peaufinant son apparence de type avec lequel on descenderait volontiers le petit beaujolpif du patron sur un coin de comptoir.


Enfin, Marine Le Pen est, une nouvelle fois, la grande gagnante. Elle trouvera encore plus d’oreilles pour écouter son discours «tous pourris, sauf moi». Devant la prudence affichée par les sarkozystes dans l'affaire DSK - ils mettent systématiquement en avant la présomption d'innocence, comme les socialistes -  elle n'hésite pas à dénoncer la «collusion UMPS».

 

Jean-Noël Cuénod

 

Voir le Dossier consacré à l'affaire Strauss-Kahn

15:02 | Lien permanent | Commentaires (28) | Tags : dsk, justice, sexe, politique, ps, vidéo | |  Facebook | | |

11/05/2011

Dominique Strauss-Kahn ou la Porsche tranquille

Voilà une pompe à feu qui n’a rien d’un tracteur de Plouc (quoique...), à savoir la Porsche dans laquelle Dominique Strauss-Kahn a installé son imposante carrosserie. C’est le grand beuze du mois qui mouline sur les réseaux internets. Pour nos amis qui viennent de la galaxie du Centaure et ne connaîtraient pas cette histoire, en voici le résumé. Jeudi 28 avril, un photographe pigeant pour l’Agence France Presse a saisi au vol DSK en train d’entrer dans une guimbarde de grand luxe, une Porsche Panamera S, babiole à roulettes qui coûte, selon les options, de 96 000 à 136 000 euros, soit entre 121 000 et 172 000 dollars carougeois.

Les communicants de l’UMP se font alors un plaisir de la distribuer sur tous les sites où elles tournent à la vitesse d’un Derviche dopé. Gros gros succès ! Le directeur général du FMI et futur candidat à l’Elysée voit ainsi confirmée, illustrée, mythifiée, son appartenance à l’inaccessible sphère de la fortunitude comme brûle de le dire sa Royal rivale. Pour Strauss-Kahn, il eût mieux valu qu’il fût surpris le pantalon sur les chevilles – une situation qu’il connaît assez bien et qui, finalement, ne lui a pas porté préjudice.

Le Parti socialiste monte au créneau pour défendre le camarade Superfinancier en précisant à gros traits roses : DSK n’est pas le propriétaire de la Porsche. C’est celle d’un copain. Au lieu d’éteindre l’incendie, le PS jette de l’huile sur le brasier. Et c’est qui le copain, Mmmh ? Ben euh, c’est M’sieur Ramzi Khiroun. Et c’est qui M’sieur Ramzi Khiroun ? Hum, hum, c’est… euh, et bien voilà, c’est le porte-parole du groupe Lagardère et conseiller en communication du camarade Strauss-Kahn. Ah, ah, donc DSK a pour communicant celui de l’un des plus puissants groupes capitalistes… C’est le socialisme à visage boursier, ça !

Alors que le parti sarkozyste prend eau de toutes parts, un autre porte-parole, celui de l’UMP François Baroin, s’accroche aussitôt à cette Panamera S comme un naufragé à sa bouée. Il trouve cette jolie formule (voir la vidéo) : « DSK, c’est la Porsche tranquille ! ». Il fait ainsi d’une pierre deux coups : il raille l’adversaire majeur de Sarkozy et se moque de la célébration du  10 mai qui marque l’anniversaire de l’arrivée à l’Elysée de François Mitterrand. En effet, le seul président socialiste de la Vème République avait choisi pour victorieux slogan : « La Force tranquille ».

Piquante tournure certes, mais peu efficace en fin de compte. Les sarkophobes de la Toile n’ont pas manqué d’aligner les belles voitures sur la banquette desquelles les dignitaires de la Sarkozie aiment à déposer leur fessier emballé dans la soie. Sans oublier, la fameuse soirée présidentielle du Fouquet’s au cours de laquelle, Nicolas Sarkozy a dit tout l’amour qu’il portait à la cause des riches.

Les candidats à la présidentielle de 2012 ne devraient jamais oublier d’enfiler leur costume de pauvre.

Jean-Noël Cuénod


 

10:58 | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : dsk, porsche, baroin, vidéo, ps, ump | |  Facebook | | |