04/05/2017

Débat atterrant et République malade

6914712_debat1_1000x625.jpg

Atterrant, effarant, indigne… dans la trousse à épithètes, on ne sait laquelle saisir pour qualifier cette chose nommée «débat politique» et diffusée, mercredi soir, sur de multiples chaînes. Chaînes dont nous fûmes trop heureux de nous libérer régulièrement lorsque le niveau d’insultes devenait insupportable. La cause principale de ce désastre: Marine Le Pen, Emmanuel Macron ne faisant qu’essuyer les insultes avec stoïcisme et que répondre à la vingtaine d’infos toxiques débitées par cette marchande de poissons avariés[1]. Un tel déballage de médiocrité haineuse aurait été inenvisageable, même dans un passé récent. Il est ainsi démontré que les structures de la Ve République sont tellement malades qu’elles en viennent à sécréter ce genre de personnages que l’on ne saurait qualifier de «dirigeants» sans rire (jaune). 

Confondant Alstom avec SFR, se mélangeant dans ses dossiers, ne proposant rien, lançant des insultes pour toute réplique, étalant son incompétence crasse avec l’air bravache des cancres-et-fiers-de-l’être, Marine Le Pen n’a pas semblé, ne serait-ce qu’une micro-seconde, se rendre compte qu’elle participe au second tour d’une élection présidentielle. Force est de reconnaître que même le débat Trump-Hillary Clinton n’avait pas sombré en de telles abysses.

Dans quel autre pays démocratique, un débat de cette importance pourrait se permettre d’occulter l’environnement, la culture et même l’emploi dont il fut très peu question? Sur ce point au moins, Le Pen fille n’est pas l’unique responsable de cette invraisemblable carence. Les présentateurs ectoplasmiques du débat se sont montrés incapables de redresser la barre de ce bateau ivre. Macron aussi aurait pu aborder ces thèmes. Mais soyons juste, devant la tornade mensongère qui s’abattait sur lui, il ne pouvait pas faire grand-chose, sinon de rester digne et ferme.

Dans un pays normal, la piètre prestation de Marine Le Pen aurait valu à cette dernière d’être carbonisée politiquement. Mais en France, il n’est même pas dit que cela lui sera défavorable. Il n’y a pas que la Ve République qui est malade, l’Hexagone en général ne tourne pas rond. Néanmoins, on peut espérer que les électeurs de Jean-Luc Mélenchon qui voulaient s’abstenir auront changé d’avis après ce naufrage.

Même si Marine Le Pen a sans doute fait une croix sur la présidentielle pour apparaître comme l’opposante numéro 1 à Emmanuel Macron, le résultat de dimanche soir reste crucial. Si elle atteint 40%, ce qui est probable selon les sondages, elle aura doublé ses voix par rapport au second tour. Et pourra légitimement se poser en principale opposante en vue des élections législatives (11 et 18 juin). Mais si elle ne parvient pas à ce score, alors les divisions au sein du clan Le Pen apparaîtront aussitôt. Le Plouc laisse la conclusion à Aragon (extrait de La Rose et le Réséda).

Quand les blés sont sous la grêle
Fou qui fait le délicat
Fou qui songe à ses querelles
Au coeur du commun combat
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas.

Jean-Noël Cuénod

 VIDEO

Le poème en entier chanté par La Tordue

[1] «Le Monde» a trouvé 19 fausses informations dans les interventions de Le Pen fille. Vous pouvez lire l’article en cliquant ici. 

17:00 Publié dans Politique française | Lien permanent | Commentaires (24) | Tags : débat, presidentielle2017, macron, marinelepen | |  Facebook | | |