24/01/2017

Depardieu-Dussollier, les deux Staline

79756_une-stal.jpg

Staline continue à hanter les esprits et crever le grand écran. Deux monstres sacrés français, Gérard Depardieu et André Dussollier, ont tenté de se glisser dans la peau du sacré monstre géorgien. Deux façons diamétralement opposées d’approcher un rôle. L’un met tout son talent à s’incarner dans le personnage. L’autre investit toute son énergie à développer sa propre personnalité.

Il serait stupide de mettre ces deux démarches en concurrence et d’attribuer des bons points à l’une, des mauvais à l’autre. Dans leur opposition radicale, elles nous parlent toutes deux de l’Art et de l’Etre.

 

A l’Ogre rouge joué par Depardieu dans le Divan de Staline réalisé par Fanny Ardant et qui sort maintenant en salle, répond le pervers père des peuples représenté par André Dussollier pour le film de Marc Dugain Une exécution ordinaire, diffusé en 2010.

Ceci n’est pas Staline

A aucun moment, Depardieu cherche à ressembler à Staline, même en arborant la moustache-emblème. C’est Depardieu qui joue Depardieu. Pour un peu, ce serait Staline qui joue Depardieu. Le corps blême éclate de partout. Ses chairs débordent. Gros plan sur les vallées et les ravines du nez, sur les yeux rapprochés et vides comme ceux d’un ours. Staline n’est qu’un prétexte pour situer un lieu et marquer une époque, une sorte de véhicule d’expression.

Pour faire contraste, la voix douce se fraie un sentier dans cette montagne carnée pour tomber, à bout de souffle, dans nos oreilles rendues ainsi attentives. Depardieu exprime autant son Etre affalé sur le divan de Fanny Ardant que suant dans le moite motel de Valley of Love.

Sa personnalité a tout envahi. Il n’y a plus de place pour un autre rôle que lui-même. Cela n’a rien à voir avec un quelconque égotisme. Aucune volonté de tirer la couverture à lui. D’ailleurs, à quoi lui servirait une couverture ? Il est nu en permanence même revêtu de la rêche vareuse stalinienne.

Depardieu est mort à son Art, mais c’est par surabondance de son Etre. Il n’est plus un comédien puisqu’il ne « joue » plus. Il est, au sens propre, un acteur. Il se met en acte, bien plus qu’on ne le met en scène. Chaque fois, le spectateur sort fasciné par cette profusion d’Etre. C’est toujours le même film qui tourne avec Depardieu. Toutefois, l’Etre est tellement puissant qu’on ne saurait parler de répétition mais d’une évocation en continu. Comme le calligraphe chinois qui n’a besoin que d’un trait pour figurer un oiseau, Depardieu n’a plus qu’à être pour paraître.

2wrq49d.jpg

C’est Staline craché

Passons au versant inverse, tout aussi impressionnant, avec Une exécution ordinaire. Dans le film que Marc Dugain a tiré de la première partie de son livre, André Dussollier s’est tellement immergé dans son personnage que pour le spectateur, nul doute, il a Staline devant lui. Pas le Staline des défilés du 1er-Mai, ni celui des immenses panneaux de propagande. Le vrai Staline, authentique jusqu’à la bouffarde.

André Dussollier se modifie physiquement, se soumettant à de fastidieuses et interminables séances de maquillage. Pour ressentir l’arthrite dont souffrait Staline, il est allé jusqu’à porter des poids sous son uniforme. Etude approfondie des discours de Staline. Ce qui n’a rien d’une sinécure. Contrairement au brillant Trotski, le Coryphée des Sciences était un piètre orateur à la voix monocorde. Ce n’est point par son verbe qu’il s’est imposé dans les Congrès du Parti, mais par sa poigne, sa connaissance des faiblesses des hommes, ses réseaux patiemment tissés parmi les cadres bolchéviques et sa maîtrise du mécanisme de la terreur. Ce manque de brio, il fallait lui trouver une traduction pour le grand écran. Dussollier a su rendre le ton juste. Et pourtant, il est difficile de trouver un comédien aussi éloigné, à tout point de vue, du Tsar bolchévique.

L’Art du comédien s’est attaché à saisir, non seulement l’écorce physique, mais surtout le tronc mental du tyran. Loin des clichés du bolchévique au couteau entre les dents, Staline était lettré. Ancien séminariste, il appréciait la poésie contemporaine en connaisseur – quitte à expédier au Goulag les auteurs jugés trop dangereux – et a défendu maintes fois ce fou de Maïakovski devant Lénine lui-même qui avait en matière de littérature des jugements aussi étriqués que ses costumes de notaire sans pratiques.

Le Staline d’André Dussollier est d’autant plus effrayant qu’il n’a pas l’apparence d’un monstre. Lorsqu’il mime l’empathie, la modestie, la simplicité, c’est pour mieux griffer ses proies et le comédien doit composer avec toutes ces nuances de rouge. Le maquillage intérieur doit sans doute se révéler encore plus épuisant que le maquillage extérieur.

Le gentil Dussollier s’est donc mué en Suprême Salaud par une maîtrise totale, absolue, de l’Art… Comédien qui joue à en donner le vertige. Pour ce faire, il doit mettre de côté, cet Etre qui surabonde chez Depardieu. Ou plutôt, prendre la force de l’Etre pour le transformer en personnage.

Depardieu n’en ressent plus le besoin, son Etre a tout absorbé. Dussollier respire au sommet de son Art. Ne pas choisir. Ce serait de mauvais goût.

Jean-Noël Cuénod

18:50 | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : staline, depardieu, dussollier, cinéma | |  Facebook | | |

19/10/2016

Les Souterrains du Temps et l’espace des songes

9-lyon-fourviere-soir.jpg

Le cinéaste Georges Combe est un gone. C’est-à-dire un enfant de Lyon. Mais « gone » signifie aussi, en étymologie grecque, « angle » (polygone, hexagone etc.). C’est-à-dire cet « espace entre deux lignes qui se croisent ».  Et l’humain, gone de tous les azimuts, vit au centre de ce croisement entre ligne du ciel et ligne du sol.

Caméra au cœur, Georges Combe a découvert d’autres angles mystérieux, ceux formés par ces réseaux souterrains, à la structure géométrique complexe, situés sous la Croix-Rousse à Lyon et nommés « Arêtes de poisson ». Des réseaux qui vont le mener à Miribel certes, mais bien plus loin, à Rome et à Jérusalem notamment.

 Il en a fait une œuvre complète ­– Les Souterrains du Temps - Arca Mundi qui se décline sous deux formes : d’une part, un coffret contenant les deux DVD de la version longue du film (trois heures trente) ainsi qu’un livre de 300 pages, Notes sur images, rédigé par le cinéaste qui est également agrégé ès lettres (vous pouvez acquérir ce coffret, DVD et livre sont inséparables, en cliquant sur cette zone) ; d’autre part, un film version « cinéma » d’une heure trente qui sera bientôt présenté à Paris (lire les dates et lieux à la fin de ce texte).

  Ce que Georges Combe y a découvert, dans ces célestes entrailles, va bien au-delà de l’anecdote et même de l’intérêt historique. Devant sa caméra et son micro, historiens et archéologues tentent de percer ce mystère. Tentent, car comme des truites dans un torrent, les « Arêtes de poisson » vous glisse des mains. C’est sans doute à un physicien, l’impressionnant Philippe Guillemant (lisez de toute urgence sa Route du Temps), que l’on doit l’éclairage le plus puissant. En se fondant sur la physique quantique, Guillemant trace des hypothèses qui bouleversent les notions de passé, de présent et de futur.

Car ces « Arêtes de poisson » remettent, elles aussi, en question l’espace et le temps, tels que nous les vivons. Ou plutôt tels que nous croyons les vivre… Personne ne sait qui les a construites, ni pourquoi ni quand. Romains, Gaulois, Templiers, militaires du XVIe siècle ? Toutes ces questions restent ouvertes. Mais ce ne sont pas forcément les plus intéressantes. Citons-en d’autres.

Pourquoi en 1796, le célèbre franc-maçon lyonnais, Jean-Baptiste Willermoz, achète-t-il les terrains situés au-dessus des « Arêtes de poisson » pour une somme considérable ? Ce soyeux avait du bien, certes, mais n’a-t-il pas fait cette acquisition pour le compte de tiers restés inconnus ? Willermoz est le principal concepteur d’un système maçonnique, le Régime Ecossais Rectifié, qui est encore pratiqué de nos jours. L’un des rituels rédigés par l’ésotériste lyonnais précise que le pavé mosaïque « couvre l’entrée du souterrain du Temple ». Les souterrains, semble-t-il, ont attiré Jean-Baptiste Willermoz comme des aimants…

Pourquoi existe-t-il des correspondances étonnantes entre les souterrains de Lyon, de Rome et de Jérusalem ? Georges Combe pose ces questions, avance des hypothèses et surtout relie des faits, sans asséner des vérités, sans affadir le mystère qui doit rester entier.

A la fois rationnel et mystique, le film de Georges Combe peut se regarder de différente manière mais il nous atteint au-delà de la raison discursive pour nous plonger dans une sorte de bain d’hypnose. A certains moments, nous ne suivons plus les explications, nous sommes entrainés ailleurs. Les « Arêtes de poisson » nous conduisent alors vers nos propres souterrains. Y ferons-nous de mauvaises rencontres ?

« Les Souterrains du Temps-Arca Mundi » est plus qu’un film, plus qu’une œuvre, c’est une expérience de vie.

La musique, une des passions de Georges Combe, y tient une place éminente. Comment pourrait-il en aller autrement ? Ces « Arêtes » en forme de tubes d’orgue ont-elles célébré la musique des sphères en clef de sous-sol ? Et si elles symbolisaient le Diapason divin qui donne le « la » à l’Univers ?

Jean-Noël Cuénod

NE MANQUEZ PAS LE PASSAGE EN SALLES DES « SOUTERRAINS DU TEMPS-ARCA MUNDI » (VERSION 1h.30) !

A Paris

Cinéma L’Entrepôt. 7, rue Francis de Pressensé, XIVe arrondissement.

  • Mardi 8 novembre 2016 à 19h. 45
  • Mardi 22 novembre à 19h. 45

A Meyzieux

Cinéma Meyzieux. 27, rue Louis Saulnier, 69330 Meyzieux

  • ­Vendredi 18 novembre à 20h.

A Lyon

Cinéma Saint Denis. 77 Grande rue de la Croix-Rousse 69004 Lyon

  • Samedi 19 novembre à 17h.

BANDE ANNONCE DU FILM

 

17:42 | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : cinéma, ésotérisme | |  Facebook | | |

26/09/2010

Deux beaux films d’amour noir

Deux films fort différents l’un de l’autre ont marqué la rentrée sur les écrans parisiens. Deux beaux films d’amour noir: «Des dieux et des hommes» de Xavier Beauvois et «Le bruit des glaçons» de Bertrand Blier. Ou plutôt, deux films d’outrenoir, comme le formule le peintre Pierre Soulages qui nous fait voir la lumière et ses chatoiements derrière les vibrations des ténèbres.

L’un se confronte au terrorisme; l’autre danse avec le cancer. Le mal collectif et le mal individuel. En les tressant, voilà qu’apparaît la trame du destin tragique de la face riche de la planète. La face pauvre, elle, est submergée par tant d’autres maux...

Du tréfond de chacun des acteurs, Xavier Beauvois a fait émerger la part divine, ce noyau insecable qui est l’Etre en soi, au-delà de tous les masques. «Des dieux et des hommes» va donc plus loin et surtout plus haut que l’évocation du martyr subi en 1996 par les sept moines du monastère de Tibéhirine, dans l’Atlas algérien. Les assassins sont-ils les terroristes qui tuent les hommes de Dieu au nom de Dieu? Ou les militaires à la solde d’un pouvoir corrompu? Le film ne livre aucune réponse prête à l’emploi. D’ailleurs, aujourd’hui encore, les circonstances du massacre de ces moines de l’Ordre cistercien-trappiste restent floues.

Placés face à la mort, tant par les djihadistes que par les officiers, les moines doivent lutter avec ce dilemme: partir et survivre ou rester quitte à en mourir. Même pour ces hommes habités par la foi, le débat remue en eux l’effroi, le doute, l’angoisse. Certains seront tentés de regagner la France. Mais aucun ne franchira le seuil du monastère. Ils resteront par fraternité envers les villageois de Tibéhirine  qui, eux aussi, endurent les violences de part et d’autre. Mais ils refuseront aussi de partir pour s’affirmer en tant qu’hommes libres et pour témoigner que l’amour ne fuit pas devant la haine. Les moines sont morts. Qu’ils vivent en chacun de nous et la mort sera terrassée.

Le triangle vital

Dans «Le bruit des glaçons», le héros qu’incarne Jean Dujardin n’a, lui, rien de sublime. Du moins en apparence. Il s’agit d’un écrivain alcoolique accroché à son ego et à sa bouteille de blanc nichée dans un seau à glace. Son cancer, interprêté par Albert Dupontel, sonne au portail de sa belle maison. La mort a la mine d’un quadragénaire en costume trois pièces. Le cancer et son hôte s’apprivoisent, se détestent, renouent, s’attendrissent, s’insultent et luttent sans répit.
Alors que l’écrivain va céder à son ennemi et lui lâcher sa vie comme un objet encombrant, un adversaire se dresse pour barrer la route au cancer: l’amour. Le seul miracle à disposition des humains, pour autant qu’ils l’acceptent.

La mort recule. Elle reviendra, un jour ou l’autre. Pour l’instant le cancer prend ses cliques et ses claques. Et c’est l’instant qui compte. Toute échappée vers la vie est bonne à saisir. Avec l’amour — qui se trouvait, là, sous ses yeux mais qu’il ne voyait pas — l’écrivain retrouve ce goût de pain qu’a la liberté.

En usant de styles radicalement étrangers, les deux films nous lancent cette vérité: l’amour, la liberté, la vie... Impossible d’enlever un seul point du triangle.

Jean-Noël Cuénod

La bande annonce des deux films

 

11:48 | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : cinéma, vidéo, bertrand blier, xavier beauvois, christ | |  Facebook | | |

28/05/2010

La France, l’Algérie et les passions aveugles

Le Festival de Cannes 2010 a été marqué par les tensions, jamais dépassées, entre la France et l’Algérie. Le film de Rachid Bouchareb, «Hors-la-loi» a ouvert le débat sur le massacre de Sétif du 8 mai 1945. Et le Grand Prix du jury a été attribué à «des Hommes et des Dieux» de Xavier Beauvois qui évoque l’assassinat en 1996 par le Groupe islamiste armé (GIA), des moines du monastère de Tibhirine, près de Médéa.
Près d’un demi-siècle après l’indépendance algérienne, arrachée à la suite d’une guerre qui a duré huit ans, les plaies restent vives. Pour qu’elles se cicatrisent, il faudrait que les passions aveugles qui caractérisent l’Histoire croisée de l’Algérie et de la France s’éteignent. Ce qui n’est pas demain la veille, comme l'llustre cette bande-annonce de "Hors-la-loi".

 

 


Certes, Paris a caché sous le tapis bien des actes inacceptables contre les Algériens. Ainsi, la manifestation d’indépendantistes, réprimée violemment le 17 octobre 1961 sur ordre du préfet de la police parisienne Maurice Papon, a été occultée jusqu’au procès de ce dernier en 1998. Encore maintenant, on ignore le nombre exact de morts dont certains avaient été trouvés noyés dans la Seine. Il en va de même pour le massacre de Sétif, les estimations variant de moins d’un millier à... 45 000 morts algériens!

 


Cela dit, si la France doit mettre de l’ordre dans sa mémoire, il en va de même pour l’Algérie actuelle. Or le gouvernement de ce pays reste attaché à une vision mythique et sélective de la guerre d’indépendance. Il faut dire que son président, Abdelaziz Bouteflika, a joué un rôle important durant ce conflit, dans les rangs du Front de libération nationale (FNL), ce qui ne facilite pas la tâche de tous ceux qui souhaitent éclairer les zones — plutôt les continents! — d’ombre.

 


Il faudra bien, tôt ou tard, que l’Algérie évoque la sanglante lutte interne qui a opposé le FLN à l’autre composante indépendantiste, le Mouvement national algérien (MNA) créé par Messali Hadj, qui fut la première figure politique à défendre la séparation d’avec la France, alors que cette idée était encore ultraminoritaire au sein même des musulmans

 


Les deux mouvements se sont livrés à des règlements de compte fratricides. Cette «guerre civile» poursuivie à l’intérieur de la guerre d’indépendance aurait provoqué la mort de 4 000 personnes. Mais là aussi, les données exactes restent dans l’ombre.
De même, l’Algérie devra s’expliquer sur le rejet des Juifs, installés pourtant dans ce pays depuis des temps immémoriaux. Ainsi que sur les attentats commis par le FLN contre des civils, femmes et enfants.

 


Le combat pour l’indépendance algérienne était une cause juste. La présence française sur cette terre marquée par le colonialisme devait prendre fin. Des militants du FLN ont fait souvent preuve d’un courage impressionnant sous la torture de la soldatesque.
Mais ces actes de bravoure ne sauraient servir de paravent. Après avoir réclamé de la France qu’elle fasse œuvre de mémoire, l’Algérie sera conduite à son tour devant sa face ténébreuse. Libérées enfin de leurs fantômes, ces deux nations pourront alors partir sur un autre pied. Ces sœurs ennemies sont condamnées à s’entendre.

01/05/2010

Présenté au Festival de Cannes, "Hors-la-Loi" fait déjà polémique

hors-la-loi_galleryphoto_paysage_std.jpg

 

                              Photo: Cette co-production franco-algérienne réunit quatre des cinq acteurs d’  «Indigènes » qui avaient décroché collectivement le Prix d’interprétation masculine au Festival de Cannes 2006 : Sami Bouajila, Jamel Debbouze, Roschdy Zem et Bernard Blancan

La France éprouve encore de la peine à pacifier sa mémoire algérienne. Une nouvelle polémique le prouve. Le député des Alpes-Maritimes Lionnel Luca — qui appartient à l’aile droite du parti présidentiel UMP — part en guerre contre le film du cinéaste franco-algérien Rachid Bouchareb (1), «Hors-la-loi», et sa sélection officielle au Festival de Cannes qui se déroulera du 12 au 23 mai.

L’œuvre du créateur des «Indigènes» évoque le massacre de Sétif qui a éclaté au Nord-Est de l’Algérie alors française, le 8 mai 1945 et qui a provoqué la mort de milliers d’Algériens musulmans et d’Européens. Le nombre exact des victimes oscille entre 1 165 (version officielle des autorités françaises), 17 000 (estimation des services secrets américains) et 45 000 (version officielle des autorités algériennes actuelles).

De son propre aveu, le député Luca n’a pas visionné le film. Il se fonde sur les interviews de Bouchareb pour attaquer le réalisateur, le traitant «d’irresponsable qui met le feu aux poudres de manière insupportable» et l’accuse de «falsification» de l’Histoire.

Pour alimenter sa colère, l’élu utilise également un rapport du général Gilles Robert, chef du Service historique de la Défense, qui a étudié le scénario de Rachid Bouchareb et le juge truffé «d’erreurs et d’anachronismes». Le général précise: «Le réalisateur veut faire croire au spectateur que le 8 mai 1945 à Sétif, les musulmans ont été massacrés aveuglément par des Européens. Or, ce jour-là, c’est le contraire qui s’est produit.»

Le massacre oublié


Le massacre de Sétif a longtemps été occulté. Si l’on résume le travail des historiens, voilà ce qui se serait passé ce 8 mai 1945, au moment où l’Allemagne nazie signe l’armistice avec les alliés. Emmenés par des militants du PPA clandestin (Parti du peuple algérien), une dizaine de milliers de musulmans défilent pour célébrer la victoire mais aussi, réclamer l’indépendance. Saal Bouzid (26 ans) brandit le drapeau algérien vert et blanc. La police tente d’arracher l’emblème, en vain. Un policier tire. Bouzid est mortellement atteint. Les manifestants sortent des couteaux. Les forces de l’ordre tire encore. D’autres musulmans tombent. C’est alors que, pour se venger, des protestataires poignardent et tuent des Européens.


Sétif est déclaré en état de siège. Durant trois jours, des policiers et les milices de colons vont se livrer à de sanglantes «ratonnades» dans toute la région. Le calme n’est rétabli que le 22 mai après d’humiliantes cérémonies publiques de reddition des musulmans. La première étape vers l’indépendance a été franchie ce jour-là.

C’est dire l’importance de cet événement, tant pour la France que pour l’Algérie. «Hors-la-Loi» et la polémique qu’il suscite offrent donc l’occasion d’éclairer cette zone d’ombre historique.