08/03/2012

Nicolas Sarkozy mange de la viande halal enragée

SarkoHalal.jpg

 

 

Ragoût rituélique ou vache folle? En tout cas, Nicolas Sarkozy est en train de bouffer de la viande halal enragée. Courant avec toute la fougue de ses petites jambes derrière les grosses bottes de Marine Le Pen, le candidat à sa succession a donc lui aussi réclamé du gouvernement - mais n'est-ce pas le sien? - qu'il procède à «l'étiquetage des viandes en fonction de la méthode d'abattage». Il y a quinze jours, le même Sarkozy affirmait que la polémique sur la viande halal (abattue selon le rite musulman) «n'avait pas lieu d'être».

 

 Pourquoi ce revirement? Le candidat-président explique que désormais, cette question figure au premier rang des préoccupations de ses électeurs. Le chômage qui grimpe, les salaires qui stagnent, les entreprises qui se font la malle, les scientifiques qui font la leur, le moral qui plonge, la dette qui enfle, tout cela n'est que de la gnognotte comparé à ce sujet qui met la France sur le grill: la viande halal.

 

Certes, dans les banlieues autour des grandes villes françaises, trouver une boucherie qui ne soit pas musulmane relève de la mission sinon impossible, du moins difficile. Mais à qui la faute? Au boucher qui est parti? A celui qui lui a succédé? Aux clients? Ou aux autorités qui ont concentré l'immigration d'origine musulmane dans les cités de la périphérie?

 

De plus, il est probable que les consommateurs non-musulmans aient pu acheter, sans le savoir, de la viande abattue selon le rituel islamique, un jour ou l'autre. Comme les musulmans ont ingurgité, ici ou là, de la gélatine de porc en mangeant des yaourts. Les uns n'ont pas soudainement récité des sourates du Coran après l'ingestion d'une entrecôte halal; les autres ne sont pas devenus subitement athées en avalant leur yoghourt matinal.

 

Dans cette infâme bouillie électoraliste, le pire est venu du premier ministre François Fillon, d'ordinaire plus mesuré dans ses propos. Il a demandé aux autorités religieuses musulmanes, mais aussi juives, d'abandonner leurs «traditions ancestrales» d'abattage des animaux qui correspondaient «dans le passé à des problèmes d'hygiène» aujourd'hui résolus.

 

 Tout d'abord, cette déclaration primo-ministérielle traduit une abyssale inculture en matière religieuse. Les raisons hygiéniques sont secondaires en matière de prescriptions juives ou musulmanes. Elles ont surtout pour but de conduire le fidèle à se concentrer sur le Dieu unique dans toutes les dimensions de son être et de ses activités les plus quotidiennes. Dès lors, demander aux musulmans ou aux juifs d'abandonner la nourriture halal ou casher, équivaut à leur proposer de s'amputer d'une partie essentielle de leur identité

 

Ensuite, la «sortie» de François Fillon dénote un manque étonnant de sens tactique. Après s'être mis à dos les musulmans, le clan Sarkozy prend le risque de froisser la communauté juive de France, la plus importante en Europe.

 

Avant de parler religion, les politiciens feraient bien de se mettre un bœuf - halal, cachère ou laïc - sur la langue.

 

Jean-Noël Cuénod

11:39 | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags : campagne présidentielle, musulmans, juifs, laïcité | |  Facebook | | |

25/02/2012

Le présimonarque Nicolas Sarkozy saisi par la référendite

Nicolas Sarkozy a passé tout son premier – et peut-être dernier – quinquennat à éviter les référendums. Car, en France, c’est le chef de l’Etat qui décide si le peuple peut ou non se prononcer sur un sujet majeur de la vie nationale.

La gauche en voulait un pour s’opposer à la privatisation de la poste française. Refus immédiat. Les eurosceptiques en souhaitaient un autre afin que le peuple ratifiât le Traité de Lisbonne, qui modifiait les institutions de l’Union européenne. Pour l’Elysée, pas question de risquer un nouveau vote négatif après celui qui avait causé la mort prématurée de la Constitution européenne lors du référendum de 2005. Les syndicats en exigeaient un troisième sur la réforme des retrai- tes. Ils ont voté, mais avec leurs pieds, en manifestant, sans le moindre succès d’ailleurs.

Et puis, voilà, dès l’annonce de sa candidature le «présimonarque» est foudroyé par une crise de référendite aussi soudaine qu’aiguë! Il placera son second quinquennat – si second quinquennat – sous le signe de la parole enfin donnée au peuple, en usant du référendum comme d’un talisman destiné à le réconcilier avec le succès.

Dans l’esprit du candidat président, le référendum serait une arme en sa possession pour surmonter les obstacles dressés par les syndicats sur la route de ses réformes. Il veut ainsi jouer les «élites» – parmi lesquelles Sarkozy range les organisations ouvrières – contre le peuple.

Cette tactique pourrait se révéler payante dans un pays qui dispose d’une longue expérience de la démocratie directe. Ce n’est pas du tout le cas de la France. A part quelques exemples bien particuliers, les rares référendums organisés outre-Jura se sont conclus de la même manière: les électeurs ont voté pour ou contre le gouvernement, sans égard pour la question qui leur était posée. Compte tenu des institutions actuelles, il ne peut guère en aller autrement, quel que soit le président.

En effet, il y a en France confusion entre le plébiscite et le référendum. Dans le premier cas, l’exécutif pose une question au peuple. Dans le second, c’est le peuple qui – par la récolte d’un nombre de signatures donné – se pose une question à lui-même. A l’évidence, ce que l’on nomme en France «référendum» est, en fait, un plébiscite. Or les électeurs ne répondent pas de la même manière dans l’un ou l’autre cas. Lorsque le «haut» questionne le «bas», le «bas» a tendance non pas à répondre à la question posée, mais à interpeller le «haut». Lorsque le «bas» se pose à lui-même une question, en bonne logique, il y répond.

L’Hexagone peut fort bien instiller de la démocratie directe dans ses rouages. Mais cela ne se fera pas de but en blanc. Il faudra, auparavant, procéder à une profonde réforme des institutions pour créer un véritable référendum, en trouvant des modalités d’application qui soient conformes au génie particulier de la France.

Jean-Noël Cuénod

(Texte paru jeudi 23 février 2012 dans cette version en rubrique "Réflexion" de 24 Heures et en version plus courte en rubrique "Perspective" de la Tribune de Genève)

 VIDEO: France-Soir a promené son micro sur les trottoirs de Paris pour connaître l'opinion des passants (réfrigérés) sur le référendum sauce Sarko

15/02/2012

Le dernier pari de Nicolas Sarkozy

 

Sarko.jpg

Aventurier d’Etat, Nicolas Sarkozy entame son dernier pari en se lançant dans le grand saut électoral. Puisque l’actuel «présimonarque» français a fait acte de candidature, après avoir entretenu un faux suspens destiné à faire frémir la Toile.

Comment pouvait-on douter d’une telle décision? D’abord, les juges d’instruction attendent la fin de son immunité présidentielle pour lui poser quelques questions sur le financement de la campagne de Balladur en 1995 et celui de sa propre propagande électorale en 2007. Ensuite, Sarkozy éprouve une telle passion du paraître qu’il ne saurait abandonner la lumière sans combattre de toute son énergie, fût-elle désespérée. Conformément à son tempérament, il tente de jouer à «face, j’ gagne; pile, j’ perds pas».

Sarkozy se trouve dans la position de l’animal blessé qui redouble d’agressivité envers les fauves rôdant autour de sa tanière élyséenne. Ses talents d’improvisateur, sa promptitude tactique et sa méchanceté politique trouveront l’espace nécessaire pour se déployer. L’homme au Kärcher entre les dents a démontré dans le passé tout son savoir-faire. Pour ceux qui l’ont enterré trop vite, le réveil risque de faire mal aux gencives.

Toutefois, le Teigneux de la République sait que la guillotine du scrutin peut lui trancher le col. Et les blessures symboliques n’en sont pas moins durablement douloureuses. Giscard d’Estaing en offre l’exemple vivant, quoique parcheminé. Le traumatisme de sa défaite en 1981 fut tel que, pour survivre dans la mémoire des Français, il en est réduit à écrire des romans lestes et, pour demeurer immortel, il a dû quémander un siège à l’Académie. Le Rutilant Suprême ne saurait se satisfaire d’aussi obscurs expédients.
 
Si son bail à l’Elysée n’est pas reconduit, Nicolas Sarkozy prendra l’avenir à témoin pour dépasser sa défaite. Car, même s’il murmure le contraire aux oreilles des journalistes amis, l’Hyperactif ne se contentera pas de siroter un smoothie banane au bord d’une piscine comme un vulgaire Copé. Il fera entendre sa voix tous azimuts.
Si le sort de la France s’améliore avec le nouvel élu, Nicolas Sarkozy affirmera haut et fort que sa politique, pour impopulaire qu’elle fût, s’est révélée bénéfique. C’est donc sciemment qu’il a ordonné des remèdes amers avec effet retard bienfaisant. Son successeur – citons, au hasard, François Hollande – n’est qu’un vil profiteur qui récolte des blés qu’il n’a point semés. Sarkozy, le glorieux battu, sera le vrai vainqueur aux yeux de l’Histoire.

A contrario, si la France devient encore plus souffrante sous le règne de son successeur, Sarkozy n’hésitera pas à chanter sur toutes les antennes la chanson du «J’ vous l’avais bien dit». Et à se poser en recours.
Il prétend aujourd’hui qu’en cas de défaite nous n’entendrons plus parler de lui… Tu parles!


Jean-Noël Cuénod

PS: pour les Sarkofans, voici le lien qui leur permettra de se rendre sur le site Fesse-bouc du nouveau candidat

11:17 | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : politique française, campagne présidentielle | |  Facebook | | |