15/05/2014

Faut-il prendre le Gripen en grippe? (Les Jeudis du Plouc)

1780102_pic_970x641.jpg

Les sondages le donnent perdant dimanche prochain, à l’issue de la votation fédérale sur l’achat de 22 avions de chasse au groupe suédois Saab. Faut-il donc prendre le Gripen en grippe? Avouons-le tout cru: Le Plouc ne connaît rien à ces engins ; à peine serait-il capable de distinguer un Gripen d’une aile delta. Fallait-il choisir le Rafale français plutôt que le chasseur suédois? Autant demander à Rataplan de résoudre la suite de Fibonacci.

Toutefois, Le Plouc, comme les autres Suisses, se sent interpellé au niveau du portemonnaie. Car il s’y agrippe, le Gripen, à nos sous! 3,126 milliards de francs, ça ne se trouve pas sous l’aile d’une poule. Bonheur de la démocratie directe, le peuple payeur sera aussi le peuple décideur. Dès lors, ce n’est pas sur le plan technique qu’il convient d’aborder le sujet mais sur celui de l’avenir de notre Défense nationale.

Le Gripen serait donc un élément indispensable pour préserver notre espace aérien. Mais il n’y a pas de défense sans stratégie. Alors qu’elle est notre stratégie ? Quels sont les ennemis potentiels qui feraient du Gripen un atout majeur dans notre arsenal ? On attend toujours la réponse. L’argument principal des avocats suisses de l’avion suédois est de nature tautologique – et pas trop logique : « Il nous faut le Gripen parce qu’il nous faut le Gripen». Devant les résistances d’une grande partie des citoyens, le président de l’UDC Toni Brunner excipe maintenant de la situation en Ukraine pour nous vendre cet appareil magique. Ah bon ? Et que feraient nos Gripen en Ukraine ? Clouer au sol les Sukhoï russes ? Pulvériser la flotte moscovite dans le port de Sébastopol ? Défendre l’espace aérien suisse, des fois qu’un Mig 35 aurait pris Nyon pour Kiev ?

A quoi sert notre flotte aérienne ? Il aurait fallu poser cette question avant d’aborder celle de l’achat d’un appareil en particulier. Et au-delà, c’est notre stratégie globale de défense qu’il faudrait interroger, au lieu de s’en tenir à des arguments d’autorité.

En fait, nous ne savons plus quelle place l’armée doit tenir dans notre pays. Depuis des années, elle subit de régulières coupes budgétaires. D’aucuns, même à droite, se posent la question de son utilité et de sa pérennité. Comme nous ne vivons pas dans le monde enchanté des doudous en peluche, la question de notre défense nationale est on ne peut plus légitime. Mais se contenter, comme nous le faisons, de faire vivoter une armée sans stratégie, sans but, en croyant que les recettes de la Seconde Guerre mondiale sont éternelles et que notre neutralité relève du droit divin, c’est poursuivre une illusion aussi vaine que celle des béatitudes pacifistes.

A quand un vrai grand débat sur notre défense ?

 

Jean-Noël Cuénod

17:46 | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : armée, suisse, forces aériennes | |  Facebook | | |