01/11/2011

Le référendum grec et la dette: la moindre des choses


Quelle catastrophe! Le premier ministre grec Papandréou annonce la tenue d’un référendum sur le plan de désendettement de son pays et voilà toutes les bourses qui s’effondrent, les chefs d’Etat de l’Union européenne qui crient à l’irresponsabilité, à la décision suicidaire. Et l’un des maîtres du monde, l’agence de notation Fitch Rating, dénonce les risques que fait courir cette consultation du peuple.

Avec le plan adopté par l’Union européenne, sous la pression de l’Allemagne, les Grecs devront se serrer encore plus la ceinture, alors que l’Eglise orthodoxe – ah, la charité chrétienne, quelle splendeur éblouissante! – et les armateurs trouveront le moyen de continuer à user de leurs extravagants privilèges, comme d’habitude. Les efforts réclamés à ce peuple sont colossaux; de plus, le plan de désendettement provoquera la perte de la souveraineté de la Grèce. La «troïka»  -  les représentants des trois principaux créanciers du pays, à savoir l’Union européenne, la Banque centrale européenne et le Fonds monétaire international - s’installera à demeure à Athènes afin de contrôler la politique budgétaire de la Grèce.

Paupérisation accrue, mise sous tutelle, abandon de l’indépendance nationale, tel est le programme de ce plan. Et les Grecs seraient interdits d’émettre leur avis à son propos? Ce référendum n’est pas un scandale, c’est la moindre des choses. Que le peuple soit consulté par une votation ou une élection - en cas de démission du gouvernement Papandréou - peu importe, pourvu qu'il ne soit pas bâillonné.

Actuellement, les violences de rue se propagent et s’intensifient. Sans référendum, c’est toute la marmite grecque qui risque d’exploser. Ce vote mettra aussi au pied du mur le peuple qui, selon les sondages, rejette le plan germano-européen à 59% tout en plébiscitant (72,5%) le maintien de la zone euro. La campagne référendaire expliquera en quoi, les Grecs ne peuvent pas obtenir les deux à la fois. Ils devront trancher ; seul un débat des citoyens est à même d’établir un choix qui, n’étant pas imposé d’en haut, peut être mieux accepté.

En vitupérant ce référendum et par le mépris du peuple qui semble les habiter, les dirigeants de l’Union européenne font le lit de tous leurs ennemis et ménagent à l’extrême-droite du continent de larges boulevards.
Parfois, il vaut mieux écouter le peuple que les marchés.


Jean-Noël Cuénod

 

 

16:29 | Lien permanent | Commentaires (53) | Tags : dette, union européenne, euro, grèce, agence de notation | |  Facebook | | |