09/11/2015

Le contre-exemple de l’Etat Islamique et la pensée magique des nationalistes

78518335_o.jpg

 

Le nationalisme donne des solutions dépassées à des questions mal formulées. Mais il pose au moins le problème majeur de notre temps, celui de la souveraineté d’où découlent tous les autres: la politique environnementale et climatique, la lutte contre la guérilla islamoterroriste mondialisée, la régulation des puissances financières, la fiscalisation des multinationales, l’utilisation de l’énergie, le droit du travail et les migrations.

L’attrait qu’exerce le nationalisme prend des formes très diverses selon les histoires, les cultures et les traditions. Mais partout, ou presque, il progresse. De la Russie poutinienne à la Turquie erdoganne, en passant par la surenchère chauvine entre Sarkozy et Marine Le Pen en France, la voie solitaire et sans issue du blochérisme en Suisse, l’islamophobie bobo aux Pays-Bas, la xénophobie galopante en Scandinavie l’intégrisme catholique en Pologne, les nostalgies fascisantes en Hongrie, pour se limiter au continent européen.

A l’origine de cette forte progression, deux incapacités historiques. Celle de la social-démocratie à tirer les leçons de l’échec soviétique et à analyser la globalisation de l’économie; celle du libéralisme «classique» à réguler les forces supranationales déchaînées par le capitalisme financier.

Plus rien ne sera « comme avant», lorsque les frontières permettaient à chaque Etat de développer en solitaire sa propre économie, ses institutions judiciaires, ses relations sociales en fonction de la volonté d’un peuple inscrit dans un cercle bien délimité. Certes, il y a toujours eu des échanges, des traités, indispensables poumons économiques, mais ils ne remettaient pas en question la souveraineté de l’Etat.

Cette souveraineté a été attaquée sur plusieurs fronts. Le développement de l’économie mondialisée et le capitalisme financier déchaîné ont entraîné des bouleversements spectaculaires sur le plan de l’environnement, voire, selon la plupart des experts en la matière, du climat. Sur le plan culturel aussi, les repères habituels ont été emportés par la tourmente que le développement anarchique des nouvelles technologies a intensifiée. Les Etat artificiellement créés par la colonisation, comme l’Irak et la Syrie, se sont effondrés et les régimes du Moyen-Orient, aux institutions étatiques faibles, sont aux abois.

Sur leurs ruines, l’Etat Islamique a inventé une nouvelle souveraineté. Ou plutôt une souveraineté supranationale qui s’exerce au-delà des frontières et même par delà les continents puisque des régions aux mains de terroristes libyens et nigérians lui ont fait allégeance. Disons que l’Etat Islamique l’a «inventée» au sens juridique du terme «inventeur» qui qualifie celui qui a découvert un trésor. Le «trésor», si l’on peut dire, en question étant l’ancienne notion de califat remise au goût (ou au dégoût) du jour. Dans un mélange de maîtrise des nouveaux outils technologiques, de propagande très élaborée et de mentalité médiévale, l’Etat Islamique a bel et bien mis au point une forme de pouvoir bien mieux adaptée à la mondialisation que les Etats dans leur forme actuelle.

Défi environnemental et climatique, défi financier et fiscal, défi des migrations, défi technologique, défi terroriste… Devant cette masse de gants à relever les Etats occidentaux perdent le peu de latin qui leur reste. Les institutions supranationales actuelles ont également raté le coche. L’Organisation des Nations-Unies reste un «machin», comme le disait de Gaulle, dans l’esprit d’un grand nombre de citoyens du monde. Quant à l’Union européenne, elle a loupé son virage démocratique. Si le Parlement européen dispose d’un peu plus de pouvoirs qu’auparavant, il n’en reste pas moins un acteur mineur. Les citoyens de l’UE ne peuvent pas compter sur lui pour influer sur les décisions prises par la technostructure bruxelloise et les chefs de gouvernement des pays membres.

Dès lors, la tentation est grande pour un nombre croissant d’électeurs de délaisser ces superstructures perçues comme inefficaces, antidémocratiques et de se mobiliser pour redonner un nouveau souffle à la souveraineté nationale. Ils veulent ainsi retrouver cet espace bien délimité au sein duquel leur volonté de citoyens pouvait s’exprimer. Sur ce sentiment fort légitime, les partis nationalistes surfent avec l’aisance d’un Robby Naish. Mais leurs arguments relèvent surtout de la pensée magique. Impossible de remonter le temps, même si l’on en éprouve la plus vive envie.

Le réchauffement climatique se moque des douaniers. Les nuages de pollution ne s’arrêtent pas aux bornes frontières. Lutter seul contre le terrorisme relève du suicide collectif. Réclamer en solitaire une juste contribution fiscale aux multinationales ne provoque qu’un surcroît d’évasion fiscale. Eriger des murs devant ceux qui fuient aujourd’hui le terrorisme et demain les catastrophes climatiques est aussi efficace que d’opposer une digue de paille à un torrent.

Aucun des problèmes cruciaux que nous devons affronter aujourd’hui ne peut être traité au seul échelon d’une nation, aussi grande fût-elle. Dès lors, le mot d’ordre « arrière toute » lancé par les nationalistes en non seulement menteur mais surtout irresponsable.

L’Etat Islamique est en train de construire un autre type de souveraineté d’essence terroriste et totalitaire. Les nations démocratiques doivent donc, à leur tour, inventer une supra ou meta-souveraineté qui aurait, à la fois, la taille idoine pour relever les défis que nous énumérions et la légitimité populaire sans laquelle il n’est pas de démocratie possible.

Faut-il s’appuyer sur les structures existantes, comme l’Union européenne, afin de les transformer en véritable organe démocratique de supra-souveraineté ? Doit-on élaborer une stratégie pour construire une autre structure ? Voilà les questions qui devraient être discutées au sein des partis politiques. Et s’ils s’obstinent à n’être que des écuries électorales, qu’ils soient remplacés par d’autres organisations d’un type nouveau. Il est essentiel que ce mouvement de fond vers une supra-souveraineté démocratique parte de la base. Le sommet, lui, dort du sommeil de l’injuste.

 Jean-Noël Cuénod

18:29 | Lien permanent | Commentaires (23) | Tags : #etatislamique #démocratie #souveraineté | |  Facebook | | |