24/06/2016

Brexit ! Une Europe est morte, vive l’Europe…

BREXIT-Drapeau-Bleu2.jpg

Première leçon à méditer pour les dirigeants du Continent après le Brexit: on ne construit pas l’Europe sans les peuples. Ils ont été sciemment écartés de ce processus par les chefs d’Etat des pays membres qui ont voulu conserver leurs prérogatives, tout en mettant leurs échecs sur le dos de l’Union européenne.(Dessin d’Acé)

 L’instance qui pèse le plus lourd dans cet ensemble d’institutions incohérentes qu’est l’UE reste le Conseil européen qui réunit les chefs d’Etat et de gouvernement nationaux. Ces derniers n’ont eu de cesse d’empêcher le Parlement européen d’avoir les pouvoirs nécessaires pour remplir vraiment son rôle de législatif.

A aucun moment, les chefs d’Etat membres de l’UE n’ont voulu clairement choisir la voie fédérale. Or, pour construire un ensemble pareil, il n’y a pas d’autres solutions. Soit, c’est le fédéralisme, soit c’est la souveraineté quasi absolue sur son pré carré. L’UE avait tenté une troisième voie des plus baroques en centralisant l’accessoire et en décentralisant le nécessaire. On s’explique : Bruxelles édicte des directives contraignantes concernant les sujets qui devraient être traités aux échelons nationaux voire régionaux. En revanche, l’UE ne s’occupe pas de l’essentiel, à savoir la défense, la diplomatie, la sécurité à tous points de vue. Résultat : les peuples constatent que l’Union Européenne les enquiquine pour des vétilles mais les laisse tomber lorsqu’il s’agit de les protéger militairement ou socialement. Dans ces conditions, l’UE est condamnée à être perçue comme un amas de gaz plus ou moins toxique. D’où la tentation de fermer la porte des nations pour y échapper.

Aujourd’hui, les souverainistes pavoisent après le Brexit voté par les Anglais et les Gallois (mais refusé par les Ecossais et les Irlandais du Nord, le Royaume Uni ne l’est plus !). Mais à l’ivresse succède la gueule de bois.

Car de quoi est constituée leur souveraineté ? De rien ou de si peu de choses. Aujourd’hui, aucun pays, pas même l’Allemagne, n’a la taille nécessaire pour assurer une politique indépendante à l’ère de la globalisation. L’indépendance nationale des souverainistes au XXIe siècle n’a d’autre réalité que celle d’un village Potemkine. Que pèsent la France et les autres pays dits « grands », face à Google, Microsoft, les multinationales, le géant chinois, la puissance américaine ? Le poids d’une plume soufflée au grand vent mondialisé. Ces Etats ont été incapables de contrer le secret bancaire de la petite Suisse ; ils n’y sont finalement parvenus qu’en raison des décisions prises par les Etats-Unis contre les banques helvétiques.

Seule l’Europe a la taille critique nécessaire pour affronter la tourmente mondialisée et pour lui apporter cette régulation sans laquelle nous allons entrer dans l’enfer social. Mais pour ce faire, l’Union devra arrêter de nous ennuyer avec la courbure des concombres pour construire un ensemble fédéral cohérent.

Avec le Brexit, une Europe est morte, vive l’Europe !

 Jean-Noël Cuénod

12:15 | Lien permanent | Commentaires (35) | Tags : #brexit, #europe, #ue, #bruxelles | |  Facebook | | |

17/06/2016

Jo Cox tuée: qui jette du feu sur l’huile ?

batley-and-spen-mp-jo-cox-is-seen-in-westminster_5617493.jpg

Le meurtre de la députée anglaise Jo Cox s’ajoute à la liste d’attentats de natures diverses qui ont accablé et accablent encore l’Europe. « C’est un fou, un déséquilibré, un loup solitaire pris par la rage ». Telle est la description du suspect donnée d’emblée par les médias et les réseaux sociaux. Un certain Mohamed Merah avait été ainsi qualifié. On sait aujourd’hui que le loup n’était pas aussi solitaire que cela.

L’homme qui est accusé d’avoir tué la parlementaire travailliste de 41 ans a pour nom Thomas Mair. Grâce à une organisation de défense des droits civiques, Southern Poverty Law Center, on sait maintenant que Mair a appartenu au mouvement néo-nazi américain, Alliance nationale (pour en savoir plus, cliquez sur cette zone). Certes, cela ne démontre pas que l’acte qu’on lui impute soit la conséquence d’un complot ourdi de longue main. Loin de là. Cela désigne simplement – enfin si l’on ose dire – le terreau sur lequel les pauvres idées de Thomas Mair ont poussé.

Que l’acte qui a coûté la vie à une mère de famille (deux enfants de 3 et 5 ans) engagée dans l’humanitaire soit l’œuvre isolée d’un fou, c’est possible, peut-être probable. Cela suffit-il à exonérer de toute responsabilité la virulence xénophobe de la presse britannique de caniveau ? La violence verbale qui a pollué la campagne sur le Brexit ? En aucun cas. Ce déferlement de feux de bouche a de quoi enflammer les esprits les plus faibles. Et ce n’est pas ce qui manque, les esprits faibles en ce très bas monde.

Violence salafiste

Dans le même registre, que dire des salafistes prétendument quiétistes, des wahhabites du Golfe avec Rolex incorporée qui sont tout miel sur la scène occidentale mais distillent dans les coulisses la haine contre les juifs, les chrétiens, les athées et autres « kouffar », sans oublier les femmes, les gays et tout ce qui n’est pas semblable à eux ? Ce sont leurs prêches pervers qui arment idéologiquement notre pire ennemi : l’islamisme intégriste.

Violence hooligano-moscovite

Que dire de la Russie poutinienne qui cautionne les déchaînements des hooligans de son pays en convoquant l’ambassadeur de France au Kremlin pour lui remonter les bretelles ? Il faut dire que la police française avait eu l’incroyable toupet d’appréhender des voyous russes qui s’apprêtaient à semer leur violence coutumière. Il y a pire : ces bandes organisées ont reçu un appui politique, celui du député d’extrême droite à la Douma, Igor Lebedev, qui les encouragées par ce tweet : les gars ont défendu l'honneur de la patrie, et n'ont pas laissé les Britanniques défier notre pays. Je ne vois rien de mal aux combats de supporters. Au contraire, bien joué les gars et tenez bon! Un conseil : il faut toujours agiter les fous avant de s’en servir.

Violence xénophobe

Que dire enfin de la propagande raciste ou xénophobe qui souillent les campagnes électorales des partis d’extrême droite en Europe ? Rappelons-nous en Suisse, les affiches gluantes de haine de l’UDC et du MCG.

Tous ces grands ou petits agitateurs – politiciens sans scrupule et propriétaires de médias sans éthique – ont créé le climat délétère que nous subissons et qui provoque le passage à l’acte des esprits déstabilisés. Ces pyromanes verbeux ont jeté leurs étincelles sur une mare d’huile et prétendent aujourd’hui n’y être pour rien. Trop facile, Messieurs les bouteurs de feu de bouche ! Un jour ou l’autre, la société vous réclamera des comptes.

Pour l’instant, tout vous fait ventre : succès électoraux et gros tirages. Mais tout à une fin. Même le pire.

 

Jean-Noël Cuénod

ESPACE VIDEO


Qui était Jo Cox, la députée britannique... par LEXPRESS

17:24 | Lien permanent | Commentaires (29) | Tags : #jocox, #attentats, #brexit, #violence, #hooligans | |  Facebook | | |