Politique internationale

  • Coronavirus, réfugiés… Et l’Europe ? 

    Imprimer

    coronavirus,covid-19,réfugiés,syrie,erdogan

    Trois foyers de crises majeures à nos portes. A la frontière gréco-turque, Erdogan pousse des milliers de réfugiés vers l’Union européennes. Dans l’indifférence générale, un million d’enfants, de femmes et d’hommes sont en train de mourir de faim, de soif, de froid ou sous les bombardements dans la province syrienne d’Idleb. Et voilà le coronavirus qui s’installe partout. L’Europe dans tout ça?

    Lire la suite

  • Entre folie et violence politique, un mur bien fêlé

    Imprimer

    Quelque-250-supporters-du-parti-dextrême-droite-allemand-Parti-national-démocratique-à-Rostock-en-Allemagne-Cédit-Sean-Gallup-Getty-Images-via-JTA-1024x640.jpg

    A chaque attentat se réclamant de l’extrême-droite en Allemagne ou ailleurs, les dirigeants nationalistes clament aussitôt : « Pas d’amalgame !» Ironie du sort, c’est ce même slogan qu’entonnent les islamistes chaque fois qu’un djihadiste fait retentir la poudre. Et les deux camps ennemis de mettre les attentats se réclamant de leur idéologie sur le compte de la folie. Ah, elle a bon dos, la folie !

    Lire la suite

  • Après le coronavirus nCOV, quelles souverainetés ?

    Imprimer

    coronavirus.jpg

    Le coronavirus 2019-nCov, que son nom de code nimbe d’un inquiétant mystère, actualise la part maudite de la mondialisation. Eh oui, le libre-échange n’apporte pas que des électrobidules qui tuent le temps ! Il exporte aussi des virus qui tuent tout court. Cette épidémie ajoutée au dérèglement climatique posent la question de la souveraineté. Ou plutôt des souverainetés.

    Lire la suite

  • Chine: le virus religieux inquiète le Parti communiste

    Imprimer

    9366111.jpg

    A chacun son virus. Nous craignons le coronavirus venu de Chine. Les communistes chinois, eux, veulent désactiver un autre « virus » : la religion. Désormais, taoïstes, bouddhistes, musulmans, protestants et catholiques sont soumis au contrôle direct du Parti communiste. Comment dit-on Big Brother en Chinois ?

    Lire la suite

  • Iran-Trump : une hystérie à 176 morts. Et plus ?

    Imprimer

    5e16c1d3f20d5a0c4623e1de.jpg

    A première vue, l’hystérisation imposée par Trump dans son conflit avec l’Iran a réussi. Surtout, après les aveux du gouvernement de Téhéran: c’est bien un tir accidentel de la défense anti-aérienne iranienne qui a frappé un Boeing de la compagnie Ukraine International Airlines causant la mort de 176 personnes. L’ennui avec cette stratégie du fou, c’est qu’elle est incontrôlable par définition.

    Lire la suite

  • La social-écologie contre le risque écofasciste

    Imprimer

    1283506-afp_1nf7x0_2jpg.jpg

    Depuis septembre, l’Australie est ravagée par des incendies à la chaîne. Son premier ministre libéral Scott Morrison est devenu l’exemple-type du gouvernant incapable de comprendre les défis du dérèglement climatique. Face à l’incurie des dirigeants, les forces politiques pro-nature cherchent ou vont chercher à prendre le pouvoir. Pour le meilleur ou pour le pire.

    Lire la suite

  • Terrorisme islamiste : un bilan de guerre

    Imprimer

    PHO4d474c24-9818-11e4-a73f-345127a3a91e-805x453.jpg

    En quarante ans, le terrorisme islamiste a provoqué la mort de plus de 170 000 femmes, enfants et hommes sur la planète. La France est le pays de l’Union Européenne le plus touché. Principales victimes : les musulmans eux-mêmes. Le laboratoire d’idées Fondapol, de tendance libérale, a dressé le bilan de cette guerre aux multiples visages.

    Lire la suite

  • Trump: «Chérie, j’ai rétréci l’Amérique!»

    Imprimer

    ©mmmdozerTrump,Kurdes,USA,democratie,Turquie

    Incorrigibles, les chefs d’Etat! Ils sont élus pour nous conduire au Sud (ou au Nord). Et c’est au Nord (ou au Sud) qu’ils nous mènent. La droite française avait voté De Gaulle pour maintenir les colonies. Et c’est la décolonisation qu’elle a obtenue. Trump ne déroge pas: Make America Great Again postillonnait-il. Make America small again, lui répond l’écho venu du Kurdistan syrien. 

    Lire la suite

  • Antisémitisme: pourquoi l’Est perd-il le Nord ?

    Imprimer

    a83ce2b886be5f449f92bd260b9e07d0.jpg

    Affiche de feue la DDR

    L’attentat contre la Synagogue de Halle – qui a provoqué la mort de deux personnes – confirme la virulence de l’antisémitisme dans la partie orientale de l’Allemagne. Dans son «manifeste», le terroriste fait sienne l’idéologie nazie. L’Est perdrait-il le Nord ?

    Lire la suite

  • Bolsonaro le Trumpical ou la banalité du mâle

    Imprimer

    trump-bolsonaro-670x362.png

    Vers quels abysses nous feront-ils plonger, ces sordides pourceaux qui gouvernent les Etats-Unis, le Brésil, les Philippines ou d’autres pays ? Nostalgique de la torture et de la dictature, le Trumpical Bolsonaro s’est particulièrement illustré en marge du G7, allant jusqu’à avaliser des attaques contre l’apparence physique de Brigitte Macron. Et si ces barbarocrates nous tendaient un miroir ?

    Lire la suite

  • Massacre à l’américaine : les comptes de la folie ordinaire

    Imprimer

    AP_19116633471774.jpg

    Les massacres de masse sont devenus banalité aux Etats-Unis. Drapeaux étoilés en berne, prières collectives, flammes frémissantes des bougies, sanglots sincères mêlés aux larmes de crocodile du président Trump. Les rituels post-tueries sont désormais bien rôdés. Ils se déroulent en ce moment même, après les deux tueries du week-end au Texas et dans l’Ohio.

    Lire la suite

  • Greta Thunberg : Onfray odieux tout puissant !

    Imprimer

    Greta-Thunberg-1613165798-8fee1.jpg

    Michel Onfray : « Cette jeune fille arbore un visage de cyborg qui ignore l’émotion - ni sourire ni rire. »

    Noircir ses cibles pour mieux prendre la lumière. Michel Onfray n’est ni le premier ni le dernier à user de ce système. Après Dieu et Freud, entre autres, il vient de prendre pour tête de Turc une Suédoise de 16 ans, Greta Thunberg qui a réussi là où des bataillons d’adultes avaient échoué: mobiliser des foules de tous pays pour s’opposer au dérèglement climatique.

    Contre l’adolescente, ce tout puissant médiacrate qui a son rond de serviette au Point, à France-Culture notamment, a sécrété sur son blogue un texte où l’odieux le dispute au navrant. Son contenu est disponible en entier ici. Vous y trouverez peu d’arguments et beaucoup de mépris.

     

    Lire la suite

  • Trump, Kim and Co : l’emblème contre le symbole

    Imprimer

    000_1i22wr_0.jpg

    Les gros médias semblent disposer d’une inépuisable réserve de jobardises. En cette matière (grasse), ils se sont tout particulièrement distingués lors de la rencontre, hier, entre Trump et Kim Jong-Un en mettant à leurs sauces écœurantes le mot « symbole ». Or, ce coup du pub’ ne doit rien au symbole et tout à l’emblème. Les confondre, c’est mettre dans le même sac l’intelligence et la propagande.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Politique internationale 8 commentaires
  • La politesse, un acte révolutionnaire

    Imprimer

    phil-umbdenstock.jpg

    Le Plouc va vous entretenir d’un truc vachement ringard, la politesse. Décalée, dépassée, délaissée, la politesse, dans une société médiamercantile qui atomise les nouveaux esclaves en une myriade de communautés hostiles, voire ennemies au sein même des nations. Se situant à l’inverse de cette tendance, la politesse est donc devenue un acte révolutionnaire.(Dessin de Phil Umbdenstock - DNA)

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Politique internationale, social 9 commentaires
  • L’écologie, la gauche et la fin des pastèques

    Imprimer

    pasteque-reuters.jpg

    Même la France verdit son discours politique. Signe que quelque chose dans l’air a changé. Pas l’air lui-même, toujours aussi pollué. Mais un vent favorable semble se lever en faveur d’une économie préservant la nature. Ou, plutôt, d’une économie sauvegardant l’humanité au sein de la nature. Qui, elle, s’en sortira toujours, ne serait-ce qu’en éliminant un prédateur trop menaçant.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Politique internationale 20 commentaires
  • Voter Parti animaliste, est-ce bête ?

    Imprimer

    C’est la petite surprise des Européennes en France. Le Parti animaliste a recueilli près d’un demi-million de voix (2,2%) malgré le silence des médias. Sa liste fait jeu égal avec celle du Parti communiste et en surpasse d’autres qui ont bénéficié d’une meilleure couverture médiatique. De nombreux  «partis frères» de la planète défendent la même cause. Le vote animaliste, pas si bête que ça?

    Lire la suite

  • Européennes : Macron perd et rafle la mise

    Imprimer

    images-2.jpg

    download.jpg

    Le Rassemblement national arrive donc en tête des listes françaises pour le Parlement européen. Mais il recule par rapport en 2014 et, surtout, sa patronne Marine Le Pen fait beaucoup moins bien que la Lega  de Mario Salvini, son rival nationaliste. Le Capo dei Capi  des xénophobes européens, ce sera lui. Quant à Macron, il perd son pari de devancer RN. Mais rafle quand même la mise.

     

    Lire la suite

  • Les maux des mots en politique

    Imprimer

    Self-less-Selfies-les-selfies-sans-visage-de-Ari-Fararooy-4449731.jpg

    Rien de tel qu’une campagne électorale pour constater à quel point les mots ont été vidés de leur substance première afin d’être rempli d’insignifiances. Les termes de « capitalisme » ou « aliénation» souffrent, notamment, de ces maux des mots. Le virus coupable s’appelle « euphémisation ».

    Lire la suite

  • A quand la Révolution ?

    Imprimer

    (Le grand saut dans le vide du peintre Yves Klein)coulisse-saut-vide-klein-01.jpg

    Où que l’on porte son regard sur les paysages politiques de la planète, c’est le vide. Voilà qui n’est pas pour rien dans la déprime générale qui accable les peuples.

    Lire la suite

  • Le tirage au sort en démocratie, qu’est-ce ?

    Imprimer

    TirageAuSort.png

    La crise des Gilets Jaunes en France remet en cause les institutions politiques. Parmi les futurs modes d’expression des citoyens, le tirage au sort est de plus en plus évoqué. Rencontre avec le politologue Gil Delannoi, auteur d’un ouvrage sur ce thème qui vient de paraître.

    La crise des Gilets Jaunes en France a démontré à quel point la démocratie représentative est malade. Si le RIC – référendum d’initiative citoyenne, équivalent de notre initiative populaire – est la réforme-phare de l’actuel grand débat initié par le président Emmanuel Macron, un autre mode de représentation politique est de plus en plus évoqué, le tirage au sort. Il ne s’agit pas de remplacer l’urne par le cornet à dés mais d’envisager le recours au tirage au sort pour désigner des citoyens dans certaines instances, à côté ou avec les actuels chambres parlementaires de tous niveaux, local, régional ou national, voire dans d’autres domaines, universitaires par exemple.

    En France, le politologue Gil Delannoi étudie les différents modes de tirage au sort depuis plusieurs années. Il va publier un nouvel ouvrage sur la question Le Tirage au sort – Comment l’utiliser (SciencesPo-Les Presses, collection Nouveaux Débats) qui sortira mercredi en librairie. Nous l’avons rencontré à Paris.

    Les principales qualités du tirage au sort ? «Il permet une représentation précise et diversifiée de la population. Il satisfait au principe d’égalité et d’impartialité. Il ne faut pas sous-estimer la sérénité qui se dégage de ce processus de désignation puisqu’il ne nécessite aucun combat électoral coûteux et belliqueux. A côté du système de représentation par élection – et non pas à la place – il permet de dégager une autre vision de la société, ce qui peut faire émerger d’autres propositions», explique ce professeur de théorie politique à Sciences Po.  

    Donner une telle place au hasard, c’est faire la part belle aux incompétents, non? «C’est un faux problème», rétorque Gil Delannoi. «Certes, personne ne veut se faire arracher une dent par un dentiste tiré au sort. Mais, en l’occurrence il s’agit d’un cas qui requiert une technicité particulière, ce qui n’a rien à voir avec la vie politique. Chacun est capable de juger moralement et politiquement selon sa propre expérience de la vie et de la société. Je vous rappelle qu’il ne faut présenter aucune compétence particulière pour briguer un siège au parlement».

    27246100866050L-1.jpg

    Trois types de tirage au sort et tricamérisme

    Comment pratiquer le tirage au sort ? Tout commence par déterminer la taille de sa base, en fonction de ce qu’on attend de ce mode de désignation. Le professeur Delannoi voit trois options : sans qualification, avec qualification, sur candidature.

    Dans le premier cas, le tirage au sort s’effectue, en règle générale, sur la base des listes électorales ; ce mode convient particulièrement aux assemblées de délibération politique locales, régionales ou nationales.

    Dans le second, la base est fixée selon l’âge, la résidence, le niveau d’éducation ou alors en fonction de la réussite de certains tests, même faciles. On peut imaginer une sorte de permis de tirage équivalent à un permis de conduire afin de tester les connaissances rudimentaires en matière d’éducation civique.

    Dans le troisième cas de figure, le fait de poser sa candidature de manière active est, en soi, un critère de qualification par la volonté d’engagement qu’elle démontre.

    Dans son livre, Gil Delannoi détaille les principaux modes pour déterminer la base du tirage  et leur utilisation spécifique. Dans la seconde partie, il émet une série de propositions concrètes pour introduire une dose de tirage au sort dans les institutions politiques françaises, en prévoyant notamment de vastes réformes du Sénat. Parmi ses idées, citons celle visant à instaurer le tricamérisme parlementaire : à côté du Sénat et de l’Assemblée nationale, siègerait une Assemblée populaire désignée par tirage au sort ; elle serait consultative, contrairement aux deux autres. Outre le vote d’avis consultatif, elle disposerait d’un droit d’initiative en matière de législation et la possibilité de questionner le gouvernement et d’auditionner les hauts fonctionnaires. «Pour qu’elle soit vraiment représentative, tout en permettant les débats de se dérouler sans trop de difficultés, elle devrait accueillir entre 1500 et 2500 membres», ajoute le professeur.

    En Europe, comme en Suisse, nos vieilles démocraties ont besoin d’un bon coup de fouet. Le tirage au sort représente-t-il une solution possible? Le débat est sur la table, et pas seulement en France.

    Jean-Noël Cuénod