23/11/2016

Fillon et Juppé, un vrai désert… rural !

870x489_banderolle_medecins.jpg

Connaissez-vous Champeaux-la-Chapelle-Pommier ? Non ? Vous avez tort. Avec ses deux Eglises romanes et son Château des Bernardières, cette commune vaut le détour. Elle présente aussi un autre aspect, plus troublant.

Avec ses 148 habitants, elle se situe au centre du Périgord Vert, au Nord du Département de la Dordogne, dans le canton de Brantôme. On y cultive son verger. On y chasse la palombe. On y traque les sangliers qui vous massacrent les cultures, ces sagouins de cochons ! Ses bois touffus de châtaigniers, de chênes, de pins, ses sentiers où les noisetiers égrènent leurs chapelets, ses prés d’un vert tellement lumineux qu’il font pâlir le soleil, cachent un désert qui n’est pas fait de sable mais de vide républicain.

Tranquilles, les Champenois ? Tranquilles car on n’est pas des furieux dans le coin. Tranquilles mais la colère rentrée comme un sanglot qu’on étouffe. Toutefois, elle commence à sortir, cette colère, et à prendre le chemin des urnes. Au premier tour des élections régionales de 2010, la liste du Front national parvenait tout juste à dépasser la barre des 5% à Champeaux-La-Chapelle-Pommier. Lors de la même élection en 2015, le candidat frontiste y est arrivé largement en tête avec 46,27% des voix. Une progression supérieure à 40% en cinq ans !

Or, l’extrême-droite n’a pas de racine sur cette terre périgordine dont les habitants ont été façonnés par le radicalisme anticlérical, le communisme rural et le gaullisme social. Le Parti socialiste avait progressivement capté le vote communiste en déclin. Pendant des années, le Front national ne mordait pas sur cet électorat profondément républicain.

« On cherche médecins, désespérément ! »

Les choses ont commencé à changer à la fin de la première décennie 2000. Pourquoi ? Celui qui ne désigne qu’une cause est certain de se tromper. Mais lorsqu’on partage un pineau avec les habitants du lieu, un motif de plainte revient souvent sur la toile cirée : « Ici, c’est le désert. Il n’y a plus rien. Tenez, à Mareuil (un bourg de plus de 1000 habitants) – ils en sont réduits à planter une banderole pour chercher un médecin ! » (Voir la photo).

 Il y a une trentaine d’années, j’allais le dimanche chercher ma tarte chez le boulanger de Champeaux. Tout le village embaumait le gâteau juste sorti du four. Quant à la poste, elle était à côté, à Rudeau. Puis, la poste a fermé. Et le boulanger s’en est allé à Nontron, la sous-préfecture. Les gendarmes ? On pouvait se rendre à leur poste de Mareuil, il y a encore quelques années. Aujourd’hui, la caserne est bouclée. Ailleurs, des classes ferment et des écoles menacent de disparaître. La justice ? Naguère, Nontron disposait de son Tribunal d’Instance. C’était pratique pour trancher les différends entre propriétaires forestiers ou régler les nombreuses embrouilles de voisinages. Et puis, ça faisait vivre les commerces et les bistrots. Depuis la réforme Dati, le Tribunal est rayé de la carte judiciaire et la salle d’audience n’accueille plus que des concerts. Les dossiers des justiciables de la région s’empilent au Palais de Justice de Périgueux, déjà fort embouteillé.

L’essence du problème

La moindre démarche administrative provoque la perte d’une journée pour accomplir les 40 ou 50 kilomètres qui séparent ces villages de Périgueux, le chef-lieu du Département. Et comme il manque TOUJOURS une pièce ou un document, c’est une journée supplémentaire qui sera fichue. Bonjour la facture de carburant !

Internet ? N’en bénéficient que ceux dont la ligne est « éligible » par un opérateur. Les autres – la majorité – sont bons pour ramer au lieu de surfer.

Bref, le désert rural s’est désormais installé dans le Périgord Vert qui n’est d’ailleurs pas forcément le plus mal loti de la province. Car ce phénomène se vérifie un peu partout dans ces immenses espaces qui s’étendent entre les métropoles régionales surpeuplées. Que disent les candidats à l’élection présidentielle ? Sous Sarkozy, le désert rural n’a cessé de s’accroître. Mais la gauche avec Hollande n’a pas fait mieux. Quant aux deux candidats de la droite, Alain Juppé et François Fillon, on ne peut pas dire qu’ils prêchent dans le désert rural ! Il faut fouiller dans leurs programmes pour trouver bien peu de biscuits. Aucun d’entre eux n’a prévu un chapitre entier sur la ruralité.

Fillon et Juppé peut diserts sur le désert

Chez Fillon, des mesurettes figurent sous la rubrique « collectivités locales », mais qui recouvre aussi les grandes villes. La moins anodine de ses propositions : « Donner aux communes une véritable autonomie fiscale, c’est-à-dire des ressources fiscales propres dont elles puissent faire varier les taux. » Une méthode à l’Helvétique mais qui est formulée en termes tellement vagues qu’elle a la consistance d’une motte de beurre oubliée au soleil.

Chez Juppé, c’est pire. En rubrique « numérique », on déniche une vague promesse d’améliorer la couverture du haut débit sur tout le territoire.

Il ne fait aucun doute que Marine Le Pen, elle, va s’engouffrer dans la brèche laissée béante par les autres dirigeants pour s’adresser à ces ruraux qui sont sortis des radars politiciens.

Au-delà des ennuis quotidiens qu’il suscite, le désert rural sape aussi, peut-être surtout, le moral. L’impression d’être abandonné, délaissé, ignoré, méprisé prend le dessus. Quand on parle des banlieues, les médias évoquent « ces territoires perdus de la République ». Il est d’autres « territoires perdus de la République ». Leurs habitants ne brûlent pas de voitures. Mais ils votent Front national. On peut les désapprouver. Mais on doit les comprendre.

Jean-Noël Cuénod

18:01 Publié dans Politique française | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : juppé, fillon, présidentielle2017, france, ruralité | |  Facebook | | |

21/11/2016

Le bedeau Fillon et ses cathos-trotskistes

76966_cardinal-andre-vingt-trois-politiques-alain-juppe-francois-fillon.jpg

Le triomphe de François Fillon au premier tour de la primaire de droite marque la revanche du mouvement anti-mariage gay. Ce digne représentant de la France des diocèses a misé, mieux que ses adversaires, sur les réseaux du catholicisme qui restent d’importants pourvoyeurs de voix, outre-Jura. Il a reçu l’actif soutien du mouvement Sens Commun, ces cathos-trotskistes qui ont pratiqué l’entrisme au sein du Parti dit « Les Républicains » (LR).

Réaliste, l’ancien premier collaborateur de Sarkozy sait qu’il ne peut pas abolir la loi sur le mariage homosexuel, même si ce n’est pas l’envie qui lui manque. Mais de tous les candidats de la droite – l’extrême-droite comprise, à part le caricatural Poisson –, c’est lui a développé le plus nettement la rhétorique anti-gay. A maintes reprises durant sa campagne, il a promis d’interdire l'adoption plénière aux couples homosexuels.

Parmi les réseaux les plus efficaces, Fillon a pu compter dès septembre sur le soutien du mouvement Sens Commun. Fondé en décembre 2013, il est composé de jeunes gens bien coiffés, bien nés, bien élevés, bien baptisés, bien organisés, bien formés intellectuellement et portant parfois des noms de trombones à coulisse. Une grande partie d’entre eux sont issus des manifs contre le mariage homosexuel. Leur ancien président, Sébastien Pilard, et leur porte-parole, Madeleine Bazin de Jessey — furent les figures les plus en vue des Veilleurs, ces jeunes cathos intégristes qui priaient devant le ministère de la Justice pour qu’une intervention divine vienne interrompre le cours satanique de la Loi Taubira.

Afin de donner un contenu plus terrestre à leur action, ces Taubirophobes ont créé Sens Commun qui ne compterait, selon son site, que 9000 adhérents. Mais au nombre, ils préfèrent la cohérence idéologique. Se développer dans le seul but de grossir le volume des cartes d’adhérents n’a guère de sens pour…Sens Commun. Il s’agit surtout d’assurer à ses partisans une forte ossature politique pour qu’ils soient à même d’investir les postes à responsabilité au sein du parti LR.

Le site de Sens Commun est, à cet égard, fort explicite. Il revendique « 22 élus départementaux et régionaux et plus de 250 élus municipaux ainsi que de très nombreuses personnes œuvrant au sein des Républicains, tant au Conseil National que dans les Comités de circonscription ou encore au sein des délégations de fédération sur l’ensemble du territoire. » Le nouveau président de Sens Commun, Christophe Billan, est d’ailleurs membre du Secrétariat national du parti LR.

Les trotskistes français avaient appliqué la même tactique à l’endroit du Parti socialiste durant les années 1980. L’actuel premier secrétaire du PS, Cambadélis, en est un exemple ainsi que Lionel Jospin et Julien Dray entre autres.

Il est probable que Sens Commun parviendra encore à gravir les échelons du parti de la droite de gouvernement. Il a déjà trouvé son cheval de Troie, en la personne de l’ex-premier ministre : « Nous saluons avec joie la qualification de François Fillon au second tour de la primaire, illustration de sa droiture, cohérence et dignité » a proclamé ce mouvement dans un communiqué.

En abandonnant Sarkozy pour soutenir Fillon, Sens Commun a, semble-t-il, misé sur le bon cheval.

Jean-Noël Cuénod

17:13 Publié dans Politique française | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : fillon, sarkozy, présidentielle, france, catholiques | |  Facebook | | |

18/11/2016

L’Après-Trump (1). La force invincible du mensonge

escamoteur2.jpgL'escamoteur de Jérôme Bosch

Devant le mensonge, la vérité fait nain de jardin. Les faits sont moins têtus que les fantasmes et les contes à voter couché. En matière de bobards, la campagne de Trump a fait fort. Mais elle n’est qu’un épisode dans la longue histoire des impostures politiques.

Durant les derniers jours de la campagne présidentielle américaine, les internautes ont partagé sur les réseaux sociaux plus de fausses informations que de faits relatés par des journalistes professionnels, selon le site Buzzfeed.

Le Washington Post daté de jeudi publie l’interview de Paul Horner, créateur de faux sites d’information. Que dit-il? Que ses sites plus vrais que nature furent tout le temps consultés par des partisans de Donald Trump. Et Paul Horner de constater :« Ils ne vérifient rien, ils partagent tout et croient en n’importe quoi (…) ». Il se reproche aujourd’hui d’avoir contribué à faire élire Trump avec le beuze qu’il a ainsi créé à coups de fausses nouvelles.

Là, Horner se vante. Les causes de ce séisme électoral sont bien plus profondes et trahissent, en premier lieu, ce fossé que nous voyons partout se creuser entre la partie du peuple qui bénéficie de la mondialisation et celle qui la subit. Toutefois, lorsqu’une élection se joue, comme celle-ci, à peu de voix, on ne saurait négliger le rôle des menteurs comme prescripteurs de suffrages.

« Le coup de poignard dans le dos »

Si les réseaux sociaux et internet ont amplifié le mensonge comme argument massue, ils ne l’ont certes pas inventé. Tous les pouvoirs à toutes les époques ont recouru peu ou prou à l’imposture. Ainsi, à la fin de la Première guerre mondiale, la caste militaire prussienne a-t-elle fait porter le poids de la défaite allemande sur les frêles épaules des responsables politiques civils et démocrates. Tout auréolés de leur gloire militaire astiquée par des décennies de lavage de cerveau, les généraux allemands ont dénoncé « le coup de poignard dans le dos » asséné par les démocrates. Puis, assez rapidement, ce rôle de poignardeur a été attribué aux Juifs. On sait l’usage que les nazis ont fait de ce mensonge érigé en vérité suprême.

Triste fait vrai

Pourquoi le mensonge est-il plus séduisant que la vérité ? Le fait véridique, authentifié, contrôlé n’a que peu de saveur. Il n’est jamais blanc ou noir. Ses teintes grisâtres n’attirent personne. Surtout, le fait vrai est décevant : « Alors, ce n’était que ça ? » Il dégonfle les baudruches. Oui, mais voilà, on adore les baudruches. Elles sont colorées et bien rondes, volent de ci de là. Et nous font rêver. Même le cauchemar est préférable. Le cauchemar, c’est un rêve qui a mal tourné. Mais c’est quand même du rêve. Alors que le fait vrai, lui, il ne fait rêver personne. Et puis, il est compliqué, le fait vrai. La vérité n’est jamais simple, carrée. Elle est sinueuse. Tellement sinueuse qu’on ne la voit plus, perdue qu’elle est dans les brumes de notre incompréhension. Alors que le mensonge a le bon goût d’abonder dans notre sens, le fait vrai, lui, nous détrompe (déTrump ?) et nous contredit. Il est de mauvais poil. Pas aimable pour deux cents.

Trump, l’homme du nouveau système

Avec Trump, on ne s’embarrasse pas de cette vérité aussi sexy qu’un aréopage de juristes à lunettes. « Il a gagné parce qu’il était contre le Système », annone-t-on ici ou là. S’il a gagné, c’est que justement, il est entièrement plongé dans le système. Dans le nouveau système. Il ne faut pas oublier que depuis 1996, Donald Trump s’est illustré dans les shows télévisés en redonnant, notamment, des couleurs au concours Miss Univers. Mais c’est avec The Apprentice, émission de télé-réalité, qu’il a donné la pleine mesure de son talent de bonimenteur (voir la vidéo, ci-dessous).

Trump est vraiment l’homme du système qui désormais nous domine : l’infospectacle (infotainment). La politique a démontré son incapacité à maîtriser la violence de la mondialisation sauvage. Autant se réfugier dans les paillettes et trumper son ennui avec un clown, ça passe le temps avant de se fracasser contre le mur.

Jean-Noël Cuénod

ESPACE VIDEO

17:40 | Lien permanent | Commentaires (13) | |  Facebook | | |

16/11/2016

Trump et son piège chinois

48461614.cached.jpg

Après l’arrivée de Donald Trump à la Maison-Blanche, une seule certitude : on ne va pas s’ennuyer durant son mandat. Espérons que nous serons à même d’en voir la fin. D’emblée, le président élu nous a fait un numéro de rétropédalage digne d’un Lance Armstrong d’avant les contrôles antidopages.

Le mur gigantesque à la frontière mexicaine et payé par les Mexicains eux-mêmes ? Euh, ben en fin de compte, ce seront des barbelés financés par les Américains. L’assurance-maladie d’Obama écrabouillée ? Non, non on va juste l’amender un brin. Le racisme ? C’est mal. La xénophobie ? C’est pas bien. Le machisme ? Oh, ça dépend, voyez-vous. Si c’est le mariage gay, alors OK. Mais niet pour l’avortement. Les « rednecks » avaient cru élire un mec aux burnes texanes et le voilà qui nous la joue Normand en escarpins. Il y a tromperie sur la marchandise !

Mais question fric, c’est toujours la bouteille à l’encre. Les Etats-Unis qui exigent la transparence la plus totale pour les autres pays ­– la Suisse a payé fort cher pour le savoir – ont un président dont la fortune est masquée par un épais brouillard. Il faut dire qu’il se vante d’être assez génial pour contourner son propre fisc. Cahuzac a trouvé son maître.

Et cet écran de fumée ne sera pas dissipé de si tôt. En effet, pour le temps de sa présidence, Donald Trump a confié son empire de promotion immobilière à ses enfants. C’est la première fois qu’un président américain restera lié à ses affaires durant son mandat. Ronald Reagan, les Bush et Bill Clinton avaient cédé leurs actifs à un tiers indépendant afin d’éviter de confondre leurs intérêts avec ceux de l’Etat qu’ils présidaient. Avec Trump, c’est  un véritable gisement de conflits d’intérêts qui va s’ouvrir. Situation cocasse : le nouveau président possède un hôtel situé sur un terrain appartenant à l’Etat. Il sera donc locataire et propriétaire du même immeuble.

D’autres conflits d’intérêt plus sérieux pointent à l’horizon, notamment avec des établissements russes et saoudiens. Sans oublier la Deutsche Bank. Elle est actuellement poursuivie par la justice américaine qui la menace d’une amende de 14 milliards de dollars. Mais elle est aussi la principale créancière de l’empire Trump. Cela dit, un piège encore plus dangereux guette le président américain en Chine.

Le New York Times révèle le montant astronomique des dettes accumulées par les sociétés du clan Trump : au moins 650 millions de dollars. Parmi les principaux créanciers figurent la Bank of China. Un mastodonte que le magazine Forbes présentait en 2015 comme la quatrième entreprise mondiale. Quel est l’actionnaire largement majoritaire (plus de 69% du capital-actions) de cet établissement ? La Central Huijin Investment. A qui appartient cette dernière ? Au gouvernement chinois. Donc, le gouvernement chinois est le créancier du président des Etats-Unis. Bingo !

Or, durant la campagne électorale, Donald Trump voulait mener la guerre économique à la Chine en la menaçant d’une hausse massive des droits de douane. On peut désormais imaginer ce dialogue entre l’un des fils du président et son père :

– Dis donc p’pa, j’ai reçu un coup de fil de la Bank of China. Là-bas, ils n’ont pas l’air trop contents avec tes droits de douane. Ils me rappellent discrètement qu’on a une petite ardoise chez eux. Je fais quoi?

– Bouge pas, fils, je vais causer avec l’ambassadeur chinois. On va oublier cette malheureuse histoire de taxes.

– Mais tes électeurs, ils vont pas trop gueuler?

– Et puis quoi encore ? Y en qu’un qui a le droit de gueuler ici ! Non mais !

– Ouais, t’as raison. Et pour ton anniversaire, je vais t’offrir un rétrovélo électrique !

 Jean-Noël Cuénod

19:07 Publié dans Politique internationale | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : trump, chine, dettes | |  Facebook | | |

10/11/2016

Trump met l’Europe au pied du mur…de la caserne

DonaldTrump-No-to-NATO-21WIRE-SLIDER.jpg

Respecter l’élection de Donald Trump est la moindre des choses. Cela dit, tout vote peut être blâmé, désapprouvé, encensé ou glorifié. Cela s’appelle la liberté d’opinion, n’en déplaise aux tenants de la nouvelle pensée unique qui veulent empêcher toute discussion, tout débat pour s’aligner – garde à vous, fixe ! ­– sur l’unique avis de la majorité.

Une majorité d’ailleurs relative, puisqu’en nombre de voix[1], Hillary Clinton compte 200 000 suffrages de plus que Trump. Le système complexe des institutions américaines explique ce phénomène qui avait déjà accablé en 2000 le démocrate Al Gore et permis à George W. Busch de l’emporter pour le plus grand bonheur de l’humanité.[2]

Maintenant que le temps de la sidération est passé, il faut tirer les leçons de la victoire de Trump. Il y en a pléthore. En voici une, parmi les plus vitales pour tous les pays européens

 «Le bonjour aux armes» de l’Europe

Comme l’a fort bien dit, hier au micro de France-Info, l’ancien premier ministre français Dominique de Villepin, la victoire de Trump met l’Europe au pied du mur. Du mur de la caserne. En effet, le nouveau président américain a toujours proclamé au cours de sa campagne que les Européens devaient financer leur défense et cesser de se blottir sous le parapluie militaire des Etats-Unis. Il avait d’ailleurs qualifié l’Alliance Atlantique de structure «obsolète». Certes, Trump n’ayant pas la moindre expérience de gestion politique et proclamant tout et son contraire en fonction de son public, on ignore si ces propos relèvent des paroles verbales ou de la menace concrète. Toutefois, le second terme d’alternative semble probable, dans la mesure où les précédents locataires de la Maison-Blanche tenaient, en mode mineur, le même discours.

Poutine et les missiles de Kaliningrad

Or, les menaces ne manquent pas en Europe. Poutine a installé le mois dernier des missiles Iskander, compatibles avec l’installation de têtes nucléaires, à Kaliningrad. Cette enclave russe, annexée par l’URSS en 1946, se trouvait jadis en Prusse orientale et avait pour nom, Königsberg, patrie des Chevaliers teutoniques et d’Emmanuel Kant. Elle fait frontière directe avec deux Etats membres de l’Union européenne et de l’OTAN, la Pologne et la Lituanie. Comme Poutine rêve de reconquérir les territoires perdus par l’ancienne Union soviétique, les Européens ne sauraient compter sur les seules armes de la diplomatie pour se défendre.

Erdogan bientôt Calife ?

En Turquie, Erdogan transforme chaque jour un peu plus son pays en dictature islamiste, jetant aux poubelles de l’Histoire l’héritage laïque d’Atatürk. Sa démarche semble viser cet objectif, réinstaurer le Califat ottoman sur les ruines prochaines de l’Etat islamique au Moyen-Orient et en profitant de l’affaiblissement du Royaume saoudien qui ne dispose plus de la même masse de pétrodollars que naguère pour assurer son ascendant sur le monde musulman. Une Turquie «ottomanisée» aux portes de leur continent n’est pas la meilleure des nouvelles pour les Européens. Certes, la Turquie reste membre de l’OTAN, mais si les Etats-Unis considèrent l’Alliance Atlantique comme «obsolète», cet obstacle à l’agressivité turque risque d’être levé.  

Il faut ajouter la menace islamoterroriste qui prendra d’autant plus d’ampleur que l’Etat Islamique perd du terrain en Syrie, en Irak et en Libye. Les djihadistes vont donc retourner en France, en Belgique ou ailleurs en Europe, autant de terroristes en puissance qui auront été bien formés aux techniques militaires.

L’Europe de la défense aux calendes grecques ?

Dès lors, une Europe de la défense est plus que jamais d’actualité. L’ennui, c’est que les structures actuelles de l’Union sont tellement fragiles qu’on ne saurait trop compter sur elles pour faire quoique ce soit.  C’est donc une autre Europe qu’il s’agit de bâtir, une Europe reposant plus sur la défense et la diplomatie que sur l’unique socle de l’économie. Par conséquent, les nationalistes des pays européens qui ont applaudi à l’élection de Trump, l’homme du retour aux frontières barbelées, risquent fort de déchanter. Assurer une défense crédible a toujours pesé lourdement dans les budgets nationaux. Mais le perfectionnement technique des armements atteint maintenant un tel degré que les finances nationales ne peuvent plus suivre. La France et la Grande-Bretagne – les deux seuls Etats européens à disposer d’une armée de bon niveau – ont atteint leurs limites. Dès lors, si rien ne se passe, la faiblesse militaire des pays européens risquent d’attirer encore plus qu’aujourd’hui les terroristes djihadistes. Et en ce cas, Poutine serait tenté de «sauver les Européens» en intervenants militairement sur la partie occidentale du continent. Le pire n’est jamais sûr mais il est toujours possible. 

Au grand dam des nationalistes, il faudra donc mettre la question d’une défense européenne en débat. Trump nous y oblige. Le gros obstacle sur cette route : construire une Europe de la défense réclame du temps, une denrée que nous n’avons plus en réserve.

Jean-Noël Cuénod

 

[1] 59.624.426 pour la candidate démocrate contre 59.424.248 pour le républicain.

[2] Les citoyens votent pour un collège de 538 grands électeurs ; ce sont eux qui désignent le président ; chacun des Etats dispose d’un nombre variable de grands électeurs en fonction de celui de ses habitants.

17:29 Publié dans Politique internationale | Lien permanent | Commentaires (21) | Tags : trump, usa, poutine, erdogan, europe | |  Facebook | | |

09/11/2016

Trump président: l’annonce faite à Marine

150827102252-donald-trump-july-10-2015-super-169.jpg

Impression ce matin de se réveiller dans un vide-ordure. Pourtant, on la sentait venir cette catastrophe, dans l’ambiance d’égout qui nous plombe. Donald Trump règne désormais sur la première puissance mondiale. Victoire des «petits» contre les «grands», clameront les démagogues. Lui, un «petit», ce milliardaire qui se vante de ne pas payer un cent d’impôt ? Victoire de la «base» contre les «élites» ! Parce que Trump, le médiacrate, le fils à papa, il ne fait pas partie des «élites» ? Mais il est en plein dans les «élites», le Trump ! Il marche dedans et ça lui porte bonheur. Car faire partie des élites désormais, c’est être raciste, prôner la violence, mépriser les femmes, emporter la présidence américaine sans s’être donné la peine d’élaborer un programme. Cette victoire est aussi une réaction violente contre une mondialisation qui échappe à tout le monde, sauf aux hyperriches. Mais espérer que Trump  – qui n'a aucune vision du monde – est capable de contrer ce mouvement, c'est croire que Rantanplan va décrocher le Prix Nobel de Physique.

L’élection de Donald Trump va libérer tous les démons de la société. Tous nos démons intérieurs aussi. Cette élection, c’est aussi l’annonce faite à Marine. L’Elysée est à portée de main du Front national. Le pire n’est plus possible, il est probable. Avec Poutine, Erdogan et maintenant Trump à la Maison Blanche, jamais le monde n’a été aussi imprévisible, jamais le monde n’a été aussi dangereux. Quant aux Etats-Désunis, ils sont désormais divisés en deux moitiés qui se haïssent mutuellement. La seule bonne nouvelle est l’effondrement, une fois de plus, des sondages d’opinion qui servent d’oreillers de paresse aux médias.

 

Cet effondrement moral et intellectuel est aussi aussi le nôtre. Nous avons la Rome et les Césars que nous méritons. Nous avons voulu le règne de la quantité, nous y sommes soumis. Nous avons choisi le matérialisme et la cupidité pour moteur, nous voilà embarqués plein pot vers le précipice. Les dirigeants politiques ne sont que l’expression de nous-mêmes. Si le peuple sécrète pareils tordus, c’est le signe qu’il marche de travers. Nous avons tous la tronche de Trump.

De Manille à Washington, en passant par Budapest, Vienne, Varsovie, Amsterdam, Genève, Zurich, Paris, Marseille, Londres et tant d’autres, la marée de la médiocrité ramène toujours sur nos plages du XXIe siècle, les détritus rejetés par l’Histoire : nationalisme, démagogie, racisme, identité fantasmée, fermeture du cœur et du cerveau. Des murs, des murs, partout des murs. A l’extérieur. A l’intérieur. On appelle «populistes» le ramassis de politicards qui ont, comme l’on dit dans les gazette d’une autre âge, «le vent en poupe» . «Populiste» ? Mais du peuple, ils ne veulent qu’une chose, l’agiter avant de s’en servir! Et de servir les copains, une fois parvenus aux bonnes places.    

La question des «migrants» – mot chafouin qui signifie «réfugiés» – est devenue l’obsession qui occulte toutes les questions vitales pour notre avenir : le réchauffement climatique, l’inégalité toujours plus criante entre les hyperriches et les autres, le tissu social qui devient lambeaux, les déserts ruraux asséchés par le simoun du capitalisme sauvage.

C’est tellement facile de désigner cette masse de femmes, d’hommes et d’enfants qui errent sur la planète en fuyant la faim et le feu, plutôt que de s’attaquer au système financier qui a créé ces situations. On ferme les frontières et c’est au voisin de se démerder. Le voisin fait la même chose avec d’autres voisins et ainsi de suite.  Le problème n’est pas réglé ; il est enfoui sous le tapis d’à-côté. Mais, fatalement, il reviendra. Des terroristes parmi les réfugiés ? Il y en a sans doute quelques uns au milieu de ces foules jetées sur les routes. Mais les terroristes ne s’appellent pas tous Mohamed. Ils ont aussi les cheveux blonds, un nom bien de chez nous, comme ce jeune égorgeur normand.  

Trump, le clan Le Pen, Blocher, Orban et tant d’autres ont éveillé le pire en nous. Nous vivons en ère vulgaire et serons, un jour ou l’autre, nos premières victimes.

Jean-Noël Cuénod

07:55 | Lien permanent | Commentaires (23) | Tags : président, etats-unis | |  Facebook | | |

27/10/2016

L’inquiétant divorce entre l’Etat et ses forces de l’ordre

7785386898_des-policiers-manifestant-dans-la-rue-a-paris-le-20-octobre-2016.jpg

Des policiers qui manifestent en cagoule contre le gouvernement comme des activistes du Black Block… Ce spectacle s’est déroulé à Paris et dans d’autres villes françaises. Lorsqu’une scène de divorce éclate entre l’Etat et les détenteurs par procuration de sa violence légitime, il y a toujours de quoi s’inquiéter.

Certes, par le passé, les fonctionnaires de police ont déjà défilé dans la rue, notamment lorsque Robert Badinter et Christiane Taubira étaient gardes des Sceaux. Mais leur grogne se tournait principalement vers un ministre représentant la justice, dénoncée de façon sempiternelle comme « laxiste ». Aujourd’hui, si les policiers en colère visent aussi le « laxisme des juges », ils fourrent dans le même sac d’opprobre le gouvernement, leur hiérarchie et même leurs syndicats qui s’efforceraient plus de les calmer que de les défendre. En France, ce phénomène s’est déjà constaté dans d’autres secteurs avec les « coordinations » émanant de la base et débordant les syndicats.

La réaction classiquement complotiste à ce genre de phénomène est d’y voir la main, ou plutôt « la patte » – pour reprendre l’expression du premier secrétaire socialiste Jean-Christophe Cambadélis – du Front national comme organisateur de la révolte. Naguère, le patronat dénonçait le Parti communiste comme source des troubles sociaux. Jadis, l’Eglise catholique vilipendait la Franc-Maçonnerie coupable d’avoir dirigé la Révolution française. Réaction dangereuse dans la mesure où, désignant un bouc émissaire agissant ex machina pour semer le désordre, elle occulte les véritables maux qui ne viennent pas de l’extérieur mais de l’intérieur. Le Front national va certainement récolter les raisins de la colère policière. Mais il n’a pas attendu les mouvements policiers de cet automne pour en tirer sa piquette. Une étude du CEVIPOF (Sciences-Po à Paris), publiée en décembre 2015, démontrait que 51,5% des policiers et militaires ont voté FN l’an passé contre 30% en 2012.

La colère des policiers couvait depuis plusieurs années : travaillant dans des conditions souvent indignes, mal payés, peu considérés par la hiérarchie qui leur donne des ordres contradictoires (à méditer en France, cette formule de l’Armée suisse : ordre + contrordre= désordre !), taillable et corvéable à merci et désormais cibles, non seulement des terroristes, mais des voyous qui cherchent à les assassiner en leur tendant des guets-apens. Nul besoin du FN pour se mettre en colère !

La grande faute du gouvernement socialiste est d’avoir cru qu’oindre les policiers de belles paroles et leur faire miroiter d’émouvantes promesses suffiraient à les rendre patients. Hélas, les améliorations ont bien du mal à descendre jusqu’à la base, freinées qu’elles sont par un appareil hiérarchique pesant. Dès lors, agacés par ces discours lénifiants qui ne trouvaient aucune traduction sur le terrain, les policiers ont explosé. C’était couru d’avance.

Gonflé, Sarkozy !

Toutefois, à la source des maux actuels, on ne trouve ni François Hollande, ni le premier ministre Valls, ni le ministre de l’Intérieur Cazeneuve mais le ci-devant président Nicolas Sarkozy. L’ancien « premier flic de France » tente, avec sa frénésie coutumière, de profiter de la situation pour se poser en défenseur de la police. Vraiment, Sarko ose tout, et c’est d’ailleurs à ça qu’on le reconnaît ! Quelles sont les principales revendications des policiers, outre l’anonymat dans certaines procédures et la mise au même niveau que les gendarmes en matière de légitime défense ? L’augmentation des effectifs et l’arrêt de l’absurde politique du chiffre. Or, dans les deux cas, l’ancien chef de l’Etat français est en cause.

Sarkozy et Cazeneuve se sont jetés des statistiques à la tête concernant le nombre d’emplois supprimés dans la police. Qu’en est-il vraiment ? L’estimation la plus fiable est tirée d’un rapport de l’Assemblée nationale daté du 9 octobre 2014 que l’on peut lire en cliquant ici. Il en ressort que durant le quinquennat de Nicolas Sarkozy les effectifs policiers ont baissé de 6 093 postes. C’est surtout, sa « culture du résultat », sa « politique du chiffre » qui ont exercé leurs  ravages dans la police. Certes, il est fort légitime d’améliorer le taux d’élucidation des affaires. Mais en fixant des objectifs « d’en haut », à la française, sans tenir compte de la base, le président Sarkozy a abouti à la déplorable situation actuelle.

Les échelons supérieurs de l’usine à gaz hiérarchique reçoivent les objectifs fixés par le gouvernement et les font descendre vers les échelons inférieurs sans trop s’en préoccuper. L’important, à ce haut niveau, étant de participer à la lutte des places et non de se soucier de la piétaille. Dès lors, les policiers de base sont accablés d’objectifs souvent incohérents, compte tenu de la réalité du terrain. Que se passe-t-il souvent ? Les responsables des commissariats demandent à leur troupe de cibler les affaires faciles « qui font du chiffre » au détriment d’autres plus longues, plus difficiles à élucider ; il s’agit alors de dissuader les victimes de porter plainte. Résultat : mécontentement de la population et frustration des policiers. « La justice poursuit le crime mais en boîtant » pour reprendre l’expression de feu Raymond Foëx, procureur général genevois.

Police-justice, le lieu des malentendus

Il existe un autre mal policier, plus profond et bien plus ancien que l’époque « SarkHollande », à savoir l’incompréhension entre policiers et magistrats. Depuis la nuit des temps, les premiers accusent les seconds de « laxisme » en sortant ici ou là moult chiffres ébouriffants. S’il convient de prendre les statistiques en général avec circonspection, il faut d’autant plus s’en méfier en matière pénale ; les situations y sont tellement complexes qu’elles ne sont guère quantifiables. Ces chiffres-là ne donnent que des idées toujours vagues et souvent fausses.

Avec cette prudente réserve que nous venons d’invoquer, constatons que les prisons françaises sont pleines à craquer (106% de taux d’occupation). Entre 2000 et 2012, le nombre de condamnations pour violences volontaires a augmenté de 62% selon l’Observatoire français de la délinquance et des réponses pénales. Il ajoute que cette hausse n’est pas due à une explosion des méfaits mais plutôt à une meilleure prise en compte par la société et à une réponse pénale plus ferme qu’auparavant.

L’impression de « laxisme » semble surtout provoquée par le fait que nombre de jugements pénaux ne sont pas exécutés. Ainsi, au 1er avril 2016 ­– nul poisson à l’horizon, rassurez-vous ! –  7.300 peines fermes prononcées au Tribunal de grande instance de Bobigny étaient en attente d'exécution, faute de personnel. On comprend dès lors, la rage des policiers qui sont nargués par les délinquants qu’ils ont arrêtés, qui ont été condamnés et qui, malgré cela, restent en liberté. Mais c’est bien à tort que leur rage est dirigée contre les magistrats. Ils sont les premières victimes d’un système complexe qui réclamerait, pour avoir un semblant d’efficacité, un personnel bien plus nombreux.

En fait, cette incompréhension entre policiers et magistrats trahit l’hypertrophie centralisatrice de l’Etat en France qui multiplie les rouages administratifs. Dans d’autres pays, les corps intermédiaires entre police et justice sont moins nombreux. L’une et l’autre connaissent donc mieux leurs missions respectives et leurs problèmes spécifiques.

La révolte policière est, au sens premier du terme, une affaire d’Etat.

Jean-Noël Cuénod

18:00 Publié dans Politique française | Lien permanent | Commentaires (18) | Tags : police, justice, hollande, sarkozy | |  Facebook | | |

19/10/2016

Les Souterrains du Temps et l’espace des songes

9-lyon-fourviere-soir.jpg

Le cinéaste Georges Combe est un gone. C’est-à-dire un enfant de Lyon. Mais « gone » signifie aussi, en étymologie grecque, « angle » (polygone, hexagone etc.). C’est-à-dire cet « espace entre deux lignes qui se croisent ».  Et l’humain, gone de tous les azimuts, vit au centre de ce croisement entre ligne du ciel et ligne du sol.

Caméra au cœur, Georges Combe a découvert d’autres angles mystérieux, ceux formés par ces réseaux souterrains, à la structure géométrique complexe, situés sous la Croix-Rousse à Lyon et nommés « Arêtes de poisson ». Des réseaux qui vont le mener à Miribel certes, mais bien plus loin, à Rome et à Jérusalem notamment.

 Il en a fait une œuvre complète ­– Les Souterrains du Temps - Arca Mundi qui se décline sous deux formes : d’une part, un coffret contenant les deux DVD de la version longue du film (trois heures trente) ainsi qu’un livre de 300 pages, Notes sur images, rédigé par le cinéaste qui est également agrégé ès lettres (vous pouvez acquérir ce coffret, DVD et livre sont inséparables, en cliquant sur cette zone) ; d’autre part, un film version « cinéma » d’une heure trente qui sera bientôt présenté à Paris (lire les dates et lieux à la fin de ce texte).

  Ce que Georges Combe y a découvert, dans ces célestes entrailles, va bien au-delà de l’anecdote et même de l’intérêt historique. Devant sa caméra et son micro, historiens et archéologues tentent de percer ce mystère. Tentent, car comme des truites dans un torrent, les « Arêtes de poisson » vous glisse des mains. C’est sans doute à un physicien, l’impressionnant Philippe Guillemant (lisez de toute urgence sa Route du Temps), que l’on doit l’éclairage le plus puissant. En se fondant sur la physique quantique, Guillemant trace des hypothèses qui bouleversent les notions de passé, de présent et de futur.

Car ces « Arêtes de poisson » remettent, elles aussi, en question l’espace et le temps, tels que nous les vivons. Ou plutôt tels que nous croyons les vivre… Personne ne sait qui les a construites, ni pourquoi ni quand. Romains, Gaulois, Templiers, militaires du XVIe siècle ? Toutes ces questions restent ouvertes. Mais ce ne sont pas forcément les plus intéressantes. Citons-en d’autres.

Pourquoi en 1796, le célèbre franc-maçon lyonnais, Jean-Baptiste Willermoz, achète-t-il les terrains situés au-dessus des « Arêtes de poisson » pour une somme considérable ? Ce soyeux avait du bien, certes, mais n’a-t-il pas fait cette acquisition pour le compte de tiers restés inconnus ? Willermoz est le principal concepteur d’un système maçonnique, le Régime Ecossais Rectifié, qui est encore pratiqué de nos jours. L’un des rituels rédigés par l’ésotériste lyonnais précise que le pavé mosaïque « couvre l’entrée du souterrain du Temple ». Les souterrains, semble-t-il, ont attiré Jean-Baptiste Willermoz comme des aimants…

Pourquoi existe-t-il des correspondances étonnantes entre les souterrains de Lyon, de Rome et de Jérusalem ? Georges Combe pose ces questions, avance des hypothèses et surtout relie des faits, sans asséner des vérités, sans affadir le mystère qui doit rester entier.

A la fois rationnel et mystique, le film de Georges Combe peut se regarder de différente manière mais il nous atteint au-delà de la raison discursive pour nous plonger dans une sorte de bain d’hypnose. A certains moments, nous ne suivons plus les explications, nous sommes entrainés ailleurs. Les « Arêtes de poisson » nous conduisent alors vers nos propres souterrains. Y ferons-nous de mauvaises rencontres ?

« Les Souterrains du Temps-Arca Mundi » est plus qu’un film, plus qu’une œuvre, c’est une expérience de vie.

La musique, une des passions de Georges Combe, y tient une place éminente. Comment pourrait-il en aller autrement ? Ces « Arêtes » en forme de tubes d’orgue ont-elles célébré la musique des sphères en clef de sous-sol ? Et si elles symbolisaient le Diapason divin qui donne le « la » à l’Univers ?

Jean-Noël Cuénod

NE MANQUEZ PAS LE PASSAGE EN SALLES DES « SOUTERRAINS DU TEMPS-ARCA MUNDI » (VERSION 1h.30) !

A Paris

Cinéma L’Entrepôt. 7, rue Francis de Pressensé, XIVe arrondissement.

  • Mardi 8 novembre 2016 à 19h. 45
  • Mardi 22 novembre à 19h. 45

A Meyzieux

Cinéma Meyzieux. 27, rue Louis Saulnier, 69330 Meyzieux

  • ­Vendredi 18 novembre à 20h.

A Lyon

Cinéma Saint Denis. 77 Grande rue de la Croix-Rousse 69004 Lyon

  • Samedi 19 novembre à 17h.

BANDE ANNONCE DU FILM

 

17:42 | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : cinéma, ésotérisme | |  Facebook | | |

14/10/2016

TAFTA, CETA C’est tassé… C’est assez !

une-mammouth-675x450.jpg

Deux Traités transatlantiques genre mammouth se dandinent sous les projecteurs. Deux Traités d’un type nouveau. Il s’agit, certes, de régler les droits de douane – même s’ils sont devenus quantité négligeable dans le commerce international – mais surtout de lever le maximum de barrières administratives entre l’Amérique et l’Europe, en harmonisant les normes, en ouvrant les marchés publics des deux côtés de l’Atlantique et en protégeant juridiquement les investissements. C’est dire l’importance de ce genre d’accord sur le plan économique et l’ampleur de ses conséquences en matière sociale, sanitaire et écologique.

  TAFTA[1], c’est le Traité de libre-échange entre l’Union européenne et les Etats-Unis. Il est en cours de négociation mais des voix gouvernementales s’élèvent en France (Matthias Fekl, Secrétaire d’Etat socialiste au commerce extérieur) et en Allemagne (le ministre de l’Economie social-démocrate Sigmar Gabriel) pour le jeter aux oubliettes. Aux Etats-Unis, il ne soulève guère les passions. La grande gueule de Trump n’en veut pas (mais l’abominable homme des vestiaires qui puent a-t-il bien saisi de quoi il retourne ?) et cette fine mouche d’Hillary Clinton fait la fine bouche.

CETA[2], c’est aussi un traité transatlantique de libre-échange mais cette fois-ci entre le Canada et l’Union Européenne. Il se porte un peu mieux que l’autre puisque que mardi prochain, le Conseil de l’UE devrait l’approuver mardi et le 27 octobre, le premier ministre Justin Trudeau est invité à Bruxelles pour le signer à Bruxelles avec grand renfort de cymbales et de clairons.

Il se porte un peu mieux, le CETA, disions-nous, mais ce n’est pas la grande forme non plus. Il faut dire que le processus de ratification dudit Traité relève de l’usine à gags. Après avoir été approuvé par le Conseil de l’Union européenne, le CETA doit encore recevoir l’aval des dix provinces du Canada et des vingt-sept Etats membres de l’UE. Attendez, ce n’est pas fini ! Certains pays européens consulteront leurs provinces, ce qui est le cas de la Belgique. Or, aujourd’hui même, le Parlement wallon vient de mettre son veto à l’approbation par la Belgique du Traité euro-canadien. Nous voilà dans un joli petchi, pour causer suisse. Le premier ministre Trudeau junior est aussitôt intervenu pour lancer des SOS en agitant le spectre de la crise économique, tant au Canada qu’en Europe, si ce traité transatlantique sombrait dans les eaux glacées de la Mer du Nord.

Alors, Kaputt le CETA ? Que nenni ! L’une de ses clauses prévoit que, même en cas de rejet par l'un des parlements, il s'appliquera pendant trois ans à titre provisoire. Un provisoire qui risque bien de devenir définitif. On voit mal un traité de cette envergure être abandonné au bout de trois années. Trop de liens économiques auront été noués, trop d’habitudes auront été prises. On demande donc l’avis de tous les parlements, y compris celui de Namur. Mais c’est pour faire joli et démocratique.

Le CETA, cheval de Troie du TAFTA ? Certains, comme Nicolas Hulot, le pensent. Ils n’ont pas forcément tort. Certes, le CETA semble plus soucieux que le TAFTA de préserver les intérêts des agriculteurs européens. Ce qui explique sans doute pourquoi il est moins vilipendé. Il n’empêche que l’application du CETA au sein de l’UE va développer un type d’économie encore plus ultracapitaliste que celle qui règne aujourd’hui. Ainsi, les Etats européens seront mûrs pour, ensuite, accepter le Traité avec les Etats-Unis.

Le ras-le-bol populaire du libre-échange sans frein. Les dirigeants européens et américains qui poussent à la roue pour appliquer les Traités CETA et TAFTA veulent ignorer la vive résistance – qui apparaît sur les deux rives de l’Atlantique – des peuples à ce libre-échangisme sans borne. Ce faisant, tout à leurs calculs économiques et dévoués aux intérêts de leurs pourvoyeurs de fonds électoraux, ils fournissent de solides arguments aux partis d’extrême-droite et aux mouvements nationalistes abusivement nommés « populistes »

Certes, les mesures protectionnistes ont démontré toute leur nocivité durant la grande crise de 1929. Mais l’ultracapitalisme actuel est en train de vider les institutions démocratiques de leur substance, notamment par le biais de ce genre de Traité qui prévoit le recours aux arbitrages privés pour régler les litiges entre Etats et investisseurs, en lieu et place des tribunaux ordinaires. Une sorte de justice à la carte qui a déjà démontré dans la réalité la rigueur de ses effets pervers, comme l’illustre cet exemple.

La procédure arbitrale fait partie de l’Alena, l’Accord de libre-échange nord-américain. Début 2016, la firme TansCanada l’a mise en branle. Elle réclame aux Etats-Unis la somme himalayesque de 15 milliards de dollars pour la dédommager de l’abandon, par le gouvernement Obama, du projet d’oléoduc géant Keystone XL. C’est au titre de la préservation de l’environnement que le président étatsunien avait pris cette décision. Dès lors, chaque fois qu’un Etat voudra adopter une mesure pour protéger la nature ou pour tout autre sujets, il sera tenté de l’abandonner afin d’éviter de passer à la caisse et de perdre ses forces dans les procédures

Sauvegarder le peu de souveraineté qui reste aux peuples. Entre un hypercapitalisme sans foi, ni –surtout – loi et un protectionnisme néfaste, il reste tout de même un brin d’espace pour faire une politique économique intelligente. Mais cela passe par l’abandon des Traités CETA et TAFTA tels qu’ils sont actuellement, quitte à les renégocier en tenant compte des impératifs écologique et sociaux ainsi qu’au droit des peuples à ne pas être écrasés par la machinerie multinationale.

Jean-Noël Cuénod

 

[1] Transatlantic Free Trade Area

[2] Comprehensive Economic and Trade Agreement

18:06 Publié dans Politique internationale | Lien permanent | Commentaires (30) | Tags : ceta.tafta, bruxelles, peuple | |  Facebook | | |

12/10/2016

Le Plouc cause "hollandais" dans le poste

9afda3daec18458f632bfee38d82b90c_large.jpg

Rude tâche assignée dimanche à Ana-Maria Navarro, correspondante du média portugais Visao, et au Plouc par Marie-Christine Vallet, journaliste à France-Info et productrice de l'émission Micro-Européen. Il s'agissait de supputer les intentions de François Hollande de se représenter ou non en vue d'un nouveau mandat présidentiel. Voici ci-dessous l'émission. Bonne écoute.

Cliquez pour écouter l'émission

18:42 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | | |

11/10/2016

Moustache Academy, pour ne pas barber vos mômes !

aff_moustache_academy40x60cm_nouvelle_scene.jpg

 

 Ils savent tout faire, ces trois dingos de la Moustache Academy : danser, raper, hiphoper, chanter, sauter, bavarder pour le plus grand bonheur de vos mômes qui, avec ces Moustaches-là, ne vont pas se barber. Si vos pas vous conduisent à Paris, n'hésitez pas. Et si un organisateur de spectacle genevois passe par-là qu'il n'hésite pas non plus!

 Leur spectacle commence dès le 12 octobre jusqu’au 7 décembre, à La Nouvelle Scène, tous les mercredis à 15h.30 (durée : une heure). C’est une Péniche, installée en face du 3, quai de Montebello, côté Pont de l’Archevêché. A Paris, vous l'aurez compris...

 Ce trio – Mathurin Meslay, Astien Bosche et Ed Wood ­– et le metteur en scène Julie Chaize désamorcent toutes les situations potentiellement explosives qui surviennent dans ce monde impitoyable, la classe d’école. Ces acteurs savent de quoi ils parlent et avec qui ils jouent puisque depuis huit ans ils animent des ateliers d’écriture destinés aux enfants.

« Ça nous manquait ! » ainsi commencent les Moustaches qui vont se replonger dans le bain scolaire malgré leur très grand âge. Ils ont 35 ans. Au moins… Mine de rien, sans y toucher, les trois galapiats abordent toutes les discriminations qui surgissent comme des diables de leur boîte à la récré, à la gym, à la cantine : le binoclard, le garçon qui préfère la danse au foot, l’intello trop brillant qui rate ses copies pour ne pas se faire agresser par les cancres, celui et celle qui n’ont pas la même couleur de peau, pas la même façon de manger. Aux filles rêveuses, Moustache Academy démontre que devenir une princesse, ce n’est pas de la tarte. La violence aussi est alchimisée en « vengeance comique ». User du rire à pleine gorge plutôt que du poing sur le nez.

Il n’y a que les adultes pour peindre en rose la vie des gosses. Le désespoir, le découragement, le gros blues bien collant, c’est aussi le quotidien de l’écolier. Moustache Academy ne le prend pas à la légère, ce blues, puisqu’ils le transforment en chanson.

Nos trois mousquetaires (la quatrième étant la metteure en scène) font aussi aimer la langue française à des enfants qui subissent chaque jour le matraquage du franglais, ce sabir glauque et gluant. Une langue française qui joue, qui pétille, qui rit, comme dans Molière. Classique et ludique, ça rime. On l’avait oublié.

A aucun moment, Moustache Academy ne trempe ses bacchantes dans le bouillon prêchi-prêcha ou la guimauve fondue du gnangnan. Bref, cette académie-là fait plus pour l’harmonie joyeuse dans les préaux que toutes les réformes, plus ou moins baveuses, de l’enseignement. La paix des grands commence à la récré.

 Jean-Noël Cuénod

 Renseignements pratiques : rendez-vous sur le site :

http://www.lanouvelleseine.com/event/moustache-academy/2016-11-23/

 ESPACE VIDEO

17:51 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

08/10/2016

Le pape, ce politicien en robe blanche

15520409-theorie-du-genre-le-pape-accuse-les-manuels-scolaires-francais.jpg

Le pape François a souverainement pontifié sur l’un des plus fuligineux fantasmes des cathos intégristes : l’enseignement de la théorie du genre; cette satanique idée qui voudrait transformer les filles en garçons et réciproquement pour s’attaquer au mariage hétéro. Paradoxale indignation de la part d’un célibataire professionnel et d’un homme porteur de robe.

Que cet enseignement n’existe pas, peu importe. Le dernier monarque absolu de l’Occident se soucie plus de beuze que de vérité. Les écoles françaises diffusent un programme appelé ABCD de l’égalité qui a pour but de lutter contre les discriminations entre sexes. Un programme plutôt utile pour contrebalancer, dans de nombreux quartiers, les prêches machistes des imams islamistes.

Les cathos de la Manif pour Tous avaient tapé à coups de missels sur ce programme démontrant ainsi que les intégristes de toutes les institutions confessionnelles savaient s’unir sur l’essentiel : confiner la femme dans un rôle mineur. Le pape vient de les conforter en lançant une manière de croisade « contre la destruction du mariage ».

Son intervention vise plusieurs objectifs plus terrestres que célestes. A l’échelon international, tout d’abord. Après avoir donné de sacrés coups de barre à gauche, en

plaidant la cause des réfugiés, en dénonçant les frontières qui se ferment et les murs qui s’élèvent, le pape François doit maintenant virer à droite, afin de conserver cette position centrale qu’en bon jésuite il tient à conserver pour assoir son pouvoir sur l’Eglise.

 Si le Souverain Pontife ne craint pas les électeurs et peut donc prendre sans grand risque des positions d’avant-garde sur les questions de migration, il doit gérer sa Curie qui grenouille dans les bénitiers romains en coassant moult médisances plus ou moins conspiratoires. François donne donc des gages aux éléments les plus réactionnaires de son entourage.

Il vise aussi l’échelon français en apportant de l’eau polluée au moulin grinçant de la Manif pour Tous. Transformée en parti politique, ce mouvement ultracatho a mené la guerre que l’on sait contre le mariage gay. Aujourd’hui, le mouvement est en perte de vitesse. Plus personne, même à droite, ne veut remettre en question le mariage pour tous. En outre, sa figure médiatique, Virginie Tellenne alias Frigide Barjo, a fait dissidence en créant une boutique concurrente, Avenir pour Tous.

Certes, la Manif pour Tous a suscité un courant – appelé Sens Commun – au sein du parti LR (Les Républicains) qui revendique 8500 adhérents. A la manière des trotskistes dans les appareils de gauche, Sens Commun fait de l’entrisme pour s’emparer des leviers de commande au sein de LR. Il a réussi sa manœuvre en décrochant six postes-clé à la direction régionale du parti de droite en Ile-de-France.

Ce courant a choisi son candidat à la primaire de la droite, en la personne de François Fillon, jugé le plus catho-compatible des concurrents. Et puis sur les affiches, sa tronche d’ancien séminariste a de quoi émouvoir les punaises de sacristie.

Pour se redonner cette vigueur qui fut la sienne naguère, la Manif pour Tous organise un grand rassemblement dimanche 16 octobre. Le pape François ne pouvait faire moins que de l’aider à battre le rappel des fidèles en peignant sur sa muraille le diable de la théorie du genre. Ce faisant, il a pris le risque de prendre en pleine figure le boomerang des affaires pédomaniaques qui continuent d’apparaître dans plusieurs diocèses, dont celui de Lyon. Certains prêtres ont démontré qu’en matière de confusion des genres, il n’était point les derniers.

Avant de faire la leçon à la France laïque, le Saint Père ferait donc bien de balayer devant le porche de ses Eglises, ce qu’il a commencé à faire. Et bien qu’il continue en méditant ce verset de l’Epitre de Paul aux Galates :

Il n'y a plus ni Juif ni Grec, il n'y a plus ni esclave ni libre, il n'y a plus ni homme ni femme; car tous vous êtes un en Jésus-Christ.

Jean-Noël Cuénod

18:21 | Lien permanent | Commentaires (20) | Tags : pape, féminisme, machisme, intégrisme, genre | |  Facebook | | |

04/10/2016

Fin de la presse romande ? Et si on se mobilisait ?

asset-version-b77603d6f4-288047189.jpg

 

 Les projets de Tamedia n’ont jamais été aussi clairs. Propriétaire de la Tribune de Genève et de 24 Heures, les deux plus gros tirages de la presse quotidienne suisse de langue française, le groupe zurichois va réduire ces journaux à l’état de bulletin paroissial. L’effectif sera réduit de 14% dans chacune des deux rédactions. Moult coupes claires ayant déjà été pratiquées, il tombe sous l’évidence que les journalistes ne pourront plus poursuivre la tâche assignée par leurs lecteurs, à savoir informer le plus complètement et le plus honnêtement possible, du Conseil municipal de Meyrin ou du Conseil communal de Vevey jusqu’aux G20 et aux G8.

Aveuglé par sa course stupide aux profits immédiats, Tamedia va donc ruiner à terme ces deux journaux qui, depuis 1762 (Feuille d’Avis de Lausanne devenue 24 Heures) et 1879 (Tribune de Genève), ont fait vivre la démocratie au cœur de la région lémanique.

Il y a deux attitudes possibles devant cette situation. La première consiste à verser des larmes plus ou moins sauriennes qui s’écouleront vers le Léman sans que cela n’élève son niveau d’un seul millimètre.

La seconde a pour but de transformer la colère en énergie créatrice. Les pétitions, les manifs, les déclarations des magistrats genevois et vaudois, tous ces soutiens aux deux rédactions démontrent que si les gnomes de Zurich avaient tablé sur l’indifférence du public pour ourdir leurs mauvais coups, ils se sont lourdement trompés.

Cela dit, comme il l’a déjà été écrit sur ce blogue, il ne sert à rien de vilipender Tamedia. On ne saurait compter sur des Zurichois pour défendre les intérêts de la Suisse romande. L’inverse aurait été aussi vrai, avouons-le.

Les limites de la solidarité confédérale sont aujourd’hui très vite atteintes. Nous ne vivons plus à l’époque d’une Suisse soudée, car entourée de dictatures menaçantes ou située à une étape de Tour cycliste de l’empire soviétique. Il faut donc faire un peu de géopolitique, même à l’échelle de la Confédération. Celle-ci compte au moins trois grands pôles d’activité économiques qui, pour l’instant, sont florissants : Zurich, dont l’influence est prépondérante dans le centre du pays jusqu’au Tessin ; Bâle, qui déborde sur l’Alsace et le Bade-Wurtenberg et l’Arc Lémanique Genève-Lausanne qui attire les autres cantons romands ainsi que la France voisine.

Tout aujourd’hui est soumis à la concurrence la plus féroce. Ces trois pôles n’y échappent pas. Face à la puissance financière de Zurich, l’une des principales places européennes, l’Arc Lémanique ne manque pas d’atout : présence des grandes organisations internationales, d’états-majors de groupes industriels multinationaux et des universités qui figurent parmi les meilleures de la planète et égalent désormais celles de l’espace zurichois.

Dans ce contexte de concurrence, l’Arc Lémanique ne peut pas se passer de médias qui couvrent l’ensemble des activités humaines, du local à l’international en passant par le national.

Laisser à d’autres le soin de raconter le monde, c’est prendre le risque de perdre pied au milieu d’une rivière en crue.

Dès lors, Tamedia ayant réduit ses deux grands quotidiens lémaniques à la portion « qu’on gruge », la création d’un nouveau média, papier et numérique, sous une forme ou une autre, s’invite à l’ordre du jour.

Mais pour ce faire, il faut des fonds. Ils ne manquent pas dans cet Arc Lémanique opulent. Ce qui manque encore, c’est la volonté de ses décideurs économiques à prendre la clef de leur coffre-fort. Sans journalistes professionnels, point d’information de qualité. Mais sans bailleurs de fonds, point de médias.

Le Plouc rêve-t-il en espérant que les décideurs économiques et les professionnels des médias se réunissent un jour pour bâtir le pôle d’information dont l’Arc Lémanique a besoin ? Sans doute, mais cela vaut mieux que de contempler en soupirant les vieilles photos jaunies d’un passé prestigieux pour oublier les vicissitudes d’un présent médiocre.

Jean-Noël Cuénod

17:32 | Lien permanent | Commentaires (48) | Tags : tamedia, presse, crise | |  Facebook | | |

19/09/2016

Vers la fin de la presse romande?

PresseLeman.jpg

La politique managériale groupe de presse zurichois Tamedia menace l’existence des deux principaux quotidiens romandsla Tribune de Genève et 24 Heures (Lausanne).

Propriétaire de ces deux journaux, le groupe Tamedia soumet, depuis des années, ses rédactions à de régulières coupes claires. Les journalistes se sont donc efforcés, au fil des ans, de « faire mieux avec moins », le slogan préféré des Grands Nyaquas des bords de la Limmat. Mais là, trop c’est trop.

Tamedia exige désormais que chaque titre de son groupe soit rentable. Seulement voilà, naguère les titres en question disposaient des importants revenus générés par les petites annonces. Or, aujourd’hui, ce secteur rentable, notamment sur internet, est devenu une entité autonome, privant ainsi les journaux d’une partie de leurs ressources. Et en plus, Tamedia taille sans cesse dans les budgets rédactionnels, alors que les journalistes fournissent les éditions « papier » et numériques.

En d’autres termes, Tamedia se trouve dans la posture du directeur sportif qui exige de son champion qu’il gagne le Tour de France en roulant avec un vélo sans dérailleur.

Selon le syndicat suisse de la communication Syndicom « le print (édition papier) reste très rentable pour le groupe, avec des marges de 14 à 19% » et « il a permis le décollage du digital (internet)». Mais tout à sa logique de goinfre financier, Tamedia veut encore plus de rentabilité. C’est la politique managériale du « marche ou crève » qui va se traduire, selon les Sociétés des rédacteurs concernées, par « une baisse des charges en 2017 qui pourrait atteindre deux millions de francs (1,8 million d’euros) pour chacun des titres. Même si l’ampleur exacte des coupes exigées ne sera révélée qu’à la fin du mois de septembre par Tamedia, l’ordre de grandeur de l’effort demandé fait craindre de nombreux licenciements. »

« Marche ou crève » ? Ce sera plutôt « crève », dans la mesure où en supprimant des postes dans des rédactions déjà exsangues, la Tribune de Genève et 24 Heures ne pourront plus assurer leurs tâches.

Dans notre pays, les « grands régionaux » tiennent une place particulière. Ils couvrent tant l’actualité du quartier que celle du monde, sans oublier le sport, la culture et les pages « opinions ». Ces journaux généralistes sont les fédérateurs de leur région. Ils en assurent la cohérence sociale, le débat citoyen et la mémoire collective. Leur porter atteinte, c’est vider la démocratie de sa substance.

Les sociétés de rédacteurs des deux quotidiens lémaniques font actuellement circuler une pétition qui sera envoyée au Groupe Tamedia. Pour sauver vos journaux et votre patrimoine, signez-la en cliquant ici ! Merci !

Mais il ne sert à rien de vitupérer les gnomes de Zurich. Cette triste situation des médias romands, nous le devons à nous-mêmes. Ce sont les décideurs Genevois et Vaudois qui ont laissé les deux « Julies » tomber dans les mains du groupe Tamedia. Les fonds ne sont pas une denrée rare dans l’Arc lémanique ; nous aurions pu trouver les finances nécessaires pour les maintenir dans leur bassin naturel. Mais il nous a manqué l’essentiel, à savoir de véritables patrons de presse.

Il faudra pourtant bien réagir et recréer un pôle d’information qui nous soit propre, si l’on veut éviter que le tissu social s’étiole dans nos régions. C’est le moment de se réveiller. Le dernier moment.

Jean-Noël Cuénod

19:13 | Lien permanent | Commentaires (35) | Tags : presse, media, tamedia | |  Facebook | | |

15/09/2016

Burkini, ordre public et ordre moral

Burkini.jpg

Un sujet anecdotique soulève parfois des questions qui le dépasse de nombreuses coudées. Ou plutôt de plusieurs brasses puisqu’il s’agit du burkini. Cette polémique aussi estivale que balnéaire pose la question de l’ordre public, de l’ordre moral et de leur périlleuse confusion (Dessin Acé).

Piqûre, non de méduse, mais de rappel : les arrêtés municipaux pris cet été en France pour interdire le port du burkini affirmaient poursuivre cet objectif : assurer la tranquillité des plages sises sur le territoire des communes concernées.

On sait que la plus haute instance administrative française, le Conseil d’Etat, a annulé ces interdictions dans la mesure où aucun trouble à l’ordre public n’avait été constaté, malgré les attentats revendiqués par l’Etat islamique à Nice et Saint-Etienne-du-Rouvray. Les hauts juges administratifs ont notamment expliqué :

 En l’absence de tels risques, l’émotion et les inquiétudes résultant des attentats terroristes, et notamment de celui commis à Nice le 14 juillet dernier, ne sauraient suffire à justifier légalement la mesure d’interdiction contestée.

Le cycle infernal, interdiction-provocation-propagande

Maintenir l’ordre public de façon à pacifier les relations dans l’espace commun est l’une des principales tâches dévolues à l’Etat et à ses organes. Toutefois, cette notion d’ordre public, pour essentielle et nécessaire qu’elle soit, demeure fort délicate à manier.

Si l’Etat – ou son représentant, en l’occurrence un maire – interdit un comportement après que celui-ci a causé du trouble, il sera accusé d’avoir réagi trop tard. S’il l’interdit sans menace sérieuse de trouble, il sera reproché au maire (ou à son équivalent) de violer la liberté individuelle sans nécessité impérieuse.

Il existe aussi un autre péril : l’interdiction d’un comportement suscite des réactions de provocation ; au lieu de supprimer le comportement, son interdiction le diffuse par effet de propagande. Ainsi, de nombreuses intégristes musulmanes bravent-elles en France l’interdiction de porter le voile intégral sur les lieux publics afin de provoquer une réaction de l’Etat et se poser en victime de la répression.

Cela dit, malgré toutes les difficultés inhérentes à son application, l’Etat et ses organes ne sauraient se soustraire à leur devoir de préserver l’ordre public. Pour interdire un comportement, le risque qu’il trouble la paix entre les citoyens doit être imminent et ne peut pas reposer sur l’opinion personnelle du représentant de l’Etat ou sur de vagues soupçons. Déterminer l’imminence du danger, placer le curseur au bon endroit n’ont rien de facile. Mais qui a dit que la magistrature est une occupation pour dilettante ?

De l’ordre public à l’ordre moral

Autre dérive possible : passer de la préservation de l’ordre public à l’instauration de l’ordre moral. Si l’ordre public consiste à pacifier les relations entre humains dans l’espace commun, l’ordre moral vise à contraindre lesdits humains à adopter un ensemble de règles de comportement strictes établies par une idéologie politique et/ou religieuse. Il ne s’agit plus de cette moralité publique un peu vague qui, selon l’ancien ministre et grand juriste français Paul-Henri Teitgen, conduit simplement les individus à se conformer à « un minimum d’idées morales naturellement admises, à une époque donnée, par la majorité des individus. » Avec l’ordre moral, un groupe politique et/ou religieux cherche à imposer sa propre conception du bien et du mal.

Les détenteurs de l’autorité peuvent glisser de l’ordre public à l’ordre moral et prendre leur idéologie politique et/ou religieuse comme critère déterminant pour interdire tel ou tel comportement. Prohiber spécifiquement le port, sur la voie publique, d’une pièce de vêtement à connotation religieuse[1], c’est mettre le doigt dans un engrenage redoutable dans la mesure où le motif guidant l’interdiction relève de l’idéologie. Si l’idéologie change de couleurs, on pourrait se trouver dans le cas de figure inverse avec l’instauration du burkini obligatoire. Ou de la nudité obligatoire. Ou de l’interdiction de porter un maillot publicitaire ou à l’effigie du Che. Par crainte de l’islam, les sociétés sécularisées en viendraient à créer une sorte de police des mœurs pour faire la chasse au vêtement musulman ; elle ne serait pas si différente que cela des polices religieuses de l’Iran et de l’Arabie Saoudite.

Il ne saurait y avoir de « police de la laïcité », sorte d’arbitre des élégances laïques. La laïcité n’impose pas d’autres comportement que le respect de la liberté de conscience et la séparation entre Etat et institutions religieuses.

Cela signifie-t-il que le port de la burqa sur la voie publique, voire celui du burkini sur les plages municipales ne doivent faire l’objet d’aucune discussion, afin d’éviter de froisser les partisans du voile intégriste ? Nullement. Ne pas interdire ne signifie pas approuver. Personnellement, le port de la burqa dans l’espace commun ou, dans une moindre mesure, celui du burkini sur les plages, m’insupportent car ces accoutrements sont la marque d’une régression sur la voie vers l’égalité entre hommes et femmes. Je tiens à l’écrire, voire à le dire aux personnes concernées. Comme je suis prêt à écouter leurs arguments. En revanche, si par un hasard malencontreux, je me trouvais investi d’une autorité de l’Etat, je ne devrais pas faire de cette opinion un critère de décision.

Comme rien n’est simple en ce bas monde, vous allez me rétorquer : « En vous adressant à des porteuses de voile intégral et à leurs proches, vous risquez de provoquer une réaction violente de leur part et de créer ainsi un trouble à l’ordre public. » C’est indéniable, le risque existe. L’apprentissage de la confrontation n’est pas aisé mais ce n’est pas une raison pour l’abandonner en se repliant chacun sur nos petites communautés. L’école apprend-elle à dialoguer entre personnes d’avis opposés ? Espérons-le car il s’agit d’un savoir-faire social de première importance. Mais je laisserai aux enseignants et aux enseignés le soin de répondre.

Un élément essentiel : le contexte local

Dès lors, le seul critère valable pour une interdiction de porter un vêtement – voire de n’en pas porter du tout ! – relève de la tranquillité et de la sécurité publiques et cela dépend surtout des contextes locaux. Sur certaines plages, le burkini est perçu comme une combinaison en néoprène comme en portent les véliplanchistes et n’entraine aucun trouble. Dès lors, pourquoi l’interdire ?  Sur d’autres lieux de baignade, surtout après une série d’attentats commis au nom de l’islam, le burkini est susceptible de provoquer des violences. Dès lors, le maire doit se poser la question d’une éventuelle interdiction qui, bien entendu, reste limitée à son territoire.

Il en va d’ailleurs de même pour les nudistes. Dans certains endroits, ils côtoient des « textiles » sans que cela ne provoque de réaction. Dans d’autres, les « textiles » ne supportent pas la vue de cette nudité et montent sur leurs grands chevaux avec risques de rixes.

Enfin, si la burqa était portée par une poignée de Saoudiennes en vacances, cela n’entrainerait guère que des regards courroucés. Où serait l’atteinte à la tranquillité publique ?  En revanche, si le voile intégral se diffusait plus largement et devenait une arme provocatrice de propagande, la question du trouble à l’ordre public se poserait ipso facto.

Dans ce domaine, il serait faux de prendre une mesure générale valable partout. Tout dépend des mœurs locales et du contexte d’actualité. Un peu jésuite, cette conclusion ? Un brin de casuistique ne messied point à la laïcité !

 Jean-Noël Cuénod

 

[1] Le voile intégral (burqa ou niqab) n’est nullement une obligation prescrite par le Coran et relève d’une coutume. Cela dit, celles qui le portent ou ceux qui contraignent les femmes à le porter cherchent à diffuser un message de type religieux, sous une forme sectaire.

18:14 Publié dans Laïcité | Lien permanent | Commentaires (18) | |  Facebook | | |

09/09/2016

Non François Hollande, la démocratie ne triomphera pas toujours!

le-president-francois-hollande-pose-le-15-septembre-2013-apres-un-entretien-sur-tf1_5143795.jpg

«Je suis candidat tout en ne l’étant pas mais en l’étant quand même mais, chut, faut pas le dire». François Hollande s’est adonné, jeudi, à ce petit jeu qui ne trompe personne mais qui énerve tout le monde. Nicolas Sarkozy s’y était livré avant de se déclarer officiellement le 22 août dernier. L’actuel président et bientôt prétendant à sa succession a choisi la démocratie et le terrorisme pour thème principal de son allocution de pré-campagne.

Les commentateurs ont glosé sur les attaques de Hollande contre la droite et contre ses concurrents à gauche, sur l’inébranlable confiance en son destin qui le caractérise, bien que 88% des sondés n’en veulent – et n’en peuvent – plus (sondage Elabe pour BFMTV publié mercredi 7 septembre). Nous laisserons ces considérations politiciennes pour nous intéresser à ce qui a formé le cœur du discours présidentiel, bien illustré par cet extrait:

 «Au terme de la lutte contre le terrorisme, la démocratie triomphera. [...] La démocratie sera toujours plus forte que la barbarie qui lui a déclaré la guerre».

Illusion. Dangereuse illusion. Non, Monsieur Hollande, la démocratie ne sera pas «toujours plus forte que la barbarie», comme si la démocratie était inscrite dans l’ADN de l’humanité, comme si elle relevait d’un destin que rien ne viendrait contredire. Nul besoin de s’échiner à la défendre, la démocratie triomphera toujours, quoique l’on fasse. Reposons-nous sur nos lauriers républicains.

Cet état d’esprit montre à tel point le président français est encore aveuglé par l’image linéaire du progrès, en cours au XIXe siècle : au fur et à mesure qu’elle avance, l’humanité se libère de ses chaînes et marche d’un pas assuré vers son bonheur démocratique. Pas d’éternel retour, que de l’éternelle avancée.

Le XXe siècle, pourtant, est passé par là pour ruiner cette belle construction hugolienne avec ses chars d’assaut, ses bombes diverses et variées. Mais rien n’y fait. Comme le Ravi de la Crèche, François Hollande sourit d’un air béat à l’inaccessible étoile.

En fait, rien n’est stable dans ce monde en mouvance, ni la dictature ni la démocratie. Rien n'est jamais acquis à l'homme, ni sa force, ni sa faiblesse, ni son cœur. Et quand il croit ouvrir ses bras son ombre est celle d’une croix, écrivait Aragon.

Certes, la démocratie a finalement triomphé de la dictature nazie et fasciste en 1945. Il n’empêche que le totalitarisme a régné pendant 21 ans en Italie, 12 ans en Allemagne, 36 ans en Espagne, 41 ans au Portugal. Et encore, pour battre l’Allemagne d’Hitler, les Etats démocratiques ont-ils dû compter sur l’appui décisif d’une autre dictature, de nature différente, celle de Staline. Il existe de multiples exemples de démocraties qui ont sombré, au moins pendant plusieurs années, dans la dictature. L’Allemagne de Weimar disposait d’institutions exemplaires sur le plan juridique. Elle a été réduite en cendre en une nuit dans le Reichstag en feu. La France de 1940 était un modèle de démocratie parlementaire. Après l’effondrement de son armée, elle s’est réfugiée dans les bras d’un vieux tyran, Pétain. Même aux Etats-Unis, la démocratie a connu de singulières éclipses, notamment durant la ségrégation contre les Noirs, à l’époque du maccarthysme, puis au moment du Patriot Act. Et l’on pourrait multiplier les exemples.

Nous sommes victimes d’une déformation optique. Parce que les plus chanceux des Humains n’ont pas connu d’autres systèmes que celui de la démocratie, ils croient que cet état est immuable. Or, elle ne va pas de soi, la démocratie. La dictature, c’est la loi du plus mafieux : celui qui cogne le plus fort a raison. C’est simple, c’est net. La démocratie, c’est la loi de la majorité dans le respect de la minorité. C’est moins simple, c’est moins net. Cela demande des explications, du dialogue, de la négociation, des efforts. Il arrive que les peuples se fatiguent de ce qu’ils considèrent comme d’inutiles palabres ; ils sont alors prêts pour abdiquer des droits qui ne les séduisent plus et tomber dans les mains de leurs étrangleurs.

hitler_hitlerjugen_1945.jpg

La dictature fascine les jeunes qui ont besoin d’être entouré de cadres précis – rien n’est plus angoissant que la liberté –, de jeter leurs énergies pour un idéal qui est d’autant plus enthousiasmant qu’il met en jeu leur vie. Les derniers défenseurs du führer n’étaient autres que des gamins fanatisés de la Hitlerjugend. Et aujourd’hui, des djihadistes adolescents se font exploser pour l’Etat islamique. Il ne faut jamais sous-estimer le puissant prestige de l’esthétique dictatoriale.

La démocratie, comme le progrès, n’a rien de linéaire. L’un comme l’autre avance d’un pas, recule de deux, avance à nouveau de trois, en fait un autre de côté. Si ligne il y a, elle est brisée.  

Jean-Noël Cuénod

 

17:35 | Lien permanent | Commentaires (41) | |  Facebook | | |

01/09/2016

Macron, le lisse dans la vallée médiatique

Depart-Macron-1024x934.jpg

Les gros médias ont déjà élu leur président de la République. Le gagnant est… Emmanuel Macron, on l’applaudit bien fort ! Dès l’annonce de sa démission du gouvernement, l’ancien ministre de l’Economie a eu droit à un traitement qui, d’ordinaire, est réservé aux chefs d’Etat. Le 20 Heures de TF1 l’a interviewé mardi pendant 27 minutes, avec onction de pommade à la courtisane. France-Info a assuré la retransmission en direct de son discours d’adieu à Bercy. Toutes les « Unes » lui sont acquises. Les colonnes débordent. Les réseaux sociaux, les écrans de toutes tailles, les micros de tous poils succombent, les uns après les autres, à la macronite aiguë, forme nouvelle et française d’une affection ancienne et nord-américaine, la kennedyte. Ils ne mourraient pas tous mais tous étaient frappés. (Dessin d'Acé)

Pourquoi une telle démesure ? Après tout, la démission d’Emmanuel Macron n’a rien d’une surprise. Le Canard Enchaîné rapporte cette blague qui courait naguère à Bercy : « Macron démissionne ? oui, comme tous les jours ! » Ce départ ne pouvait pas intervenir en pleine loi Travail, ni après les attentats de Nice et de Saint-Etienne-du-Rouvray. Qu’il soit annoncé juste à la rentrée n’a donc fait tomber personne de l’armoire.

Fringant yearling contre vieux chevaux de retour

En soi, l’évènement ne peut expliquer une couverture aussi large. Mais voilà, avec sa tronche de premier de classe, son allure de buveur de thé vert bio, son physique de poète égaré dans un monde de brutes, sa dégaine d’énarque satiné, sa sveltesse photogénique, son sourire angélique, son appartenance à la branchitude haut-de-gamme, ce jeune plaît aux vieux et aux dames, sans défriser les jeunes.  C’est le lisse dans la vallée des médias.

 Son récit de vie est bien rôdé : l’amour pour sa prof qu’il a épousée, côté Paris-Match ; son poste d’assistant éditorial du philosophe Paul Ricœur, côté Le Monde ; sa carrière d’associé-gérant à la Banque Rothschild, côté Les Echos.  Les gros médias, fatigués de traîner encore et toujours les mêmes vieux chevaux de retour, genre Juppé, Sarkozy, Hollande, frétillent d’aise devant ce fringant yearling.

A lire le site de son mouvement En Marche (E.M. comme ses initiales, bonjour l’égo !), les idées de Macron paraissent nettement moins juvéniles. Dénonce-t-il les blocages qui empêchent la France de prendre son envol vers le plein-emploi ? Le 16 septembre 1969 à l’Assemblée nationale, l’alors premier ministre Jacques Chaban-Delmas annonçait déjà son programme de lutte contre la « société bloquée ». Depuis, façon mantra, chaque dirigeant politique promet de fabriquer les outils qui serviront à « débloquer la France » mais personne n’a encore trouvé la bonne clé à molette.

En lançant son mouvement, Macron cherche à faire remonter de la base vers le sommet – enfin son sommet ! – les solutions qui dégripperont les rouages. Tout de même, il n’est pas le premier politicien à prétendre « écouter la France » ! Une France qui, à force d’être écoutée, n’est même plus entendue.

Quelle valeur ajoutée ?

Les solutions préconisées par Emmanuel Macron relèvent du social-libéralisme le plus classique, mâtiné d’économie numérique : on concilie égalité et protection des salariés avec limitation des contraintes sociales des entreprises. Dans une première phase, libérale, on libère l’économie pour qu’elle refasse de la croissance ; dans une seconde phase, sociale-démocrate, on redistribue le produit de cette croissance vers la formation et le domaine social. A cet égard, il tient à peu près le même discours que Nathalie Kosciusko-Morizet. Entre autres. Entre beaucoup d’autres. Pour l’instant, on distingue mal la valeur ajoutée par Macron, mis à part son bel emballage.

Il n’a pas annoncé formellement sa candidature à la présidence de la République, tout en laissant entendre qu’il pourrait bien se jeter à l’eau. Il attend sans doute que se lève une vague de sondages encourageants qui le porteraient à officialiser sa participation au triathlon de l’Elysée.

Admettons que l’opinion lui soit favorable, avec quelles troupes partiraient-ils à l’assaut du pouvoir ? Avec les 60 000 internautes qui ont cliqué sur son site ? C’est un peu court, jeune homme ! Sur l’échiquier électoral, Emmanuel Macron est coincé de toute part. Ses positions économiques sont trop proches de Juppé et des centristes. Et il n’a que peu d’appuis à gauche, même sur l’aile droite du Parti socialiste, occupée par son concurrent Manuel Valls

Certes, l’ancien ministre de l’Economie peut compter sur de nombreux relais au sein des grands patrons et des dirigeants de l’économie numérique. C’est indispensable pour recevoir les fonds nécessaires à la création de sa propre structure mais insuffisant pour en faire une machine électorale rapidement opérationnelle.

Fusil à un coup

Emmanuel Macron veut briser les lignes politiques en réunissant le centre-gauche et le centre-droit qui, en France, ne sont jamais parvenus à se réunir, du moins sous la Ve République. En cela, il vise juste car c’est ce que souhaite une majorité de Français à en croire les sondages. Mais le moment présent n’est pas le plus favorable pour accomplir ce grand chambardement. Lorsque les appareils partent en campagne, ils ne peuvent changer de position et d’alliance, au risque de désorienter leurs militants et leurs électeurs. Alors, Macron parie sur le soutien massif que lui apporteraient les internautes et les couches sociales nées de la nouvelle économie, fatigués de voir toujours les mêmes têtes et séduits par l’ancien ministre, l’un des rares acteurs politiques français à comprendre en profondeur le monde numérique.

 Certes, Obama avait triomphé en 2008 en s’appuyant sur les réseaux sociaux, mais il s’y était pris longtemps à l’avance, et non pas neuf mois avant l’élection. La sphère internet est devenue une arme politique de première force. Mais il faut tout de même du temps pour transformer la virtualité numérique en réalité électorale. La fenêtre de tir d’Emmanuel Macron est donc particulièrement étroite. S’il ne parvient pas à créer, maintenant, une vague de fond en sa faveur, il lui sera bien difficile d’assurer la pérennité de son mouvement car Manuel Valls – qui, lui, se prépare pour le coup suivant, soit 2022 – aura tout loisir de se mettre en travers de sa route.

Emmanuel Macron tient dans ses mains un fusil à un coup.

Jean-Noël Cuénod

15446382-macron-les-coulisses-d-une-demission-en-douceur.jpg

18:22 | Lien permanent | Commentaires (17) | Tags : election présidentielle 2017, france, politique | |  Facebook | | |

30/08/2016

La droite aïoli se prend les pieds dans le burqini

topelement.jpg

Valls, Sarkozy et les municipalités de la droite aïoli se sont pris les pieds dans le burqini. La ficelle était pourtant bien épaisse. Le Conseil d’Etat (équivalent en Suisse du Tribunal administratif fédéral) a donc annulé la décision prise par le maire LR de Villeneuve-Loubet (Alpes-Maritimes) d’interdire le burqini sur les plages de son territoire. Les intégristes musulmans ont aujourd’hui beau jeu de crier victoire. Leur piège provocateur a parfaitement fonctionné. En plaçant cette question sur le plan du droit, les élus de droite et le gouvernement Valls leur ont fait une superbe passe dans les seize mètres… Et boum, tir en pleine lucarne !

Avant d’examiner la décision du Conseil d’Etat et ses conséquences, quelques considérations générales sur cette vestition hydro-islamiste. Que le burqini emblématise la régression des droits de la femme, c’est une évidence, même en pays musulmans. Le Plouc a bourlingué au Maroc dans les années 70, est parti en reportages à Alger en 1974 et 1988. A cette époque, le port du burqini aurait provoqué les rires et les moqueries des jolies «gazelles» qui bronzaient en maillot de bain deux pièces sans que des barbons barbus s’en offusquassent.

Revêtir un burqini n’est jamais un libre choix, quoiqu’en disent celles qui le portent. Il s’agit de cacher le corps féminin du regard des mâles, considérés comme des animaux incapables de maîtriser les élans priapiques de leur concupiscence satanique. C’est la plus détestable image des relations entre hommes et femmes qui soit.

Si la France a réagi de façon aussi «burqiniphobe», contrairement à certains pays voisins comme l’Allemagne ou la Grande-Bretagne, c’est qu’elle a développé depuis des siècles la galanterie de cour qui a influencé toute sa société. Cette galanterie est faite de séduction légère, de badinerie réciproque, de joutes oratoires, de courtoisie taquine. La femme y règle son jeu et l’homme se plaît à s’y conformer. Transformer le corps féminin en une sorte de saucisson à la pelure de Néoprène est incompatible avec cette relation qui donne tant d’agrément aux relations humaines. Que les peuples qui ont le français en partage y tiennent, quoi de plus normal ? Mais éradiquer le burqini par la voie règlementaire, c’est une autre paire de manche. Elle a rapidement trouvé ses limites au Conseil d’Etat (voir ci-dessous l’extrait le plus important des considérants de cette juridiction).

La rapide généralisation du burqini induit à penser qu’il y avait anguille sous roche et qu’il s’agissait pour les intégristes musulmans de montrer qu’ils faisaient « corps à part » avec le reste de la société française. En cherchant à provoquer la réaction des autorités, pour mieux se draper dans la toge victimaire, ils ont réussi leur coup. Le burqini a reçu la bénédiction de la justice française qui, en l’occurrence, n’a fait qu’appliquer la loi.

Faut-il alors introduire un texte spécifique, voire changer la Constitution pour interdire une tenue de bain, comme l’a proclamé, lundi, Nicolas Sarkozy ? Le simple fait de poser cette question montre que nous nageons en pleine folie. La Constitution règle les grands principes mais ne doit pas s’abaisser à traiter des questions d’ordre textile au risque de diluer lesdits grands principes dans l’accessoire et le dérisoire.

 Si l’on suit cette pente vertigineuse, on peut s’attendre au pire pour notre liberté individuelle. Les intégristes musulmans pourraient alors se sentir en droit de faire interdire les minijupes, le string, les cuissettes (pour les Hexagonaux, il s’agit de l’expression suisse-romande pour le mot franglais short). Le droit serait ainsi transformé en vaste champ de bataille religieux.

Pour combattre le burqini, le dialogue dans la fermeté et la persuasion restent les meilleures armes. Il faut expliquer les raisons qui président à notre rejet de cet emblème de la servitude. Certes, cela fait moins de bruit dans les médias, c’est moins gratifiant pour le politicien en mal de « beuze ». Mais, petit à petit, au fil des discussions, avec le temps, le burqini retrouvera la seule place qui lui est légitime : la poubelle.

 Jean-Noël Cuénod

 

Principaux extraits de la décision du Conseil d’Etat annulant l’interdiction du burquini

 

(…)Il ne résulte pas de l’instruction que des risques de trouble à l’ordre public aient résulté, sur les plages de la commune de Villeneuve-Loubet, de la tenue adoptée en vue de la baignade par certaines personnes. S’il a été fait état au cours de l’audience publique du port sur les plages de la commune de tenues de la nature de celles que l’article 4.3 de l’arrêté litigieux entend prohiber, aucun élément produit devant le juge des référés ne permet de retenir que de tels risques en auraient résulté. En l’absence de tels risques, l’émotion et les inquiétudes résultant des attentats terroristes, et notamment de celui commis à Nice le 14 juillet dernier, ne sauraient suffire à justifier légalement la mesure d’interdiction contestée. Dans ces conditions, le maire ne  pouvait, sans excéder ses pouvoirs de police, édicter des dispositions qui interdisent l’accès à la  plage et la baignade alors qu’elles ne reposent ni sur des risques avérés de troubles à l’ordre  public ni, par ailleurs, sur des motifs d’hygiène ou de décence. L’arrêté litigieux a ainsi porté une atteinte grave et manifestement illégale aux libertés fondamentales que sont la liberté d’aller et venir, la liberté de conscience et la liberté personnelle (…)

18:55 Publié dans Politique française | Lien permanent | Commentaires (35) | Tags : burqini, islam, france, sarkozy, valls | |  Facebook | | |

19/08/2016

Il y a 80 ans, Garcia Lorca était fusillé

lorca.jpg

 Le 19 août 1936, les gardes civils aux ordre de Franco traquent l’un des plus grands poètes espagnols, Federico Garcia Lorca (1). Ils le débusquent chez un autre poète Luis Rosales, le trainent dans un ravin près de Grenade et le fusillent. 80 ans plus tard, la terre andalouse n’a toujours pas rendu le corps de celui qui l’a célébrée avec tant de ferveur.

Durant cet été 1936, le général Franco trahit la République espagnol qu’il était censé défendre en provoquant l’une des plus sanglantes guerres civiles de l’histoire européenne. Ses troupes contrôlent l’Andalousie. Alors qu’il habitait Madrid, Federico Garcia Lorca ne peut résister à l’appel de sa terre andalouse et, malgré les dangers, se rend dans les environs de Grenade, comme chaque année à pareille époque.

Peu après son arrivée, le Rossignol d’Andalousie doit fuir les franquistes. Il n’est pourtant ni dirigeant politique ni militant, Garcia Lorca. Il est bien pire: un poète et écrivain de théâtre qui est devenu la voix des paysans andalous. Et pour ses bourreaux, gardiens des vertus très catholiques, son homosexualité est une provocation de plus qui mérite bien douze balles dans la peau.

Un rapport de police rapporte de façon lapidaire que Federico Garcia Lorca a été passé par les armes et enterré dans un ravin très difficile à localiser. Tellement difficile qu’à ce jour, personne n’a retrouvé sa dépouille. En 2008, le juge espagnol Balthazar Garzon avait ouvert une enquête sur les crimes du régime franquiste, dont l’assassinat de Garcia Lorca.  Un an après, des fouilles furent entreprises dans un ravin à Viznar, non loin de Grenade. En vain. Comme si elle voulait conserver son amant, la terre andalouse n’a pas rendu le corps du poète. L’enquête contre les massacres du franquisme a été abandonnée par la suite car les tabous laissés par la dictature sont aussi vivaces que le lierre sur un mur en ruine.

Cela dit, hier, une juge fédérale d’Argentine, Maria Servini, a décidé de redémarrer cette enquête pour retrouver les restes du poète et reconstituer les circonstances exactes de son assassinat. Pour ce faire, elle s’appuie sur le principe de compétence universelle en matière d’atteinte aux droits de l’homme.

Si les franquistes sont parvenus à cacher son cadavre, ils n’ont pu empêcher la voix du poète de retentir dans le monde. Pourtant, ils n’avaient pas ménagé leurs efforts en interdisant la publication de ses ouvrages jusqu’en 1953, année qui a vu paraître en Espagne ses œuvres prétendues «complètes» mais atrocement mutilées par les censeurs du Caudillo. Depuis le décès du tyran en 1975, Federico Garcia Lorca est à nouveau à l’honneur dans son pays. Et sa mort continue à faire un bruit du tonnerre comme l’avait prophétisé Aragon dans son poème Un Jour, un Jour (in Le Fou d’Elsa) :

Tout ce que l'homme fut de grand et de sublime

Sa protestation ses chants et ses héros,

Au dessus de ce corps et contre ses bourreaux

A Grenade aujourd'hui surgit devant le crime

 

Et cette bouche absente et Lorca qui s'est tu

Emplissant tout à coup l'univers de silence

Contre les violents tourne la violence

Dieu le fracas que fait un poète qu'on tue (…)

Garcia Lorca est né le 5 juin 1898 à Fuente Vaqueros, dans le domaine de son père, propriétaire terrien. Il vit sa prime enfance en liberté parmi les bergers, les peupliers qui bordent les rivières Cubillas et Genil, les grands champs inondés de soleil. Sa grand-mère et ses tantes l’initient aux fables et légendes qui peuplent l’imaginaire du peuple andalou mais aussi à la poésie de Victor Hugo. Cette expérience première irriguera toute son oeuvre. Loin de se complaire dans une description des paysages, il saisit leur essence, évoque la sage folie des légendes et met au jour la nature en son surréalisme. Le temps n’a plus de limite. Il n’est donc plus le temps. Il est un état d’être permanent, l’état de poésie, comme le disait le poète genevois Georges Haldas, grand admirateur de l’écrivain andalou. En voici un témoignage avec le poème Baile (Bal) tiré de l’un des plus célèbres ouvrages de Federico Garcia Lorca, Romancero Gitano (d’abord en espanol, puis en français avec la traduction de Josiane de Carlo).

 

La Carmen está bailando

por las calles de Sevilla.

Tiene blancos los cabellos

y brillantes las pupilas.

 

¡Niñas,corred las cortinas!

 

En su cabeza se enrosca

una serpiente amarilla,

y va soñando en el baile

con galanes de otros días.

 

¡Niñas, corred las cortinas!

 

Las calles están desiertas

y en los fondos se adivinan,

corazones andaluces

buscando viejas espinas.

 

¡Niñas,_corred las cortinas!

 

Elle danse, la Carmen,

Dans les rues de Séville.

Blancs elle a les cheveux,

Brillantes les pupilles.

 

Fillettes, tirez les rideaux!

 

Sur sa tête s’enroule

Un serpent jaune,

Et elle va, rêvant au bal,

Avec des galants d’autres temps.

 

Fillettes, tirez les rideaux !

Les rues sont désertes,

Et tout au fond on devine

Quelques cœurs andalous

Cherchant de vieilles épines.

 

Fillettes, tirez les rideaux !

 

Quels seront les cœurs andalous qui trouveront les ossements du poète? Peu importe répond son ombre:

Rien n’est plus vivant qu’un souvenir.

 Jean-Noël Cuénod

(1) Dans Les 13 dernières heures de la vie de García Lorca, publié fin juin, l'historien espagnol Miguel Caballero Pérez conteste les différentes versions plus ou moins officielles se rapportant aux circonstances qui ont entouré la mort du poète. Il l’attribue à une vengeance de la famille Alba, ennemie des Garcia Lorca, que l’écrivain avait rudement attaquée dans sa pièce La Maison de Bernarda Alba. Cela dit, la thèse d’un meurtre commis par des franquistes n’est pas pour autant écartée. La haine familiale des uns s’est-elle alliée à la fureur antirépublicaine des autres, qui sait ?

ESPACE VIDEO

15:49 Publié dans Poésie L'Or du temps | Lien permanent | Commentaires (19) | Tags : garcialorca, poesia, espagne, franco, vidéo | |  Facebook | | |

15/08/2016

Burqa? Pas Burqa? Inévitable mauvaise question

femmes-voilc3a9es-islam-plages.jpg

Une polémique en Suisse et des rixes en Corse remettent le voile intégral sur le tapis. Face aux défis jetés par l’islamoterrorisme, relancer un débat sur cette bigoterie textile semble dérisoire. Impossible pourtant de l’éviter…

Parmi les nombreux péchés dans lesquels sombrent les bigots pétromonarchiques et talibanesques, l’emballage des femmes façon niqab, burqa ou, version balnéaire, burqini, n’est pas le moindre. Fourrer dans des sacs à patates, cette sublime création divine qu’est le corps féminin, est un crachat expectoré à la face d’Allah.

Cela dit, faut-il élever cette monstruosité au rang de question principale dans les relations entre les pays européens et l’islam? Face aux défis lancés par l’islamoterrorisme, cette question paraît dérisoire puisqu’elle ne concerne qu’une infime minorité de musulmanes. Néanmoins, l’emballage des femmes revient régulièrement dans l’opinion, comme un emblème inacceptable pour notre société démocratique. Une polémique en Suisse et des rixes en Corse, ont remis le voile intégral sur le tapis. Impossible désormais d’éviter cette mauvaise question.

Récemment, deux conseillers d’Etat socialistes, le Zurichois Mario Fehr et le Vaudois Pierre-Yves Maillard ont publiquement affirmé leur opposition au voile intégral, alors que le Comité d’Erkingen, composé de conservateurs et de membres de l’UDC, a lancé une initiative populaire pour bannir la burqa et le niqab de l’espace public suisse, comme cela se fait déjà au Tessin. Les déclarations de ces deux magistrats socialistes s’opposent à la ligne de leur parti vis-à-vis de cette initiative et ont sorti maints camarades de leur torpeur estivale.

La France a interdit depuis six ans le port du voile intégral mais c’est désormais la version balnéaire de l’emballage intégriste – le burqini – qui est cause de troubles. Le gouvernement Valls envisagerait de l’interdire sur l’ensemble de la République comme le laisse entendre la ministre de la Famille Laurence Rossignol. Plusieurs municipalités de la Côte d’Azur, Cannes par exemple, ont interdit la fréquentation des plages municipales aux «emballées», décision avalisée par la justice. En Corse, le port du burqini a provoqué des rixes sur la plage de Sisco ce qui a conduit le maire de la commune à l’interdire à son tour.

Faut-il prohiber, en Suisse, le voile intégral et en France, le burqini ? Mauvaise question, disions-nous, car nous perdons un temps précieux à polémiquer, débattre, légiférer sur la tenue des musulmanes, alors que nous devons prendre des décisions autrement plus vitales pour éradiquer l’islamoterrorisme: réformes des agences de renseignement – avec tous les problèmes délicats que cela soulève –, unité au sein des pays et du continent pour faire bloc contre le djihadisme, mise sur pied des structures sociales nécessaires à l’intégration des jeunes musulmans dans le circuit économique, dialogue avec les autorités morales de l’islam européen pour qu’elles présentent aux enfants musulmans une offre spirituelle les dissuadant de sombrer le terrorisme. Voilà les vraies, bonnes questions qui sont diablement, si j’ose dire, complexes à résoudre. J’ai peur que la burqa ne les voile et nous pousse à nous contenter du plus facile, à savoir inscrire une interdiction de plus dans la loi (mais la faire appliquer, ce sera une autre paire de burqini !)

Cela dit, depuis la série d’attentats islamoterroristes en France et un peu partout en Europe, les mentalités ont été bouleversées. Ce qui était perçu comme une insulte à la femme est aujourd’hui ressenti comme une intolérable provocation. S’il ne faut pas donner aux signes emblématiques un poids qu’ils n’ont pas, il serait coupable d’en ignorer l’impact. Le voile intégral est inacceptable sous nos cieux. D’ailleurs, les touristes saoudiens pourraient avoir la plus élémentaire politesse de s’en rendre compte afin de ne pas choquer leurs hôtes. Après tout, ces Tartuffe moyen-orientaux n’ont-ils pas exigé des marques suisses de montres qu’elles effacent de leurs boîtiers les croix helvétiques?

Alors, en fin de compte, faut-il ou non le jeter au large, ce voile intégral ? Le seul critère valable à prendre en compte dans nos pays démocratiques est la préservation de l’ordre public. Si celui-ci n’est pas troublé, une interdiction n’est pas nécessaire et serait-même contreproductive en excitant les provocations. Mais si la tranquillité sociale est perturbée par ce genre de tenue – ce qui semble être de plus en plus le cas –, il appartient à l’Etat de faire cesser le trouble en prohibant la burqa de la discorde, comme l’a fait le maire corse de Sisco à propos du burqini.

Dès lors, en Suisse, il faudrait non pas interdire ipso facto le port du voile intégral sur la place publique, mais permettre aux autorités communales, cantonales et fédérales de prendre une telle décision si l’emballage féminin suscite des troubles à l’ordre public.

Jean-Noël Cuénod

20:34 | Lien permanent | Commentaires (69) | |  Facebook | | |