19/10/2017

Weinstein: la puanteur du porc grillé

Weinstein-degueu.jpg

Tapi dans le cerveau reptilien du porteur de slip kangourou, le porc roupille. Le danger serait d’ignorer sa présence, ce qui empêcherait la vigilance de le ramener fissa dans sa bauge. Aucun homme ne peut s’exonérer de sa part noire. Il faut vivre avec ça. Avec ce Ça qui fait partie de la vie. Grâce à qui la vie se perpétue. Mais à cause de qui, elle peut sombrer dans la mort, sous ses formes diverses.

 La culture, commence là : en domestiquant les morts et en domestiquant la Bestiole. La sépulture pour les uns, l’érotisme pour elle.

Oui, l’érotisme ! Evidemment, l’érotisme… Il ne s’attache pas à la reproduction médiatique de l’acte sexuel qui relève de la pornographie. C’est le désir qui est l’objet de toute son attention. Le désir qui naît dans l’imaginaire et se déploie par la sublimation poétique du corps de l’autre. Le désir qui fortifie le sentiment amoureux, qui prépare à l’extase de deux corps se priant l’un l’autre dans la première des communions. Le porc se mue alors en prince charmant. Ou en homme, tout simplement.

En tuant l’érotisme, la pruderie américaine a laissé la porte ouverte à la pornographie, à cet étalage mécanique de la sexualité, sans mystère, sans poésie, genre charcuterie (on reste dans le porc). Et la cupidité de l’hypercapitalisme en a fait un objet de profit. Tout fait ventre et tout fait vendre.

C’est tout ce qu’il connaît, l’hypercapitalisme : le profit et le rapport de force. Comme Weinstein, comme tous les autres dont les regards ne vont pas plus loin que leur groin frémissant, comme tous les grands et petits chefs qui paluchent leurs subordonnées dans les recoins. Weinstein, c’est l’hypercapitalisme personnifié.

Que le mouvement de dénonciation né de la diffusion sur touitteure de #balancetonporc dérape dans tous les sens, c’est la loi du genre. Les réseaux sociaux ne sont pas le lieu idoine pour des conversations au coin du feu. Le sens des nuances leur est inconnu. Mais utiliser leurs caractéristiques pour ne pas entendre les cris de souffrance de ces femmes ou pour les discréditer, cela relève de la Tartufferie (« Quoi de nouveau ? Molière », disait Sacha Guitry). Décidément, le porc grillé, ça pue.

Nous vivons dans une société qui a chassé de tous ses secteurs l’érotisme et la poésie. Comme s’il fallait éradiquer de notre cerveau, ces empêcheurs de se faire aliéner en rond. Nous en payons aujourd’hui le prix. Alors, cette parole qui se libère, jusque dans ses outrances, jusque dans ses injustices, elle fait du bien. Et pas seulement qu’aux femmes.

Comme dans l’amour courtois – qui n’était pas que platonique – c’est à la Dame de définir les règles du jeu avec l’homme. C’est elle qui, en portant la vie, porte le monde.

Jean-Noël Cuénod

Harvey W 2.jpeg

Merci à Acé et à Bernard Thomas-Roudeix, les auteurs des dessins.

17:34 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : weinstein, #balancetonporc, porno, érotisme | |  Facebook | | |

13/10/2017

Catalogne: les deux mulets dans l’impasse

014.JPG

Quelle que soit l’issue de l’affrontement entre Barcelone et Madrid, on connaît déjà les perdants: l’Espagne et la Catalogne. Le premier ministre Rajoy, comme le président de la Generalitat Puigdemont ont déployé toute l’étendue de leur incompétence. Il devient donc urgent de remiser ces deux mulets dans leurs écuries, avant de s’occuper de réensemencer les prés qu’ils ont ravagés.

Carles Puigdemont s’est lancé dans son entreprise séparatiste avec une légèreté qui laisse pantois. Quoi, c’est aujourd’hui qu’il apprend qu’une partie des Catalans ne veut pas de l’indépendance ? Quoi, c’est aujourd’hui qu’il se rend compte que les grands groupes économiques et financiers[1], convergent vers Valence pour ne pas sortir de l’euro ? Quoi, c’est aujourd’hui qu’il se rend compte que Madrid n’allait pas dérouler le tapis vert des négociations pour lui faire plaisir ?

Ce n’est pas à nous mais aux Catalans de décider s’ils veulent ou non l’indépendance. Contrairement à ce que nombre de médias, surtout en France, prétendent, le séparatisme n’est pas forcément illégitime et condamnable en toute circonstance. Il n’empêche que déclencher un tel processus demande une stratégie particulièrement fine, en s’assurant tout d’abord que l’aspiration indépendantiste répond aux vœux d’une très large majorité ; en se ménageant des alliés, notamment dans les autres régions espagnoles, et en prenant langue avec les décideurs économiques pour les rassurer.

Au lieu de cela, Puigdemont a sauté du jet d’Air Ibéria en ayant oublié de prendre son parachute. Le voilà maintenant condamné à balbutier un discours inaudible proclamant l’indépendance tout en la suspendant, ce qui facilite le travail de Rajoy et rend furieux ses alliés d’extrême-gauche du CUP qui exigent la séparation hic et nunc.

1499930897702.jpg

Côté Mariano Rajoy, la situation est tout aussi consternante. Envoyer la Guardia Civil pour matraquer des citoyens en train de voter, c’est prendre le risque de réveiller les vieux démons, de rouvrir les plaies profondes qui ont été mal cicatrisées dans un pays qui a poussé les années franquistes sous le tapis.

Surtout, le premier ministre de la droite hispanocentriste a réduit un problème politique à sa seule dimension juridique et constitutionnelle. A l’instar du Shabbat vu par le Christ, la Constitution est faite pour l’humain et non l’humain pour la Constitution. Ce n’est pas un Coran descendu du ciel, une Constitution. C’est un texte fondamental certes, mais qui est le fruit des rapports de force d’un pays à un moment donné. Elle s’amende, elle se corrige, elle abroge ici, elle ajoute là. C’est un organe politique vivant.

Le gouvernement central aurait dû entamer depuis fort longtemps de discrètes discussions avec les indépendantistes en vue de la modifier. En donnant, par exemple, à la Catalogne la même capacité budgétaire que celle qui a été attribuée au Pays Basque. Il est probable qu’une partie des nationalistes catalans se serait satisfaite de cette réforme. Mais maintenant, c’est trop tard. Les événements se sont enchaînés trop vite pour revenir en arrière.

Mariano Rajoy va brandir l’article 155 de la Constitution pour demander au Sénat (la droite y est largement majoritaire) de placer les autorités catalanes sous tutelle. Cela ne manquera pas de renforcer l’influence des nationalistes les plus radicaux en Catalogne. Et que fera-t-il, Rajoy, comme tuteur des Catalans ? Emploiera-t-il la force au risque de déclencher un mécanisme infernal de répliques et contre-répliques ?

Les solutions paraissent toutes plus mauvaises les unes que les autres, Rajoy et Puigdemont s’étant placés dans la nasse sans la capacité d’en sortir. Le moins pire serait de les y laisser et de confier à un personnel politique plus capable le soin d’entamer le déminage.

 Jean-Noël Cuénod

[1] Sur sept grandes sociétés barcelonaises cotées à l’Ibex 35, l’indice boursier espagnol, six ont quitté la Catalogne.

 

18:18 Publié dans Politique internationale | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : catalogne, espagne, indépendance | |  Facebook | | |

08/10/2017

Catalogne-Espagne, vers le bord du gouffre

 

catalogne-espagne-independance-madrid.jpg

Le Plouc a causé dans le poste à France-Info, dans l’émission de Marie-Christine Vallet, Micro Européen. Echanges à propos de la Catalogne et de ses velléités d’indépendance entre le journaliste espagnol Juan-José Dorado et son confrère suisse Jean-Noël Cuénod, sous la houlette de leur consoeur française. Ici, l’émission, ci-dessous la présentation de l’émission par France-Info

Aux manifestations en faveur de l'indépendance de la Catalogne succèdent les cortèges s'y opposant. La grave crise en Espagne, après le référendum catalan, peut-elle déboucher sur une transformation du pays ? C'est l'une des questions auxquelles répondent les deux invités : Juan Jose Dorado, correspondant du groupe de presse espagnol La Region et Jean-Noël Cuénod, l'un des correspondants à Paris de La Tribune de Genève et de 24 Heures à Lausanne.

Des erreurs politiques

Selon Juan Jose Dorado, il va falloir attendre encore quelques jours pour voir si l'Espagne tombera dans l'abîme. Depuis 2006, quand un nouveau statut a été décidé pour la Catalogne par la Cour constitutionnelle, les tensions ont commencé, et les gouvernements des deux côtés n'ont jamais cherché à dialoguer. Il y a donc eu des erreurs politiques.

Les indépendantistes catalans veulent s'inspirer de la Suisse et aller vers une sorte de fédération. Mais selon Jean-Noël Cuénod, les deux modèles sont totalement différents, notamment parce que les cantons suisses ont tous les mêmes pouvoirs, alors qu'en Espagne, les provinces n'ont pas les mêmes autonomies. Le Pays basque, par exemple, a une capacité budgétaire que la Catalogne n'a pas.

Négocier et transformer ?

La crise actuelle va pousser l'Espagne à transformer son modèle territorial actuel mais cela passe par une négociation. Ce serait bien si elle était menée par des juristes. En tout cas, cette négociation ne peut être qu'interne, l'Union européenne n'a aucun pouvoir d'intervenir dans les affaires espagnoles et la souveraineté de l'Espagne ne se négocie pas.

000_mt06a.jpg

18:12 Publié dans Politique internationale | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : espagne, catalogne, indépendance | |  Facebook | | |

03/10/2017

Las Vegas : l’acte surréaliste du bourgeois terroriste ?

150695143417619-1.jpg

Stephen Paddock, l’auteur de la fusillade de Las Vegas, la plus meurtrière de l’Histoire des Etats-Unis (58 morts, 515 blessés) n’était ni un fou échappé d’un asile, ni un SS réincarné, ni un psychopathe cannibale mais juste un comptable à la retraite.

Les tueurs de masse s’ingénient à briser les clichés en même temps qu’ils arrachent des vies. Des assassins comme Mohamed Merah ­– la Cour d’assises spéciale de Paris juge son frère actuellement –, les frères Kouachi, Amedy Coulibaly étaient bien pratiques. Basanés ou noirs, natifs des banlieues-en-crise, petits délinquants, islamistes radicalisés en prison… Bref, des étrangers avec un passeport français, faciles à ranger dans des cases. Rien de commun avec ces gens-là, n’est-ce pas ?

Pourtant, on savait depuis longtemps que les pires fonctionnaires de la mort nazis se montraient pères attentionnés, hôtes charmants, amateurs de Bach et Mozart, lisant Goethe dans un fauteuil de velours pendant que les fours crématoires fonctionnaient à plein régime. A-t-on assez péroré sur la banalité du mal.

Ce discours s’est estompé car l’humain ne peut pas se résoudre à appréhender sa face la plus maléfique ; il s’efforce de la rejeter sur un autre dissemblable. Et voilà qu’un ancien comptable de 64 ans – tout ce qui a de plus blanc, vivant en bordure d’un golf dans une communauté de retraités au nord d’une petite ville du Nevada – engrange 42 armes à feu et organise de façon millimétrique le massacre de Las Vegas. Certes, l’Etat Islamique revendique la tuerie. Mais actuellement Daech ferait siens les ouragans, les tsounamis et les accidents du week-end. Le FBI n’a pour l’instant établi aucun lien avec l’islamoterrorisme. Et les proches de Paddock affirment qu’il n’avait aucune engagement politique ou religieux.

A première vue, le comptable amateur de poker et de tacos aurait donc commis l’acte surréaliste du bourgeois terroriste tel que le poète André Breton l’avait prophétisé dans Le Second Manifeste du Surréalisme : «L’acte surréaliste le plus simple consiste, revolvers aux poings, à descendre dans la rue et à tirer au hasard, tant qu’on peut, dans la foule». Cette phrase lui est aujourd’hui reprochée par des médiacrates comme Michel Onfray, notamment dans le livre de ce dernier (excellent au demeurant), L’Ordre libertaire, la vie philosophique d’Albert Camus.

 Or, lorsque Breton a rédigé ce passage en 1929, le fait de tirer gratuitement dans la foule est encore inimaginable, sauf par un poète. La boucherie de la Première Guerre mondiale relevait du combat militaire, même si des millions de civils ont été tués. Les attentats anarchistes visaient des groupes humains. Mais tirer au hasard sur n’importe qui, cela ne s’était, à ma connaissance, jamais produit à cette époque. En tout cas pas avec la fréquence que nous connaissons et subissons aujourd’hui.

Il faut laisser au poète la liberté de ses visions. Car c’est bien une vision que Breton exprime sous cette forme véhémente. Et de visions, André Breton n’en était pas dépourvu, lui qui a écrit – en 1925 – dans sa Lettre aux voyantes : «Il y a des gens qui prétendent que la guerre leur a appris quelque chose ; ils sont tout de même moins avancés que moi, qui sais ce que me réserve l’année 1939».

Aujourd’hui, pondre la formule de Breton sur «l’acte surréaliste le plus simple» serait plus qu’odieux, ridicule, car la vision révoltée de Breton en 1929 a rejoint l’actualité de 2017. Ce n’est d’ailleurs plus une vision mais le reflet d’un miroir.

 Jean-Noël Cuénod

18:04 Publié dans Politique internationale | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : lasvegas, terroriste, stephenpaddock | |  Facebook | | |

27/09/2017

Pourquoi tant d’amour en politique ? (+Vidéo)

main.jpg

 Embrassade entre Brejnev et le patron de l'Allemagne de l'Est Honecker. La guerre n'était pas froide pour tout le monde.

C’est devenu un tic et même un média-tic. Chaque fois que le sujet de l’Europe est abordé, les médias hexagonaux glorifient le « couple franco-allemand ». A l’issue du discours d’Emmanuel Macron à la Sorbonne, les débordements conjugaux gaulo-teutons n’ont pas manqué d’envahir gazettes, numériques ou non, boites à babil et étranges lucarnes[1]. Mais pourquoi tant d’amour en politique ?

Cette passion française pour le voisin germanique n’est d’ailleurs guère partagée. A l’image du couple, les médias d’outre-Rhin préfèrent celle du « moteur franco-allemand ». Mercédès plutôt que Pénélope.

La Françallemagne n’est pas le seul domaine qui voit fleurir les métaphores amoureuses. Dès qu’un président français entretient de bonnes relations avec un autre chef d’Etat, la sphère politico-médiatique évoque aussitôt un « flirt » (moult télés et radios ont même parlé d’un « flirt entre Macron et Trump », c’est dire si la métaphore est filée dans ses derniers retranchements !) ; une « idylle, si le « flirt » devient plus poussé ; voire des « fiançailles » si l’« idylle » est en voie de d’être consommée. Et si elle est consumée ? Eh bien, les gazettes déploreront le « désamour » qui commence à s’installer entre les deux pays et craindront une « rupture » et même un « divorce » ! Sortez vos mouchoirs… Mais rassurons-nous d’emblée car, les mœurs évoluant, les « ménages à trois » deviennent plus fréquents, à l’instar de ce titre du Monde : « La Chine et la France dans un ménage à trois avec l’Afrique ». La polygamie et la polyandrie ne sont pas loin.

Il fut un temps où ce genre de clichés cucul-la-praline était l’objet d’une traque impitoyable de la part des correcteurs. Aujourd’hui, ces derniers sont de moins en moins nombreux, quand ils n’ont pas disparu. Hélas ! Mais ce phénomène n’explique pas à lui seul cette fâcheuse tendance à ramener les débats politiques sur le terrain de l’affectivité et des relations conjugales ou extraconjugales. Comme si la politique devait rester claquemurée dans les alcôves et chambres à coucher.

Je vois d’ici les machos piétiner sur leurs gros sabots et mettre ce sentimentalisme journalistique sur le compte de la féminisation de la profession. Rien n’est plus faux ; les hommes se montrent tout aussi prompts que leurs consœurs à nous servir du sirop de mièvrerie. Ce n’est pas une affaire de genres mais plutôt de formation et, surtout, de climat idéologique.

L’amour sorcier du pouvoir

macragenoux.jpg

Jadis, les journalistes venaient des horizons les plus divers. Certains sortaient des facs de lettres, de droit, d’économie, ou même de théologie, voire de professions aussi variées que la comptabilité, les assurances etc. D’autres provenaient de la filière des typos. Chacun arrivait donc avec son bagage particulier pour accomplir son stage et disposait des résistances naturelles pour éviter le formatage. Aujourd’hui, une grande partie des journalistes, voire la majorité, s’est coulée directement dans le moule des écoles professionnelles, sans avoir disposé de ce temps d’expériences d’adulte hors de la sphère des médias. D’où risques accrus de formatage qui induit les uns et les autres à se copier.

Cela dit, des causes plus profondes expliquent sans doute cette omniprésence de la métaphore sentimentale. Elle permet de distraire les citoyens en posant un voile de mariée sur la réalité des rapports de force politiques. Chaque époque à ses contradictions. La nôtre consiste à mettre en scène la violence et à prôner l’euphémisme consensuel dès que le pouvoir est en jeu. La violence développe un aspect hypnotique qui est utilisé par la publicité pour faire tourner la machine commerciale. Mais dès qu’il s’agit d’interventions sur le terrain politique, la violence doit retourner à la niche, de peur qu’elle embrase toute la société. D’où la tentation de dédramatiser les jeux de pouvoirs en les érotisant. Dans cet exercice, la France semble mieux armée, de par sa longue culture courtoise, que d’autres sociétés plus rugueuses. La métaphore sentimentale en politique permet donc de contenir la violence sous-jacente dès qu’il s’agit de rapports de force.

 Mais elle peut aussi aller à fin opposée. La sphère médiatique, en réduisant tout à la sentimentalité, risque d’attirer le contraire de celle-ci, la haine. Le tout est donc de faire preuve de mesure en disant les choses telles qu’elles sont, sans chichi. Evidemment, ce n’est pas très sexy.

Jean-Noël Cuénod

VIDEO

Et un petit coup de « Foule sentimentale » pour la route !

 

[1] Hommage à l’inventeur des deux dernières formules, l’ancien directeur du Canard Enchaîné, feu Roger Fressoz, alias André Ribaud, inoubliable rédacteur de la chronique des années gaulliennes, « La Cour ».

17:51 Publié dans Politique française | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : europe, france, allemagne, merkel, macron, amour | |  Facebook | | |

22/09/2017

Ni gauche ni droite, la fumisterie fait long feu

Rediabolisation-FN.jpg

Associer le flamboyant président Emmanuel Macron au malencontreux démissionnaire du FN Florian Philippot semble pour le moins audacieux. Ils présentent pourtant un point commun : chacun dans son camp et à sa manière a promu la notion de « ni gauche ni droite ». La fumisterie aujourd’hui fait long feu (dessin d'Acé).

Macron a associé à son « ni gauche ni droite », un concept publicitaire qui lui a permis de marcher sur les deux trottoirs en même temps, le fameux « et de gauche et de droite ». Premier temps : en bolidant sur l’autoroute vers le pouvoir, je refuse d’être borné par le classique clivage de la politique (ni gauche ni droite). Second temps : pour ma com’, je pioche ici à gauche, là à droite pour réaliser la synergie dans les urnes (et de gauche et à droite). Une soustraction accolée à une addition. Le macronisme est un oxymore idéologico-arithmétique. Ce mythe a pulsé à plein régime durant les élections présidentielle et législative. Mais, rançon de cette gloire éphémère, Président Toutneuf, risque de cumuler les mécontentements chez ses électeurs des deux camps. D’où l’actuel effondrement de sa cote de popularité. Mais souvent sondage varie, bien fol qui s’y fie. Ce n’est point cet aspect qui a fait tomber les masques macroniens.

Maintenant que ses réformes se précisent et commencent à entrer dans la viande sociale, le président apparaît pour ce qu’il est, à savoir un chef d’Etat représentant la droite libérale. Ce n’est pas lui faire injure, c’est tout simplement dresser un constat qui tombe sous le coup de l’évidence.

Les premières mesures d’Emmanuel Macron dessinent ce qui figurait bien dans son programme mais que ses électeurs de gauche n’ont pas voulu percevoir. Il s’agit d’accepter et de faire accepter le capitalisme financier-globalisé comme une fatalité aussi incontournable qu’indépassable et de préparer les Français à s’y adapter. Pour Macron, s’opposer à cette réalité est vain ; ne nous ferait que perdre du temps et de l’énergie. Il n’y a pas d’alternative, air connu depuis Margaret Thatcher et sa « Tina ». L’important est de donner toute facilité aux entreprises pour qu’elles se coulent dans le moule du capitalisme financier-globalisé. Le sort des salariés est secondaire. Il s’agit pour eux d’admettre que la précarité de l’emploi et les baisses de salaires seront le prix à payer pour une reprise économique qui annoncerait la fin du chômage de masse. Il y aurait moins de chômeurs et davantage de salariés sous-payés, un peu comme en Allemagne. La droite française en rêvait, Macron est en train de le réaliser. Dès lors, l’Hexagone retrouve le bon vieux clivage gauche-droite bien tranché, avec Jean-Luc Mélenchon comme seul opposant digne de ce nom. Un clivage qui n’avait jamais disparu mais qui fut occulté par les fumées macroniennes.

Clivage politique fondamental

Dans-Des-paroles-et-des-actes-Florian-Philippot-sort-une-boite-de-tranquillisants-pour-Manuel-Valls.jpg

Emmanuel Macron ne devait sans doute pas croire à son « ni-gauche-ni-droite-et-de-droite-et-de-gauche ». En revanche, il est vraisemblable que Florian Philippot, lui, comptait bien imposer son « ni gauche ni droite » au Front national. Après tout, ce n’est pas Philippot qui a inventé ce slogan; il figurait sur les affiches frontistes dès les années 1990 (c’était d’ailleurs durant les années 1930, le slogan du Parti populaire français-PPF, le parti fasciste de l’ex-communiste Jacques Doriot-voir la photo d’une affiche du PPF pour célébrer le 1er Mai).ppf.gif

Venant de la gauche souverainiste de Jean-Pierre Chevènement,  Philippot n’a pas manqué de l’exhumer. Il a convaincu Marine Le Pen du bien-fondé de cette renaissance. La frontiste était d’autant plus convaincue des opportunités offertes par cette ligne politique qu’elle voulait conforter et développer ses positions électorales au sein des ouvriers. De plus, son implantation dans le Nord de la France, terre jusqu’alors fortement ancrée à gauche, ne pouvait que la conduire à prendre cette posture. Que d’aucuns qualifieront d’imposture !

Ce Front national « ni gauche ni droite » devait présenter à l’électorat populaire une offre qui, grosso modo, copiait le programme économique et social de la France Insoumise mais en y ajoutant la touche frontiste, à savoir la lutte contre l’immigration, et en faisant la promotion de la souveraineté monétaire, dada de Florian Philippot. La tactique aurait pu se révéler payante ; avec 10,6 millions de voix captées au second tour de la présidentielle par Marine Le Pen, elle a d’ailleurs failli réussir. L’élan n’a été brisé que par l’effarante prestation de la cheffe frontiste lors de son débat avec Emmanuel Macron. Nous revenons de loin. Ne l’oublions pas.

Ce calamiteux (pour le FN, bien sûr !) débat a eu pour conséquence de donner aux frontistes opposés à Phillipot et à sa ligne politique le prétexte pour l’éliminer puisqu’il était chargé de préparer Marine Le Pen à l’affrontement télévisuel. Dès lors, sous l’impulsion de l’aile nationale-libérale-conservatrice du FN, le parti du clan Le Pen vient d’éjecter Florian Philippot et avec lui sa ligne « ni gauche ni droite », son souverainisme monétaire qui a fait tant peur aux épargnants et aux retraités.

Le Front national va donc en revenir à la défense du libéralisme économique tout en s’opposant au libéralisme des mœurs et en accentuant la propagande xénophobe. Bref, le FN va retrouver ce bassin d’extrême-droite – où barbote, notamment, l’UDC suisse – sans chercher à faire le grand écart avec l’autre extrême.

Ces dernières semaines auront eu le mérite de nous rappeler que le clivage gauche-droite n’est pas qu’une vague idée parmi d’autres. Il est le fondement même de la politique.

 Jean-Noël Cuénod

17:24 Publié dans Politique française | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : politique, france, macron, philippot, gauche, droite, fn | |  Facebook | | |

18/09/2017

Théâtre : le Tartuffe de Fau prêche le vrai (+vidéo)

Par son génie Molière parvient à déceler ce qui traverse les siècles dans les rapports sociaux en permanente mutation. Le Malade Imaginaire se porte toujours comme un charme. Quant à Tartuffe, la mise en scène de Michel Fau (qui joue aussi le rôle-titre) au Théâtre de La Porte Saint-Martin démontre à quel point, il reste un personnage-clé au XXIe siècle.

Bien sûr, tout le monde a les yeux braqués sur Michel Bouquet – il aura 92 ans le 6 novembre – qui campe un Orgon plus borné que jamais. Mais pour impressionnante qu’elle soit, cette performance ne devrait pas masquer ce qui fait la justesse du parti-pris de Michel Fau. Les décors baroquissimes d’Emmanuel Charles (assisté par Emilie Roy) font allusion au XVIIe siècle mais leur grandiloquence peut caractériser toutes les époques. Il en va de même pour les costumes de Christian Lacroix (assisté par Jean-Philippe Pons) qui évoquent l’Ancien Régime sans pour autant s’y appesantir. Costumes, décors et mise en scène n’occultent pas le contexte historique de l’œuvre, tout en lui ménageant les ouvertures nécessaires pour que le spectateur se dise : « Mais enfin, Tartuffe, c’est le portrait craché de mon voisin ! » 

Réussite de Michel Fau en tant que metteur en scène, donc. Et même constat pour son travail d’acteur. Le rôle-titre est d’autant plus malaisé à incarner que Molière lui a réservé de longues plages d’absence. L’acteur doit faire en sorte de donner une telle épaisseur à son personnage que sa présence reste palpable lorsqu’il n’est plus sur scène. Fau a relevé ce défi. Impossible d’oublier la figure chafouine de ce Tartuffe, une figure qui, si l’on ose dire, appelle les coups de pieds aux fesses.  Michel Fau prêche le vrai en réunissant en lui la masse des bigots gouroutiques, d’ici et d’ailleurs, d’aujourd’hui, de naguère et de jadis. En se drapant dans sa toge de soie rouge cardinalice, il les enrobe tous.

Les autres acteurs – Juliette Carré (la mère d’Orgon), Nicole Calfan (sa femme, Elmire), Bruno Blairet (Cléante), Georges Bécot (l’huissier), Alexandre Ruby (le fils d’Orgon, Damis), Dimitri Viau (L’Exempt) ­– sonnent au diapason. Un bémol majeur pour Christine Murillo, pétulante et maternante Dorine. Les deux plus jeunes acteurs – Justine Bachelet (Marianne, la fille d’Orgon) et Aurélien Gabrielli (Valère, le prétendant d’icelle) – ont moins convaincu Le Plouc. Comme il arrive souvent aux acteurs de leur âge, la diction est imparfaite et la voix, mal posée. Le contraste avec les comédiens plus chevronnés est saisissant.

Théâtre politique au sens le plus élevé

Le Tartuffe est une pièce politique au sens le plus élevé – et même aérien – du terme. Elle est même révolutionnaire sous bien des aspects en ce qu’elle renverse les rôles sociaux, alors même que son auteur était le protégé de Louis XIV qui fit de l’Etiquette la clé de voûte de son pouvoir. Comme souvent chez Molière, les domestiques tiennent une place inversement proportionnelle à celle qu’ils occupent dans cette société plus fixée que figée. C’est Dorine qui est la gardienne du bon sens et s’évertue à défendre les intérêts de la famille. Elle n’hésite pas à houspiller, à bousculer, à railler son maître. D’ailleurs, les femmes ont le beau rôle, à l’instar d’Elmire qui déploie toute l’étendue de sa finesse pour déciller les yeux d’Orgon, son mari, et confondre Tartuffe.

Alors que les hommes apparaissent englués dans leur crétinisme (Orgon), leur cynisme (Tartuffe) et leur impuissance verbeuse (Cléante), Dorine et Elmire agissent, manipulent les marionnettes mâles et triomphent.

La scène finale est particulièrement parlante. Orgon se désole d’avoir fait donation de sa maison au Gourou lubrique qui a pris pour complice, la justice personnifiée par le mal (ou trop bien) nommé Monsieur Loyal, huissier de son état. C’est alors que le représentant du Roi transcende l’acte judiciaire pour chasser l’injustice et embastiller Tartuffe.

Bien entendu, Molière se devait de caresser son Louis XIV dans le sens du poil de perruque et donner ainsi à celui qui le protégeait les gages nécessaires pour demeurer en Cour. Mais cela va beaucoup plus loin. Dans toute cette pièce où il n’est question que de Lui, Dieu n’intervient jamais. Nulle statue du Commandeur mise en mouvement par l’Eternel pour rétablir la justice, comme dans Don Juan. Certes, le Roi est de droit divin mais il reste un humain. Et c’est lui, royal mortel, qui se substitue à Dieu pour faire justice. A l’époque, une telle idée est explosive. Louis XIV, bien qu’il appréciât fort la pièce, l’avait interdite de représentation publique pendant cinq ans et Molière dut en rédiger une nouvelle version.

Il est aussi remarquable qu’aucun homme d’Eglise ne vienne porter contradiction à l’imposteur. Celui qui tient le rôle du bon chrétien sage et aristotélicien n’est pas un prêtre mais un laïc, Cléante, le beau-frère d’Orgon. Ce sont donc les humains qui tiennent tout en main dans leur sphère d’activité. En cela, Molière met en scène les paroles de l’Evangile, « rendez à Dieu ce qui est à Dieu et à César ce qui est à César ». Mais l’Eglise officielle se souciait de l’Evangile comme de sa première chasuble. Elle ne visait qu’à se maintenir au pouvoir. L’institution ecclésiastique aurait pu se satisfaire de la peinture d’un dévot hypocrite. Mais le fait d’être ainsi écartée de l’acte final où justice est faite, avait de quoi la bouleverser. Cent-vingt ans après la création finale de la pièce (1669), c’est la France puis l’Europe qui seront mises cul par-dessus tête.

 Jean-Noël Cuénod

ESPACE VIDEO 

Le Tartuffe – Théâtre de la Porte Saint-Martin – Paris – Renseignement : https://www.portestmartin.com

17:51 Publié dans Théâtre | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : théâtre, molière, michel bouquet, tartuffe | |  Facebook | | |

13/09/2017

Lettre au camarade inconnu

Part-PAR-ARP3278129-1-1-0.jpg

Les lendemains chantent sur cette photo d’un ouvrier aux yeux clairs brandissant le poing. Derrière lui, son copain fumeur de pipe se marre comme s’il avait fait une bonne farce aux patrons. Nous sommes le 30 mai 1936, dans l’une des nombreuses usines parisiennes en grève après la victoire du Front populaire. Lettre à un camarade inconnu.

Cher camarade,

Je t’écris du futur. De ce futur auquel tu as sans doute voué ta vie. Il y a dans ton regard tout l’espoir du monde. Tu n’étais qu’une fiche dans le casier de l’horloge-pointeuse, te voilà, non plus sujet, mais citoyen. Pour la première fois, tu as prise sur ta vie. Ton usine, c’est toi et tes potes qui la maîtrisent en ce 30 mai 1936. Et le patron devra en passer par les négociations. C’est lui qui tremble, désormais.

 Au début du mois, le Front populaire a remporté les élections. Dans la foulée, les grands bataillons du prolétariat, enfin unis, se lancent dans la bataille sociale. Grèves dans toute la France, usines occupées. La justice et la fraternité semblent à portée de main. Après des années de luttes et de privations, de colères rentrées et de révoltes avortées, toi et les tiens approchent enfin du but. Le socialisme, ce grand soleil qui illuminait tes nuits, est débarrassé de ses brumes. Il fait chaud en ce mois de mai, comme un printemps qui n’en finirait jamais.

Dans trois mois, les premiers accords de Matignon t’offriront ce que ton père n’osait même pas rêver : les congés payés et les 40 heures de travail hebdomadaire sans diminution de salaire. Tu entends encore ton paternel : « Tu vois un peu le patron nous payer à rien foutre ? Et bosser 40 heures par semaine pour la même paye ? Mais c’est de la folie tout ça ! Ils ne voudront jamais. » Eh bien « ils » ont dû céder ! Le papa et la maman iront bientôt avec les gosses voir enfin la mer.

Bien sûr, tout ne tombe pas cuit dans le bec. Il faut se battre ; ce que le patron te donne, il cherche aussitôt un biais pour te le reprendre. Dans quelques mois, l’inflation, cette hyène affamée, va bouffer les augmentations de salaire que tu viens d’arracher.

Bien sûr, tu seras trahi à toutes les sauces durant le XXe siècle. Et par les tiens, qui plus est. Du moins, les tiens qui prendront du galon à l’usine, au syndicat, en politique.

Si tu es socialiste à la SFIO, tes élus te conduiront dans des guerres, surtout en Algérie, dont tu auras tout à perdre et rien à gagner. Et ils renonceront à combattre le capitalisme pour un plat de lentilles. Copieux d’abord, le plat de lentilles, puis se réduisant au fil des crises, avant que le Parti socialiste lui-même se dilue dans l’impotence.

Si tu es communiste, tes dirigeants couvriront les pires horreurs du goulag au nom d’une « dictature du prolétariat » qui n’est autre qu’une dictature sur le prolétariat, commise par de nouveaux bourgeois encore plus rapaces que les anciens. Au XIXe siècle, l’anarchiste Michel Bakounine avait pourtant lancé cet avertissement : Prenez le révolutionnaire le plus radical et placez-le sur le trône de toutes les Russies ou confiez-lui un pouvoir dictatorial [...] et avant un an il sera devenu pire que le Tsar lui-même.

A propos d’anar…Peut-être l’es-tu après tout ? Alors tu en baveras comme tes camarades tués à droite et à gauche, fusillés à Kronstadt par Trotski, éradiqués par Staline, massacrés par Franco et Hitler, assassinés par Mussolini, emprisonnés ici, exilés là. Les anarchistes ne tiennent guère le couteau par le manche. Ils ne t’ont pas déçu, eux. Soyons lucides, ils ne se sont pas souvent trouvés en position de décevoir quiconque.

Aujourd’hui, tes descendants sont éparpillés dans des métiers improbables et jetables. Remplacé par des décideurs hors-sol, le patron d’autrefois a disparu. On le détestait souvent. On le haïssait parfois. Mais enfin, il avait un visage.

Le futur n’est plus ce qu’il était, cher camarade. Tu seras vendu, spolié, bafoué. Mais ce moment-là, où tu brandis ton poing joyeux, personne ne pourra te le voler. Il reste inscrit pour l’éternité. Ton regard clair nous assure toujours que l’impossible est possible.

Jean-Noël Cuénod

17:18 Publié dans social | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : social, lutte, histoire | |  Facebook | | |

07/09/2017

Genève ou le déclin doré sur tranche

logo-TDG-1.jpg

Il n’y aura plus de quotidien 100% genevois, désormais. Les rédactions des pages « Suisse », « Monde », « Economie » et « Sports » de la Tribune de Genève et de 24 Heures (Lausanne) seront concentrées en une seule entité basée à Lausanne. Ne subsisteront dans les deux quotidiens que les pages locales et culturelles. Genève, ville internationale… Vraiment ?

Cette involution est tout sauf surprenante et ne constitue qu’une étape supplémentaire dans le long processus agonique du quotidien genevois créé en 1879 qui est passé des mains du groupe lausannois Edipresse en 1991 à celles du zurichois Tamedia en 2011. Que Zurich ait choisi Lausanne pour vassal principal, voilà qui n’a rien d’étonnant. Les bonnes âmes mettront la géographie en avant en excipant du caractère plus central de la capitale vaudoise. Mais cette explication ne suffit pas. La vérité est, hélas, plus rude à entendre pour nos oreilles genevoises.

Lorsque le visiteur débarque à Cointrin ou à Cornavin, il est saisi ­par les multiples travaux de constructions qui rendent la circulation problématique, le caractère cosmopolite de la ville, l’activité qui paraît prospère, les bagnoles de luxe qui engorgent le pont du Mont-Blanc. Et pourtant, Genève amorce depuis plusieurs années son déclin. Un déclin doré sur tranche. Mais un déclin tout de même.

Sur le plan de l’animation culturelle, Lausanne a bien su gérer la culture « squat », celle qui irrigue la jeunesse de toute sa vitalité. Au contraire, Genève l’a brimée et misé sur l’élite et son prestigieux Grand Théâtre. C’est bien pour conserver la culture du passé. C’est nul pour développer celle de l’avenir. Au moment où Lausanne s’est réveillée, Genève s’est endormie.

D’autres signes de déclin sont apparus. Alors que le Servette FC était l’un des plus grands clubs de foot de l’Histoire suisse, avec ses exploits en coupes européennes, il ne s’est trouvé aucune force à Genève pour le replacer à son niveau.

De même, les succès électoraux des partis démagogistes – UDC et MCG – ont illustré le mécontentement populaire devant ce déclin mais ces choix funestes ne pouvaient qu’aggraver la situation. Sur le plan national, l’UDC, notamment par les déclarations de Blocher[1], a démontré le peu de cas qu’il faisait des Romands et de leurs intérêts. Dès lors, du point de vue genevois, voter pour ce parti revient à élire un chasseur au parlement des chevreuils.  

Quant au MCG, sa haine contre les frontaliers français relève de la stupidité suicidaire. A l’étroit dans ses limites, la ville-canton a besoin de son arrière-pays savoyard et gessien pour se développer harmonieusement. Le MCG ignore encore qu’on peut changer beaucoup de choses dans le monde, mais pas la géographie. Par son pouvoir de nuisance, ce parti a contribué fortement au déclin en s’opposant à ce que Genève devienne une grande métropole transfrontalière.

Pour un média vraiment indépendant à Genève

Le triste sort réservé à la Tribune de Genève n’est donc pas séparable de ce processus de régression. Il ne sert à rien d’incriminer les « vilains Zurichois » et leurs « vassaux lausannois ». Inutile aussi de mettre nos déboires sur le compte de la révolution numérique qui a bouleversé les médias de fond en comble. Elle n’a épargné personne, cette révolution ; force est de reconnaître que d’autres ont su, bien mieux que nous, tirer leur épingle du jeu (ou les marrons du feu, c’est selon). Nous autres Genevois sommes les premiers responsables du déclin de la République et canton en général et de sa presse[2] en particulier.

Le député PDC Guy Mettan – qui a dirigé la Tribune de Genève – a déposé une motion au Grand Conseil (parlement genevois) pour tenter de s’opposer au projet de transfert rédactionnel à Lausanne et lutter en faveur d’une presse locale forte et indépendante. Heureuse et courageuse initiative qui rompt d’avec la torpeur ambiante. Il convient de la soutenir car tout est bon pour éteindre le feu au lac. Toutefois, ne nous berçons pas d’illusion. Le groupe Tamedia ne changera pas de politique et tout ce qui pourra être dit à son propos glissera comme gouttes d’eau sur les plumes des cygnes qui attendent leur pitance au pied de l’Ile Rousseau.

Si Genève veut à nouveau détenir un média qui représente la vision du monde d’une ville internationale tout en développant les informations locales et transfrontalières, elle ne doit tabler que sur elle-même en créant une plateforme médiatique qui harmonise éditions « papier » et numériques. En effet, il ne faudra pas compter sur les autres pour défendre le point de vue et les intérêts d’une cité qui ne sera jamais comme les autres, de par son Histoire si particulière.

Les talents existent. L’argent abonde. Il manque l’essentiel : la force morale.

Cette nouvelle étape dans l’agonie médiatique réveillera-t-elle « l’esprit genevois » ,dont nous nous sommes tant glorifiés naguère, pour créer cette plateforme d’information ? Le Plouc n’est guère optimiste. Mais il aimerait tant que ses concitoyens le détrompent !

Jean-Noël Cuénod

 

[1] Basler Zeitung, 13 février 2014 : « Les Romands ont toujours eu une conscience nationale plus faible. »

 [2] Lorsque Le Plouc était stagiaire, c’est-à-dire il y a quelques millénaires, entre 1972 et 1975, il y avait à Genève cinq quotidiens : Voix Ouvrière, Journal de Genève, La Suisse, Le Courrier, Tribune de Genève. Le quotidien socialiste Le Peuple-La Sentinelle venait de disparaître en 1971.

18:07 Publié dans Politique suisse | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags : genève, médias. | |  Facebook | | |

06/09/2017

MAUDIRE ET MOTS DIRE

b3654a569fb078776b948f3bfd243934.jpg

Un poème qui vient de sortir. Prenez-le, si tel est votre désir.

 Prendre les mots par la main

Par les pieds par les oreilles

Par tous les bouts qui dépassent

Oui même là et là

Les dresser pour les placer

Dans la clairière du temps

Rangs serrés garde-à-vous fixe

Pas un mot plus haut que l’autre

Qu’ils fassent silence complet

Qu’ils soient maudits sans mot dire

 

Ils ont commis tant de crimes

Ourdi tant de trahisons

Précipité tant de chutes

Annoncé tant de défaites

Désignant sage le fou

Laissant le sage sans voix

Glorifiant le poltron

Humiliant l’homme-droit

Adorant tous les reflets

Haïssant tous les soleils

 

Les mots sont tous enduits

De mélasse et de mensonges

Pour capturer notre esprit

Et nous le rendre poisseux

Que nul n’échappe à leur glu

A leur sirop de fiel

Amertume doucereuse

Confuse confiserie

De l’or ils font de la boue

Alchimistes à l’envers

 

D’eux plus rien à tirer

Nul besoin de jugement

Abattons-les sur-le-champ

Non c’est mieux noyons-les

Dans la rivière d’acides

Qu’aucun d’entre eux n’en réchappe

Le feu qu’ils ont étouffé

Ne peut plus les consumer

Alors que le feu liquide

Les ronge jusqu’à la moelle

Jean-Noël Cuénod

17:42 Publié dans Poésie L'Or du temps | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : poésie, poème, mots, mort | |  Facebook | | |

02/09/2017

Un statut pour le Premier Chien de France !

french-president-emmanuel-macron-s-dog-a-labrador-crossed-griffon-named-nemo-is-seen-at-the-elysee-palace-in-paris-france_5935130.jpg

Nemo, Labrador d'Etat.

Nul en France n’ignore le nom du chien adopté par Emmanuel Macron, Nemo, ni son destin tourmenté de labrador croisé griffon abandonné à Tulle. A Tulle, ville du prédécesseur ! Tout un programme ! Nemo s’inscrit donc dans la longue liste des chiens présidentiels. Mais voilà qu’une lacune béante s’ouvre sous ses pattes : le Premier Chien de France n’a pas de statut.

Vous allez m’accuser de sombrer dans le mauvais goût le plus indigne en faisant ainsi allusion au statut de Première Dame de France qui a retenu l’attention des médias bien plus que les ordonnances sur la loi Travail. Certes. Mais êtes-vous conscients du rôle éminent tenu par la gente canine dans l’Histoire ?

 Les « chiens blancs du Roy » étaient bichonnés par Henri II – qui s’occupait personnellement de leur nourriture – François 1er, Henri IV et Louis XIV. Charles IX allait même jusqu’à partager ses repas, son bain et sa couche avec sa chienne Courte (on ne sait ce que la Reine Elisabeth d’Autriche en pensait). L’auteur des Animaux Célèbres (Editions Arléa), Michel Pastoureau, nous apprend que Courte était revêtue « d’un vêtement de velours vert qu’un valet lui enfilait au moment du coucher. »

La monarchie présidentielle ne pouvait faire moins. Passons sur Bébé, le canard que Jules Grévy chérissait en lui donnant chaque jour à manger dans les jardins de l’Elysée. Les canards, surtout enchaînés, portent la guigne aux présidents. Charles de Gaulle, malgré son affection pour Rasemotte – le gorgi offert ­par l’inévitable Reine d’Angleterre – et pour son matou Grigri, n’avait pas gardé à l’Elysée ces deux dignes représentants du règne animal; ils devaient rester dans la propriété privée, à La Boisserie, Colombey-les-deux-Eglises. Il faut ajouter aussitôt que de Gaulle et tante Yvonne préféraient nettement le charme barrésien de leur propriété chaumontaise aux ombres pécheresses du Palais de la Pompadour.

A partir de Georges Pompidou, l’Elysée a connu le règne du labrador obligatoire. Etonnante prescience du deuxième président de la Ve République, le spécimen initial de la dynastie labradorienne a été baptisé Jupiter, ce qui doit sonner comme du Mozart aux oreilles macroniennes. L’Histoire retiendra que Jupiter était un mâle couleur chocolat.

Son successeur Valéry Giscard d’Estaing aimait à se faire photographier aux côtés de Jugurtha et Samba. François Hollande n’avait d’yeux que pour Philae.

Mais c’est Baltique, chantée par Renaud, qui restera gravée dans les mémoires. Chienne inséparable de François Mitterrand. Inséparable jusque dans le deuil. Les caméras avaient diffusé le regard désespéré de Baltique suivant le cercueil de son maître. Grand bouffeur de curés (entre autres), l’ancien ministre du Budget Michel Charasse, s’était porté volontaire pour consoler la chienne devant le porche de l’Eglise de Jarnac pendant que se déroulait la messe de sépulture (photo).   

8f2f14efd0d482b893de942b158fe.jpg

Figure sympathique, de caractère affable, tout en gardant un certain mordant pour les méchantes gens, le labrador est aussi connu pour son flair incomparable, qualité indispensable si l’on veut réussir en politique. Pour susciter l’attention attendrie des lecteurs de Paris-Match, il n’y a pas mieux que le labrador. Et Macron, qui n’en manque pas, de flair, ne saurait y déroger. Avec juste un brin de symbolique pour le différencier. Nemo n’est pas un labrador de pure race ; il est croisé avec un griffon. C’est la touche roturière et républicaine. Et il n’a pas été offert par un roi ou un chef d’Etat mais recueilli dans un refuge de la SPA. Ça, c’est de la story, comme l’on dit en macranglais !

Cela dit, en Macronie, la roture atteint très vite ses limites. Il faut entourer l’entourage de statuts (et de statues). Comme à Versailles. Dès lors, chacun s’étonne qu’un collège de juristes n’ait pas encore rédigé pour Nemo, le statut de Premier Chien de France. Voilà qui ferait enfin transparence sur un domaine privilégié de la fonction présidentielle. Sur quel budget sont prélevées les fournitures de croquettes, de boulettes, d’os à mâcher, de jouets, de gamelles et de coussins ? Quelle chambre de l’Elysée est-elle attribuée au Premier Chien ? Qui a été nommé préposé au ramassage de ses crottes ? Qui lave ses gamelles ? Bénéficie-t-il de gardes du corps sous forme de bergers allemands ? Nous voulons tout savoir !

Nemo nous appartient tous un peu. C’est un Labrador d’Etat. Présence rassurante et fraiche qui déambule dans cette sphère politique où l’on se regarde en chiens, certes, mais de faïence. Présence humaine dans un monde de chiens.

Jean-Noël Cuénod

VIDÉO


14:51 Publié dans Politique française | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags : vidéo, chien, macron, elysée, nemo | |  Facebook | | |

26/08/2017

La politique est-elle une folie comme une autre ?

terrorisme,politique,psychiatrie,folieLorsque la politique ne sait pas par quel bout prendre un problème, elle se tourne souvent vers la psychiatrie. La lutte contre le terrorisme djihadiste vit actuellement cette phase. Ceux qui la mènent ont désormais « la folie en tête », même si nous sommes loin du Temps des Cerises. Il faut dire que folie et politique n’ont jamais cessé de s'entrecroiser. Pour le pire. Mais pas toujours (ci-contre, extrait du tableau de Jérôme Bosch, "La Nef des Fous").

A la suite de la série des attentats en Catalogne, en Finlande et à Marseille, le ministre français Gérard Collomb a déclaré le 21 août dernier que le gouvernement était en train de mener une réflexion pour « mobiliser l’ensemble des hôpitaux psychiatriques et des psychiatres libéraux de manière à essayer de parer à la menace terroriste. »  Ces propos ont valu au ministre d’Etat une volée de bois verts de la part des blouses blanches. Proposition irréaliste à leurs yeux, compte tenu des rigueurs du secret médical garant de la relation patient-soignant, base de tout traitement.

Et voilà le gros bon sens qui débarque : « Le secret médical, c’est de la dentelle pour Bobos, à sacrifier tout de suite lorsqu’il s’agit de sauver des vies humaines et de prévenir des actes terroristes. »

Le gros bon sens se fout le sabot dans l’œil (et ça fait mal !). Ni en France, ni en Suisse, ni en Allemagne, ni dans d’autres pays démocratiques le secret médical n’est absolu ; un psychiatre peut passer outre pour prévenir un danger imminent qui serait causé par un de ses patients radicalisés. Il s’agit donc de parer à une catastrophe sur le point de survenir et non pas de vider de sa substance le secret médical. D’ailleurs, on ne voit pas en quoi inonder la police et la justice de rapports médicaux sur les délires des patients serait efficace, sinon à noyer les enquêteurs sous un flot d’éléments non pertinents.

D’après le ministre Gérard Collomb, « à peu près un tiers » des suspects figurant au Fichier des signalements pour la prévention et la radicalisation « présentent des troubles psychologiques. » De quelle nature sont « ces troubles psychologiques » ? Sont-ils bénins ou graves ? S’agit-il de délirants ? De personnes souffrant d’une maladie mentale attestée comme telle par le corps médical ? Ou alors un vague mal-être ? Mystère et poudre de perlin-pin-pin. C’est un peu fou, non ? Sur BFMTV, le professeur Jean-Louis Senon précise que « toutes les études internationales montrent qu’il y a une très faible proportion de malades mentaux parmi les terroristes : entre 4% et 7% ».

Si le médecin traitant ne doit dénoncer son patient qu’en cas de passage imminent à l’acte terroriste, cela ne signifie pas que le psychiatre n’a pas son rôle à jouer dans la lutte contre le djihadisme. Mais alors en tant qu’expert, comme l’explique dans une interview parue dans Ouest-France (pour la lire entièrement cliquer ici), le docteur Gérard Lopez, psychiatre et expert judiciaire près la Cour d’Appel de Paris :

Détecter les fichés S ou les personnes interpellées qui passeront à l’acte, c’est possible. Pour cela, il faut construire un outil basé sur un panel (éventail en français-NdT) représentatif de sujets présumés djihadistes, dont certains sont passés à l’acte et d’autres pas. À partir de ces deux populations, il est possible de déterminer les critères qui différencient celui qui passera à l’acte de celui qui ne le fera pas, avec une marge d’erreur déterminée.

terrorisme,politique,psychiatrie,folie

(Ci-dessus, extrait du tableau de Jérôme Bosch, "La Nef des Fous")

La folie dans les grands moments de l’Histoire

Généralement, on distingue trois types de terroristes ; le premier : les soldats de Daech bien formé militairement ; le deuxième : les terroristes de la catégorie « amateurs » au comportement déséquilibrés et dont les actes sont revendiqués par Daech ; le troisième : les « esprits faibles », pour reprendre l’expression du ministre Collomb, qui, sans que leur acte soit l’objet d’une revendication terroriste, imite le mode opératoire des djihadistes (ce fut le cas de l’automobiliste qui a foncé sur la foule à Marseille le 21 août dernier, causant la mort d’une personne). Mais en réalité, la zone entre troubles psychiques ­– notion floue en elle-même – et les actes terroristes restera toujours embrumée. Car ne relève-t-elle pas de la folie, la démarche du soldat de Daech qui se fait exploser en tuant des inconnus dans l’espoir de rejoindre Allah et ses 72 vierges ? La même interrogation peut être servie, en changeant les termes, pour les SS, pour Hitler, voire pour les millions d’Allemands qui l’ont élu en 1933 et pour bien d’autres situations historiques. La folie est aussi pleine de ruse. Pour assouvir ses délires, elle use de la raison. Rien n’est plus rationnel que l’appareil d’extermination d’Auschwitz.

La folie n’a manqué aucun des grands moments de l’Histoire. Elle était présente à Rome lorsque Caligula a nommé sénateur son cheval ; à Paris, lorsque la Révolution française s’est embrasée dans la Terreur ; à Berlin, à Vienne, à Moscou, à Paris lorsque la mort d’un archiduc a provoqué le séisme de la Première Guerre mondiale. Et à lire les touittes de certain président américain, il apparaît que la folie galope aussi à Washington, à bride abattue (espérons pour la santé du monde que seule la bride le sera).

Entre la folie et la politique les relations ne sauraient n’être qu’ambiguës. En juin 1940, lorsqu’un inconnu – ex-sous-secrétaire d’Etat à la guerre qui venait d’être bombardé général de brigade à titre provisoire – a incarné à lui seul la France combattante, il a été aussitôt considéré comme un fou par la plupart des Français qui voyaient en Pétain le vieux sage de Verdun qui ferait des miracles. En quelques années, les rôles furent inversés. Le sage, c’était de Gaulle qui avait prévu que les Etats-Unis allaient entrer en guerre et que face à cette puissance industrielle, l’Allemagne ne pouvait que perdre. Le fou, c’était ce maréchal au cerveau rongé par le gâtisme. Vieux sage devenu vieux singe.

La folie, grain de sable du facteur humain

Si dans les dictatures la folie semble omniprésente, comme l’illustrent les délires de Staline durant les dernières années de son règne, il n’en demeure pas moins qu’elle loge aussi dans les palais démocratiques. Il faut quand même avoir un petit grain pour se sentir appelé à diriger des millions de compatriotes, non ? Le pouvoir rend-il fou ? Ou ne faut-il pas l’être pour s’en emparer ? La poule ou l’œuf ?

La folie et la politique n’ont jamais cessé de s’entrecroiser, disions-nous. Pour le pire, très souvent. Mais pas toujours. La folie, c’est aussi le facteur humain qui vient troubler la mécanique des rapports sociaux et économiques qui devrait guider l’Histoire avec une précision implacable, en faisant des femmes et des hommes de simples pions. La folie, c’est le grain de sable qui fait que l’humain n’est pas qu’un rouage et qu’il est présent à son Histoire.

Jean-Noël Cuénod

17:51 Publié dans Politique française, Politique internationale | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags : terrorisme, politique, psychiatrie, folie | |  Facebook | | |

21/08/2017

Salafisme et Trumpisme : la convergence des haines

DHdRkcQWAAEDfCn.jpgEntre l’islamoterrorisme et l’extrême droite occidentale, aujourd’hui incarnée par Trump, il y a convergence des haines. Au-delà de l’islamophobie proclamée par certains, ce qui unit les nazislamistes du salafisme et les mouvements de la fachosphère contemporaine est plus important que ce qui les divise. Il se dégage de ces deux nébuleuses une forme d’Internationale réactionnaire.

Leur convergence fondamentale qui se trouve à la base de tous leurs autres points communs, c’est la lutte pour retrouver un passé mythifié perçu comme ultime garant de la conservation des privilèges sociaux. Les suprémacistes blancs sont confrontés à une réalité démographique qui les obsède ; elle a été notamment mise en exergue par une étude publiée en 2014 par le Pew Research Institute : en 1960, la part des Blancs était de 85% de la population des Etats-Unis ; elle ne sera plus que de 43% en 2060. De plus en plus, les salariés blancs entrent en concurrence avec d’autres Américains aux couleurs diverses. D’où la panique de voir leur statut social dégringoler. Jadis, le fait d’être blanc donnait des droits automatiques et des privilèges héréditaires. Pour les suprémacistes blancs, l’élection de Barack Obama a symbolisé cette perte de leurs prérogatives, d’où la haine torride qu’il leur inspire. Trump est devenu pour eux l’anti-Obama qui allait mettre un frein à leur déclin.

La fachosphère américaine – quelque 917 groupes répertoriés en 2016 par le Southern Poverty Law Center (SPLC) – reste campée sur les mêmes bases de type réactionnaire. Mais son aspect extérieur a bien changé. Elle s’est mise au goût du jour. Les aubes et les cagoules du Ku-Klux-Klan sentent trop la naphtaline à l’heure des réseaux sociaux.

Le SPLC estime le nombre des KKK entre 5 000 à 8 000 membres alors qu’ils étaient 4 millions dans les années 1920. En revanche, les réseaux de l’Alt-right connaissent un succès croissant. Le noyau dur de cette mouvance est estimé à une dizaine de milliers de partisans. Mais ce mode de comptabilisation est devenu obsolète. Le militant dûment encarté dans un parti bien structuré existe de moins en moins. L’Alt-Right a pour principal truchement le site d’extrême droite Breitbar de Steve Bannon qui affiche 65 millions de visiteurs. Certes, tous ne sont pas des « Alt-Right » mais cela donne tout de même une idée de l’écho que l’extrême droite rencontre auprès d’une partie de l’opinion américaine. A noter que Steve Bannon vient de récupérer la direction de Breitbar après avoir été écarté par Trump[1] de son poste de conseiller stratégique de la bien nommée Maison-Blanche.

A l’instar des nouvelles structures politiques, l’Alt-Right est une nébuleuse idéologique et non un bloc structuré. Elle va de l’aile droite du Parti républicain jusqu’aux mouvements ouvertement nazis. Néanmoins, le fond idéologique reste commun : le racisme, la défense de la suprématie de la « race blanche » sur les autres et le retour à la domination sur les femmes, domination mise à mal par les récentes – et encore trop timides – avancées du féminisme.

L’auteur du titre « Alt-Right » et principal idéologue du mouvement, Richard B. Spencer, ne cache nullement ses nostalgies comme le démontre cet extrait d’un discours qu’il a prononcé en novembre dernier à l’occasion de la campagne électorale de Donald Trump. Sa conclusion, toute en finesse, a au moins le mérite de la clarté : Hail Trump ! Hail our people ! Hail victory ! Ceux qui prétendraient que Spencer n’a pas forcément fait référence à l’acclamation hitlérienne (Heil !), puisque to hail veut dire saluer, ne pourront guère poursuivre sur cette voie en voyant des membres de son assistance faire le traditionnel salut fasciste et nazi.

 

Richard B. Spencer est l’organisateur de la manifestation de Charlottesville au cours de laquelle un de ses partisans a tué une manifestante antifasciste ; il demeure l’un des plus indéfectibles supporteurs de Trump. Ce qui explique la réaction du président après Charlottesville lorsqu’il a mis les suprémacistes blancs et les antiracistes dans le même panier. L’un après l’autre, Trump est abandonné par ses soutiens. Comme fidèles, il ne lui reste plus que les extrémistes de droite. Il ne saurait donc se payer le luxe de s’aliéner ses derniers partisans. Quitte à précipiter la chute de son propre parti.

Salafisme : une idéologie fondamentalement violente

Côté salafiste, c’est le même mouvement vers l’arrière qui mobilise les troupes, la même panique de voir les privilèges être entamés. Et comme l’Alt-Right, le salafisme est une nébuleuse qui dispose d’une toile de fond commune et se caractérise par une dispersion de groupes tantôt opposés, tantôt alliés.

Le but du salafisme (lire aussi le texte « Charlottesville du nazisme blanc au nazisme vert ») est de revenir à une époque jugée idéale, celle du prophète Mohammed et de ses compagnons. Dès lors, tout ce qui est intervenu après eux devient suspect. Tout changement est une trahison, tout progrès, une hérésie, toute amélioration, une abomination. Tout doit revenir dans l’état tel que le Coran et la Sunna (tradition musulmane) l’ont fixé pour l’Eternité.

Dès lors, les distinctions entre les « gentils salafistes quiétistes » et les « méchants salafistes djihadistes » relèvent de l’hypocrisie. Le salafisme est, en lui-même, violent, puisqu’il veut briser tout mouvement d’évolution. Dans cette vision du monde, la femme doit rester dans son rôle d’instrument de ponte et de plaisir. L’islam doit restaurer ou instaurer sa prééminence sur toutes les religions en concédant, du bout de la babouche, un statut de dhimmi aux juifs et aux chrétiens qui les relègue aux rangs très inférieurs, tout en s’abstenant de les massacrer. A la condition, bien sûr, qu’ils payent leur impôt spécifique. Pour les autres impies, c’est le prix du sang qu’ils devront verser.

L’apparition des mouvements féministes est perçue par les salafistes comme la mère de toutes les menaces contre les privilèges du mâle garanti par la parole divine, du moins telle que les salafistes la traduisent. C’est sans doute l’une des explications à leur radicalisation. La femme voilà l’Ennemie commune des nazislamiste comme des suprémacistes blanco-mâles.

Contradiction qui n’est apparente, pour promouvoir cette idéologie moyenâgeuse, les salafistes ont recours aux technologies les plus modernes. Apparente, en effet, la contradiction : la pensée, les idées, la philosophie, les opinions, les aspirations relèvent de l’impudence des humains qui veulent ainsi substituer leur raison à celle inscrite par Allah dans le Coran ; en revanche, les objets créés par la technique peuvent être utilisés à la seule condition qu’ils transmettent la volonté divine dictée par Allah au prophète Mohammed et servent Ses desseins. Ceux qui s’opposent à cette volonté divine doivent, soit se soumettre, soit être anéantis.

Le salafisme ne limite pas ses attaques aux non-musulmans. Loin de là. Il porte le fer contre tous les musulmans qui ne partagent pas leur étroite vision de l’islam. Les « mauvais musulmans » sont même leurs pires adversaires car ils introduisent le ferment de l’intelligence humaine au sein de la religion. Ainsi, les salafistes persécutent-ils les différentes formes du soufisme qui développent une lecture ésotérique du Coran qui va à l’encontre de la lecture littérale imposée par les salafistes.

Salafisme, racisme blanc et antisémitisme

Le salafisme est devenu le principal vecteur de l’antisémitisme au XXIe siècle. Sur ce point, l’alt-Right est plus prudent dans ses propos. Toutefois, les interventions antisémites sont nombreuses dans la fachosphère américaine et européenne. L’un des slogans scandés par les manifestants suprémacistes blancs à Charlottesville en donne la parfaite illustration : « Les juifs ne nous remplacerons pas » (voir la vidéo ci-dessous). Souvent, l’admiration pour Israël et la haine viscérale contre les juifs cohabitent chez les suprémacistes blancs.

 

La fachosphère occidentale et l’islamofascisme des salafistes font tous deux la guerre au temps qui passe. Guerre perdue d’avance, bien sûr. Mais les combats d’arrière-garde sont les plus sanglants et durent souvent fort longtemps.

C’est pourquoi faire alliance avec la fachosphère pour lutter contre l’islamoterrorisme relève de la sanglante illusion. Les deux entités principales de l’Internationale réactionnaire ont besoin l’une de l’autre pour survivre contre tous les mouvements qui ont pour but de libérer les humains de leurs aliénations.

Jean-Noël Cuénod

 

[1] Steve Bannon s’est empressé de déclarer après son éviction : « Je pars au combat pour Trump et contre ses opposants ».

 

18:17 Publié dans Laïcité, Politique internationale | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : terrorisme, trump, salafisme | |  Facebook | | |

19/08/2017

Tarir la source du terrorisme

Source tarie, 2005, 24x32 cm, gouache.jpg

Légende: Gouache de Bernard Thomas-Roudeix intitulée "Source tarie" (2005-24x32-cm) A visiter le site de l'artiste: http://thomas-roudeix.com

Les attentats de Barcelone et de Cambrils le démontrent une fois de plus. Les répliques juridiques, policières et militaires ne juguleront pas le terrorisme à elles seules. Vaincu militairement, Daech devient en Europe encore plus virulent qu’auparavant. Les policiers en Europe déjouent régulièrement des attentats, démontrant ainsi les impressionnants progrès qu’ils ont accomplis en quelques années. Mais, phénomène traditionnel, le criminel s’adapte plus vite que ses poursuivants. Celui qui prend l’initiative a forcément un coup d’avance. Quant à voter des lois toujours plus répressives, celles-ci affectent la liberté des honnêtes gens sans gêner le moins du monde les terroristes. Au contraire, les entorses à la démocratie et à l’Etat de droit ne font que donner des arguments supplémentaires à leur propagande.

« Il ne peut y avoir aucune explication qui vaille. Car expliquer, c’est déjà vouloir un peu excuser ». Cette déclaration de l’alors premier ministre Manuel Valls après l’attentat contre l’Hyper Casher le 9 janvier 2015 reflète bien l’aveuglement volontaire des dirigeants politiques qui a permis, et permet encore, au terrorisme de prospérer. Expliquer ce n’est pas excuser, c’est comprendre. Et comprendre, c’est agir avec discernement. « Qui ne réfléchit pas et méprise l’ennemi sera vaincu », écrivait le grand stratège chinois Sun-Tzu.

C’est sur le plan idéologique que le combat principal doit être porté, afin de priver de troupes fraîches Daech, Al qaïda et les autres. Les attentats de type « kamikaze » auxquels se livrent les islamoterroristes sont très gourmands en hommes ; de plus, Daech a perdu un nombre considérable de ses combattants en Syrie et en Iraq ; enfin, les progrès dans les traques policières ont éclairci les rangs. Dans un tel contexte, trouver de nouveaux adeptes est une question de survie pour le salafisme qui irrigue les groupes djihadistes. Le jeune âge (17 et 18 ans) de deux des terroristes abattus lors de l’attentat de Cambrils en est une illustration. Peu importent les morts et les arrestations, tant que la source idéologique est vive, le terrorisme persiste. Et il s’éteint dès qu’elle est tarie.

Le terrorisme et ses multiples visages

Si le constat est simple à énoncer, passer à l’étape supérieure en portant concrètement la lutte antiterroriste sur le plan idéologique est tout sauf aisé, car cette lutte va aussi bouleverser nos habitudes et nos certitudes. Pour nous rassurer, ne serait-ce que sur nous-mêmes, nous formons de l’ennemi une image la plus éloignée possible de la nôtre. Nous dressons un portrait-robot fantasmatique du djihadiste-type afin de l’enfermer dans des catégories bien précises. Or, il n’existe aucun djihadiste-type. Les terroristes proviennent de tous les milieux, favorisés, défavorisés, immigrés, Européens dits « de souche » ; ils sont chômeurs, travailleurs, cadres, hors système scolaire, étudiants brillants, illettrés, étrangers, autochtones.

En stigmatisant les étrangers, en rejetant les immigrés, l’extrême-droite rend aux terroristes le plus signalé des services, car la plupart d’entre eux passent sous ces radars obsolètes. Mais comme évoqué lors du blogue précédent, ce n’est pas le seul domaine où l’alliance objective entre l’extrême-droite blanche et l’islamofascisme exerce ses ravages.

Accepter le fait que le djihadiste-type n’existe pas constitue le premier pas à accomplir dans le combat idéologique. Ce n’est pas forcément l’étape la plus aisée à franchir, tant nous restons accrochés à nos réconfortants préjugés. La pensée stéréotypée est tellement diffusée par les médias et confortée par les réseaux sociaux qu’il est douloureux de s’en débarrasser.

MiXetRemix.jpg

Légende: Le regretté Mix&Remix, toujours aussi pertinent dans son impertinence

Terrorisme et séduction

L’autre étape, malaisée à conduire elle aussi, consiste à se poser cette scandaleuse question : en quoi l’idéologie islamiste ou salafiste est-elle séduisante ? Elle paraît, en effet, scandaleuse cette question, puisque le salafisme prône le retour au mode de vie qui était celui du prophète Mohammed et de ses compagnons (soit un recul de quatorze siècles) et à leurs valeurs moyenâgeuses, telles la réduction du statut de la femme au rang de mineure, l’intolérance religieuse poussée au délire, la liberté individuelle sacrifiée. A première vue, tout est repoussant et rien n’est séduisant dans ce programme.

Or, c’est le fait que nous sommes repoussés par cette idéologie qui peut séduire les candidats au djihad. La remise en question des valeurs apprises à l’école et au sein de la famille étant un passage obligé de l’adolescence, s’inscrire dans ce qui en paraît le plus éloigné a de quoi satisfaire la passion juvénile de l’engagement. En outre, le salafisme offre un cadre rigide à des jeunes qui, quel que soit leur milieu d’origine, ont souvent manqué de repères. Le cadre rigide calme les angoisses, canalise les énergies, simplifie l’existence. Le stalinisme et le nazisme ont exploité ce potentiel bien avant Daech et ses succédanés.

Lorsqu’une société offre à sa jeunesse la réjouissante perspective d’être un esclave ubérisé et l’enthousiasmante idéologie du cynisme politico-financier, il n’est guère étonnant de voir ce qui apparaît comme son opposé devenir séduisant. Un dieu vengeur et sanguinaire est ainsi perçu comme le glorieux contradicteur de l’argent-roi et de sa cour en costumes trois-pièces.

 Plus le néophyte est ignorant de l’islam dans toute sa diversité, ses transformations, ses développements historiques, ses subtilités théologiques, ses contradictions, plus sera puissante la séduction qui s’exercera sur lui. Nul besoin d’effort intellectuel. Obéir suffit. Comme l’effort intellectuel est de moins en moins supporté, voilà un argument de séduction supplémentaire.

Terrorisme et société médiamercantile

Le développement du djihadisme, notamment chez les jeunes, est donc aussi le produit de notre société médiamercantile, basée sur l’hypercapitalisme financier et ses métastases médiatiques. En luttant contre l’islamoterrorisme, on ne saurait faire l’économie de la remise en question de cette société, dans la mesure où elle porte en elle les germes de la séduction djihadiste. Développer une pensée cohérente qui lui offre une alternative crédible constitue donc un acte politique et idéologique de première importance.

 Dans ce domaine, tout est à reconstruire sur les ruines du stalinisme et de la social-démocratie. Cela prendra du temps. Beaucoup de temps. Mais sans cette remise en cause fondamentale de la société médiamercantile, la victoire contre le terrorisme ne sera jamais assurée.

Pour l’instant, il s’agit de parer au plus pressé afin que le terrorisme fasse le moins de dégâts possibles. Dans cette optique, le renforcement des moyens octroyés aux forces de police, aux services de renseignements et l’amélioration des coordinations interne et internationale restent indispensables. Mais il faut aussi agir, ici et maintenant, sur le plan politique. Non pas en renforçant un arsenal juridique qui est suffisamment fourni, mais en faisant respecter partout les principes de la laïcité afin d’établir en pleine clarté les limites entre l’Etat et les communautés religieuses. Dans la plupart des pays européens qui ne connaissent pas la laïcité, cette frontière reste floue. Même en France ou en Suisse dans les cantons de Genève et Neuchâtel, la laïcité est trop souvent incomprise et donne lieu à des malentendus qui ne manquent pas d’être exploités par ses adversaires.

Serons-nous capables de relever tous ces défis ? Nous sommes désormais face à l’Histoire. Et surtout face à nous-mêmes.

Jean-Noël Cuénod

16:20 Publié dans Laïcité, Politique internationale | Lien permanent | Commentaires (13) | |  Facebook | | |

15/08/2017

Charlottesville : du nazisme blanc au nazisme vert

usa_nazis.jpg

Loin d’être une relique d’un passé monstrueux, le nazisme est bien vivant. Il a même plusieurs têtes. Entre les suprémacistes blancs et les nazislamistes les points de convergence se révèlent multiples. Le nier serait suicidaire.

Le défilé sanglant des suprémacistes blancs arborant la panoplie des emblèmes nazis à Charlottesville en Virginie n’a fait que médiatiser une réalité politique présente depuis laides lurettes : le nazisme est bien vivant. Chaque fois que cette réalité était évoquée, l’extrême droite chafouine – celle qui ne se montre pas telle qu’elle est – dénonçait un anachronisme malveillant (le nazisme et le fascisme n’étaient qu’un moment de l’Histoire qui s’est décomposé avec les cadavres de Hitler et Mussolini,) ainsi qu’une réduction à Hitler, prétexte pour couper court aux polémiques.

 Il est vrai que cette reductio ad hitlerum a été utilisée ad nauseam et trop souvent mal à propos, à un tel point qu’elle a fini par occulter la résurgence du nazisme. Ou plutôt des nazismes car le phénomène a pris de multiples formes, en Occident mais aussi au Proche-Orient, soit chez les Frères musulmans et les salafistes dans le monde sunnite, soit en Iran, dans la sphère chiite.

Les nazismes blancs et verts présentent de nombreux points de convergence : antisémitisme, antiféminisme, homophobie. Dans les deux cas, il s’agit de promouvoir la discrimination ethnique et/ou religieuse ainsi que la suprématie d’une ethnie et/ou d’une religion.

 Ils s’abreuvent aux mêmes sources de propagande, notamment l’un des faux les plus criminogènes de l’Histoire : le Protocole des Sages de Sion, concocté au XIXe siècle par l’Okhrana, service secret du Tsar ; ce document forgé a été abondamment utilisé par les nazis durant la Seconde Guerre mondiale. Les groupes suprématistes blancs américains, tels Aryan Nations, l’ont réactivé dès les années 1970-1980 pour en faire la source de leur théorie complotiste et antisémite du ZOG (Zionist Occupation Government).

Le régime iranien continue à faire de ce puant document un usage intensif. Il avait servi de trame à la série « Le Secret de l’Armageddon », diffusée en 2008 par la première chaîne iranienne ; elle n’avait rien à envier aux pires délires antisémites de la propagande hitlérienne.

De même, l’article 32 de la Charte du Hamas fait explicitement référence au Protocole des Sages de Sion pour justifier l’antisémitisme du parti islamiste palestinien. En 2017, il a mis une goutte de miel dans le fiel de sa Charte en introduisant cette formule : « Le Hamas ne combat pas les Juifs parce qu'ils sont juifs mais les sionistes parce qu'ils occupent la Palestine ». Mais ce n’est que pure cosmétique. La haine du Juif et celle du Franc-Maçon – autre bête noire commune – continue d’irriguer les discours du Hamas.

Les nazismes blancs et verts cherchent à radicaliser leurs sphères respectives sur des bases idéologiques semblables qui, loin d’être vermoulues, se solidifient. Entre les deux fachosphères, les points de convergences idéologiques sont plus nombreux que les désaccords. Les propos islamophobes de certains groupes nazis blancs ne doivent pas masquer ce constat.

L’idéologie nazislamiste est largement diffusée dans le Proche-Orient. Les nazismes blancs se répandent dans l’Est de l’Europe – qui avaient déjà connu pareil phénomène durant l’Entre-deux-guerres – et Charlottesville nous rappelle leur présence aux Etats-Unis. Dans ce pays, on ignore le nombre exact de néonazis, suprémacistes blancs, partisans du KKK et autres. L’une des sources américaines les plus fiables – le Southern Poverty Law Center (SPLC) ­– estime que le nombre de groupes assimilables au nazisme blanc est passé de 457 en 1999 à 917 en 2016 (ces données sont disponibles en cliquant ici).

« Ce ne sont que des gueulards excités et sans avenir », prétendait-on Allemagne dans les années 1920. « Khomeini ne passera pas l’hiver » affirmait-on au début des années 1980. « Ce n’est qu’un groupe minoritaire de fondamentalistes religieux », disait-on du Hamas dans les années 1990. On connaît la suite.

Le grand choc des civilisations, les nazismes blancs et verts le préparent idéologiquement. Car la tendance de ces deux entités totalitaires est de parvenir à un affrontement final afin d’assurer la victoire désignée comme « définitive » de l’une sur l’autre. Mais le système que l’une ou l’autre imposera sera, sous des aspects différents, fondamentalement le même.

Jean-Noël Cuénod

 La voiture du suprémaciste blanc en train de foncer contre les manifestants antiracistes. Cet attentat provoquera la mort d'une jeune femme de 32 ans. 

16:55 Publié dans Laïcité, Politique internationale | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | |

10/08/2017

Pierre Maudet, double nationalité et monomanie blochérienne

kSqcQujR_400x400.png

« Paris vaut bien une messe » disait Henri IV en abjurant la foi protestante pour devenir Roi de France. « Berne vaut bien le dépôt d’un passeport français » semble se dire Pierre Maudet[1], l’un des candidats du Parti libéral-radical au Conseil fédéral (gouvernement). Pour désamorcer la ridicule polémique engagée par l’extrême-droite blochérienne (UDC) qui lui reproche sa double nationalité franco-suisse, il s’est déclaré prêt à déposer son passeport français. (Photomontage Jean-Noël Cuénod)

Rappelons l’argument-matraque avancé par la section genevoise de l’UDC : s’il était élu au gouvernement fédéral, Pierre Maudet pourrait devenir «un mercenaire français»[2]. On peut fort bien servir les intérêts d’un pays tiers sans en posséder la nationalité. D’ailleurs, les merce­naires suisses au service de la France n’étaient pas… Français ! La servilité n’est pas affaire de passeport mais de mentalité. Et rien dans le parcours politique de Pierre Maudet ne permet aux blochériens d’évoquer une quelconque tendance au mercenariat.

Le Suisse James Fazy nommé préfet français

0001222691_0000281594_OG.JPGQuelques petits rappels historiques s’imposent dans ce contexte. Le fondateur de la Genève moderne, James Fazy (portrait), a tenu un rôle important dans la politique française, lors de la Révolution de 1830. Il a notamment collaboré à la rédaction des ordonnances sur la liberté de la presse auprès de Thiers. Cet éminent genevois avait même été nommé préfet de l’Isère, poste qu’il refusa pour se consacrer en toute indépendance au journalisme politique à Paris. Après son retour dans sa Genève natale, il est devenu l’une des grandes figures de l’Histoire suisse. Peut-on soutenir une microseconde qu’il fut un « mercenaire français »?

Le Suisse Louis-Napoléon Bonaparte, empereur des Français

Dans l’autre sens, son passeport à croix-blanche et son grade de capitaine artilleur de l’armée07NapolonentreFetCH.jpg suisse n’ont pas empêché le Thurgovien Louis-Napoléon Bonaparte, devenu Napoléon III, de régner sur la France pendant 22 ans. (Caricature de l'époque illustrant le futur empereur en train d'hésiter entre la France et la Suisse)

Une fois de plus, l’extrême droite cherche à engager de faux débats en s’attaquant à son adversaire, non pas sur le terrain de sa politique, mais en lui faisant un procès d’intention sur la seule base de sa double nationalité. Lorsqu’on lui désigne la lune, le blochérien ne regarde que le doigt ; pour jauger la politique d’un candidat, il se concentre sur ses papiers d’identité. Les blochériens ont coulé sur la politique suisse une chape d’obscurantisme qu’il devient urgent de détruire, non seulement pour éviter l’asphyxie intellectuelle mais aussi pour renouer avec le véritable esprit helvétique fait d’ouverture, de pondération et de générosité.

Jean-Noël Cuénod

 [1] A l’intention des non-Suisses : Pierre Maudet est conseiller d’Etat (ministre au niveau cantonal) de la République et canton de Genève. Avec d’autres candidats de son Parti libéral-radical, il brigue un poste laissé vacant au gouvernement fédéral. Le président de la Confédération en est l’un des membres. Il change chaque année.

[2] A noter que l’UDC ne veut pas non plus de la candidate libérale-radicale vaudoise Jacqueline de Quattro qui possède la double nationalité suisse et italienne.

10:40 Publié dans Politique suisse | Lien permanent | Commentaires (16) | |  Facebook | | |

03/08/2017

Régions: la Kolossale Finesse d’Emmanuel Macron

ob_bef372_la-loi-macron-met-l-ump-mal-a-l-aise.jpg

Un politicien sollicite-t-il votre suffrage en promettant qu’il va « complètement changer la façon de faire de la politique » ? Vous pouvez tenir pour certain qu’il sautera les deux pieds joints dans la plus vieille politique qui soit. Et qu’il s’y vautrera sans la moindre parcelle de vergogne.

Emmanuel Macron vient d’en administrer la plus décourageante des démonstrations. Avec lui, désormais, plus de vieilles ficelles, plus de promesses fallacieuses, plus de coups de billard à multiples bandes. Que du propos véridique, franc du collier, sans double langage. Du pur, du net, de l’authentique. Du discours estampillé bio, 100% matière grise et 0% matière grasse.

Trois mois après, PrésidentToutNeuf nous fait une de ces Kolossales Finesses qui nous ramène à l’époque des présidents portant haut-de-forme huit-reflets, redingote noire et ventre de bouvreuil.

Le 17 juillet, il convoquait à Paris les élus locaux pour les oindre de belles paroles. Le philosophe Levinas était même sollicité pour éblouir les manants. Ça en jette, du Levinas. D’autant plus qu’il porte le même prénom que le Chef de l’Etat. «La logique budgétaire, c’est de couper les dotations en 2018, nous ne le ferons pas» avait-il clamé en regardant la France profonde aux fonds des yeux.

Le 20 juillet, un décret signé en tapinois supprime 300 millions de crédits que l’Etat aurait dû accorder aux régions. Attention, Macron n’a pas trahi sa promesse ! Il avait parlé des dotations de 2018. Mais l’amputation de 300 millions, c’est pour cette année. Voilà qui change tout.

Dans un précédent papier du Plouc (Macron Centralisator met au pas les manants élus) nous avions déjà évoqué la politique hypercentralisatrice de Macron-L’Araignée qui tarit les ressources fiscales des collectivités locales, les plaçant sous la coupe de Bercy. Avec cette coupe supplémentaire, il parachève le travail. Macron se prétendait girondin. Le voilà jacobin[1] .

C’est d’ailleurs une caractéristique du personnage désormais bien ancrée dans l’opinion. Il devient systématiquement l’opposé de son image première. Le banquier se mue socialiste et le socialiste se transforme libéral.

PrésidentToutNeuf adopte la tactique du lapin de garenne. Le chasseur le vise à gauche, hop, Macron est à droite. Le canon se braque sur la droite, hop, Macron saute au centre. Le but est de lasser le chasseur pour qu’il devienne végétarien.

Cela dit, le truc du lapin des garenne atteint ses limites en l’occurrence. La Finesse est trop Kolossale pour ne pas provoquer la colère des élus locaux qui ont un moyen tout trouvé pour se venger : les élections sénatoriales du 24 septembre prochain.

170 des 348 sièges du Sénat seront renouvelés ce jour-là par un collège de grands électeurs composés, rappelons-le, d’élus locaux. De plus, La République En Marche (LREM), le parti du président Macron, de fondation très récente, ne dispose pas encore de grands électeurs; il est donc obligé de séduire les élus venant d’autres partis pour récolter des suffrages. Qui ne vont pas oublier de sitôt le coup (ni le coût) des 300 millions.

Dès lors, la Kolossale Finesse risque fort de se retourner contre le président Macron. Avec un Sénat massivement acquis à l’opposition, il ne pourra guère obtenir les 3/5 des voix du Congrès (réunion des deux chambres du parlement) nécessaires pour réformer la constitution sans recourir aux aléas du référendum.

Jean-Noël Cuénod

 

[1] Même si le duel girondins-jacobins n’a guère de réalité historique, à lire cet excellent blogue du professeur Jean-Clément Martin dans le Club Médiapart

18:56 Publié dans Politique française | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : france, macron, régions, départements, communes | |  Facebook | | |

30/07/2017

Mimos (3):la voie des sans-voix

 

THOMAS MONCKTON-Only Bones � Gemma Tweedie_03.jpg

Mimos, le Festival international du mime et du geste, a remisé ses costumes samedi soir. Durant cette semaine quelque 82 000 spectateurs ont ri, pleuré, rêvé au cours des 24 spectacles offerts par le «in» et les 124 proposés par le «off» dans de nombreux espaces publics de Périgueux. Cette fréquentation est semblable à celle constatée l’an passé. Le succès de ce Festival ne se dément pas.

Pourtant, le mime reste le petit poucet que les Hautes Instances de la Culture contemplent d’un œil indifférent du sommet de leurs majuscules. Elles n’accordent à cet art sublime qu’une aumône distraite. Il est vrai que le mime, par son authenticité et sa prise directe sur le public, paraît bien éloigné de la «sphère Bling-Bling» au sein de laquelle évoluent lesdites Instances. Ainsi, Mimos ­–plus grand festival du mime d’Europe ­– doit se débrouiller avec un modeste budget de 425 000 euros. Les collectivités locales sont de plus en plus pressurées par l’Etat central qui – gâteau sur la cerise – tarit leurs ressources fiscales ; elles éprouvent donc des difficultés croissantes à aider un festival qui, pourtant, fait connaître Périgueux et la France dans le monde entier.

Le mime doit d’autant plus être soutenu qu’il permet des échanges culturels intenses sans qu’ils soient arrêtés par la barrières des langues. C’est un art de toutes les époques, franchissant tous les espaces. C’est la voie des sans-voix.

THOMAS MONCKTON-Only Bones © AurÈlia Tassafi_03.jpg

Mimos tombe sur un os. Et même plusieurs.

Dans ce troisième et dernier billet sur Mimos 2017 nous retiendrons deux prestations, celle du Néo-Zélandais de Finlande Thomas Monckton (Only Bones, photos Gemma Tweedie et Aurélie Tassafi)) et de la compagnie grenobloise Tout en vrac avec sa pétulante performeuse Noémie Ladouce (La Cuisinière).

Une scène d’un mètre carré, une lampe aux éclairages de couleurs. Et voilà l’univers de Thomas Monckton. On comprend rapidement le choix du titre – Only Bones – en voyant les doigts immenses du mime se mouvoir sous une lumière bleu-électrique comme s’il s’agissait de squelettes de poissons nageant dans des abysses impénétrables. Le corps n’est pas seulement un instrument, c’est un être en soi, qui n’est pas rattaché à Thomas Monckton mais qui vit sa propre existence, autonome. Il est tout ce que l’on veut animal, plante, jeu vidéo. Le son est aussi sollicité; la rencontre entre le bruit et le geste produit des effets hilarants. Le mime joue de façon fascinante sur la mobilité de ses traits et élève la grimace au rang des beaux-arts. On aimerait redevenir enfant pour grimacer avec lui. Mais voilà, il nous manque quelque chose pour remonter en enfance. Ce «quelque chose», Monkton le possède. C’est un artiste.

FullSizeRender.jpg

Mimos : une Noémie pas si Ladouce que ça !

Elle en a de l’énergie, Noémie Ladouce ! (Photo Jean-Noël Cuénod) Et pas si douce que ça… Elle est La Cuisinière de la compagnie Tout en Vrac qui possède une technique de plateau et des artificiers de première force.  La scène évoque la molle ambiance de la fin des années 1950, lorsque la société consommation commençait à répandre ses gadgets crétins mais sans pour autant libérer la femme, contrairement à la «réclame» de feu Moulinex. La meilleure partie de l’humanité s’en trouvait donc doublement aliénée.

La Cuisinière tente de réaliser la recette qu’un transistor éructe entre deux publicités. Elle n’est pas douée mais pleine de bonne volonté. Ce mélange entre l’incompétence et la volonté, – même bonne, surtout bonne ­– développe une mécanique de la catastrophe tout à fait réjouissante. Entre les jets d’eau, les flammes, les pétards, c’est toute la cuisine qui s’effondre dans un éclat de rire général. Mais la Femme reprend le dessus. Jetée, la robe sage. Dénouée, le chignon gnian-gnian. Voici la vamp qui, cigarette au bec, défie le monde du haut des ruines de sa cuisine. Ouf, le désordre est rétabli !

Jean-Noël Cuénod  

17:23 Publié dans Poésie L'Or du temps | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : mime, mimos, art vivant | |  Facebook | | |

29/07/2017

Mimos (2): Baccalà…et le verbe se fait chair 

I

COMPAGNIA BACCALA_Pss Pss � Otto Moretti_01.jpg

ll y a tout juste un an, disparaissait le clown suisse Dimitri dans son canton d’origine, le Tessin. Lui qui a donné à son art une dimension poétique jamais été atteinte auparavant aurait été heureux de voir deux de ses anciens élèves – sa compatriote Camilla Pessi et le Sicilien Simone Fassari – recevoir une telle ovation debout, vendredi soir, au Festival Mimos à Périgueux.

Ce n’est certes pas la première fois que ces deux artistes de la compagnie suisse Baccalà reçoivent un tel accueil; ils «tournent» sur les cinq continents et douze prix ont couronné leur talent. Toutefois, l’ovation à l’Odyssée de Périgueux avait une saveur particulière puisqu’elle était déclenchée par les spectateurs qui suivent Mimos – dont la belle édition 2017 touche à sa fin – et, par conséquent, apprécient tout particulièrement le mime.

Le couple italo-suisse a fondé en 2004 la Compagnia Baccalà, en souvenir peut-être des origines de Simone, la «baccalà alla siciliana» étant le plat de morue iconique de son île. Depuis 2008, Camilla Pessi et Simone Fassari se sont adjoints les conseils du musicien-comédien Valerio Fassari, devenu leur régisseur. Pour le spectacle qu’ils ont présenté à Mimos cette année – Pss Pss – la mise en scène a été réglée par Louis Spagna.

Pss, pss, c’est l’onomatopée chuchotée pour attirer discrètement l’attention. C’est aussi l’invitation à participer au grand jeu de l’humanité, celui du couple: complicité, contradiction, bouderie, colère, bonheur, trahison, retrouvailles, pardons réciproques avec, parfois, la présence de tiers qui servent plus à souder le couple qu’à le détruire. Toute cette gamme sans fin, le duo la parcourt par bonds et gambades, sans parole mais avec des gestes tellement éloquents qu’ils en deviennent des mots bien plus originaux que ceux qui tapissent le bruit de fond quotidien. Avec Baccalà, le verbe se fait vraiment chair.

Rien n’est plus difficile que d’évoquer la tendresse, la pudeur, l’espièglerie, la douceur des sentiments tout en provoquant le rire. Pas le rire chichiteux qui n’agite que les culs de poule en forme de bouche. Non, le vrai rire désopilant. Le rire explosif de l’enfant.

Dimitri_Clown_II_611.jpg

Dimitri (photo) savait, ô combien, réunir tous ces paramètres. Mieux : il a réussi à transmettre cette maîtrise. Camilla Pessi et Simone Fassari en apportent la démonstration. Le couple fait donc partie de ces nombreux artistes formés par la célèbre Scuola Teatro Dimitri que le grand clown a créée à Verscio en 1975 avec sa femme Gunda et qui a permis à la Suisse italophone de progresser en matière, non seulement de cirque, mais aussi de théâtre professionnel, tout en l’ouvrant sur le monde.

Réglée, la mise en scène, disions-nous. C’est l’épithète qui convient car les pas, les gestes, les mimiques, les hallucinantes acrobaties au trapèze s’enchaînent comme des rouages complexes dans le ventre d’une horloge. Pourtant, il n’y a rien de mécanique dans les échanges entre les deux mimes qui laissent toujours leur spectacle ouvert à la spontanéité. Une spectatrice rit-elle de façon inhabituelle? Un incident survient-il? Baccalà l’incorpore aussitôt dans le spectacle. Cette synergie entre improvisation et préparation méticuleuse donne à Pss, Pss une saveur incomparable.

Après de nombreux rappels et l’ovation debout, le public a lentement gagné la sortie, à regret, encore émerveillé. Dans les coulisses, on a cru entendre le rire de Dimitri.

Jean-Noël Cuénod

 Pour vous donner une petite idée, cette vidéo du spectacle Pss Pss

 

19:01 Publié dans Poésie L'Or du temps | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : vidéo, mime, mimos, baccalà | |  Facebook | | |

26/07/2017

Mimos (1) : Josef Nadj en poète de l’Origine

ATELIER 3_1. Penzum � Pascal Seixas_03.jpg

Mimos, le Festival international des arts du mime et du geste à Périgueux, célèbre cette année son trente-cinquième anniversaire. Il a commencé hier et se terminera samedi. L’an passé, ce rendez-vous de la poésie en mouvement avait subi l’onde de choc des attentats. Cette année, le traumatisme est surmonté. Les barbes de sang n’empêcheront pas l’art libre de se déployer dans les cœurs, par les corps.

Une performance particulièrement impressionnante, celle du grand chorégraphe Josef Nadj et de sa complice sur scène, la contrebassiste Joëlle Léandre (hier et ce soir à 18 h. au Palace, Périgueux). Elle a pour titre Penzum (photo Pascal Seixas). Le visage dissimulé par une sorte de masque africain, revêtu d’une robe noire de tulle faisant apparaître son corps blanc et musclé, Nadj prend possession d’un grand écran de papier sur lequel il dessinera au moyen d’un morceau de charbon. A ses côtés, la contrebassiste arbore un masque en aluminium d’aspect féminin. Le reste de sa tenue est neutre. Mais c’est elle, avec son instrument utilisé en mélodie ou en percussion, qui va dicter sa loi au danseur. Présence d’autant plus oppressante qu’elle est discrète.

Josef Nadj va tracer sur le grand carré de papier un papillon géant et un animal rupestre. Entre les deux, le danseur tirera ensuite des séries de traits au gré de son improvisation dansée. Au gré aussi de son angoisse dont il essaye de se libérer.

Le propos de Josef Nadj est de rendre hommage au poète hongrois Jozsef Attila (1905-1937). Sa chorégraphie est inspirée par l’amour impossible du poète, atteint de schizophrénie, pour sa psychothérapeute Flora Kozmut. Celle-ci aurait prescrit à son patient de lui écrire des lettres, en guise de thérapie. Si l’amour de Joszef Attila fut vif, la thérapie épistolaire de sa Dame inaccessible n’a pas été couronnée de succès. Le poète s’est suicidé en se jetant sous un train, même si l’hypothèse d’un accident n’a jamais été abandonnée. L’année de sa mort – 1937 – il a dédié à Flora Kozmut un poème intitulé en magyar Megméressél ! (Remerciements !) En voici un extrait :

Elle, saveur de l’eau pure,
Elle qui rentre dans ma bouche,
Elle qui m’appelle à la maison,
Elle où dans ses yeux un poulain joue.

Comme dans toutes les œuvres d’art authentiques, on peut trouver dans Penzum de Josef Nadj bien d’autres significations que celles retenues par l’auteur. Cette performance musicale-chorégraphique-plastique évoque aussi l’origine des humains, la Grande Origine, l’époque mythique d’avant la différenciation des sexes, d’avant la séparation d’avec l’animal, lorsque l’homme-femme ne faisait qu’une âme-chair avec l’univers.

Afin de laisser tous ses effets à la surprise, nous ne dévoilerons pas la fin car ce spectacle tournera encore dans d’autres contrées. Elle est émouvante et sublime, cette fin. Disons que l’humain y apparaît dans toute sa splendeur animale.

Mimos : deux découvertes asiatiques au Off

Watanabe.jpg

Mimos aussi à son Off. Mimes et danseurs investissent toute la ville de Périgueux pour présenter scénettes et spectacles de rue. Au gré des promenades, nous avons découvert deux jeunes artistes venus de l’Extrême-Orient, le Japonais Tsubasa Watanabe[1] et la Coréenne Sun-A Lee[2] (Photos:Jean-Noël Cuénod)

Avec la méticulosité d’un sumotori, Watanabe prépare l’espace avant d’entamer sa prestation intitulée Hidden Place : une corde formant cercle et au centre d’icelui, un rectangle créé par les deux baguettes et les deux fils qui feront danser le diabolo, accessoire ou plutôt partenaire du mime. La comparaison avec le sumo s’arrête là : Tsubasa Watanabe a la minceur souple et nerveuse d’une liane. Tout dans cette performance est légèreté. A l’intérieur du cercle tracé par l’artiste, l’air même perd son épaisseur. Tout y devient possible. Il vole, le diabolo et nous avec lui.

Sun-A_Lee.jpg

La danseuse et chorégraphe coréenne Sun-A Lee, avec son solo Jayeon-E-Ro, parle la langue du corps pour s’insérer dans le décor naturel : buissons du parc, pièce d’eau, gazon. Iguane, truite, mouette, félin ? Sun-A Lee devient une espèce nouvelle qui ne se limite pas au règne animal. Nouvelle, l’espèce ? Ou alors tellement ancienne que nous en avons perdu la mémoire.

Le geste, c’est la parole des origines. Nous retombons sur nos pattes.

Jean-Noël Cuénod

 

[1] Aujourd’hui à 12h.30 Place André-Maurois (Périgueux) ; 15h. place de la Vertu et 16h. place de l’ancien Hôtel-de-Ville.

[2] Aujourd’hui à 13h. et à 16h.30 au Jardin du Musée Vesunna ; demain jeudi à 16h.30 et 19h. au Jardin des Arènes.

08:55 Publié dans Poésie L'Or du temps | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |