Coronavirus, réfugiés… Et l’Europe ? 

Imprimer

coronavirus,covid-19,réfugiés,syrie,erdogan

Trois foyers de crises majeures à nos portes. A la frontière gréco-turque, Erdogan pousse des milliers de réfugiés vers l’Union européennes. Dans l’indifférence générale, un million d’enfants, de femmes et d’hommes sont en train de mourir de faim, de soif, de froid ou sous les bombardements dans la province syrienne d’Idleb. Et voilà le coronavirus qui s’installe partout. L’Europe dans tout ça?

Déjà des émeutes ont éclaté sur l’île grecque de Lesbos pour s’opposer à l’arrivée des réfugiés. Pour leur faire la chasse, des milices se sont constituées. Des réfugiés sont molestés, des journalistes et photographes battus par des hordes déchaînées (notre photo : de courageux démocrates modérés se mettent à trois pour cogner un photographe). Mais avant de jeter la pierre ou la grenade lacrymo aux Grecs, constatons, une fois de plus, qu’ils ont été laissés seuls devant cet afflux par une Union européenne qui ne leur avait fait aucun cadeau lors de la crise économique grecque.

Le but d’Erdogan et son arrière-pensée kurde

Et ce ne sont pas les belles paroles de la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen à la frontière gréco-turque qui changeront la donne. D’autant plus qu’Erdogan, n’a pas encore fini de distiller « ses » réfugiés vers l’Europe (lire aussi cet article de L’Express).

Son but ? Que l’UE soutienne son objectif visant à créer en Syrie un « bandeau de sécurité » pour y implanter deux millions de réfugiés syriens actuellement stationnés en Turquie, tout en « diluant » la population kurde présente dans cette région. Le pire est que le gouvernement turc peut à bon droit rappeler aux Européens que, depuis le début de la guerre en Syrie, son pays a accueilli quelque quatre millions de réfugiés, alors que la riche Europe n’en a accepté qu’environ 600 000 (en comptant la Suisse).

Fermer les frontières ? Une illusion

Face à cette situation, le premier réflexe est de fermer les frontières. La Grèce et l’Union européenne tentent de le faire actuellement. L’armée grecque garde la sienne pour empêcher les réfugiés de Turquie d’entrer. Des troupes turques s’échinent à les rejeter vers les Grecs. Cette situation est intenable, à l’évidence. Donc fermer les frontières, ça fait plaisir à la fachosphère, ça colore les harangues racistes, ça rassure les populations que l’islam inquiète, mais ça ne résout rien, même à court terme.

Nous pouvons, certes, nous retourner vers les coupables qui ont créé cet enfer : en premier lieu, Poutine et Obama. Sans l’appui militaire massif du potentat moscovite, le pouvoir du tyran Bachar el-Assad se serait effondré, même avec l’aide de l’Iran. Et l’ancien président américain, en n’intervenant pas en Syrie après l’emploi des gaz par les troupes d’el-Assad – alors qu’il avait menacé haut et fort de le faire – a laissé les manettes à Poutine.

 Mais à quoi bon vitupérer ? Le PrésiTsar occupe en toute logique l’espace que les Américains lui ont concédé. Et Obama bénéficie des joies de la retraite. Quant à Trump, il a renoncé à chercher le Proche-Orient sur une carte de géographie.

Catastrophe humanitaire dans la région d’Idleb

Si la situation est chaude à la frontière gréco-turque, elle est brûlante entre la Syrie et la Turquie. Qu’Erdogan arrête de pousser « ses » réfugiés vers l’Europe où qu’il réduise la tension avec la Russie, cela ne changera rien à cette réalité : la situation est telle en Syrie, surtout dans la région d’Idleb, qu’il y aura forcément un afflux de réfugiés. C’est du moins la conclusion que l’on tire des propos du médecin Hassan el-Abdullah, président de SOS Syrie-France, recueillis par L’Express :

Au moment où nous parlons, il fait -7°C à Idleb. Il n'y a pas d'abris, pas assez de tentes pour tout le monde. Des jeunes enfants et des personnes âgées se réfugient sous des oliviers, dans des structures abandonnées où il gèle. Celui qui ne meurt pas dans un bombardement meurt de faim ou de soif. Ceux qui sont blessés succombent, faute de médicament et de personnel médical. (On peut lire son interview intégrale ici).

Face à ces évènements gravissimes, auxquels s’ajoute la contamination par le coronavirus Covid-19, l’Europe devrait surgir sur le devant de la scène puisqu’elle est concernée au premier chef. Mais énoncer ce souhait provoque aussitôt rires et ricanements tant sa faiblesse atteint des abîmes jusqu’alors inexplorés. Même dans le cas du coronavirus, elle se montre incapable de coordonner les mesures adéquates, les pays la composant prenant des décisions contradictoires, ce qui accroît encore l’angoisse collective.

Le prix de la faiblesse européenne

Si les discours xénophobes et racistes trouvent autant d’oreilles complaisantes, si les partis national-démagogistes accumulent les succès électoraux, nous le devons avant tout au caractère anxiogène de cette absence de souveraineté européenne.

A l’évidence, la structure actuelle de l’UE empêche l’émergence de cette souveraineté continentale devenue indispensable dans le monde actuel qui a réduit l’indépendance réelle des Etats-Nations. Jamais une Europe dotée d’une diplomatie digne de ce nom, d’une armée dissuasive et d’une légitimité politique ne pourra voir le jour avec les 27 pays formant l’Union actuelle. Trop nombreux. Trop disparates économiquement et culturellement.

Seuls quelques Etats bien décidés à ne plus subir les humeurs de Trump, les humiliations d’Erdogan et les calculs de Poutine sont en situation de forger cette supra-souveraineté, autour de l’Allemagne et de la France, notamment. L’UE peut rester un espace économique. Mais pour passer à l’étape politique, l’Europe devra se trouver d’autres structures.

Jean-Noël Cuénod

Commentaires

  • Les autorités demandent aux gens de rester confinés chez eux afin de ne pas propager le virus. Fermer une frontière ce n'est pas une fermeture étanche, mais un contrôle des allées et venues. La contradiction est importante, ça sème le trouble. L'UE est un espace avec des Nations et des peuples. Cette Europe est moribonde. Elle n'a aucune chance. les peuples devront déconstruire afin de mieux reconstruire. Par quels moyens, là je donne ma langue à mon chat minou.

  • Quel drôle de paradoxe : on met des villes et des villages en quarantaine, les banquiers ne voyagent plus, on encourage les seniors à éviter les concerts et à rester chez eux, mais fermer les frontières, ça fait plaisir à la fachosphère.

    Pourrait-on arrêter avec cette écriture automatique et pavlovienne ? Ce n'est pas le manque de leadership de l'UE qui est anxiogène, mais l'afflux incontrôlé et incontrôlable de la marée humaine qui arrive en Europe. Demandez donc aux habitants de Lesbos, il arrive tout simplement un moment où ce n'est plus gérable, c'est de la mathématique élémentaire.

  • öa marée humaine qui arrive en Europe ne se composera plus de réfugiés mais d'occupants.
    A nous la résistance.
    Ces migrations n'apportent aucune solution aux problèmes abominables des pays concernés.

    A propos de résistance comme il y en avait au pays du Christ à propos de l'occupation romaine il faut savoir que des réseaux comprenant une douzaine d'hommes avec à leur tête un chef appelé messie s'activaient dans le pays.
    Avec une prudence extrême relevons que l'équipe de Jésus avec lui à leur tête correspondrait à un tel réseau et que Pierre qui reconnaît en Jésus le messie pourrait avoir nommé le chef du réseau... comme toujours les chefs de réseaux connaissent leurs hommes mais eux ne savent pas qui est leur chef.

    En en revenant à Jésus comme à un miroir tendu à notre intention nous abordons l'autre personne qu'il est. le ou un maître spirituel apparemment infiniment plus sensible à l'occupant intérieur en chacun de nous, notre être intime, qu'à l'occupant romain de l'extérieur: "hypocrites, cupides, indifférents… dureté de coeur, cœurs sclérosés. cœurs "rabougris" (traduction Chouraqui des évangiles pour "rabougris"!

    Petit complément à mon commentaire précédent, Barrabas selon la tournure grammaticale Barrabam signifie comme pour Jésus… fils du père (Jésus et Israël, Jules Isaac, Fasquelle

    Deux hommes mêmes noms: Yeshua Barrabam!

    Pour notre roman policier, toujours.

    Rien ne change vraiment.

    Il nous faut songer à mous améliorer


    Sites de rencontres (1)

    "Sous le soleil de l'amitié" (Emile Gardaz)...l'expérience venant… (2)

    l'Amour (3)

    Pas d'amour sans justice, et justice sociale, pas de justice sans vérité


    "Là où il y a l'amour, écrivait Tolstoï, là il y a Dieu."

    Evangiles: "Là où est ton coeur là est ton trésor,"

  • Savez vous que deux tiers des réfugiés qui sont en Turquie et qu Erdogan les utilise pour faire du chantage à l Europe en menaçant de les renvoyer en Europe sont des Africains, Afghans, des Pakistanais, des Irakiens, des Libyens et des iraniens et certes qu un tiers de Djihadistes viennent depuis la Syrie(mais que foutaient ils en Syrie, mystère et boule de gomme!) , Erdogan sait bien qu il va gagner à court terme pour deux raisons:

    1---Afin que l UE lui verse du fric, chose faite.
    2--Il sait bien que Washington et l Otan et leurs alliés serpillières vont sous peu dissiminer son pays du Sultan comme ils l ont fait avec l Irak, la Syrie, la Libye, la Syrie, le Yémen, l Afghanistan, le Pakistan et épée de damoclés sur l Iran et sur la Chine voire le vieux continent où les Yankees ont prétendu installé une démocratie plus crasse que crasse!

    Bien à Vous M. J.-N. Cuénod,
    Charles 05

  • J ai omis de mentionner que beaucoup d ouïghours chinois se trouvent parmi les réfugiés soit dit venant de la Syrie utilisés par Erdogan pour faire son chantage contre l Europe en plus des autres sus mentionnés non-syriens cités dans mon texte du 6 mars 2020 à 22h30. Sont ils de vrais pauvres musulmans chinois persécutés chez eux ou des Terroristes islamistes? Dieu seul le sait.

    Si ce néo-Sultan Ottoman Erdogan fait ce chantage c est entre autres pour faire comprendre aux Européens que si une tentative de le renverser par l Otan bras armé de Washington , les Européens les plus proches subiront sa foudre....

    Bien à vous M. J.-N. Cuénod.
    Charles 05

  • Quand les vrais égoistes et les faux-généreux (il y en a beaucoup en politique) deviennent encore plus obsédés de leurs petites personnes. Le virus est un bon révélateur.

  • Savez vous que le pire des endroits où ce corona virus sévit sont les TPG, les trains et surtout les avions puisque l air dans ces derniers est recyclé à l infini? Je dis cela je ne dis rien!
    Aux Experts de l Expertologie de nous répondre afin qu on ne meurt pas idiot...

    Bien à Vous.
    Charles 05

  • Il arrive que l'on pense au Général de Gaulle
    Marianne de cette semaine lui consacre un long article.

    Homme de foi non comme tant d'autres imbu de lui-même.

    S'entendant dès son enfance chargé d'une mission non à son propre service mais au service d'une France libre et républicaine.

    "Ne fais pas à ton prochain ce que tu ne voudrais pas qu'il te fît" de Maître Hillel l'Ancien

    Repris par les évangiles: aimer ton prochain comme toi-même

    Pourquoi une UE digne de ce nom ne suivrait-elle pas d'URGENCE les pas du Général de Gaulle!?
    .

  • « Ne fais pas à ton prochain ce que tu ne voudrais pas qu'il te fît »....
    Vous n'avez pas idée, chère Madame Belakovsky, le nombre de sentences, maximes ou pensées de Confucius et de Laozi, (période des Printemps et des Automnes: 771 à 481/453 av. J.-C.) que l'on retrouve dans les textes chrétiens (et même chez Hillel semble-t-il). Reste à découvrir si le Christianisme est plus confucianiste que taoïste, ou inversement.

  • Vous, vous n'avez pas besoin de mourir.

Les commentaires sont fermés.