16/03/2019

Les habits neufs du «complot judéo-maçonnique»

Achille_Lemot-1902-5.jpg

Chassé après la chute du nazisme, le voilà qui revient avec de nouveaux habits, un gilet jaune complétant parfois sa garde-robe: l’inusable «complot judéo-maçonnique». L’exemple le plus récent de sa vigueur retrouvée a été apporté, la semaine passée, par une douzaine de Gilets Jaunes qui ont dévasté le Temple maçonnique de Tarbes (vidéo ci-dessous), juste après l’agression antisémite contre Alain Finkielkraut.

L’antisémitisme et l’antimaçonnisme marchent souvent la griffe dans la griffe. Force est de reconnaître que certains Gilets Jaunes sont devenus les porte-injures de ces deux jumeaux monstrueux.  Certes, la grande majorité de celles et ceux qui ont fait part de leur légitime colère sur les ronds-points ne tombent pas dans cette ornière. Mais pourquoi n’ont-ils pas exprimé une réprobation plus vive, plus ferme face à ce qui n’est plus une dérive mais une infiltration des vieilles idéologies fascisantes au sein d’un nouveau mouvement social ?

Les usurpateurs du gilet jaune s’associent aujourd’hui à d’autres meutes qui, depuis plus d’un siècle, font du «complot judéo-maçonnique» leur fonds de boutique, à savoir les catholiques intégristes, les fascistes, les nazis, la salafistes et autres islamistes, sans oublier Staline qui, avec sa «nuit des poètes assassinés» et son «complot des blouses blanches»[1], a bien mérité de la cause antisémite ; de son côté, Lénine avait interdit la Franc-Maçonnerie en Russie dès la réussite de son putsch en 1917.

Ce «complot judéo-maçonnique» est apparu vers la fin du XIXe siècle dans le sillage du Syllabus (8 décembre 1864) de sinistre mémoire, dans lequel le pape Pie IX exprime sa haine contre la liberté de conscience, la liberté tout court, le protestantisme, la démocratie, la république, bref tout ce qui constitue les «idées modernes» et qui laissera pendant très longtemps des traces toxiques dans les consciences catholiques.

 C’est l’un des ancêtres des infox et autres «fake news», l’écrivassier mystificateur Gabriel-Antoine Jogand-Pagès, dit Léo Taxil, qui a popularisé le «complot judéo-maçonnique» dans une série d’ouvrages parus entre 1886 et 1895, faisant des Loges, l’œuvre de Lucifer. Deux ans plus tard, sur le point d’être démasqué, Léo Taxil avouera que ses écrits relevaient du canular. Mais ce revirement ne nuira nullement au succès du «complot judéo-maçonnique».

Celui-ci s’exporte fort bien au Proche-Orient où il est repris par l’un des penseurs musulmans les plus influents de l’époque, Rashîd Ridâ, dans une série de textes parus entre 1903 et 1911[2]. Il fulminera d’ailleurs une fatwa destinée à servir d’argument théologique dans la lutte de l’islam contre «la pieuvre judéo-maçonnique». Aujourd’hui, ses thèses sont toujours reprises par les salafistes et d’autres milieux islamistes, tel le Hamas qui, dans sa charte, s’attaque aux Juifs et aux Francs-Maçons.

Le sommet du «complot»: le «Protocole des Sages de Sion» 

Le «complot judéo-maçonnique» viendra au secours du «Protocole des Sages de Sion» qui décrit le pouvoir occulte qu’exercerait les Juifs sur le monde, notamment par le truchement des Loges maçonniques. Cet ouvrage a intoxiqué la planète, jusqu’au Japon. Il a servi d’aliment propagandiste à Hitler, à Goebbels et à tous les antisémites. Or, depuis de vilaines lurettes, il est prouvé que ce document est un faux forgé en 1901 par Matthieu Golovinski agent de l’Okhrana, service secret de la Russie tsariste, une sorte d’ancêtre du KGB. Toutefois, cela n’empêche pas ces «Protocoles» d’être pris pour, si j’ose dire, paroles d’Evangile dans les pays musulmans et les milieux catholiques intégristes, encore maintenant.

L’érotisme de la mystification

  Pourquoi cette persistance dans l’erreur ? Les raisons sont multiples; parmi elles, le génie propagandiste de l’appareil papiste, avec ses multiples relais au sein des milieux sociaux et intellectuels les plus divers aux XIXe et XXe siècles.

L’attrait de l’amalgame fait aussi mouche dans les pensées moches : si de nombreux Juifs ont été initiés à la Franc-Maçonnerie, il n’y a jamais eu d’association entre les institutions juives et les Loges maçonniques. Le B’nai B’rith – organisation juive présentée à tort par les complotistes comme un «pont» entre judaïsme et Franc-Maçonnerie – est entièrement indépendante des Obédiences.

 Cela dit, au fil des persécutions dont ils furent victimes concomitamment, il est probable que des liens de solidarité se soient noués dans l’adversité entre Francs-Maçons et Juifs, sans pour autant que l’on puisse évoquer un quelconque «complot». On a vu de tels liens se tisser dans la région du Chambon sur Lignon pendant l’Occupation, entre les protestants, anciens persécutés, et les Juifs pourchassés par Vichy.

Autre argument soulevé pour stigmatiser Juifs et Francs-Maçons : leurs réseaux serviraient à ourdir des magouilles politico-financières. On trouvera toujours des Juifs, des Francs-Maçons, comme des protestants, des catholiques, des athées, des agnostiques, des gens de toutes nations et de toutes cultures pour se livrer à ce genre d’activité corruptrice, vieille comme l’apparition de l’humain sur terre. Mais il faut aussi reconnaître que les Obédiences maçonniques ont fait le ménage contre ce genre de dérives dès les années 1990. On aimerait en dire autant du Vatican concernant la pédocriminalité au sein de son clergé. 

Enfin, tous les rites excitent la curiosité, surtout ceux pratiqués, non pas dans le secret – les librairies ésotériques offrent une large documentation à ce propos – mais dans la discrétion. Tel est le cas de la Franc-Maçonnerie. Et sur cette curiosité, on peut bâtir des succès de librairie ou de flamboyants bobards. Vous ajoutez les rites de la religion juive, vous touillez le tout et vous obtenez une mixture séduisante pour tous les déçus de la réalité.

Le mensonge enfile sa mini-jupe alors que le réel endosse sa robe de bure. Difficile de lutter contre l’érotisme de la mystification.

Jean-Noël Cuénod

[1]Le 12 août 1952, treize poètes et écrivains juifs furent fusillés à la Loubianka par Beria sur ordre de Staline ; le «complot des blouses blanches» visait les médecins juifs et annonçait d’autres assassinats «antisionistes» ; c’est la mort de Staline qui a donné un coup d’arrêt à ce processus.

[2]«Le Croissant et le Compas, Islam et Franc-Maçonnerie : de la fascination à la détestation» de Thierry Zarcone (Editions Dervy, 2015)


09:29 Publié dans Laïcité, social | Lien permanent | Commentaires (12) | |  Facebook | | |

12/03/2019

SIROCCO – Bon vent l’Algérie ! Poème à lire et à ouïr

algerie-manif8mars-mareehumaine.jpg

Sans violence et avec dignité, les Algériens ont démontré la force qui émane de la foule quand elle devient peuple et rejette l’état de populace. Avec le renoncement de Bouteflika, ils ont remporté une première bataille. Mais il y en a encore tant d’autres à mener. Bon vent, l’Algérie ! Pour elle, un poème à lire et à ouïr

Sentez-vous                                

Le sirocco de la colère

Qui se lève

Sur les dunes

Sur les villes?

 

A votre peau

Il porte le feu

De son sel

 

Amers souvenirs

Des combats anciens

Qui reviennent

Loups affamés

Sur les lieux

De leurs douleurs

 

Sentez-vous

Le sirocco de la colère

Qui se lève

Sur la mer

Sur la terre?

 

 A votre esprit

Il plante le fer

De ses dents

 

Fureurs d’aujourd’hui

Dans les palais d’hier

Qui chancellent

Loups assoiffés

Sur les lieux

De leurs angoisses

 

Sentez-vous

Le sirocco de la colère

Qui se lève

Dans les cœurs

Dans les gorges?

 

A vos mains

Il sèche les larmes

De nos soeurs

 

Révoltes éternelles

Des déserts vivants

Qui s’illuminent

Loups à l’éveil

Sur les lieux

De leurs verdicts

 

Enfants d’un autre siècle

Ne laissez personne

Vous voler le soleil

Ecoutez

Le sirocco de la colère

                                              Jean-Noël Cuénod

ET A OUÏR


podcast

12:19 | Lien permanent | Commentaires (16) | |  Facebook | | |