Les retraites laissent la gauche française sans voix

Imprimer

Sondage-Ifop-Le-grand-bond-de-Jadot-la-remontee-de-Sarkozy.jpg

Pour Yannick Jadot, la réforme des retraites, ce ne devrait pourtant pas être de la petite bière!

Il faut bien tendre l’oreille pour percevoir ce que la gauche française propose en matière de réforme des retraites. Elle a participé au cortège du 5 décembre, certes. Mais elle ne brille pas par ses propositions. La timidité des Verts est à cet égard, disons, éloquente.

Pourquoi le Parti Socialiste et Europe-Ecologie-Les-Verts (EELV) se montrent-ils en dessous de la main dans l’actuel combat pour ou contre la réforme des retraites ? On comprend que le PS se montre discret à cet égard, compte tenu du fait qu’il était encore aux affaires gouvernementales il y a peu. Il risque fort de se faire reprocher son inactivité en la matière par Macron et ses marcheurs LREM[1]. La parole socialiste qui s’est fait le plus entendre est celle scandée par Martine Aubry ; elle a dénoncé la politique du président devant les caméras et micros de France 3-Nord-Pas-de-Calais et France Bleu Nord :

« Il y a une brutalité dans cette idée "Je réforme, je réforme, je réforme" ; on touche actuellement à tout ce qui est le pacte social qui lie les Français, dans cette période où tout angoisse ».

La Mèremptoire reprend du service. Il faut dire qu’elle vient d’annoncer sa candidature pour un quatrième mandat à la Mairie de Lille. Il s’agit donc pour elle de jouer son petit air de trompette afin de se rappeler au bon souvenir des électeurs.

La discrétion des Verts est plus étonnante. Ils ne portent pas le lourd héritage de la présidence Hollande. On aurait donc pu attendre d’eux qu’ils se montrent plus entreprenants dans ce combat qui va engager leur pays pour plusieurs générations. Après tout, l’écologie progresse fortement dans la plupart des pays d’Europe et les Verts français ont réalisé un beau score aux Européennes, élections, il est vrai, qui leur sont traditionnellement plus favorables que d’autres.

Manque de réactivité de la gauche

Leur tête de file Yannick Jadot a bien glissé quelques propos dans Les Echos du 28 novembre dernier : « Il n'est pas nécessaire de toucher à l'âge de départ à la retraite. La réforme Touraine de 2014 [qui prévoit le passage de 41,5 à 43 années de cotisation d'ici à 2035, NDLR] permet l'équilibre du système. » (lire l’article complet en cliquant ici : https://www.lesechos.fr/politique-societe/politique/retraites-les-verts-participeront-a-la-mobilisation-du-5-decembre-1152223 )

 De même, le secrétaire national des Verts, Julien Bayou réclame « l’ouverture d’un débat » sur le financement des retraites. Voilà qui ne casse pas trois pattes à un canard, même enchaîné.

Le conflit sur les retraites n’oppose donc que le gouvernement et les syndicats. Face à face normal sur ce terrain social. Mais il est impossible d’en occulter la dimension politique.

Que la droite LR ne sache pas trop où elle se situe dans ce contexte, c’est inévitable puisqu’au fond Macron réalise la réforme qu’elle avait toujours voulu mener sans réussir à l’engager. Alors, elle se contente de gourmander la forme – parfois de virulente façon comme Xavier Bertrand – sans touiller le fond.

Que l’extrême-droite RN tente de déborder l’extrême-gauche en fustigeant la réforme gouvernementale et en réclamant la tenue d’un référendum, rien de plus habituel puisque c’est son jeu depuis que Marine Le Pen dirige ce parti.

Cela dit, on se demande bien pourquoi la gauche ou l’extrême-gauche n’ont pas lancé avant le clan Le Pen cette idée d’un référendum. Elle a au moins l’avantage de proposer une sortie démocratique à ce qui ressemble de plus en plus à une impasse. Là aussi, la gauche dans son ensemble a terriblement manqué de réactivité.

On aimerait bien connaître les solutions de la gauche, notamment celles des Verts, pour concilier transition énergétique, lutte contre le dérèglement climatique et financement des retraites au moment où la pyramide des âges change de forme.

Il y aurait de quoi débattre, de quoi échanger, de quoi se refaire une santé intellectuelle pour une gauche dont l’électroencéphalogramme présente l’angoissante platitude des paysages de la Beauce.

Jean-Noël Cuénod

[1] Ce sont plutôt les autres Français qui doivent compenser par la marche les grèves des transports publics!

Lien permanent Catégories : Politique française, social 6 commentaires

Commentaires

  • Comment attendre des solutions de qui que ce soit avant qu'Emmanuel Macron se soit clairement exprimé concernant les retraites?

    Dès lors supputations de partout comme s'il s'agissait de pièces dispersées constituant un puzzle mal monté parce qu'incomplet!

    Ce "Lundi Noir"... la pagaille en France nous remet en mémoire le rire de Nicolas qui affirmait que désormais lorsqu'il y aurait grève on ne s'en rendrait même plus compte.

  • On se demande combien de ces politiciens ont meme lu le texte des réformes proposées. C`est un sujet plutot compliqué, impossible a soumettre a un référendum qui ne peut que tout bénir ou tout balancer et la proposition de référendum montre bien le niveau de compréhension abyssal ou de populisme himalayen de lePen. Le gvt d`E.M. a bien du mérite face a tant d`opportunisme et de mauvaise foi.

  • ""Et le problème voyez-vous, ce n’est pas que la papa de Louis coûte 2.5 millions d’euros à nos compatriotes depuis 39 ans et je l’espère pour longtemps encore, le problème c’est que Louis nous explique doctement, à nous les gueux, qu’après tout, si Mitterrand ne nous avait pas fait croire que l’on pouvait travailler « que » jusqu’à 60 ans, on ne serait pas obligé de nous expliquer qu’il faut travailler plus…
    Rappelons au passage que cela, ces 2.5 millions annuels, représentent 1 200 euros chaque mois pendant 12 mois pour 173 petits vieux qui ne toucheraient qu’un minimum vieillesse à 800 balles !""

    Les gilets jaunes avaient dénoncé les retraites des élus.

    Lien: https://insolentiae.com/

  • Vous oubliez les invités - nouveaux venus - Alors les Verts, la Gauche.... les retraites? Seules les leurs les intéressent!

  • En fait la gauche n'a jamais rien compris à l'économie; quant aux verts français, une partie soutien le concept islamiste avec la gauche et l'extrême gauche. En Suisse vous avez des verts luisants qui apparemment suivent le même chemin que les moutons.

    Le social c'est non seulement une bonne répartition des richesses, mais c'est également des entrepreneurs et un capitalisme vertueux dans un Etat lui aussi vertueux et dégraissé ce qui n'est pas le cas en France.

    La seule façon d'éviter le pire serait pour le gouvernement et Macron de consulter le peuple sinon, Marine Le Pen aura toutes ses chances. Le seul à pouvoir ralentir la catastrophe annoncée est Baroin. Le problème, est qu'il est pour cette Europe des royautés, des financiers et des chefs de grandes entreprises qui pour certains se moquent complètement de notre bien-être, alors.....

    Ne plus voter pour des hauts fonctionnaires en particulier les énarques et leurs obligés serait un plus, mais bon, les gens veulent à tout prix croire aux belles paroles, aux anges et au paradis.

  • Il faudrait un parti nouveau le PDP, le parti du peuple.
    Fondé sur l'affirmation que nous ne naissons pas égaux et qu'avant même notre naissance nos géniteurs et génitrices , leur qualité de vie et patrimoine héréditaire, mettont au monde des... "les uns et les autres"!

    Dès six ou sept ans une éducation en internat, dans le respect de leurs familles réciproques donneraient avec la même qualité de vie, développement, culture, épanouissement pour tous les enfants toutes leurs chances (on a observé que des enfants appartenant à des milieux peu doués en QI placés en milieux intellectuels voyaient leurs points de QI augmente.

    Les retraites ne seraient accordées qu'à ceux qui en ont besoins .
    Des retraites permettant non de survivre ou sous-vivre mais vivre.

    Avec les migrations, combien de lâches, de déserteurs qui fuient leurs pays au lieu de se mobiliser et de lutter de toutes leurs forces, avec le soutien tout-puissant d'une force internationale et planétaire pour renverser les gouvernements indignes, les conflits à éteindre et les affamés à nourrir et soigner.

    Que de monde donc avec ces migrations pour un jour parvenir à la retraite sans oublier que les retraités vivant plus longtemps, une remarque entendue hier, auront des temps de retraites prolongés…


    On attend les annonces aujourd'hui dès midi d'un gouvernement dont un seul homme décide du sort de chacun avec la collaboration d'une sorte de soi-disant bon nounours réconfortant le Premier ministre Philippe.

    Evitant les extrêmes le Parti du Peuple serait celui du Juste Milieu.

Les commentaires sont fermés.