L’islamophobie… idéologie ou diagnostic ?

Imprimer

Cloud-1-1-400x250.gif

La récente polémique créée par les propos tronqués attribués au philosophe Henri Peña-Ruiz fait partie de ces manipulations twitteresques qui s’incrustent désormais dans le débat politique. Malgré son caractère artificiel, elle a au moins le mérite de révéler toutes les ambiguïtés liées au mot «islamophobie». 

En préambule, il n’est pas inutile de rappeler ce que cet expert en laïcité a vraiment déclaré lors de l’Université d’été de la France Insoumise : «Le racisme antimusulman est un délit. La critique de l’Islam, la critique du catholicisme, la critique de l’humanisme athée n’en est pas un. On a le droit d’être athéophobe, comme on le droit d’être islamophobe, comme on a le droit d’être cathophobe».

Pourtant proche du mouvement fondé par Jean-Luc Mélenchon, Peña-Ruiz a été trahi par des participants à cette réunion qui ont réduit son propos en twittant cette formule à l’emporte-pièces : « On a le droit d’être islamophobe », en taisant le contexte général de la phrase et en sous-entendant ainsi le caractère cryptoraciste de l’intervention. Or, en lisant l’intégralité du passage, on ne saurait soutenir une telle interprétation. Mais dans l’hystérie actuelle, les nuances, même clairement spécifiées, se perdent dans le bruit de fond médiatique.

Il faut aussi tenir compte de la mauvaise foi d’une partie de l’extrême-gauche actuelle qui, voulant flatter l’électorat musulman, s’attaque à la laïcité en France mais aussi en Suisse et dans d’autres pays d’Europe.

Attention : verglas lexical !

Dans une tribune libre publiée par Le Monde(https://www.lemonde.fr/idees/article/2019/09/02/henri-pena-ruiz-la-liberte-de-critiquer-une-vision-du-monde_5505311_3232.html), Henri Peña-Ruiz en convient : le terme « islamophobie », de même que les autres mots formés avec le suffixe « phobie », se révèle d’un maniement délicat. C’est une sorte de verglas lexical qui fait déraper sur le plan idéologique une formulation d’origine médicale. Selon un dictionnaire médical (la référence en cliquant ici https://wiki.sidesante.fr/doku.php?id=sides:ref:psy:item_64:trouble_phobique) :Les troubles phobiques sont des troubles anxieux chroniques caractérisés par une peur intense, incontrôlable et irrationnelle d'un objet ou d'une situation donnée. Cette peur est source d'une souffrance intense, d'une anticipation anxieuse et de conduites d'évitements.

Lorsque que des formulations relevant de la médecine s’introduisent dans le discours politique, c’est le signe que le pire s’approche. Tous les orateurs des partis totalitaires usent de la recette qui consiste à rabaisser l’adversaire au rang de « porteur de maladies » qu’il convient d’éradiquer pour protéger le corps social.

D’ailleurs, que désigne l’ « islamophobie » ? Serait-ce le trouble qui affecterait un quidam dès qu’il prend contact avec une expression visible ou audible de l’islam ? Ledit quidam serait donc un malade et l’islam un vecteur de maladie ? Ce faisant, nous éteignons le débat des idées pour le rallumer sur le terrain des affects, c’est-à-dire des passions avec tous les risques d’embrasement que cela comporte.

Origines du suffixe « phobie »

De quelles abysses le suffixe « phobie » a-t-il été tiré ? Sur le plan politique, il n’a été utilisé qu’au XXe siècle ; tout d’abord sous la forme de « xénophobie » (phobie de l’étranger), mot apparu pour la première fois en français dans le Nouveau Larousse Illustré, éditions de 1904-1907. Mais c’est surtout dans les années 1970 qu’il a été plus largement utilisé, en Suisse pour qualifier l’ « initiative xénophobe »  de James Schwarzenbach (précurseur des actuels démago-nationalistes européens et américains), en France pour illustrer les propos d’un certain Jean-Marie Le Pen, alors obscur ex-député poujadiste, nostalgique de l’Algérie française et ramasseur de groupuscules d’extrême-droite sous la bannière « Front national ».

Depuis, ce suffixe n’a cessé de prospérer pour y être apprêté aux sauces les plus diverses, empreintes souvent de saveur religieuse, air du temps oblige : islamophobie, judéophobie, cathophobie, christophobie ; voire pimentée de nationalisme : americanophobie, europhobie, germanophobie, francophobie, helvétophobie, sinophobie. Il doit certainement exister des phobophobiques, celles et ceux qui développent l’horreur panique des phobiques.

Le suffixe « phobie » est tellement utilisé qu’il devient un signe de temps. Serait-ce dû à l’augmentation du nombre de cas souffrant de véritables troubles phobiques (selon le site Cairn-Info (A lire icihttps://www.cairn.info/les-troubles-anxieux--9782257204080-page-119.html) ? Ce genre de terminologie jusqu’alors réservé au monde médical se répandrait ainsi dans la population qui le transformerait en un nouveau « lieu commun ».

Entre les intolérances alimentaires dont se plaignent un nombre croissant de patients et les intolérances religieuses ou idéologique qui accablent les médias existerait-il un lien symbolique, une sorte de trame qui raconterait notre époque ? Après tout, il n’est pas étonnant que ce monde éruptif nous donne des boutons !

Jean-Noël Cuénod

 Cet article est paru vendredi 6 septembre 2019 sur le magazine numérique suisse  Bon Pour La Tête www.bonpourlatete.com 

Commentaires

  • Accoler le suffixe "phobie" a une catégorie de gens (le quart de l`humanité se reconnait dans l`islam!) est en effet hautement discutable et surtout dangereux car susceptible de nourrir la haine contre vette catégorie de gens. Venant d`un intellectuel capable de réflexion, c`est au mieux indigne, au pire malveillant. Que dirions-nous si, un peu partout, des quidams pas tres fute-fute et en mal d`ennemi-commun désigné se mettaient a parler de "suissophobie"?

  • Si les attentats à l'arme blanche sont le fait de "déséquilibrés" selon les médias pourquoi les islamophobes n'auraient ils le droits de souffrir de la phobie de ceux qui en sont les auteurs ?

  • Généralisation, amalgame, ca ne vous dit rien?

  • L'amalgame est la combinaison de deux éléments différents. Quand un type d'attentats est commis dans le monde à 98% par des personnes possédants la même idéologie, il ne s'agit plus d'un amalgame mais bien de la nature propre d'un seul élément. L'amalgame serait de considérer que tous ceux qui ne veulent pas voir la réalité en face soient atteints de cécité.

  • Les terroristes qui tuent au nom de l`islam ont certes une idéologie commune mais c`est une version tres particuliere et tres minoritaire de l`islam. Pres de deux milliards de musulmans dans le monde dont les 99,99% sont des gens sans histoire qui travaillent et élevent des enfants. Si vous identifiez la goutte d`eau toxique a la mer, qu`est-ce sinon de l`amalgame, de la généralisation?

  • Il ne faut pas taire le fait que l'appellation "islamophobie" a été utilisée avant tout par des musulmans qui n'acceptent pas que l'on critique leur religion (on fait souvent référence, à tort ou à raison, aux frères Ramadan), même si on le fait aussi pour d'autres.
    Quelques naïfs se sont joints à eux, mais je ne crois pas qu'ils soient une majorité. Le problème essentiel est la survivance de la notion de "blasphème", qu'en retiennent d'autres croyants fondamentalistes que les musulmans, mais qui, en Europe, concerne surtout l'islam.

  • "caractère cryptoraciste de l’intervention."
    L'islam n'est pas un race. Les musulmans ne sont pas une race, mais les adeptes d'une religion qui s'appelle l'islam. Il n'y a que l'islam qui n'autorise pas l'apostasie sous peine de mort. On peut abandonner une idéologie politique totalitaire, on ne peut abandonner sa "race", son origine ethnique. Parler de racisme anti-musulman est un non sens. Les religions ne sont pas des races. Leurs adeptent n'appartiennent pas à une race.

    C'est le propre du totalitarisme de déformer le sens des mots.

    "(le quart de l`humanité se reconnait dans l`islam!)"
    C'est faux.

  • Combien y a-t-il de musulmans, Daniel?

  • Jean Jarogh, toujours moins que les chrétiens pour le moment. Et toujours aucune avancée technologique importante, malgré leur nombre croissant.

    Parce que si on avait dû attendre sur les adeptes du pédophile imaginaire pour découvrir une éventuelle neuvième planète dans notre système solaire, cinq à dix fois plus grosse que la notre, cela aurait pu être trèèès long... Du reste, par qui a été repris la théorie de la Terre plate ? Qui est derrière la plus grande traite négrière et ne l'a toujours pas reconnu ? Quid du génocide arménien ?

    Vous avez peut-être toutefois raison sur un point. Les femmes sont aussi bien traitées au Pakistan qu'en Inde, malgré des vénérations différentes.

  • Vous sentez-vous en accord avec l`enseignement du Christ, Laurent?

  • Je ne me sens plus en accord avec le catholicisme et sa soumission actuelle à l’Islam (pleonasme) depuis un sacré de bout de temps. Je suis devenu athée par un simple courrier au clergé. Je ne risque pas une fatwa de dégénérées en robe de chambre faisant partie de la même famille, a mon encontre.

  • Apres vérification, il s`avere qu`aucune peine temporelle n`est prévue en cas de renoncement a l`islam. Le quidam est réputé aller en enfer pour cela mais c`est un peu pareil chez la grande concurrence. Je crois que le monde serait bien meilleur si l`on faisait tous un peu gaffe a éviter les a-priori. Je précise que je suis baptisé catholique romain mais que je n`adhere a aucun dogme religieux.

  • @Jarogh : mettez « apostasie » et « mort » dans google..... et votre commentaire est démenti à 100%.

    Google ne vous proposera que des liens concernant l’islam, les musulmans, le Maroc, le Coran, le Soudan....

    Bien essayé, mais il faudrait approfondir encore un peu vos études islamiques

  • @Arnica Vous savez bien-sur que "Google" n`est pas une référence en soi mais un moteur de recherche avec lequel vous trouverez tout et son contraire, en fait tout ce que vous aurez envie. Voici une référence, entre autres: https://associationclarifier.fr/qui-sommes-nous/

    Je sais qu`il ne sert a rien de discuter avec des gens qui portent en eux le besoin de hair un ou des ennemis qu`ils se sont désigné(s), c`est plutot de thérapie dont ils auraient besoin. Je suis cependant assez naif de croire que beaucoup de ceux qui ont la haine en eux pour une religion, ethnie, culture, etc...sont seulement mal- ou désinformés.

  • Autant dire qu`il ne s`agit pas de se cacher que l`islam représente une maniere de vivre pouvant etre en forte opposition avec les valeurs du christianisme moderne et encore plus avec celles de la libre-pensée occidentale. Ainsi, une petite minorité d`États musulmans (on sait lesquels), caractérisés par le fanatisme de leur interprétation de l`islam, tolerent que la population fasse un sort a l`apostase. Ce n`est cependant pas aux personnes extérieures a une religion de dire a la minorité la plus fanatique de cette religion qu`ils se fourrent le doigt dans l`oeil ou alors on retourne a l`ere de la colonisation au nom des valeurs "supérieures" de l`Occident. Quant a propager la haine envers l`islam et le monde musulman en général a cause de certaines minorités fanatiques, c`est a mon avis aussi criminel que le terrorisme pratiqué par ces minorités envers des populations qui n`ont rien a voir avec leur croyances.

  • Je noterais pour ma part un détail qui me semble très significatif :
    "une formulation d’origine médicale. Selon un dictionnaire médical: Les troubles phobiques sont des troubles anxieux chroniques" L'auteur du billet passe directement de phobie à trouble phobique. De "peur" à troubles causés par la peur". C'est un peu là que le bât blesse, à mon avis...

  • "Combien y a-t-il de musulmans, Daniel?" Beaucoup, énormément et cela augmente très fort, leur projet d'envahir la planète par le ventre de leurs femmes étant plus que jamais appliqué.
    Raison de plus d'en avoir peur. D'être islamophobe...

  • Votre inquiétude pour le sort de la planete (excepté la partie musulmane de celle-ci, bien entendu) est touchant, Géo.

  • Une personne fidèle à nos valeurs humaines traitée d'islamophobe ne devrait-elle pas riposter en évoquant excisions comme infibulations... qu'"il n'y a pas de fumée sans feu"!?

    A quoi il est possible d'évoquer les parents juifs qui, sans nécessité médicale, disposent également du corps de leurs enfants sans leur accord en les faisant bébés circoncire au plus tôt.

    On cite la charia et la lapidation.
    Peine de mort se pratiquant également hors islam…!

    Un livre de Krishnamurti traite de l'amour lequel n'a rien à voir avec nos calculs de possession, de jouissance.

    Selon lui l'amour est un état d'être.

    En prenant l'histoire du paradis de la Genèse biblique, appartenant à la tradition littéraire de la Mésopotamie, on peut comprendre l'état d'Adam et d'Eve avant leur faute comme emplis de et par cet état d'être étudié par Krishnamurti.

    Le serpent serait notre esprit qui compare, envie ou convoite… échafaude. Notre esprit comparable à une vipère venimeuse avec l'ensemble de ses élucubrations qui finit par troubler l'unité ou l'harmonie de notre état d'être .

    Il n'y a que la lucidité qui nous permet d'évoluer unique moyen de donner sens à nos vies… DE L'AMOUR ET DE LA SOLITUDE Krishnamurti Le Livre de Poche

    Lucidité nous concernant nous autres de culture judéo-chrétienne mais lucidité comme devoir concernant également les musulmans qui ne devraient pas se présenter ou être présentés "musulmans de Suisse ou de France ou d'ailleurs" mais de nationalité française ou toutes autres nationalités "de confession musulmane" (Jacques Chirac dixit).

    Bon dimanche (fric fou arrivé de toutes parts pour un bâtiment… Notre-Dame de Paris… peu pour les Bahamas et ses habitants non de pierre mais d'esprit, de coeur, de chair et de sang.

  • Phobie pourrait également s'ajouter au mot vérité.

    Une ancienne petite porte de Jérusalem s'appelant "le trou d'une aiguille" donna les versets évangéliques selon lesquels "Il est plus facile à un chameau de passer par le chas d'une aiguille qu'à un riche d'entrer au Royaume des cieux… ce qui est une "correction" apportée par des moines copistes du Moyen Age… les versets évangéliques premiers étant qu'"Il est plus facile à un chameau d'entrer par le trou d'une aiguille (cette petite porte, donc) "un jour de marché" qu'à un riche d'entrer au Royaume des cieux,"!

  • Le mot "islamophobe" a été repris d'une manière sournoise et singulière par les mollahs iraniens dont l'islamonazi que la France et l'Europe ont soutenu. Les musulmanes ne voulant pas porter le voile étaient considérées comme islamophobes.

    Il faut être fier d'être islamophobe. L'histoire a montré que ne pas voire le nazisme naître en Allemagne et le fascisme en Italie à tué des millions de personnes, sans compter les conséquences psychologiques, économiques et sociétaux.

    L'islam est le plus grand danger pour l'humain. Contemplez les cimetières civils et militaires dans toute l'Europe des morts pour chaque pays.

    Les partis et syndicats courtisent les musulmans afin d'éviter leurs échecs. C'est de la collaboration avec les adeptes d'un concept extrêmement dangereux pour notre avenir, rien de plus.. Le reste est du blabla.

  • Je vous encourage à lire le dernier billet de Mireille Vallette
    http://boulevarddelislamisme.blog.tdg.ch/archive/2019/09/09/l-asvi-denonce-la-mosquee-de-lausanne-au-procureur-300742.html

    Il n’est de pire sourd que celui qui ne veut pas entendre .....

  • N'y a-t-il pas le bouche à oreille qui permet de discuter en demandant à une voisine musulmane que l'on a à la bonne, et vice versa: un bon contact, pourquoi les femmes musulmanes ne profitent pas de leur établissement en Suisse pour travailler à améliorer la condition féminine: "pas question qu'on nous batte sans dénonciation à la police… pas de mariages arrangés, imposés… aucune excision pas plus qu'infibulation… rejoindre des groupes chorales, gym aquatique, politique... nul mari chez nous ne peut l'interdire à son épouse."

    Foyers comme Malley-Prairie pour femmes battues, mères célibataires, etc.,

    Une permanence pour des personnes en recherche d'emploi il y a quelques années:

    une jeune femme musulmane se plaint d'avoir mal à la tête.
    - Je vais te chercher un comprimé, lui dit la responsable.
    - Impossible, dit la jeune femme quand c'est le ramadan

    La responsable s'assied à côté de la jeune femme.

    - Dieu est-il ton ami?

    - Oui, répond la jeune femme.

    - Et cet ami t'empêcherait de prendre un comprimé ou deux pour soulager ton mal de tête!?

    Le comprimé fut apporté… la "maison" se surpassant… avec un verre d'eau.

  • D'un coté, le catholique qui tent la joue et de l'autre celui qui égorge, le couple est parfait, que souhaiter de mieux dans une relation sado-maso ?

  • @ Emmanuelle

    Le catholique ne "tend pas la joue" mais a lu cette suggestion dans les évangiles de source judaïque. On ne saurait jamais assez en lisant les évangiles entendre Jésus préciser: "Comprenez ce que je veux dire…

    Cette invitation à tendre l'autre joue en rejoint une autre toujours évangélique: celle d'éviter de faire un procès car, contrairement à ce que l'on pourrait imaginer en s'estimant innocente victime, on prend le risque de se retrouver coupable.

    La caste sacerdotale d'alors (pour l'état d'esprit, correspondrait à la curie du Vatican qui accuse le pape François d'être trop "communiste" et de semer le trouble…) qui détenait l'ensemble du pouvoir avec deux tribunaux, "sanhédrins" (l'un pour les affaires religieuses, l'autre pour les affaires courantes) - Jésus et Israël, Jules isaac - était malheureusement rigide et conservatrice ne "tenant" que pour les plus riches, influents et puissants.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel