Bolsonaro le Trumpical ou la banalité du mâle

Imprimer

trump-bolsonaro-670x362.png

Vers quels abysses nous feront-ils plonger, ces sordides pourceaux qui gouvernent les Etats-Unis, le Brésil, les Philippines ou d’autres pays ? Nostalgique de la torture et de la dictature, le Trumpical Bolsonaro s’est particulièrement illustré en marge du G7, allant jusqu’à avaliser des attaques contre l’apparence physique de Brigitte Macron. Et si ces barbarocrates nous tendaient un miroir ?

 

L’obscénité a tellement pris le pas sur l’intelligence dans le monde politique que l’on ne serait pas autrement étonné d’apprendre que Trump aurait exhibé ses génitoires devant la Reine d’Angleterre. Le pire étant que cette monstration serait bien fichue de lui rapporter des voix à la prochaine présidentielle.

Ces gorets ne se sont pas imposés par la force. Il a bien fallu des millions d’électeurs pour les « shooter contre en haut » comme l’on dit chez les Vaudois. Par conséquent, à la suite de Flaubert et de Madame Bovary, nous devons bien l’admettre, Trump, Bolsonaro & Co c’est un peu nous. Et quand je dis, nous, je pense surtout à nous autres porteurs de slips Kangourou. Bolsonaro, c’est la banalité du mâle…

Certes, serais-je en mesure de voter aux Etats-Unis ou Brésil que je n’aurais jamais choisi ces olibrius, comme je n’ai jamais glissé dans l’urne un bulletin à l’effigie de leurs coreligionnaires de l’extrême-droite suisse, moins voyants mais tout aussi gluants. Toutefois, mon choix électoral ne me fait pas sortir du troupeau humain dont je dois assumer toutes les bêtes à cornes. C’est ma société, ma planète, mon époque. Et surtout, mon genre.

Car le point commun de tous les sordides pourceaux, c’est la haine masculine de la femme. Une haine qui a succédé au mépris, maintenant que les filles jouent mieux au foot que les garçons et se montrent plus brillantes sur les bancs de la Fac !

L’affolement des machistes

Certes, les raisons de l’actuel effondrement intellectuel sont nombreuses et variées : plus d’un demi-siècle de décérébrage télévisuel[1] ; le dressage à la paresse intellectuelle ; l’abandon de la lecture au profit d’images qui chassent la pensée pour faire place à l’émotion et à ses fièvres acheteuses ; le remplacement de l’homme producteur par l’homme consommateur.

C’est contre cette tendance que Mai-68 s’était levé. Hélas, il y eu le mois de juin et il n’est plus resté de ce printemps que son dévoiement médiatique vers un hédonisme béat, source de tous les renoncements actuels.

Cela dit, la feminophobie tient une place éminente au centre de ce lamentable inventaire. Plus les femmes progressent vers leur libération et l’égalité – toutes deux loin d’être acquises – plus les machistes s’affolent, paniquent à l’idée de plus posséder le monopole du pouvoir. A cet égard, l’indéniable succès du dernier championnat du monde de foot féminin a joué un rôle symbolique dont nous n’avons pas encore mesuré toute l’ampleur. Pour la première fois, la femme s’est invitée – avec quel succès ! – sur le champ de bataille favori de l’homme. Pour les Tartarins des gradins, quelle claque ! Et pour les autres, c’est une humiliation de plus.

Dès lors, les tweets insultants de Trump, les propos graveleux de Bolsonaro et les rodomontades de Salvini – qui ligote la femme avec son chapelet dédié à la Vierge – sont autant d’actes de vengeance qui rassurent les machos sur l’état de leurs testicules morales. Il en va de même pour les islamistes qui expriment leur panique feminophobe par le radicalisme intégriste et/ou terroriste. Barbus halal et pourceaux halouf, même combat !

Ces femmes qui votent Trump ou Bolsonaro

 Comme les circonvolutions du comportement humain sont d’une tortueuse complexité, nombre de femmes votent en faveur desdits pourceaux. Depuis des temps immémoriaux, il s’est toujours trouvé dindes et chapons pour plébisciter Noël. Tout le travail du dominant consiste à aliéner le dominé pour que celui-ci fasse sien le schéma de domination. « Les tyrans ne sont grands que parce que nous sommes à genoux », aurait dit Etienne de la Boëtie.

Le masculin l’ayant toujours emporté, inverser ce mouvement tient du défi. Or, il est de plus en plus relevé avec succès par un nombre croissant de femmes. Les machistes d’orient et d’occident entament désormais leur combat d’arrière-garde en faisant flèche de tout bois. Plus ils seront acculés, plus ils en rajouteront dans la régression. Les sordides pourceaux n’ont donc pas fini de nous en faire voir. Mais tout a une fin. Même eux.

Jean-Noël Cuénod

[1]Sur les ravages de la télévision sur le cerveau des enfants, lire ce lien https://www.mieux-vivre-autrement.com/un-neurologue-de-linserm-la-television-impacte-gravement-les-enfants.html

 

Commentaires

  • Merci pour cette déclaration, Monsieur Cuénod. Finalement, l`esprit et le coeur ne sont peut-etre pas si rares que le vacarme fait par les imbéciles pourrait laisser croire.

    J`ajouterais seulement que, a mon avis, les imbéciles populistes au pouvoir actuellement doivent beaucoup au fait que leurs électeurs sont souvent tres mécontents (cf les "gilets jaunes") et que la naiveté fruit de l`ignorance leur a fait croire aux promesses fallacieuses de ces margoulins politiques. Ainsi, les raison d`etre mécontent ne cessant pas, je ne serais pas étonné non-plus si le Trump était réélu ou, pire encore en matiere de margoulin populiste, peut-etre un Bannon. En France aussi, l`extreme-droite conserve ses chances avec les frustrations existentielles des "gilets jaunes".

  • Bien vu.
    Mais pourquoi insulter la race porcine?
    Une faute de français dans l'avant-dernière phrase.
    Merci cependant pour cet article tristement réaliste.

  • Pourceaux. Gorets. Olibrius. Gluants.
    En matière d'obscénités vous vous mettez au même niveau que ceux que vous dénoncez.

  • Merci, la correction est faite. Non seulement, il faut faire attention aux fautes que l'on peut soi-même commettre, mais encore on doit corriger celles que vous ajoute votre "correcteur" orthographique!

  • Votre billet devient d`autant plus actuel en ce jour ou l`idole de ces foules anglaises auxquelles il a réussi fait croire n`importe quoi au sujet de l`Union Européenne annonce son intention de suspendre un parlement qui refuse son fanatisme du brexit a tout prix. On peut craindre que le trio Bolsonaro-Johnson-Trump réussira a faire suffisamment de dégats pour que les proichaines décennies doivent etre consacrées a essayer de réparer les pots cassés.

  • La queen a donné son accord pour circuiter le parlement britannique... 93 ans et toutes ses fausses dents pour croquer la démocratie. Curieux de voir si comment les Anglais vont digérer ca.

  • "Sur les ravages de la télévision sur le cerveau des enfants"
    Et pas seulement des enfants!
    Il a suffi d'images télévisées tournées en studio pour faire croire que l'homme avait marché sur la lune. Heureusement il reste de plus en plus de cerveaux qui échappent à de tels ravages.
    https://www.aulis.com/investigation.htm

  • La malbouffe et la sexualité selon laquelle rongent également nos cerveaux.

  • ""Il en va de même pour les islamistes "" islamiste = islam et ses croyances zinzins extrêmement dangereuses. Quant au reste, qui est responsable de cette situation internationale nauséabonde? Réponse: la quasi totalité des dirigeants occidentaux depuis De Gaule.

    Bon, l'élégance et la beauté de Mme TRUMP ne sont pas à comparer avec celle de Mme Merkel, Mme May, Mme Macron et autres belles de jour, quoique cette dernière est très élégante, avec ces beaux manteaux, mais l'habit ne fait pas le moine ou la nonne....

    Mr Jean-Noël Cuenod vous avez perdu votre belle diplomatie?

  • Vous reflétez une certaine pensée tout à fait locale voire européenne qui reflète la sociale démocratie dans vos propos, ceci peut-être sans connaître réellement les problèmes concrets de ces pays. Passant une partie de mon temps entre les USA (ou j'y ai travaillé et le Brésil (ou ma compagne y réside), et que je connais par ailleurs relativement bien depuis de nombreuses décennies. Dans ce dernier pays, dont je viens de rentrer après un bon mois, bien des résidents de toutes souches sociales ne sont de loin pas du même avis que le vôtre et...fort heureusement ! Pour beaucoup, la présidence actuelle y a apporté un vent nouveau dont ils ressentaient assurément le besoin, essentiellement au niveau de la sécurité, laquelle était pour le moins lacunaire au Brésil, ce qui n'est pas un scoop. En outre, pour beaucoup avec qui, j'ai dialogué, me disaient...laissez lui le temps. Le chantier est long, notamment au niveau de la reforme du financement du système de retraites qui est un long chantier..un peu comme à Genève. Bien entendu, je ne préjuge pas de l'aspect écologique que je ne cautionne bien évidemment pas, mais bien du changement dont le Brésil avait besoin, notamment au niveau de la sécurité personnelle qui était un vrai désastre auparavant et reste un défi, laquelle a bien évolué en quelques mois, étant basé dans le centre du Brésil, un état riche et une métropole de pas loin de deux millions d'habitants

  • Un autre point de vue, plus réaliste:

    https://insolentiae.com/amazonie-bolsonaro/

Les commentaires sont fermés.