La gauche lâche-t-elle la laïcité ?

Imprimer

12a_jr_0010.jpg

La statue de la Brise, sculpture d’Henri Koenig, devant la Rade de Genève. Image de la femme libre.

La plupart des partis de gauche ont, en vain, appelé à voter contre la loi sur la laïcité de l’Etat à Genève (lire aussi le précédent blogue). La gauche semble donc avoir perdu son ADN laïque, non seulement à Genève mais aussi en France où maints gauchistes la jugent «bourgeoise». Un signe de plus démontrant que la gauche n’est pas sortie de son état confusionnel.

Toute la gauche ? Non, car d’irréductibles militants résistent encore et toujours au communautarisme, telle l’ancienne députée socialiste et ex-présidente de la Licra[1]Claire Luchetta-Rentchnik qui a animé la campagne à Genève avec l’association « La laïcité, ma liberté ».

Car c’est bien de cela que la laïcité veut nous préserver, de ce communautarisme qui s’installe aux portes de Genève, qui ronge les cités de la banlieue parisienne ou des Quartiers-Nord de Marseille et qui règne dans le « Londonistan ».

Le communautarisme, c’est le despotisme à domicile, la prison à chaque étage. Il soumet l’individu à la loi de son groupe ethnique ou religieux – souvent les deux cumulés –, une loi qu’exerce le plus souvent la partie mâle de la famille, une loi sans autre loi que celle dictée par l’arbitraire, justifiée par la lecture biaisée et lacunaire de textes religieux.

Le communautarisme semble toujours lié à l’islam radical ou salafiste car c’est dans ce contexte qu’il a pris des formes particulièrement spectaculaires. Mais on peut le voir à l’œuvre dans les milieux fondamentalistes d’autres religions, au sein des sectes dites « évangélistes » ou dans le catholicisme intégriste. Les formes diffèrent en fonction du statut social et culturel des groupes en question. Mais le fond reste le même. Il s’agit d’empêcher l’individu de penser par-lui même, de peur qu’il refuse le sort à lui imposé par l’implacable pouvoir du groupe. L’individu n’est qu’un rouage et non pas un être humain dans toutes ses dimensions.

Pour le communautarisme, la liberté de conscience – qui comprend celle de changer d’opinion ou de religion – relève du scandale inadmissible. On ne quitte pas la religion du groupe, sauf à trahir les siens parfois au péril de sa vie. La laïcité étant le principe qui permet à la liberté de conscience de s’exprimer et de se développer au sein de la Cité, on comprend dès lors que les intégristes de tous poils et de toutes barbes cherchent à la combattre. On comprend moins que la gauche enfourche un tel bourricot !

Sans doute faut-il y voir cette tendance née tout d’abord au sein du Parti démocrate américain et diffusée en France et ailleurs, notamment par Terra Nova, le laboratoire d’idées proche du PS français. Dans cette optique, il s’agit pour la gauche de ne plus fonder son action sur la classe ouvrière et les travailleurs en général mais de chercher ses nouvelles recrues auprès des minorités, parmi celles-ci, les émigrés ou plutôt leurs enfants et petits-enfants.

La gauche a toujours soutenu la cause des travailleurs immigrés mais ceux-ci étaient alors perçus par elle comme faisant partie intégrante de cette classe ouvrière qu’elle était historiquement chargée de représenter. Aujourd’hui, dans cette nouvelle stratégie d’une certaine – et incertaine – gauche, il s’agit de défendre des communautés culturelles ou religieuses en tant que telles, avec leurs idéologies propres. Or, parmi ces conceptions communautaires figurent, entre autres, la défense du patriarcat qui fige les rapports hommes-femmes sous la forme dominants-dominés. Dès lors, en cherchant à complaire aux communautés, cette gauche en vient à oublier ce qui constitue la base même de son édifice politique : la défense des opprimés et la lutte contre leurs oppresseurs.

La communauté religieuse a toute sa légitimité quand elle transmet sa conception des fins dernières et de la foi en une entité supérieure. Mais elle la perd dès qu’elle veut imposer ses conceptions dans l’organisation de la Cité, qu’elle cherche à empêcher ses membres de vivre en liberté et qu’elle se pose en intermédiaire obligé entre l’individu et l’Etat démocratique.

La gauche ferait donc bien de revenir à ce qui constitue sa raison d'être : la représentation et la défense des travailleurs, quelle que soit leur nationalité, quelle que soit leur religion, quelle que soit leur culture. La défense des particularismes communautaires – qui souvent s’opposent les uns aux autres – est une voie sans autre issue que le mur.

Jean-Noël Cuénod

[1]Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme

Commentaires

  • Excellente analyse, merci.

  • A part la référence toute française (et toute empreinte d'inculture scientifique) à l'ADN, je suis totalement d'accord avec le texte de M. Cuénod. Le chemin pris par le P.S. ces cinquante dernières années sur nombre de sujets est un des scandales ( ou raisons de désespérer) de la politique d'avenir.

  • Pour l'ADN, vous avez parfaitement raison. Vilain tic de langage. J'ai corrigé.

  • Excellente analyse !

    La politique de la gauche devient illisible et totalement incohérente ...

    On ne demande pas à la gauche de stigmatiser telle ou telle autre religion, ni de les soutenir toutes, on lui demande simplement de défendre et de faire appliquer la liberté de conscience, une valeur inaliénable inscrite dans la Constitution. A Genève, l'outil législatif pour faire appliquer ce principe fondamental s'appelle désormais "LLE" : Loi sur la Laïcité de l’État.

    Sauf à vouloir ouvrir les vannes du communautarisme, je ne vois pas comment on pourrait se passer de règles claires pour protéger chaque individu, afin qu'il puisse s'épanouir spirituellement, selon sa propre conscience.

  • @Jean-Noël Cuénod
    Merci de votre réponse empreinte de courtoisie. Je m'en voulais un peu de la rudesse de ma remarque, mais je vois que vous avez bien compris que le terme et l'idée d'inculture ne s'adressait pas à vous.

  • Que reprochez-vous aux acides nucléiques, Mère-Grand ? N'aimez pas les doubles hélices ?

  • Partout la gauche défend et protège l'islam, qui est le pire ennemi de nos libertés et de la laïcité!

  • Je pense que la gauche fait également un grand pas en avant en France en supprimant sur les bulletins scolaires les mots père et mère remplacés pas (parent 1) et (parent 2), je vois d'ici les pauvres gamins crier (-parent 111111????) (-Parent 222222???) les codes barres sur le poignet c'est pour demain! Il vont sans doute se battre après pour savoir s'il faut mettre la maman ou le papa en premier?? C'est sans fin!!!

  • Votre texte est très intéressant, mais on a l'impression que vos réflexions et prises de conscience arrivent un peu comme la grêle après les vendanges.

    Effectivement en vous lisant on peut constater que vos remarques vont dans le même sens que ceux de M. Pierre Gauthier qui depuis plusieurs mois a fait part de cette lamentable position et opportunisme de certains partis de gauche.

    Enfin ! comme dit le proverbe "mieux vaut tard que jamais".

  • Que dire de plus, je suis d'accord avec vous. Ce n'est pas la communauté à protéger, mais l'individu quitte à avoir une communauté sur le dos.
    Etre indulgent avec un extrémisme parce que cette extrémisme vit dans une minorité, c'est donner un coup par derrière aux progressistes de cette communautés. C'est une trahison des valeurs démocratiques, une trahison des valeurs que la gauche rappelle pourtant de manière métronomique.

    Je peux me tromper, mais mon impression est que la vieille garde ne s'est pas perdu contrairement à la jeune garde politique.
    Le cerveau finit son développement vers 25 ans ou plus, je ne crois donc pas au hasard si la jeunesse politique se perd entre fantasme rêvé et réalité.

  • Votre analyse ne manque pas d’intérêt, Jean-Noël Cuénod, merci de nous l’avoir soumise.

    J’aimerais toutefois rappeler que toute loi est arbitraire. C’est précisément ce qui la rend contestable.

    Or, pour votre part, vous ne pointez que celle qui régit le communautarisme. En témoigne le quatrième paragraphe de votre propos.

  • Oh merci ! pour ce texte merveilleux

  • @Gislebert
    Pas du tout, c'est de la pure jalousie. Comme je n'ai pas les moyens de faire analyser mon génome complet, je ne me comprends pas et je ne comprends pas ce que je pense et ce que je fais, contrairement à tous ceux qui savent clairement ce qui est de leur ADN et ce qui ne l'est pas.
    Alors quand j'entends à la télévision (française avant tout désolé) que l'initiative citoyenne, le 80 km ou les pommes de terres bouillies à l'angoisse et toutes sortes d'autres choses, qualités, coutumes, etc. ne sont pas dans l'ADN de ce grand peuple, je pique une crise de jalousie devant tant de finesse d'analyse.

  • "Il vont sans doute se battre après pour savoir s'il faut mettre la maman ou le papa en premier??"
    Je ne sais pas s'il vous a échappé qu'on prépare l'avenir en évitant de devoir, dans l'avenir proche, libeller la question de la manière suivante: papa 1 et papa 2, ou maman 1 et maman 2, ce qui ferait tiquer certains, et pas seulement ceux qui restent attachés à la formule traditionnelle papa et maman.

  • Excellent billet plein de justesse!

    JPCuénod, vous devriez relever la critique de la Voix..... Et en faire autant chez elle! Je peux vous dire que vous aurez beaucoup à faire mais moins avec les commentaires, et «commentateurs » que certains se dédoublent ...... qui se suivent et se ressemblent!

    Bonne soirée

  • On parle désormais de christianophobie... de quoi transporter de joie pas mal de monde y compris les commentaires concernant les blogs de la TDG entre autres.
    Pour le papa et la maman il ne peut y avoir qu'un géniteur avec une génitrice.
    Les "amis" devraient se nommer par leurs prénoms afin que tout soit clair et simple, transparent... en l'esprit des enfants. Pour les familles recomposées une belle-mère, un beau-père appelés selon le ressenti des enfants.
    Dispositions juridiques légales.

    Une future belle-mère est une femme qui risque d'en être une autre une fois la bague au doigt.
    Un beau-père aimant et respectueux ne s'improvise pas.

    Indispensable droit de recours des enfants en cas d'injustice, de mauvais traitements, d'indifférence ou d'abus de tous ordres.

    La loi ne respecte pas le ressenti des enfants… ce qui est tragique.


    Le conte de Blanche-Neige est révélateur.
    Nous apprenons que son papa est veuf.

    Une fois le père de Blanche_Neige remarié la marâtre peut se permettre tout et n'importe quoi.
    Irresponsable éventuellement aveuglé par... l'"amour" (?) le "père" qui n'intervient jamais est comme mort et enterré.

    Observations ou interrogations pas forcément incompatibles avec la Saint-Valentin.

  • ""une loi sans autre loi que celle dictée par l’arbitraire, justifiée par la lecture biaisée et lacunaire de textes religieux.""

    Concernant l'islam, la lecture n'est pas biaisée, elle est conforme à la plupart des typologies constatées, des mœurs, des us et coutumes de plus en plus évidentes; il suffit également de constater. L'islam est politique et la politique des musulmans est la charia de l'islam au dessus des lois contrairement à ce qui est dit, taqiyya oblige.

    Pour le reste RAS; mon neveu, croyant communiste et syndicaliste CGT, était anti musulman. Il y a plus de cinq ans, il est devenu avec son syndicat, pro musulman, non, pas pro islam! Ils sont majoritaires dans sa section ! Comme quoi la CGT a besoin d'argent, de croyants comme le ou les gouvernements.....

    De la Laïcité, il s'en tape comme au vatican et ailleurs sur la pédophilie contrairement aux belles phrases et aux visages masqués.

    Ben oui, partis et syndicats de gôôches ont besoins d'adhérents donc d'argent, nos énarques ont besoin de vendre des armes comme le rafale et autres chars d'assaut. C'est leur niveau de culture, leur chemin de croix, leur parcours spirituel ou la peine de mort est acquise d'office dans une totale hypocrisie incroyablement présente.

    Ce qui devrait nous consoler, (drôle de consolation) c'est que cette Liberté chérie , cette Laïcité cinq étoile a toujours eu besoin de millions de cadavres pour exister. Aujourd'hui elle survie, mais sous perfusion, le pronostic vital est fortement engagé. Le médecin et son équipe sont de gôôche. En France, dans les pays musulmans et ailleurs....

  • Avec son amour pour une religion (l'islam) qui est l'antithèse de ses valeurs sociales, la gauche est devenue schizophrène. L'immense majorité de la population en est consciente à deux exceptions près, les politiciens de gauche et les journalistes ! Les gens de gauche pensent peut-être qu'en habitant en Suisse, la grande majorité des musulmans va devenir féministe, homophile, ouverte à l'éventuel athéisme de leurs enfants, etc. C'est aussi prétentieux que faux (toutes les études démontrent que les jeunes générations de musulmans dans tous les pays européens sont plus intégristes que leurs parents !). Hélas, quand la gauche s'en rendra compte, il sera trop tard !
    Pour ce qui est de nommer les père et mère, parents 1 et 2, la gauche s'enfonce. Je suis sincèrement et totalement en faveur des homosexuels (contrairement aux journalistes de gauche donneurs de leçons de la ligue du lol, sic) mais je pense que ces mesures absurdes, qui doivent concerner 1 pour mille de la population (je parle des couples homosexuels ayant des enfants), risquent d'avoir pour conséquence d'accentuer l'homophobie de la population.

  • J'écoute en ce moment "Du Grain à Moudre" sur France Culture sur l'antisémitisme!!!! C'est incroyable cette façon de ne voir la mal qu'à droite!!!! Pas un seul des intervenants pour parler de l'antisémitisme musulman des banlieues, et de la relation incestueuse qui existe aujourd'hui entre la gauche qui est aussi parfois antisémite et l'islam! Les médias français sont dangereusement formatés! A écouter aussi "Gestions d'islam" du 3 février dernier!

  • Je voulais parler de "Questions d'islam" du 3 février dernier!!!! Pour (Georges Haddad) il n'y a pas de problèmes entre juifs et musulmans en France! L'aveuglement dans toute sa splendeur!

  • Luc Ferry, homme politique, insiste sur la laîcité comprise neutralité.

    On pourrait parler simplement de dimensions matérielle et spirituelle en nous avec recherche d'élévation d'esprit sans bondieuseries.

    L'enfant, selon ses racines, ne peut avoir qu'un géniteur et qu'une génitrice.

    Quelle que soit la forme de procréation il faut l'un et l'autre
    ou l'une et l'autre.

    les banques de sperme ne se remplissant pas toutes seules.

    A lire dans la presse tant d'âneries irresponsables à force d'égoïsme forcené comme d'immaturité il est bien difficile de ne se faire aucun souci pour les enfants à naître de tels "adultes"!

    Pour le bien-être et le développement de l'enfant il lui faut un papa, une maman.
    Non une faveur, un droit.

  • "luc ferry" est une source très discutable lui qui veut que les policiers puissent tirer librement sur les Gilets Jaunes!

Les commentaires sont fermés.