10/02/2019

Genève vote pour la laïcité. Et maintenant?

10159658.jpg

Le peuple genevois a donné un «oui» incontestable à sa loi sur la laïcité, à 55,1% des suffrages exprimés. C’est un beau jour pour la sauvegarde de la liberté de conscience. Approbation nette. Mais non pas raz-de-marée. Il faut donc que les partisans de la laïcité se penchent sur le seul élément vraiment critiquable de cette loi.

Il s’agit en l’occurrence de l’interdiction pour les députés au Grand Conseil et conseillers municipaux de signaler leur appartenance religieuse par des signes extérieurs lorsqu’ils siègent en séance plénière (en public) ou lors de représentations officielles (1).

Certes, ne pas arborer un signe religieux en de telles circonstances assez restreintes ne paraît pas relever de la dramatique atteinte à la liberté religieuse, sauf à faire preuve de mauvaise foi. Et les ennemis de cette loi ont démontré qu’ils en possédaient d’inépuisables réserves.

Toutefois, cet élément présente un défaut, il rompt l’équilibre et la cohérence de cette loi. En quoi ?

Il est normal que les représentants de l’Etat – magistrats et fonctionnaires – soient astreints à respecter la neutralité confessionnelle en ne faisant pas étalage de leur appartenance à telle ou telle communauté religieuse. Dans le contexte de leur fonction – et si cette fonction les amène à entrer en contact avec le public – ils sont des organes de l’Etat qui, à Genève, est laïque et se déclare neutre sur le plan religieux. Personne n’a contraint les fonctionnaires ou les magistrats à embrasser le service public.

En revanche, la situation des députés au Grand Conseil ou des conseillers municipaux est différente. Ils ne représentent pas l’Etat mais le peuple dans toute sa diversité. Ils ne sont donc pas astreints à l’obligation de réserve laïque des fonctionnaires et magistrats. En briguant les suffrages de leurs concitoyens, ils font étalage de leurs conceptions philosophiques, de leurs positions idéologiques et, le cas échéant, de leur appartenance religieuse. C’est le jeu normal de la démocratie. Dès lors, cet élément de la loi se révèle par trop restrictif en regard de la liberté individuelle.

Il faudrait s’inspirer de la situation qui règne déjà au sein de l’Instruction publique, à savoir que le port de signes religieux est interdit aux instituteurs et aux professeurs quand ils donnent leurs cours mais que leurs élèves sont libres d’en arborer. Les uns représentent l’Etat, les autres, non. Il devrait donc en aller de même concernant les fonctionnaires et les députés ou conseillers municipaux.

Le Groupe de travail sur la laïcité n’avait pas retenu l’interdiction du port de signes religieux pour les députés ou conseillers municipaux en « plénière ». Ce point ne figure pas dans les propositions rédigées par ce Groupe qui ont largement inspiré la nouvelle loi. Il n’est apparu qu’au cours du travail législatif. La Cour constitutionnelle cantonale doit encore statuer à ce propos après avoir été saisie de deux recours. Peut-être que cet élément contestable sera expurgé de la nouvelle loi. C’est mon souhait, en tant que citoyen engagé en faveur de la laïcité et de sa nouvelle loi genevoise.

Jean-Noël Cuénod, ancien président du Groupe de Travail Laïcité auprès du Conseil d’Etat

(1) Ne retouche pas à mon dieu – Un bilan de la laïcité. D'où vient-elle? Où va-t-elle?– Jean-Noël Cuénod– 249 pages – Editions Slatkine

17:31 Publié dans Laïcité, laïcité, religions,Etat, Politique suisse | Lien permanent | Commentaires (16) | |  Facebook | | |

Commentaires

Votre analyse est, à priori, celle de la cohérence et de la raison.
Et la Cour constitutionnelle de la CJ aura à mettre cet argumentaire dans la balance (pesée des intérêts).
Cela dit, ne convient-il pas également de discuter s'il convient de donner audience et publicité aux prosélytes qui considèrent que la religion est supra-étatique et dont les valeurs premières centrées autour du clan ou de la communauté sont totalement incompatibles avec notre humanisme et celles de l'universalisme républicain (les nôtres).
Cela constitue l'autre raison: Il y un moment où il faudra bien accepter que nous avons un problème avec l'Islam politique (le seul) et qu'il nous faut trouver un moyen de nous y opposer. Nous ne voulons pas du foulard 'étendard' au sein de nos instances politiques.
Espérons qu'une interprétation téléologique de la novelle soit retenue par la Cour.

Écrit par : Ronald ZACHARIAS | 10/02/2019

Répondre à ce commentaire

Je suis d'accord avec vous en temps normal.
Mais les frères musulmans, les salafistes sont un problème du fait même de leur prosélytisme dans la population musulmane.
Les garde-fous sont donc nécessaire.

L'élue verte qui s'exprime dans le blog de Ramadan donne encore plus de raison à cette loi. Sa tactique de communication à la Ramadan devrait nous inciter à être sur nos gardes, sinon Genève va ressembler à un quartier de Bruxelles où les salafistes ont bénéficié de l'aveuglement des élus. Il est important de ne pas crédibiliser l'extrémisme aux yeux des jeunes musulmans.

Une fois débarrassé d'extrémismes, je suis d'accord vous. Mais je m'inquiéterais quand même si une personne est élue parce qu'elle représentent une religion et non pour sa vision de société.

Écrit par : motus | 10/02/2019

Répondre à ce commentaire

Il est étonnant que vous n'ayez pas encore compris que l'interdiction dans un parlement de port de vêtement religieux (voile) est primordiale. Cette interdiction permet d'éviter que l'Islam politique s'impose dans nos sociétés avec son cortège d'horreur. Ces personnes sont des fanatiques car ils sont incapables d'enlever un ornement religieux pour un court moment. En outre ils utiliseront tous les moyens pour éviter que cette loi entre en vigueur. Nous avons à faire à des extrémistes qui ne feront aucun compromis.

Écrit par : Boccard | 10/02/2019

Répondre à ce commentaire

La Suisse va de l'avant, c'est très bien. cependant, Mr Zacharias

Comment faire une telle affirmation? L'islam Sunnite en particulier est politique par le califat et les monstres qu'il faut vénérer en islam.

""Cela constitue l'autre raison: Il y un moment où il faudra bien accepter que nous avons un problème avec l'Islam politique (le seul)"" Le seul??

L'islam et la politique sont liés comme deux poumons dont l'un a un cancer.

Ecoutez, prenez quelques minutes, vous sauverez des vies, celles de vos enfants et petits enfants, peut-être:

https://youtu.be/Y6z03iwNU3g

Écrit par : NOËL Pierre | 10/02/2019

Répondre à ce commentaire

Tous les croyants ne sont pas de "bonne foi" et toutes les fois ne sont pas bonnes ou, d'autres termes, toutes les fois ne sont pas bonnes.
C'est une affirmation que l'on n'entend évidemment pas dans les bouches de nos bons pasteurs ou curés, mais que les représentants de l'islam ont érigé en vérité, en faisant de leur "version" de del religion d'Abraham la seule valable aujourd'hui..

Écrit par : Mère-Grand | 10/02/2019

Répondre à ce commentaire

C'est une excellente nouvelle je n'y croyais pas! Je voyais cet après midi deux jeunes femmes voilées dans la rue qui allaient en direction d'uni-mail, avec encore quelques éléments folkloriques supplémentaires qui ne font rire qu'elles! Le 6 février (journée contre les mutilations sexuelles faites aux femmes, 200 millions de femmes, dans près de 30 pays musulmans sont gravement atteintes physiquement, sur "ça" silence radio de toute la gauche et surtout de toutes les femmes de gauche! Même celles qui depuis 50 ans nous bassinent avec leurs "petites problèmes"! Face à ces mutilations graves leur silence est une traîtrise de plus faite aux femmes mutilées!

Écrit par : Dominique Degoumois | 10/02/2019

Répondre à ce commentaire

"Et maintenant?" L'offensive va continuer.

Écrit par : Mère-Grand | 11/02/2019

Répondre à ce commentaire

La gauche a perdu toute crédibilité depuis qu'elle n'a pas bougé un seul doigt de pied au mois de décembre, pour Rahaf Mohammed, cette jeune saoudienne ayant cherché cherché asile politique durant six jours depuis Bangkok. Le Canada et l'Australie sont les seuls à avoir répondu à son appel. Aujourd'hui protégée par deux agents de sécurité à Toronto, par peur de finir démembrée par un parent ou un membre du régime saoudien pour avoir simplement eu le désir de renier l'Islam...

Pour la droite, affaires obligent, je n'en attendais rien non plus, rassurez-vous.

Écrit par : Laurent Lefort | 11/02/2019

Répondre à ce commentaire

Pas plus que pour ASIA BIBI! Vous vous rendez compte une petite chrétienne pakistanaise qui ose aller boire dans un puit réservé aux musulmans, mais où allons nous???? Qui finance les gauches aujourd'hui???

Écrit par : Dominique Degoumois | 11/02/2019

Le néonégationnisme consiste à ne pas reconnaître que l'idéologie totalitaire et réactionnaire de l'islam pose problème à nos sociétés de progrès. Là ou l'islam progresse la société régresse.
La décision des genevois donne un signal clair à ceux qui nient la réalité.

Écrit par : norbert maendly | 11/02/2019

Répondre à ce commentaire

Et maintenant ?

Foi de Parpaillot, la messe est dite, il faut passer à autre chose !

Il faut respecter la volonté populaire et cesser d'ergoter, pour la paix des chapelles, des temples, des mosquées et des synagogues.

Écrit par : Parpaillot | 11/02/2019

Répondre à ce commentaire

Ne vous réjouissez pas trop vite ils sont très coriaces et déterminés!!

Écrit par : Dominique Degoumois | 11/02/2019

Il y a la surface, il y a la réalité.
Portant ou non un signe religieux, il y a la pensée, il y a la conscience.
L'intention, la motivation. Le langage, le vocabulaire.

Les musulmans ne perdant pas de temps des recours sont d'ors et déjà adressés et des exceptions, en jouant sur les mots, notamment, ne tarderont pas.

Les gilets jaunes… aux problèmes plus cruciaux que les signes ("indices"!) religieux ne nous demandent-ils pas de nous engager à fond à leur côté afin de mettre un terme à cette crise qui n'apportera aucune solution.
Pas plus la paix, le partage citoyen que l'unité retrouvée.

Ce à quoi cette femme musulmane politique obstinément voilée devrait réfléchir histoire de se rendre utile… Mme Lagarde précisait que l'on ne doit pas entrer en politique pour faire du sentiment.
Soit.
Mais exercer sa capacité d'empathie, si.

Avant qu'il ne soit trop tard… avec une suggestion: pourquoi parler de transition écologique ce qui ne dit pas vraiment quelques chose de clairement actif plutôt que d'indispensable prise de conscience concernant l'état de la planète… biodiversité, environnement, etc.

Aux écolos genevois: à quoi serviraient des dents dures et immaculées avec rien que des produits empoisonnés par la chimie à se mettre sous elles, ces dents…!?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 11/02/2019

Répondre à ce commentaire

Et maintenant?

Nous sommes sur terre non condamnés mais invités à évoluer et passons, selon Sir Martin Broman, son livre TOUT PEUT ETRE GUERI, Vivez Soleil, mérite le détour...passant du chakra jaune, manipura au chakra vert, anahata passage ardu pour qui a toujours vécu selon la recherche du pouvoir et contrôle (manipura) mais infiniment plus aisé à l'individu recherchant la liberté.
Lea gilets jaunes, en fait de couleur fluo vert pâle, représentent la recherche du pouvoir vus verts le pouvoir du coeur.

Passons donc du "coeur du pouvoir au pouvoir du coeur" et nous verrons bien ce qu'il convient de répondre, Jean-Noël Cuénod, à votre question "Et maintenant"!

La France en crise vit ce moment ardu du passage de manipura, pouvoir pour le pouvoir, à celui d'anahata, chakra vert du coeur, par cette impression de déliquescence qu'elle donne à voir. La Marseillaise, en France projet de la chanter à l'école, peut inviter à la réflexion le "sang impur qui abreuve nos sillons" est le sang de soldats appelés sous les drapeaux à servir les intérêts des puissants qu'ils soient d'un pays ou d'un autre ainsi dressés à voir en ceux d'en face les ennemis qu'en fait n'ayant rien décidé mais de force, non de gré, se soumettant.
Triste forme d'éducation de la jeunesse à comparer avec, d'un aviateur français Pierre Brossolette, la devise simple et belle: "Du lac aux cimes"!
Passage, parlant yoga, toujours, de la dimension matérielle à la dimension spirituelle c'est-à-dire de notre conscience individuelle à la conscience cosmique tous "unis dans un même élan".

Écrit par : Myriam Belakovsky | 13/02/2019

Répondre à ce commentaire

Ben DDegoumois, la gauche se sert dans la poche des autres mais pas toucher la leur et cela aurait pu leur coûter que de répondre à l’appel de ces deux femmes en détresse!
Cela me rappelle que dans cette blogosphère ce n’est pas mieux! En effet, il y’a quelques années, j’avais lancé un appel afin d’aider un jeune blogueur à payer un avocat dans une procédure...... ! Tout le monde s’est défilé et ce sont ceux.-là même qui nous donne des leçons, qui nous la jouent bonne âme.., donneurs de leçons... qui s’averen être, en réalité, des délateurs et des racistes qui versent dans le mensonge, la diffamation, la calomnie et j’en passe....... Alors DDegoumoi! nous sommes, pour certains, vaccinés!

Écrit par : Patoucha | 13/02/2019

Répondre à ce commentaire

"Genève vote pour la laïcité."
Genève a voté contre la laïcité en adoptant la nouvelle Constitution qui parle de neutralité au lieu de séparation.

"Et maintenant?"
Et maintenant place à l'enseignement du "fait religieux" (et maçonnique?) dans les écoles. Au fait, c'est quoi un "fait" religieux, si ce n'est un non fait, bref un mensonge.

Fait religieux: Jésus est né d'une vierge qui est restée vierge.
Fait historique et biologique: c'est impossible.

Fait religieux: Jésus est mort sur la croix et est ressuscité.
Fait historique et biologique: c'est impossible et seuls les criminels étaient crucifiés par les Romains.

Fait religieux: création du monde en 6 jours et l'évolution des plantes et des animaux n'existe pas.
Fait scientifique: ce sont des mensonges.

Fait religieux: Mahomet est un modèle à suivre.
Fait historique: c'est un criminel, un assassin, un génocideur de Juifs, un pilleur de caravane et d'une ville juive. Et il a eu des relations sexuelles avec une enfant de 9 ans. Un modèle on vout dit.

En outre si l'école ne parle pas du chamanisme, du panthéisme, du polythéisme, de l'hindouisme, du bouddhisme, du shintoisme, du bahaisme, etc. l'Etat ne respectera pas la Constitution qui veut que l'Etat soit neutre entre TOUTES les religions (et d'ailleurs pourquoi seulement les religions, il y a aussi toutes les écoles philosphiques: épicurisme, platonisme, aristotélisme, etc.).

Pauvres enseignants!

Écrit par : Daniel | 13/02/2019

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.