01/02/2019

Gilets Jaunes et lutte des classes

topelement.jpg

Le sociologue Luc Rouban vient de publier la première étude qui permet de mieux cerner les caractéristiques sociales et politiques des acteurs de la grave crise que traverse la France.

La lutte des classes éteinte et le clivage gauche-droite dépassé ? L’économie numérique et globalisée était censée balayer ces deux vieux concepts. Les voilà qui reprennent de vives couleurs. Ou plutôt une seule, jaune, comme celle des gilets dont se parent les acteurs de la crise politico-sociale la plus importante que la France ait connu depuis des décennies. C’est l’une des leçons à tirer d’une étude particulièrement approfondie sur le phénomène des Gilets Jaunes. Elle vient de paraître par le truchement du « Baromètre de la confiance politique » de janvier, régulièrement publié par le CEVIPOF (Centre de recherches politiques de Sciences Po à Paris) depuis 2009.  Cette analyse fouillée est due au sociologue français Luc Rouban, directeur de recherches à Sciences Po.

Si la lutte des classes et le clivage gauche-droite perdurent, c’est tout de même sous de nouvelles formes ; celles que le phénomène des Gilets Jaunes est en train d’inventer. L’auteur de ce travail nous les explique.

– Luc Rouban, le mouvement des Gilets Jaunes paraît si disparate dans ses opinions qu’il semble très difficile de le cerner socialement et politiquement. Comment avez-vous procédé pour surmonter cet écueil ?

– Il est difficile de mener des enquêtes sur le mouvement des gilets jaunes du fait de son éparpillement sur le territoire et de la diversité de ses participants. On se heurte à une vraie difficulté méthodologique. Pour contourner cet obstacle, j'ai choisi d'étudier en détail à travers la vague 10 du « Baromètre de la confiance politique » du Cevipof, qui a été réalisée en décembre 2018, le profil et les valeurs de celles et de ceux qui soutenaient le mouvement. Car ce dernier prend tout son sens politique dans les soutiens qu'il mobilise. De plus, tout le monde ne peut participer, ne serait-ce que pour des raisons matérielles, aux diverses manifestations. L'enquête montre d'ailleurs que ce mouvement est considéré par 72% des enquêtés comme un mouvement qui porte les revendications de nombreux Français. Il s'agit bien d'un conflit par procuration.

 – Dans votre travail, les soutiens les plus actifs aux Gilets Jaunes se montrent fort critiques vis-à-vis du capitalisme mais sans que cela semble profiter au plus important leader anticapitaliste, Jean-Luc Mélenchon. Marine Le Pen n’a pas un programme particulièrement anticapitaliste, pourtant elle est la seule responsable d’un grand parti politique (Rassemblement National ex-FN) à pouvoir capter le soutien des Gilets Jaunes. Comment expliquer ce paradoxe ?

–– La critique du capitalisme est très forte en moyenne chez tous les enquêtés, même si elle est plus forte chez ceux qui soutiennent le plus les gilets jaunes. Il apparaît clairement, malgré cela qu'aucun mouvement politique, même fortement anticapitaliste comme La France insoumise de Jean-Luc Mélenchon, ne peut capter ce mouvement. Le RN de Marine Le Pen est moins anticapitaliste que La France insoumise mais il l'est quand même ; ses électeurs sont hostiles au libéralisme économique à 65% contre 85% de ceux de Jean-Luc Mélenchon.  De même, le Rassemblement National se prononce contre les élites gouvernementales, jugées complices d'une mondialisation financière désastreuse pour les petits salariés et les petits indépendants, contre l'Europe de Bruxelles et pour un système politique ménageant bien plus de place au référendum, toutes revendications pouvant aussi être défendues par Jean-Luc Mélenchon. Mais contrairement à lui et à sa France Insoumise, le RN se montre défavorable à l’immigration. Or, il ne faut pas négliger ce constat, à savoir que les soutiens les plus radicaux aux gilets jaunes se montrent eux aussi les plus opposés à l'immigration.

– Dès lors, assisterait-on à une sorte de fusion entre les idées d’extrême-gauche (anticapitaliste) et d’extrême-droite (xénophobe) qui pourrait donner naissance à une nouvelle force politique ?

– Ce mouvement organise une convergence entre les anticapitalistes, les souverainistes de gauche et de droite et des électeurs du RN. Le point commun à tous les soutiens les plus fermes du mouvement est qu'ils s'ancrent dans les catégories populaires ou les petites classes moyennes, alors que ceux qui sont le plus opposés au mouvement appartiennent très largement aux catégories supérieures, cadres ou professions libérales. C'est pourquoi j'ai parlé d'un retour de la lutte des classes. S'il y a convergence, c'est donc dans la dénonciation du système social français et de ses inégalités. Mais, sinon, le clivage gauche-droite reste toujours bien vivant. Il y a un populisme de droite et un populisme de gauche. L'une des grandes différences entre les deux porte sur la question de l'immigration mais aussi sur la question du rapport à la science. Celle-ci est beaucoup plus critiquée par le populisme de droite que par celui de gauche. Donc, il sera difficile pour ce mouvement de créer une force politique homogène.

 – Vous mettez en exergue une appétence particulière des soutiens aux Gilets Jaunes pour la démocratie référendaire. Pensez-vous que le gouvernement d’Emmanuel Macron pourra continuer à faire l’impasse sur le RIC (Référendum d’initiative citoyenne, équivalent de nos initiatives populaires), l’une des principales revendications des Gilets Jaunes ?

– Cette demande de démocratie référendaire est devenue générale en France et dépasse le soutien aux gilets jaunes. Il semble bien, cependant, que le président Macron ait écarté l'hypothèse d'un RIC dans la Constitution française lorsqu'il a parlé du lancement du "grand débat national" avec les élus locaux, en soulignant que cela pourrait nourrir la démagogie. Il est indéniable que l'absence d'avancée sur le terrain référendaire pourrait raviver les tensions à l'issue du "grand débat". La solution serait alors d'élargir les possibilités de référendum telles qu'elles existent aujourd'hui sans passer par un RIC.

Interview parue dans la Tribune de Genève et 24 Heures vendredi 1erfévrier 2019

Jean-Noël Cuénod

17:43 Publié dans Politique française, social | Lien permanent | Commentaires (16) | |  Facebook | | |

Commentaires

Rien de nouveau si ce n'est que l'étude confirme que la base des GJ plutôt dans la mouvance du RN, s'est fait rejoindre par une frange proche du LFI.
En résumé, les perdants de l'économie libérale ont rejoints majoritairement les courants de l'extrêmes droites, avec probablement une grande abstention lors de votation, sinon le RN serait plus fort.

La gauche française, ces "imbécile", ont préféré rester pure dans leurs marqueurs idéologiques et laisser partir leur électorat vers les courants d'extrêmes droites au lieu de les écouter.
Les bobos ne devraient pas être la base du PS. Dans leur petit confort, les bobos aiment l'immigration, surtout si ça peut flatter leur égo d'avoir de jolie pensées, pendant que ceux qui triment en portent le fardeau. A l'opposé, des bobos, il y a ceux, encore plus déconnectés, qui s'accrochent à la pureté du socialisme dont le quidam s'en fout parce qu'il a d'autres soucis.

Si la gauche veut récupérer son électorat, elle doit admettre cette réalité, que certaines formes de migrations, est un poison pour la société. Ce n'est pas chrétien, mais on ne choisit pas la réalité.
La gauche doit passer du mode intellectuel en mode réel.

Écrit par : motus | 01/02/2019

Répondre à ce commentaire

Les Gilets Jaunes se sont retrouvés aujourd'hui sur notre rond-point déserté à cause des fêtes, du froid, de la grippe, de la bronchite, et des manipulations gouvernementales associés à certains journaleux sans intérêts. Les ronds points et autres carrefours vont de nouveau se re-fleurir de jaune. Les insultes de Castaner et Macron n'ont pas arrangé les choses. Le débat n'en est pas un, mais un leurre à carpe. Les GS y participent afin qu'il ne leur soit pas reprochés d'être contre les discussions sans issues favorables.

Le markéting des 40 dernières années était linéaire, tout allait en augmentant, les prévisions étaient relativement faciles. les éducations ont été basées sur ce principe. Hors, le monde à changé, depuis plus de dix ans, il n'est plus linéaire mais chaotique, très difficile à cerner, à percevoir, a trouver les nouvelles donnes et applications.

En cas de tempête force 12 le commandant doit prendre la barre et naviguer à vue. Macron a laissé son pilote automatique, ça ne fonctionne pas. Pire il y a danger de couler le navire aux 2500 milliards de dettes en cale.

cependant, il faut savoir que les GS sont à l'image de cette France variée. Peu de chômeurs dans ce secteur, des gens qui travaillent avec des revenus hyper taxés socialement, et fiscalement. Cela va du chef d'entreprises au technicien de surface et des handicapés. Toutes les croyances sont représentées les Athées sont majoritaires. Il y même des ex musulmans devenus apostats.

La plupart refusent d'être casés dans les partis politiques, même si dans les pensées ça peut être différent.

En conclusion, le mouvement va reprendre des forces compte tenus des attitudes négatives du clan Lrem et leurs valets et des mensonges. La majorité des GS savent réfléchir et agir même sur des sentiers tordus. La lutte continue.

Écrit par : NOËL Pierre | 01/02/2019

Répondre à ce commentaire

Je ne suis pas sûr qu'une étude classique de sociologie est le meilleur moyen de cerner le phénomène des Gilets Jaunes! La sociologue, comme la géographie, la géopolitique et la démographie sont la chasse gardée de la gauche, et les Gilets Jaunes agaçant la gauche qui les méprise! J'écoute les radios d'état françaises qui sont squattées par des ex-maoïstes, ex-communistes qui ont totalement formaté ces radios! Un grand nombre d'informations ne sont même pas relayées! Un exemple l'attentat contre Radio-bleu Grenoble revendiqué par des anarchistes, aucune info sur France Culture/France inter/France info! Où est l'objectivité de ces médias nationaux??? France Culture L'esprit d'ouverture??? C'est un voeux pieux mais en aucun cas une réalité! Je continue a écouter ces radios qui sont exemptes de publicités, c'est la le prix à payer pour avoir la paix sans (paic citron) ni (la nouvelle citroen x machin)!

Écrit par : Dominique Degoumois | 01/02/2019

Répondre à ce commentaire

Jean-Noël Cuénod…!

On peut dénoncer le déferlement appelé immigration annoncé au Courrier des lecteurs de 24heures par mézigue il y a déjà bien longtemps sans être le moins du monde xénophobe ou... "souverainiste"!

Quelle barbe que ces étiquettes alibis.
Comme au temps du bon vieux Marx on ne peut pas ou plus s'exprimer simplement.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 01/02/2019

Répondre à ce commentaire

Ce que beaucoup de Gilets Jaunes dénoncent, (GJ et non GS) Philipe Seguin l'avait compris bien avant 2005 et dénoncé ; la mort de la France et de tous les pays souverains d'Europe pour servir le roi, la reine, la finance au détriment des peuples. Nous y sommes, c'est comme l'islamisation, ils ont le temps et l’ont pris.

Macron et autres sont une supercherie un danger pour notre avenir, c'est pire que cela, un désastre civilisationnel un désastre financier et un désastre social à la Grecque.

Voilà pourquoi en 2005, (petit élu local, j’avais déjà quitté le RPR ou ça parlait beaucoup dans les coulisses) les Chirac, d'Estaing, Mitteux, Sarkozy, Hollande et aujourd'hui Macron nous ont trahit. La politique migratoire est un accord avec les féodaux du pétrole avec dans la panoplie l'islamisation et les mosquées. Pourquoi Chirac a stoppé le service militaire? Simplement à cause de cette entente ou il y aurait eu trop de jeunes migrants devenus français dans les casernes armées. Il s’est détourné d »Israël ou des Juifs pour avoir les faveurs des pétroliers arabo-musulmans entre- autre.

Tous ont collaboré à cause des pétrodollars, des grands contrats et des grandes politiques industrielles avec les transferts du savoir-faire et des techniques avec , cerise sur le gâteau, la vente des usines aux étrangers. (Transfert des technologies)

Voici P. Seguin et sa compréhension du traité pourri ça vaut son pesant d’or au même titre que la déclaration de Arafat sur l’invention du peuple palestinien.

https://youtu.be/1c6MfNWzzus

Une majorité de GJ ne sont pas initiés, ils s'amusent devant la télé ou ailleurs, ils n'ont pas la culture et le temps, pendant ce temps-là, la haute bourgeoisie haineuse HPC et HPP, une partie de la gauche et extrêmes et les féodaux font ce qu'ils veulent de nous et de la planète. Certains par idéologie, d'autres au nom des croyances, une majorité pour le vivre ensemble neuneu. Quant aux verts, vous savez mieux que moi.

La lutte continuera le temps qu'il faudra mais attention, il n'y a pas que les GJ en France et en Europe, des dizaines de millions de personnes commencent à percevoir le loup dans la bergerie et l’arnaque du berger et son dieu.

merci de votre attention.

Écrit par : NOËL Pierre | 01/02/2019

Répondre à ce commentaire

Dans l'URGENCE
Une rustine: le RIC

La clase dirigeante donne son accord pour le RIC
Récolte des signatures: combien exigées?

C'est un changement en profondeur qu'il faut.

Par quel moyen/s?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 02/02/2019

Répondre à ce commentaire

Excellent article de la TDG cité par notre hôte, M. J.-N. Cuénod.

Comme le dit cet article (me trompé-je?) et si vraiment les Gilets Jaunes sont les témoins d une lutte de classes, cela veut dire qu ils appliquent sans le savoir, à priori, un concept marxiste et pourquoi pas?

Cette conception marxiste dite aussi une société communiste (ou socialiste) ne serait plus divisée en différentes classes sociales. Alors,
les Gilets Jaunes représenteraient certainement une insurrection et une lutte de classes qui pourraient aboutir à ce que la société devienne sans classe et par conséquence sans Etat. Et pourquoi pas puisque tout le monde fait tout pour y arriver inclus l "Etat" français?

Bien à Vous.
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 02/02/2019

Répondre à ce commentaire

Là on est foutu catherine deneuve prend fait et cause pour macron!!!! C'est vrai qu'elle défendait déjà hollande!!!!!! Alors new-hollande c'est pareil non?

Écrit par : Dominique Degoumois | 02/02/2019

Répondre à ce commentaire

@Cher Dominique Degoumois,

Que Catherine Deneuve prenne position en faveur de M. Macron et/ou de Hollande auparavant est du pipi de chat ou de la fiole de Colin Powell à l ONU montrant les armes de destruction massive(ADM) de saddam alors qu il n en était rien. De même pour Hanouna qui va accueillir bient M. macron après celui de Mme la Ministre de la Culture (boff...) et/ou de Zemmour chez Laurent Wauquiez des Lr (re-boff...) qui a pris une autre position ne veut rien dire.

L excellent philosophe et politicien italien, un bien rouge et fondateur du parti communiste italien, Antonio Gramsci avait dit:" La crise, c est quand le vieux monde ne veut pas mourir vite et le jeune-monde tarde à venir, c est dans ce clair-obscur que des monstres ressurgissent..."

Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 02/02/2019

Répondre à ce commentaire

Gilets jaunes ou Gilets bruns!?

"il se fait insulter de "juif" et de "bourgeois""

Et vous vous reconnaissez parmi ces "gens"!? Une différence tout de même entre bourgeois et ces voyous!
Je comprends pourquoi je n'arrive pas à m'y intéresser!Intuition?

"Les faits se déroulent à Toulouse. La victime, un médecin cardiologue, rentre tout juste chez lui après une consultation lorsqu'il entend des bruits au pied de son immeuble. Il constate que des hommes sont en train de dégrader la vitrine. Tentant de les raisonner il se fait insulter de "juif" et de "bourgeois".

http://www.francesoir.fr/societe-faits-divers/juif-bourgeois-un-habitant-de-toulouse-insulte-et-blesse-manifestation-gilets-jaunes-video

Écrit par : Patoucha | 03/02/2019

Répondre à ce commentaire

On a dénoncé la compétitivité qui accompagne la mondialisation (en soi pas mauvaise idée en tout) avec la globalisation comme le pire parce qu'il faut s'adapter sans arrêt sous peine de couler... disparaître.

Des journalistes bien inspirés sentant les choses à venir comme à prévoir (descendants des prophètes?) avaient recommandé d'acheter le moins possible.
Qui a daigné les entendre et mettre en pratique ce que suggéré en tenant compte de l'avis autorisé de ces anciens journalistes non seulement lucides mais courageux: hardis!?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 04/02/2019

Répondre à ce commentaire

Albert Jacquard affirmait que la compétition est un suicide.

Changer de paradigme s'impose en faisant de la coopération le prochain paradigme.

Non les uns sans ou contre les autres mais les uns avec les autres.


Sans quoi, en maintenant le cap, comme dirait M, Macron, plus d'avenir digne de ce nom pour les classes moyennes et populaires.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 04/02/2019

Répondre à ce commentaire

Pas toujours en phase avec M. Onfray en particulier sur le mot Libéral cette vidéo d'un peu plus de dix minutes me convainc que nous avons raison de combattre Macron et son Europe des clans et mafias.

https://youtu.be/lmvQy8q42bY

Écrit par : NOËL Pierre | 05/02/2019

Répondre à ce commentaire

Bonjour Pierre :)

Débarquement des "à temps plein" ici!

http://jmolivier.blog.tdg.ch/archive/2019/02/02/bhl-et-moi.html

Bonne fin d'après-midi!

Écrit par : Patoucha | 05/02/2019

Pour "alain touraine" et "edgar morin" les supers stars de la sociologie, les Gilets Jaunes sont de dangereux "néo nazis"! Ce 2 pauvres intellectuelles qui ont depuis longtemps dépassé la limite d'âge, sont complètement dépassé par la vraie vie, celle des petits, des sans grades, qu'ils n'ont pas voulut voir! Alors pour se déculpabiliser ils les insultent et les méprisent encore, en leur prêtant des idées qu'ils n'ont pas! Aujourd'hui dans la manif parisienne tous étaient mêlés, syndicalistes, melenchonistes, et Gilets Jaunes! A gauche on tente de récupérer au plus vite toutes ces voix pour les prochaines élections! C'est assez pitoyable!

Écrit par : Dominique Degoumois | 05/02/2019

Répondre à ce commentaire

DANS L'URGENCE...F

Faut-il cerner socialement et politiquement le mouvement des gilets jaunes ou entendre ce que ce mouvement entend dénoncer avec, par conséquet, ce que le mouvement des gilets jaunes attend et revendique?

N'est-ce pas contribuer à ne pas aborder les problèmes de fond que de vouloir cerner socialement et politiquement ce mouvement au lieu de se dire que prioritairement, comme aurait affirmé soeur Emmanuelle, par exemple, "il faut faire quelque chose"!?

1789: Qui étaient-ils ces gens aux portes du pouvoir?
On ne sait pas exactement.

Réclamait-il du pain?
Comment voulez-vous qu'on sache… et puis.. réclamer du pain… quelle importance… vous rigolez!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 06/02/2019

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.