Après les Gilets Jaunes, les Gilets Verts

Imprimer

29034617-28302450.jpg

Soutenues par près de deux millions de pétitionnaires, quatre associations menacent de traîner l’Etat français en justice pour son «inaction» dans la lutte contre le réchauffement climatique. Interview de l’une des initiatrices de cette campagne, Marie Toussaint.

Après le mouvement inédit des Gilets Jaunes, qui est loin d’être terminé, voici maintenant le foudroyant succès d’une campagne française pour la justice climatique, intitulée «L’affaire du Siècle». Elle est soutenue par une pétition qui a récolté près de deux millions de signatures depuis le 18 décembre dernier.

Cette pétition appuie l’action en justice lancée par quatre organisations – la Fondation pour la nature et l'homme de Nicolas Hulot, Oxfam France, Greenpeace France et Notre Affaire à Tous – qui dénoncent l’ «inaction» de l’Etat français en matière de lutte contre le réchauffement climatique. Elles saisissent le Tribunal administratif de Paris pour que la justice contraigne la France – sous astreinte de 100 000 euros par jour – à respecter ses engagements en la matière. C’est une première en France. Mais le recours à genre de procédures devient de plus en plus fréquent dans le monde (lire ci-dessous).

La Génération Climat donne donc de la voix. Ecoutons-la par le truchement de Marie Toussaint, présidente de l’une des associations à l’initiative de cette action, Notre Affaire à Tous, et juriste en droit international de l'environnement.

– Pensez-vous que la justice soit vraiment le bon terrain pour livrer cette bataille?

– Dans d'autres pays, le juge a décidé de contraindre les politiques. Le juge français a d’ailleurs déjà reconnu les carences de l'Etat dans plusieurs cas de santé et d'environnement, notamment l'amiante, le sang contaminé, la pollution des sols... Nous mobilisons la force du droit pour sauver le climat. Nous agissons par tous les moyens nécessaires car la situation est grave. Et le fait de rendre les gouvernements responsables juridiquement de leurs actes en matière d’action climatique est un nouveau levier, de plus en plus décisif, à la disposition des citoyens. Derrière l’action juridique – qui peut paraître impérieuse – je considère qu’il s’agit surtout d’une volonté d’idéal, une aspiration à autre chose qu’un monde funeste écrit à l’avance. La France est le pays où sont nés les droits humains. Si elle veut respecter cet héritage, elle doit tenir compte de la dégradation de l'environnement. Aujourd’hui, le texte de la Déclaration des droits de l’homme de 1789 intégrerait la protection face aux dérèglements climatiques!

– En quelques jours, votre action a été soutenue par près de deux millions de pétitionnaires, comment allez-vous capitaliser ce succès populaire en terme politique, voire électoral? 

– Le succès de la pétition laffairedusiecle.net révèle une aspiration civique. C'est une réappropriation démocratique. Cette vague sans précédent sonne la fin des grands discours sans engagement concrets. Citoyennes et citoyens attendent désormais des actes. Ce que j’appelle la Génération Climat a décidé de prendre pleinement son destin en main. La responsabilité de nos associations, c'est d'abord de mener à bien la démarche juridique engagée et d'obtenir des actes concrets pour protéger le climat. Nous sommes pleinement conscients de notre responsabilité; elle s’inscrit à plus long terme que les futures échéances électorales.

– Le mouvement des Gilets Jaunes a commencé par le rejet de la taxe frappant le carburant, c’est-à-dire contre une mesure favorable à l’écologie. Entre votre action et celle des Gilets Jaunes, pensez-vous qu’il peut y avoir convergence ou la divergence prévaudra-t-elle? 

– La taxe carbone a été le détonateur d'une mobilisation ayant pour cibles principales l'injustice sociale et fiscale. Des cibles qui sont également les nôtres. Ce que nous avons pu retenir des discours des Gilets Jaunes, c’est qu’ils étaient également sensibilisés et préoccupés, parfois au premier plan, par la question de la dégradation de l’environnement.

Il serait terriblement simpliste et réducteur d’opposer fin du mois et fin du monde. L'injustice sociale nourrit la dégradation de l'environnement, les plus riches détruisent la planète : 10% de l'humanité émet 50% des émissions de gaz à effet de serre et seulement vingt-cinq firmes et leurs filiales sont responsables de 71% des émissions de gaz à effet de serre depuis 1988. Le réchauffement climatique accroît les inégalités et les injustices. Nos terroirs disparaissent; les plus pauvres souffrent en premier des pollutions; ils habitent, par exemple, les zones inondables. Combattre pour la justice sociale, c’est aussi œuvrer en faveur de la justice climatique; c’est ce que portent nombre de gilets jaunes.

900 procès climatiques dans le monde

L’ONU recense environ 900 procès climatiques actuellement en cours d’examen par les tribunaux de plusieurs pays. En voici quelques-uns.

– Etats-Unis. Vingt-et-un jeunes Américains de l’association Our Children’s Trust ont saisi la Cour Suprême contre l’ «inaction climatique» de l’Administration Trump. La procédure est suspendue

– Allemagne. En 2015, un paysan péruvien accuse RWE, entrepreneur allemand en énergie carbonée, de contribuer à faire fondre les glaciers andins, provoquant des risques d’inondation dans les villages de sa région. La Cour d’appel d’Ham en Allemagne a accepté d’examiner sa demande. La décision n’est pas encore prise.

– Pays-Bas. Le 9 octobre dernier, sur requête de la Fondation Urgenda, la Cour d’appel de La Haye a sommé le gouvernement néerlandais de réduire de 25% les émissions de gaz carbonique dans ce pays. Autre procès climatique: onze mille coplaignants ont récemment exigé que le pétrolier néerlandais change de stratégie et se réoriente vers les énergies renouvelables. La procédure est en cours.

– Belgique. L’association L’Affaire Climat a réuni, en date du 9 janvier 2019 (les inscriptions se poursuivent), 54.426 codemandeurs afin de saisir la justice belge pour qu’elle impose le respect des engagements pris en faveur du climat aux quatre autorités compétentes du Royaume, à savoir les Régions Bruxelles-Capitale, wallone, flamande et l’Etat fédéral. Cette procédure a été lancée en 2014 mais elle a été ralentie notamment pour une question relative à la langue dans laquelle l’action en justice devait être menée. C’est finalement le français qui a été choisi. Les plaidoiries se dérouleront à l’automne 2020.

– Pakistan. En janvier 2018, un tribunal de Lahore a imposé au gouvernement la création d’un institut pour observer la mise en œuvre des politiques climatiques, à la suite d’un recours déposé par un agriculteur.

Article paru le 5 janvier 2019 dans la  Tribune de Genève et  24 Heures et légèrement enrichi.

Jean-Noël Cuénod

MERCI AUX COMMENTATEURS DE NE PAS UTILISER CE BLOGUE POUR S'ECHANGER DES NOMS D'OISEAUX.

Commentaires

  • Des têtes de plaisantins! Les problèmes cruciaux passent après le « climat « ! J’attends de voir la suite ......

  • Patouche Parce que d'après vous le "climat" n'est pas un problème crucial. Alors c'est quoi les problèmes cruciaux selon vous?

  • De manière simpliste, il serait plus efficace de convaincre le beauf français de l'urgence climatique que de passer par la justice.
    Dire que les pauvres souffrent en premier n'est pas une réponse aux problèmes liés aux taxes et cela ne va pas convaincre les beaufs.

    Il n'y a pas des tas de solutions pour diminuer l'empreinte des voitures sur le climat. Il faut favoriser la voiture électrique/hydrogène avec des aides très avantageuses ciblées sur ceux qui ont le moins les moyens, et doubler le prix de l'essence pour les récalcitrants.
    Sinon, rendre les transports publiques gratuits, les développer, et doubler le prix de l'essence.
    A l'Etat de voir ce qui est moins couteux et le plus efficace.

    Si le beauf peut se déplacer sans un sou de plus et sans temps supplémentaire, alors c'est gagné.

    Face à l'urgence climatique, l'endettement de l'Etat de doit pas être un frein à une "révolution" sociétale.

    Quant à la Suisse, se fixer des objectifs et prévoir d'accueillir 1-2 millions migrants, c'est pas sérieux.

  • "Matthias Berninger" qui Pendants près de 13 ans a oeuvré au sein des "Verts Allemands" vient de prendre un poste de lobbyiste chez "bayer" pour s'occuper de la promotion du "glyphosate", comme quoi tout est possible dans ce monde où le fric est roi! ref. le"Stern" Y font pas aussi des aspirines chez "bayer"????? Ce type d'info me donne mal à la tête!

  • Le calculs indécent de chantal jouanno!! Nommée par macron pour s'occuper de ce "dinosaure de Grand Débat Nationale" elle a bien senti que si elle restait à la tête de ce "gros machin" elle risquait de tout perdre, alors elle a donné sa démission pour cette mission, mais reste quand même à la présidence de la Commission Nationale du Débat Publique (CNDP) avec ces 176'000 euros de salaire! Elle est pas belle la vie! A la télé elle a bien reconnu que sont salaire pouvait choquer les français, sauf qu'elle ne veut pas le remettre en question! Un bel exemple du genre! Les problèmes de pollutions devront être traité avec un peu plus de responsabilité par tous nos gouvernements! Il est vrai aussi que les "verts" sont plus "bavards" qu'"efficaces"! Je vois ça avec les déchets et les encombrants qui nous polluent l'espace publique genevois, du 1er janvier au 31 décembre, sans que cela leur pose problème autre mesure!

  • @motus
    "Si le beauf peut se déplacer sans un sou de plus et sans temps supplémentaire, alors c'est gagné."
    Traiter de "beauf" le Français qui a besoin de se déplacer et ne peut pas se payer une voiture financièrement inaccessible augure assez mal du genre de dialogue que vous envisagez pour convaincre.
    Il y a, bien sûr, la dictature, mais je crois que dans notre partie de l'Europe nous restons encore assez réfractaires aux coups de matraques suivi d'emprisonnement pour déviance idéologique.
    P.S.
    Pouvez-vous, pour nous éclairer, peut-être nous rassurer, nous les beaufs aussi, sur le problème environnemental que risque de poser le recyclage (en plus de la fabrication et de l'élimination) des milliards de batteries que produira(ait) le passage à la voiture électrique, non seulement chez nous, mais surtout dans les pays dits "émergeants"?

  • ""Nos terroirs disparaissent; les plus pauvres souffrent en premier des pollutions; ils habitent, par exemple, les zones inondables.""

    C'est simplement ridicule.

    Ces initiatives reflètent l'aspect fascisant de gens qui n'ont jamais cultivé un jardin, ne connaissent rien à la nature. c'est leur idéologie rien de plus. La situation est grave, le changement climatique ou bouleversement climatique est acté, constaté. Il prend de l'ampleur chaque année.

    Chaque humain sur terre doit se prendre en main, autant que les industriels avec leurs emballages et leurs produits mortels, COCA COLA en premier et les buveurs de cette boisson entres autres très dangereuses. Ce n'est qu'un exemple pai des millions d'autres.

    Je rejoins Patoucha dans sa réflexion. Je vais plus loin en affirmant que le bien être des gens doit être prioritaire, le reste suivra, si j'ai bien compris.

    Ce n'est pas avec des procès de ce genre que les choses avanceront.

    J'ai changé de véhicule il y a trois ans pour un véhicule neuf, moins polluant, c'est un diesel. Dans deux ans, il sera peut-être interdit en ville! Si je ne dispose pas des moyens pour le changer, il m(accompagnera encore plus longtemps. Je suis Gilet Jaune à cause de la mafia Macron, verts et autres pour me prendre environ 50 € par mois afin de faire travailler des gens et participer à la transition écologique.

    Attention, je ne suis pas un Grec, un portugais, un bulgare, un polonais pour me faire spolier sans rien dire.

    Pour sauver le climat, les 8 milliards d'humains et leurs dirigeants doivent tirer dans le même sens. C'est demander à une chèvre de me donner la solution, je n'y pense pas un instant.

    Les verts font silence des véhicules polluants envoyés en Afrique? Bizarre ce transfert de pollution? Vont-ils porter plainte contre les pays africains? Le beauf a peut-être une réponse?

    https://www.google.com/url?sa=i&source=images&cd=&cad=rja&uact=8&ved=2ahUKEwiZvLKy_uHfAhXFpI8KHW-sAt0Qjhx6BAgBEAM&url=https%3A%2F%2Fwww.parismatch.com%2FActu%2FEnvironnement%2FUne-ONG-filme-une-mer-de-dechets-en-Republique-dominicaine-1564082&psig=AOvVaw36qRzrcf4bbmidq4zAYlPw&ust=1547167544390938

  • @Mère-Grand
    Vous m'avez pas compris. C'est à l'Etat de financer en grande partie le changement. Beaucoup d'argent qui creusent un peu la dette certes, mais y'a t'il un autre choix ?

    A l'heure actuelle, la voiture, construction et destruction est nettement en faveur de l'électrique et les constructeurs automobiles sont déjà dans l'après essence.
    Il est plus facile de recycler une batterie que de purifier l'air après le passage d'une voiture à essence. Et les batteries s'améliorent année après année.

    Donc soit on dit qu'il n'y a pas d'urgence et on s'en balance, soit on le dit et on investit sur une courte période pour une plus grande efficacité.

    Concernant les pays émergeant, à eux de trouver une solution, on est mal placé pour leur dire quelque chose, mais déjà que ceux qui peuvent changer les choses rapidement, le fassent.

    Au lieu de booster l'économie avec la pierre, peut-être que l'investissement dans le changement serait une meilleure solution.

  • Les voitures électriques sont une stupidité sans nom qui n'a aucun avenir. Car l'électricité, il faut la produire. Comment: centrales à charbon, à pétrole, à gaz et nucléaire. Les centrales nucléaires, on peut déjà oublier. Tous les autres moyens de production d'électricité à partir du soleil sont quantité négligeables en comparaison. Toute conversion d'énergie se fait avec des pertes. Enormes. Il faut donc brûler plus d'énergies fossiles pour un même déplacement automobile. Sans compter que les composants d'une batterie ne sont pas une ressource illimitée non plus. Et enfin il y a ceci:
    https://duckduckgo.com/?q=tesla+en+feu&ia=videos
    Même que c'est déjà arrivé au Tessin. Le propriétaire de la voiture remercie le constructeur. Post mortem.

  • Le concept "Gilets Jaunes" est aujourd'hui importé jusqu'au ........CANADA! ça va faire comme h&m et zara, on va voir des Gilets Jaunes partout dans le monde, et je m'en réjouis! Là c'est le beau "trudeau" qui est aux taquets, sans doute a t il appellé sont ami macron pour échanger de bons tuyaux sur le sujet!

  • Dominique Degoumois, Trudeau peut appeler Macron, soyez sûr qu'il va à l'échec, ça fuit de toutes part !

    Si les GJ doivent faire tache d'huile, c'est en Europe qui par son système, à l'échelle des revenus aussi différents, 250 € pour le SMIC en bulgarie, 2000€ au Luxembourg, une fiscalité ou les niches fiscales sont importantes, des frontières poreuses, bref, un système qui nous met tous en faillite.

    Quant au Canada, il reçoit plus de migrants qualifiés avec un minimum pour vivre, le contraire de l'Europe.

  • Il faut également penser à la souffrance animale à commencer par les animaux de boucherie.

    Quelle couleur pour le gilet?

    "Saignant" ou "bien à point"?
    Peu voyant "bien à point", "saignant" beau rouge, plutôt!

    Gilets rouges végétariens, certes.
    On ne mange pas un petit veau dans une tasse ou un biberon de lait pas plus qu'un poussin dans un œuf fraîchement pondu.

  • Que veulent les gilets jaunes ? Un Référendum d'Initiative Citoyenne, Apolitique, Républicain et Démocratique soit : RICARD ! Quel est la couleur du Ricard ?

Les commentaires sont fermés.